LES CAMPS PARACHUTISTES

plainte contre l'Armée

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

30012012

Message 

plainte contre l'Armée




Après la mort de dix soldats en Afghanistan en août 2008, la justice décide lundi de l'ouverture d'une enquête.

Un juge d'instruction va enquêter sur l'embuscade d'Uzbin en Afghanistan qui avait coûté la vie à dix militaires français en août 2008, a décidé lundi la cour d'appel de Paris.

Le juge d'instruction Frédéric Digne, saisi d'une plainte avec constitution de partie civile pour mise en danger de la vie d'autrui et non-empêchement de crime, avait décidé d'ouvrir une enquête en mars 2011, mais le parquet avait fait appel.

La chambre d'instruction de la cour d'appel a rejeté cet appel.

Soulagement pour les familles
"C'est une réaction de soulagement parce que, par l'intermédiaire du procureur, l’État a tout fait pour que cette instruction ne soit pas ouverte. Il aura fallu se battre mais on va enfin savoir comment ces jeunes soldats sont morts, comment ils ont été sacrifiés", a déclaré l'avocat de la famille d'un soldat tué, Me Gilbert Collard, évoquant la décision de la cour d'appel.

"On n'a jamais dit qu'un militaire, quand il endossait un uniforme, n'endossait pas sa mort possible. En revanche on a toujours dit qu'on n'avait pas le droit d'envoyer des soldats à la mort sans leur donner les moyens de se défendre, sans leur donner les moyens d'échapper à un guet apens construit par la négligence, par le laxisme de la hiérarchie", a-t-il ajouté.

Maitre Collard a précisé qu'il allait demander l'audition de témoins et la déclassification d'un rapport établi sur cette embuscade.

C'était en Août 2008
Neuf soldats ont été tués le 18 août 2008 dans une embuscade tendue par les insurgés talibans à l'est de Kaboul. Un dixième avait été tué lors du retournement de son véhicule pendant une "opération de récupération des blessés".

21 soldats avaient été blessés dans cet accrochage, à l'époque le plus meurtrier pour les troupes internationales depuis la chute du régime des talibans fin 2001.

Ils sont tombés à l'Est de Kaboul, en août 2008, dans une embuscade tendue par les talibans. Dix soldats français, dont huit du 8ème RPIMA de Castres, sont morts ce jour-là en Afghanistan au cours d'une mission de reconnaissance. Et depuis, leurs familles cherchent savoir ce qu'il s'est passé ce jour-là dans la vallée d'Uzbeen.

Elles accusent l'Armée de négligence. Le père d'un soldat castrais Jean-François Buil l'affirme : "tout le monde sait qu'il y a eu des fautes. On ne peut pas faire autrement que de porter plainte. On sait que les choses ont été mal faites et que nos enfants sont décédés."

Sept familles de militaires morts ce jour-là ont saisi la justice pour établir les responsabilités dans la préparation de cette mission et dans la gestion de la fusillade qui a suivi.

Une première plainte pour "mise en danger de la vie d'autrui" est classée sans suite en février 2010 par le Parquet du Tribunal aux Armées.

Mais en mars 2011, contre l'avis du Parquet, un juge d'instruction parisien, Frédéric Digne, décide qu'il y a bien lieu d'ouvrir une information judiciaire pour "homicide involontaire". Le Parquet fait alors de nouveau appel.

"source midi Pyrénées"

bergham

Messages : 447
Points : 3404
Date d'inscription : 31/12/2011
Age : 55

Revenir en haut Aller en bas

- Sujets similaires
Partager cet article sur : Excite BookmarksDiggRedditDel.icio.usGoogleLiveSlashdotNetscapeTechnoratiStumbleUponNewsvineFurlYahooSmarking

plainte contre l'Armée :: Commentaires

Message le Lun 30 Jan 2012 - 14:10  Invité

http://www.opex360.com/2012/01/30/
30 janvier 2012 – 13:43

En mars 2011, le juge d’instruction Frédéric Digne décidait d’ouvrir une enquête au sujet de l’embuscade d’Uzbeen, au cours de laquelle, en août 2008, 10 militaires français furent tués par les insurgés afghans. Le magistrat avait alors été saisi d’une plainte avec constitution de partie civile déposée par certaines familles de soldats morts au combat pour « mise en danger de la vie d’autrui et non-empêchement de crime ».

Estimant que l’on ne peut pas condamner l’armée pour la mort de soldats en opération, le Parquet de Paris, qui avait déjà classé sans suite une première plainte contre X déposée par les familles, s’est opposé à l’ouverture de cette enquête et a porté l’affaire devant la Cour d’appel de Paris.

Mais cette dernière a finalement donné, ce 30 janvier, le feu vert au juge Digne pour mener ses investigations et déterminer s’il y a eu des manquements de la part de la chaîne de commandement le jour de cette embuscade.

Les familles des militaires tués à l’origine de cette procédure estiment en effet que l’opération menée à Uzbeen, dans le district de Surobi, situé à une cinquantaine de kilmètres de Kaboul, avait été mal préparée, avec des moyens et des renseignements insuffisants.

« C’est une réaction de soulagement parce que, par l’intermédiaire du procureur, l’Etat a tout fait pour que cette instruction ne soit pas ouverte. Il aura fallu se battre mais on va enfin savoir comment ces jeunes soldats sont morts, comment ils ont été sacrifiés » a commenté Me Gilbert Collard, l’avocat d’une des familles, au sujet de la décision de le Cour d’appel de Paris.

« On n’a jamais dit qu’un militaire, quand il endossait un uniforme, n’endossait pas sa mort possible. En revanche on a toujours dit qu’on n’avait pas le droit d’envoyer des soldats à la mort sans leur donner les moyens de se défendre, sans leur donner les moyens d’échapper à un guet apens construit par la négligence, par le laxisme de la hiérarchie » a-t-il encore ajouté, en précisant qu’il comptait demander la déclassification du rapport concernant l’embuscade d’Uzbeen ainsi que l’audition de témoins.

Outre cette affaire, une autre plainte a été déposée en octobre dernier auprès du Tribunal aux armées par un capitaine et un adjudant du 3ème Régiment de Génie pour « atteintes involontaires à l’intégrité de la personne » à cause de l’explosion d’une mine qui, en novembre 2008, près du camp de Darulaman, au sud de Kaboul, coûta la vie à l’adjudant Nicolas Rey.

Ces deux procédures posent la question de la « judiciarisation » des opérations militaires et peuvent laisser penser qu’un militaire tué en mission de guerre n’est pas un combattant mais une « victime » d’un « fait divers ». Une tendance contre laquelle le chef d’état-major des armées (CEMA), l’amiral Edouard Guillaud, a mis en garde, lors de ses voeux aux armées.

« L’esprit de décision des chefs militaires ne doit pas être inhibé par la prise de risque inhérente au métier des armes » a-t-il affirmé. « Un soldat qui meurt au combat n’est pas une victime. C’est d’abord un homme ou une femme qui va au bout de son engagement » a-t-il ajouté.

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum