LES CAMPS PARACHUTISTES

Jean de Lattre de Tassigny

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Jean de Lattre de Tassigny

Message par AMARANTE le Jeu 2 Fév 2012 - 13:38

Issu d'une vieille famille aristocratique des Flandres françaises, Jean de Lattre de Tassigny est né le 2 février 1889, à Mouilleron-en-Pareds (Vendée), d'un père poitevin, maire de Mouilleron-en-Pareds, et d'une mère vendéenne.



Fort d'une éducation soignée, il suit ses études au Collège Saint-Joseph à Poitiers et Paris. Il est reçu quatrième à Saint-Cyr où il entre en 1909 (promotion "Mauritanie") après avoir effectué, comme c'est l'usage, un an de service comme simple soldat, puis comme brigadier, au 22e Dragons.

Ayant choisi la cavalerie à la sortie de l'Ecole, il fait un stage d'un an à Saumur, à l'issue duquel, en 1912, il est affecté comme sous-lieutenant au 12e Dragons à Pont à Mousson.

Le 11 août 1914, il est blessé au genou et, un mois plus tard, reçoit un coup de lance à la poitrine au cours d'une mission de reconnaissance.

Il sert ensuite dans l'infanterie, en 1915, au 93e RI, prend part aux combats de Verdun, du Chemin des Dames et est de nouveau grièvement blessé à trois reprises.

Officier de la Légion d'Honneur à la fin de la guerre, il est également titulaire de huit citations et de la Military Cross.

Après la guerre, le capitaine de Lattre est affecté à la section franco-américaine de Bordeaux puis au 49e RI à Bayonne avant de se porter volontaire, en 1921, pour le Maroc (1921-1926) où il est chef d'Etat-major de la région de Taza pendant la campagne du Rif.

Deux fois blessé au cours de ces opérations, il reçoit trois nouvelles citations et est promu au grade de chef de bataillon à titre exceptionnel.

En 1927, Jean de Lattre épouse Simone Calary de Lamazière, et entre premier à l'Ecole de Guerre. De 1929 à 1931 il sert au 5e RI à Coulommiers. Il est ensuite affecté au 4e Bureau de l'Etat-major de l'Armée puis, promu lieutenant-colonel, à l'Etat-major du général Weygand de 1932 à 1935.

Il commande ensuite le 151e RI à Metz, avec le grade de colonel, jusqu'en 1937.

En 1938, il passe un an au Centre des hautes Etudes militaires et est nommé chef d'Etat-major du gouverneur militaire de Strasbourg.

Promu général de brigade en 1939, à Strasbourg, il est le plus jeune général de France.

Chef d'Etat-major de la 5e Armée, il prend, en janvier 1940, le commandement de la 14e DI à Rethel pendant l'offensive allemande de mai 1940, les unités de de Lattre repoussent l'ennemi à trois reprises, lui faisant deux mille prisonniers. Pendant la débâcle, il continue à se battre à Mourmelon, à Nevers et devant Clermont-Ferrand où il se replie.

Après l'armistice, nommé adjoint pour le commandement des troupes de la 13e Division militaire de Clermont-Ferrand, il se consacre à la formation des cadres pour l'armée à Opme dans le Puy-de-Dôme.

En septembre 1941 il est nommé commandant supérieur des troupes de Tunis et crée une nouvelle école de cadres à Salammbô. Rappelé en France en janvier 1942, il est nommé commandant de la 16e division militaire à Montpellier et promu général de corps d'armée.

En novembre 1942, à l'arrivée des forces allemandes en zone sud, il donne l'ordre à ses troupes de sortir des garnisons et de résister. Trahi, arrêté, il est interné à Toulouse, puis au Fort Montluc à Lyon. Condamné à dix ans de prison en janvier 1943, il est transféré à Riom, d'où il s'évade, grâce à la résistance française, dans la nuit du 2 au 3 septembre 1943, pour rejoindre Londres. Sous le faux nom de Dequesne, le général de Lattre, s'évade de France, grâce à un appareil de la RAF venu le chercher à Manziat dans l'Ain, le 17 octobre.

Le 11 novembre 1943, il est promu général d'armée par le général de Gaulle qu'il rejoint à Alger cinq semaines plus tard.

Après la campagne d'Italie il se voit confier la formation et le commandement de l'Armée B, future Première Armée Française, les effectifs terrestres de la France combattante étant devenus suffisamment important pour permettre la reconstitution d'une véritable armée. De Lattre réalise donc, en six mois, l'amalgame des troupes d'Afrique du Nord avec les Forces françaises libres et les volontaires évadés de France et de l'Empire.

Ayant libéré l'Ile d'Elbe en juin 1944, l'Armée B débarque en Provence, le 15 août aux côtés des alliés. Après la libération de Toulon et de Marseille commence la remontée de la Vallée du Rhône avec les durs combats de Chalon-sur-Saône, Beaune et Autun.

Le 24 septembre 1944, le général de Gaulle lui remet la Croix de la Libération au château de Bournel (Doubs), résidence du marquis de Moustier.

Le général de Lattre met alors au point l'offensive qui mènera la 1ère Armée jusqu'au Rhin. La 1ère Armée, avec ses deux corps d'armée commandés par les généraux Béthouart et Goislard de Monsabert, après avoir fait tomber en novembre 1944 les villes de Montbéliard et Gérardmer, atteint le Rhin, première de toutes les armées alliées.

La contre attaque allemande de Von Rundstedt empêche la progression alliée, jusqu'en janvier 1945. Ensuite, les troupes alliées reprennent l'initiative et la 1ère Armée libère Colmar le 2 février, passe le Rhin de vive force le 30 mars, pénètre en Autriche et pousse jusqu'à Arlberg, c'est la fameuse campagne Rhin et Danube.

Le 9 mai 1945, le général de Lattre signe à Berlin, au nom de la France, aux côtés des alliés, l'acte de capitulation de l'Allemagne nazie.

Chef d'Etat-major général de la Défense nationale et inspecteur général de l'Armée de Terre en mars 1947, de Lattre est en 1948 inspecteur général des Forces armées et, auprès du maréchal Montgomery, le premier commandant supérieur des Forces terrestres de l'Europe occidentale.

Nommé haut-commissaire en Indochine et commandant en chef en Extrême-Orient en décembre 1950, il rétablit la situation au Tonkin par les victoires de Vinh-Yen et de Mao-Khé. Son fils unique, Bernard, est tué à Ninh-Binh, le 30 mai 1951, à la tête d'un escadron vietnamien du 1er Chasseurs.

Après plusieurs missions à Washington, Londres et Rome, il repart pour le Vietnam.

Il rentre en France pour la Conférence des Etats Associés et meurt le 11 janvier 1952 à Paris. Quatre jours plus tard ses obsèques nationales sont célébrées en la cathédrale Notre-Dame. Le jour même, le général de Lattre de Tassigny est élevé à la dignité de Maréchal de France. Il est inhumé dans son village natal de Mouilleron-en-Pareds.


• Grand Croix de la Légion d'Honneur
• Compagnon de la Libération - décret du 20 novembre 1944
• Médaille Militaire
• Croix de Guerre 14/18 (8 citations)
• Croix de Guerre 39/45
• Croix de Guerre des T.O.E. (3 citations)
• Médaille des Evadés
• Médaille d'Or de l'Education Physique
• Médaille d'Or de la Santé Publique
• Military Cross (GB)
• King Cross of the Bath (GB)
• Distinguished Service Medal (USA)
• Legion of Merit (USA)
• Ordre de Souvarov (URSS)
• Grand Croix de l'Ordre de Léopold (Belgique)
• Croix de Guerre Belge
• Grand Croix du Lion Blanc (Tchécoslovaquie)
• Croix de Guerre (Tchécoslovaquie)
• Grand Croix de l'Ordre de Saint Olaf (Norvège)
• Grand Croix de l'Ordre d'Orange Nassau (Hollande)
• Virtuti Militari (Pologne)
• Grand Croix de l'Ordre Royal du Dannebrog (Danemark)
• Commandeur de l'Ordre du Mérite Brésilien
• Grand Croix Libertador San Martin (Argentine)
• Mérite Militaire avec agrafe blanche (Cuba)
• Mérite Militaire (Mexique)
• Grand Croix du Mérite Militaire (Chili)
• Grand Croix de l'Ordre Royal du Cambodge
• Grand Croix de l'Ordre National du Vietnam
• Grand Croix de l'Ordre du Million d'Eléphants (Laos)
• Grand Croix du Parasol Blanc (Laos)
• Mérite Chérifien (Maroc)
• Grand Croix du Ouissam Alaouite (Maroc)
• Grand Croix de l'Ordre du Sang (Tunisie)
• Grand Croix de l'Etoile Noire (Bénin)

Principales publications

• Histoire de la Première Armée française Rhin et Danube, Plon, Paris 1949
• Ne pas subir. Ecrits (1914-1952), Plon, Paris 1984
• Reconquérir : 1944-1945. Textes réunis et présentés par Jean-Luc Barre, Plon, Paris1985
• La Ferveur et le sacrifice : Indochine 1951; textes réunis et présentés par Jean-Luc Barré, Plon, Paris 1987

"source ordre de la libération"

_________________
Dans les révolutions, il y a deux sortes de gens : ceux qui les font et ceux qui en profitent.
avatar
AMARANTE
ADMINISTRATEUR
ADMINISTRATEUR

Messages : 828
Points : 25870
Réputation : 2084
Date d'inscription : 26/10/2011
Age : 60

http://www.campidron.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Jean de Lattre de Tassigny

Message par baltique le Jeu 2 Fév 2012 - 17:33

avatar
baltique

Messages : 281
Points : 22754
Réputation : 838
Date d'inscription : 21/11/2011

Revenir en haut Aller en bas

Le Lieutenant Bernard de Lattre de Tassigny est né le 11 février 1928 à Paris.

Message par la Géline le Jeu 2 Fév 2012 - 17:40

le fils du général de Lattre de Tassigny

Le Lieutenant Bernard de Lattre de Tassigny est né le 11 février 1928 à Paris.



Dès son plus jeune âge il manifeste une vive passion pour le métier des armes, plein d'une confiance admirative pour son père le Colonel de Lattre de Tassigny qui commande alors le 151° Régiment d'Infanterie à Metz.

Après avoir rejoint l'Afrique au début de 1944, Bernard est jugé trop jeune pour être incorporé dans l'armée de liberation qui se prépare pour le débarquement. Cependant, devant sa volonté farouche de combattre, le Général de Gaulle lui-même accorde une dispense d'âge à Bernard de Lattre. Affecté au 2° Régiment de Dragon, le 8 août 1944, la guerre commence pour lui à 16 ans. Le 8 septembre, à Autun, il est sérieusement blessé et est décoré de la Médaille Militaire à titre exceptionnel. Il participe à la campagne d'Allemagne et est nommé Maréchal des Logis le 16 Juillet 1945.

Il entre à l'EMIA le 1° Août 1945-Promotion Victoire- et y choisit à sa sortie l'Arme Blindée et Cavalerie. Promu Aspirant d'Active le 26 Novembre 1945, il suit un stage à Saumur où il est nommé Sous-Lieutenant le 26 Novembre 1946. Il rejoint ensuite le 4° Régiment de Cuirassiers à Mourmelon où il est promu Lieutenant le 26 Novembre 1948.

Le 1° Juillet 1949, il embarque à Marseille pour l'Indochine. Chef de peloton blindé au 1° Régiment de Chasseurs à Yen-My, il fait à nouveau preuve de ses qualités de chef et de combattant mais aussi d'organisateur et de pacificateur. Il est cité à l'ordre de la Brigade le 21 avril 1950. Le 1° Mars 1951, il prend le commandement d'un Escadron, il est cité à l'ordre du corps d'armée le 11 Mai pour sa magnifique action au combat de Maï-Dien.

Le 29 mai, son escadron isolé à Minh binh subit une violente attaque Vietminh. A l'aube du 30, un déluge d'obus s'abat sur sa position. Le Lieutenant Bernard de Lattre de Tassigny est tué, le corps transpersé de quatre-vingt blessures.

" Jeune officier, tombé héroïquement en plein combat, donnant l'exemple des plus belles vertus militaires à l'aube d'une carrière exceptionnellement brillante, ouverte en France dans la Résistance dès l'âge de 15 ans. "

"source EMIA"
avatar
la Géline

Messages : 385
Points : 23428
Réputation : 1247
Date d'inscription : 17/11/2011

Revenir en haut Aller en bas

général de Lattre de Tassigny

Message par LOUSTIC le Jeu 2 Fév 2012 - 18:31

vidéo du général DE LATTRE DE TASSIGNY

avatar
LOUSTIC

Messages : 288
Points : 21679
Réputation : 500
Date d'inscription : 31/01/2012
Age : 58

Revenir en haut Aller en bas

Re: Jean de Lattre de Tassigny

Message par Mac Breheny le Jeu 2 Fév 2012 - 19:48

Hello everybody,

Merci de nous rappeler la vie de ce grand soldat et celle de son fils.
De Lattre est qqn. pour qui j'ai la plus grande admiration.
Cdlt

Mac

_________________
Vivre, c'est agir. Ce n'est pas philosopher. Méditer sur la vie ? A quoi bon ? La vie, on sait bien ce que c'est : un amalgame saugrenu de moments merveilleux et d'emmerdements ! Vivre, ce n'est pas remettre toujours tout en question. Vivre, c'est agir. (Roger Martin Du Gard).
avatar
Mac Breheny
TEAM
TEAM

Messages : 449
Points : 22258
Réputation : 282
Date d'inscription : 03/11/2011
Age : 51

Revenir en haut Aller en bas

Re: Jean de Lattre de Tassigny

Message par junker le Dim 19 Aoû 2012 - 21:08

Issue de la plaine de Flandre, la lignée des de L²attre s'achève, après six siècles, au marais vendéen..

C'est dans le Nord, en Flandre, que le's origines de la famille de Lattre de Tassigny doivent être recherchée.
La filiation du Maréchal ad'ailleurs été établie par les généalogistes, et notamment par les travaux du baron de Warenghien de Flory, qui, très obligeamment, a bien voulu faire une documentation aboutie.
Jusqu'en 1548 on trouve des de Lattre, en Flandre. A cette époque ils viennent s'installer à St Quentin et à Guise.
Le nom de de Lattre ne doit pas par une assimilation proche du jeu de mots faire penser à l'âtre, au foyer. Il vient de " atrio..(ablatif d'atrium). Le mot atrium n'a pas d'ailleurs ici le sens que lui donnaient les Romains. Il servait à désigner dans ce pays Flamand, et dans la région du Nord en général, un terrain sis à proximité d'une église ou d'un monastère, et plus précisément un cimetière attenant à un sanctuaire. Beaucoup de gens souhaitaient d'être enterrés dans un enclos de cette sorte, soit pour être inhumés tout près de l'église et en quelque sorte à son ombre, soit par humilité, l'endroit étant passant, pour être foulés aux pieds par les vivants.
Avec ou sans particule, ce nom est porté dans le Nord et le Nord-Est de la France et en Belgique par de nombreuses familles. Celle du Maréchal compte un nombre important de collatéraux à Arras, à Douai, etc ...

En remontantla lignée des de Lattre on découvre, au début, Jean de Lattre( 1350-1420). Il est le premier sur lequel nous possédions des données et dont la carrière nous soit connue. Au service des comtes de Flandre Jean de Lattre exerce diverses fonctions administratives. On le trouve successivement bailli d'Ypres, de Bergues, de Furnes, de Gand. Cette dernière charge devait revêtir une importance particulière, Gand étant la capitale de la Flandre. Echevin de Lille, Jean de Lattre eut aussi le titre de bailly de la chambre du duc de Bourgogne, Philippe le Hardi. On sait que, marié en 1369 avec Marguerite de Flandre, Philppe devait, à la mort de son beau-père, ajouter la Flandre à ses domaines.
Jean de Lattre eut un fils qui portait le même prénom et qui remplit aussi diverses fonctions dans la châtellerie de Lille. Nous ne pouvons retracer par le menu toute la généalogie de la famille. Nous arrêterons au moment où en 1548, nous l'avons dit,elle vient s'installer en Picardie. Elle est à cette époque représentée par Charles, qualifié dans les textes d'écuyer et de seigneur de Sausoix et qui fut bailli de St Quentin.

Vers 1590 les documents font mention de son petit-fils, Roland. Celui-ci fut le père de Lambert de Lattre, qui fut echevin de la ville de Guise et mourut en 1650. Avec Louis-Paul de Lattre, né en 1719, nous arrivons à la branche de Tassigny. C'est en effet Louis-Paul qui ajouta le premier les mots de Tassigny au nom patronymique de Lattre, tirant cette adjonction d'un fief situé aux environs de Guise.
Louis-Paul épousa Gabrielle Fouant de La Tombelle. Jusqu'alors la famille de Lattre avait donné des fontionnaires et des magistrats. On va voir maintenant apparaître les militaires. Le petit-fils de Louis-Paul de Lattre, Laurent-Emile, servira comme officier dans les dragons de la garde sous Louis-Philippe. Coïncidence cureuse ou volonté de renouer une tradition ? On sait que c'est dans un régiment de dragons que le Maréchal de Lattre de Tassigny commenca, au sortir de Saint-Cyr, sa glorieuse carrière, et c'est comme officier de dragons qu'il reçu, en 1914, sa première blessure..
Un peu après le règne de Louis-Philippe, environ le milieu du siècle par conséquent, la famille de Lattre vient se fixer en Vendée avec Joseph-Gaston, époux de Gabrielle Fabre d'Echalant.
Joseph-Gaston est le grand-père du Maréchal, dont le propre père,M. Roger de Lattre, vivait toujours en 1952 dans la localité de Mouilleron -en-Pareds qui a donné le jour à deux Fraçais " hors série " Georges Clemanceau et Jean de Lattre de Tassigny, qui, tous deux ayant bien mérité de la patrie, reposent maintenant dans la terre vendéenne.

Ainsi s'établit du XIVe siècle à nos jours la filiation du Maréchal de France Jean de Lattre de Tassigny; et la mort en ravissant son fils unique, Bernard, a éteint sa lignée.

_________________

avatar
junker
EXPERT
EXPERT

Messages : 1749
Points : 24724
Réputation : 1343
Date d'inscription : 22/12/2011
Age : 81

http://blogdegustave-3rpc.over-blog.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Jean de Lattre de Tassigny

Message par junker le Dim 19 Aoû 2012 - 21:11

Lettre envoyé par le Maréchal de Lattre à son fils Bernard en Indo ...

_________________

avatar
junker
EXPERT
EXPERT

Messages : 1749
Points : 24724
Réputation : 1343
Date d'inscription : 22/12/2011
Age : 81

http://blogdegustave-3rpc.over-blog.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Jean de Lattre de Tassigny

Message par junker le Dim 19 Aoû 2012 - 21:23



Remise de la Grand-Croix de la Légion d'Honneur au général de Lattre le 13 fevrier 1945 par le général de Gaulle dans la ville de Colmar libérée par son armée.

_________________

avatar
junker
EXPERT
EXPERT

Messages : 1749
Points : 24724
Réputation : 1343
Date d'inscription : 22/12/2011
Age : 81

http://blogdegustave-3rpc.over-blog.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Jean de Lattre de Tassigny

Message par junker le Dim 19 Aoû 2012 - 21:27

junker a écrit:Issue de la plaine de Flandre, la lignée des de L²attre s'achève, après six siècles, au marais vendéen..

C'est dans le Nord, en Flandre, que le's origines de la famille de Lattre de Tassigny doivent être recherchée.
La filiation du Maréchal ad'ailleurs été établie par les généalogistes, et notamment par les travaux du baron de Warenghien de Flory, qui, très obligeamment, a bien voulu faire une documentation aboutie.
Jusqu'en 1548 on trouve des de Lattre, en Flandre. A cette époque ils viennent s'installer à St Quentin et à Guise.
Le nom de de Lattre ne doit pas par une assimilation proche du jeu de mots faire penser à l'âtre, au foyer. Il vient de " atrio..(ablatif d'atrium). Le mot atrium n'a pas d'ailleurs ici le sens que lui donnaient les Romains. Il servait à désigner dans ce pays Flamand, et dans la région du Nord en général, un terrain sis à proximité d'une église ou d'un monastère, et plus précisément un cimetière attenant à un sanctuaire. Beaucoup de gens souhaitaient d'être enterrés dans un enclos de cette sorte, soit pour être inhumés tout près de l'église et en quelque sorte à son ombre, soit par humilité, l'endroit étant passant, pour être foulés aux pieds par les vivants.
Avec ou sans particule, ce nom est porté dans le Nord et le Nord-Est de la France et en Belgique par de nombreuses familles. Celle du Maréchal compte un nombre important de collatéraux à Arras, à Douai, etc ...

En remontantla lignée des de Lattre on découvre, au début, Jean de Lattre( 1350-1420). Il est le premier sur lequel nous possédions des données et dont la carrière nous soit connue. Au service des comtes de Flandre Jean de Lattre exerce diverses fonctions administratives. On le trouve successivement bailli d'Ypres, de Bergues, de Furnes, de Gand. Cette dernière charge devait revêtir une importance particulière, Gand étant la capitale de la Flandre. Echevin de Lille, Jean de Lattre eut aussi le titre de bailly de la chambre du duc de Bourgogne, Philippe le Hardi. On sait que, marié en 1369 avec Marguerite de Flandre, Philppe devait, à la mort de son beau-père, ajouter la Flandre à ses domaines.
Jean de Lattre eut un fils qui portait le même prénom et qui remplit aussi diverses fonctions dans la châtellerie de Lille. Nous ne pouvons retracer par le menu toute la généalogie de la famille. Nous arrêterons au moment où en 1548, nous l'avons dit,elle vient s'installer en Picardie. Elle est à cette époque représentée par Charles, qualifié dans les textes d'écuyer et de seigneur de Sausoix et qui fut bailli de St Quentin.

Vers 1590 les documents font mention de son petit-fils, Roland. Celui-ci fut le père de Lambert de Lattre, qui fut echevin de la ville de Guise et mourut en 1650. Avec Louis-Paul de Lattre, né en 1719, nous arrivons à la branche de Tassigny. C'est en effet Louis-Paul qui ajouta le premier les mots de Tassigny au nom patronymique de Lattre, tirant cette adjonction d'un fief situé aux environs de Guise.
Louis-Paul épousa Gabrielle Fouant de La Tombelle. Jusqu'alors la famille de Lattre avait donné des fontionnaires et des magistrats. On va voir maintenant apparaître les militaires. Le petit-fils de Louis-Paul de Lattre, Laurent-Emile, servira comme officier dans les dragons de la garde sous Louis-Philippe. Coïncidence cureuse ou volonté de renouer une tradition ? On sait que c'est dans un régiment de dragons que le Maréchal de Lattre de Tassigny commenca, au sortir de Saint-Cyr, sa glorieuse carrière, et c'est comme officier de dragons qu'il reçu, en 1914, sa première blessure..
Un peu après le règne de Louis-Philippe, environ le milieu du siècle par conséquent, la famille de Lattre vient se fixer en Vendée avec Joseph-Gaston, époux de Gabrielle Fabre d'Echalant.
Joseph-Gaston est le grand-père du Maréchal, dont le propre père,M. Roger de Lattre, vivait toujours en 1952 dans la localité de Mouilleron -en-Pareds qui a donné le jour à deux Fraçais " hors série " Georges Clemanceau et Jean de Lattre de Tassigny, qui, tous deux ayant bien mérité de la patrie, reposent maintenant dans la terre vendéenne.

Ainsi s'établit du XIVe siècle à nos jours la filiation du Maréchal de France Jean de Lattre de Tassigny; et la mort en ravissant son fils unique, Bernard, a éteint sa lignée.

_________________

avatar
junker
EXPERT
EXPERT

Messages : 1749
Points : 24724
Réputation : 1343
Date d'inscription : 22/12/2011
Age : 81

http://blogdegustave-3rpc.over-blog.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Jean de Lattre de Tassigny

Message par Mac Breheny le Lun 20 Aoû 2012 - 11:43

Hello everybody,

Merci pour toutes ces infos !
Cdlt

Mac

_________________
Vivre, c'est agir. Ce n'est pas philosopher. Méditer sur la vie ? A quoi bon ? La vie, on sait bien ce que c'est : un amalgame saugrenu de moments merveilleux et d'emmerdements ! Vivre, ce n'est pas remettre toujours tout en question. Vivre, c'est agir. (Roger Martin Du Gard).
avatar
Mac Breheny
TEAM
TEAM

Messages : 449
Points : 22258
Réputation : 282
Date d'inscription : 03/11/2011
Age : 51

Revenir en haut Aller en bas

Le Maréchal de Lattre de Tassigny

Message par Béghin Bernard le Mar 26 Aoû 2014 - 14:48

Je viens de regarder ce sujet sur le Maréchal de Lattre.


     Je n'avais pas encore vu qu'il était déjà abordé dans ce forum, aussi j'en ai placé un autre dans 
"Théâtres d' opérations, guerre 14/18" , mais évoquant essentiellement son parcours exceptionnel de cavalier puis fantassin durant la Première Guerre Mondiale.

     Bien sûr , j'ai apprécié la vidéo relatant sa présence voulue par le général de Gaulle pour la signature de l'Armistice du 8 ....9 mai 1945, mais aussi tout l'historique ancestral de la famille de Lattre dont les origines remontent dans les Flandres; sujet évoqué par Junker .

     Je ne suis parmi vous que depuis le mois de mars 2014, et il est évident que je n'ai pas encore parcouru tout ce qui est dans ce forum que je trouve très riche, à tel point que j'en néglige mes autres sites.

_________________
"Parce qu'un homme sans mémoire est un homme sans vie, un peuple sans mémoire est un peuple sans avenir..."- Maréchal Foch
avatar
Béghin Bernard
TEAM
TEAM

Messages : 883
Points : 15390
Réputation : 1329
Date d'inscription : 05/03/2014
Age : 70

Revenir en haut Aller en bas

Re: Jean de Lattre de Tassigny

Message par Lothy le Mar 26 Aoû 2014 - 16:47

Rien de grave Bernard.... Si tu étais le premier, et surtout le seul....

_________________
Lothy
"A tous les Prétoriens que des Césars firent massacrer pour ne pas payer de solde ou pour sauver leur propre vie" - Jean Lartéguy.
avatar
Lothy
EXPERT
EXPERT

Messages : 4803
Points : 29035
Réputation : 676
Date d'inscription : 28/10/2011
Age : 70

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum