LES CAMPS PARACHUTISTES

livre "LA GUERRE AU XXI° SIECLE : Un nouveau siècle de feu et de sang".

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

livre "LA GUERRE AU XXI° SIECLE : Un nouveau siècle de feu et de sang".

Message par rangers le Lun 6 Fév 2012 - 15:15

"LA GUERRE AU XXI° SIECLE : Un nouveau siècle de feu et de sang".
Le Général (2S) Philippe VOUTE, est le traducteur de l'ouvrage de Colin S. GRAY "Another bloody century : future warfare", paru aux éditions Economica sous le titre "La guerre au XXI° siècle".

je cite JLH " le général Philippe VOUTE ( alors lieutenant ) était en 1975/1976 adjoint au C U de la 1° compagnie du 1° RCP , j'ai eu l'occasion de faire beaucoup de reconnaissances de terrain avec lui "

Colin S. GRAY, auteur d'une vingtaine d'ouvrages, est, depuis l'an 2000, professeur de relations internationales et d'études stratégiques à l'université de Reading (Angleterre). Possédant la double nationalité britannique et américaine, il a pendant vingt-cinq ans conseillé les gouvernements américain et britannique et a contribué à l'élaboration de la politique et à la conceptualisation des idées stratégiques dans des domaines tels que la stratégie nucléaire, la maîtrise des armements, la stratégie maritime, les forces spatiales et les forces spéciales.

* * * * *

Mon général, pourquoi vous être intéressé à cet ouvrage ?
Lors de mon séjour aux Etats-Unis à la fin des années 1990, j'ai participé à des séminaires cherchant à établir les menaces auxquelles l'armée de terre américaine pourrait être confrontée à l'horizon 2025-2030, et donc à définir des organisations, des missions et des doctrines possibles (c'était le programme Army After Next). Mon passage en deuxième section des officiers généraux n'a pas subitement effacé mon intérêt pour la guerre dans le futur ou le futur de la guerre. En outre, ma passion pour la culture historique - sur laquelle nos armées semblent faire l'impasse depuis presque deux décennies - ne pouvait que me rendre sympathique un auteur qui estime que l'Histoire est notre meilleur guide vers le futur, voire même le seul.

Peut-être, connaissiez-vous déjà le professeur Colin S. Gray ?
Non, en dépit de ses liens avec le Strategic Studies Institute de Carlisle (Pennsylvanie) auquel il continue à collaborer, je ne me souviens pas de l'avoir rencontré. En tout cas, sa double culture européenne et américaine ainsi que sa grande expérience professionnelle, dans les instances stratégiques décisionnelles comme dans les centres universitaires de recherche, me semblaient constituer des atouts certains pour que ce sujet prospectif soit traité avec compétence et sérieux . C'est ce que l'auteur a fait . et de main de maître.

Mais, on ne peut pas prédire l'avenir stratégique avec certitude !
Non, d'ailleurs Colin S. Gray met en garde contre le manque d'humilité de certains et contre les prophéties à la mode. Il cite ainsi une série de prévisions passées qui constituent autant de morceaux d'humour involontaire. Mais, ce qu'il affirme c'est que l'Histoire nous fournit des constantes, des tendances dans l'évolution des domaines qui nous intéressent, ainsi que des exemples de rupture ; que vous nommiez ces ruptures « révolutions dans les affaires militaires, ou les affaires stratégiques, ou les affaires de sécurité, etc. » ! A nous d'envisager et de rechercher ce qui demeurera constant, ce qui évoluera, enfin ce qui se situera en rupture totale avec le passé . sans oublier que la surprise et l'imprévisible ne sont pas seulement probables mais inévitables.

Pouvez-vous nous donner un exemple de ces constantes ?
Oui, c'est le fait que la guerre constitue une donnée permanente de la condition humaine ; ainsi les raisons de faire la guerre se réduisent-elles toujours à la triade de Thucydide : « l'honneur, la peur et l'intérêt ». Permettez-moi aussi d'insister sur l'approche tout à fait clausewitzienne de l'auteur qui fait la différence entre la nature immuable de la guerre - un acte de violence organisé à des fins politiques - et son caractère variable en fonction du contexte géographique, culturel, social ou technique du moment.

A ce propos, n'est-ce pas le développement technique qui constituera le facteur essentiel et transformera le futur de la guerre ?
Vous me rappelez une excellente bande dessinée des années 1970 sur le développement de l'armement, depuis la massue jusqu'aux armes nucléaires, dont toutes les pages se terminaient immuablement par la formule « avec une arme pareille, la guerre devient impossible » ! Plus sérieusement, Colin S. Gray prend en compte les évolutions techniques, mais il prévient qu'elles ne sauraient avoir plus d'importance que des facteurs permanents comme le danger, le hasard, la friction, la fatigue, la peur ou l'incertitude. Ce qui est plus sérieux c'est qu'il voit l'élargissement inéluctable de la guerre aux nouvelles dimensions géographiques que sont l'espace et le cyberespace . et qu'il n'oublie pas de traiter longuement des armes de destruction massive qui sont à la disposition des belligérants et ont fait leurs preuves !

Et le terrorisme dans tout cela ?
Certes, Colin S. Gray est un des rares auteurs à envisager la résurgence de la grande guerre régulière inter-étatique. Mais, rassurez-vous, le terrorisme est traité dans le cadre de la guerre irrégulière dont il ne constitue, rappelons-le, qu'un mode d'action. Les Etats-Unis sont lancés dans la guerre mondiale contre le terrorisme - la GWOT (Global War On Terrorism) comme elle est appelée ; mais, ce phénomène - auquel est lié l'expansion des missions des forces spéciales - va-t-il constituer la marque du XXI° siècle ? L'auteur en doute.

Votre focalisation, et celle de l'auteur, sur les Etats-Unis ne risque-t-elle pas de passer sous silence des évolutions ou des révolutions dans d'autres parties du monde ?
Certes, je ne connais ni le russe ni le chinois et ce livre est très centré sur l'Amérique du Nord. Mais, l'auteur s'en explique : les Etats-Unis sont encore (pour combien de temps ?) l'hyper-puissance qui possède la volonté, les idées et les moyens d'agir stratégiquement sur l'ensemble du globe. Leurs réalisations et leurs visions méritent qu'on s'y intéresse ; ce n'est pourtant pas oublier les idées chinoises et russes (ou françaises) et l'auteur ne s'en prive pas, comme la bibliographie et les citations de l'ouvrage le prouvent. En contrepartie, Colin S. Gray met en garde contre la capacité américaine à créer des concepts - « la guerre de quatrième génération », les « opérations fondées sur les effets », etc. - et des acronymes qui ne font que camoufler des idées anciennes et troubler la vision du phénomène guerrier.

Traitant de la guerre, l'auteur a-t-il une opinion sur la paix ?
Bien sûr, et c'est même le thème de la dernière partie de l'ouvrage intitulée « Dompter la bête ». On ne fait pas la guerre pour la guerre, mais en vue d'obtenir une paix juste . ou avantageuse qui, elle-même, risque d'être le point de départ d'un futur conflit. Sans se bercer d'illusions et en faisant preuve d'un solide réalisme, Colin S. Gray démontre que la guerre possède certaines limites naturelles . mais estime que, comme l'affirme Platon « Seuls les morts ont vu la fin de la guerre » !

Vous semblez très enthousiasmé par le contenu de ce livre ! Partagez-vous toutes les vues de l'auteur ?
Bien sûr que non ! Ce livre n'est pas la « Bible et les Prophètes » ! D'ailleurs par endroits il pourra faire grincer les dents à nos compatriotes qui risquent d'y trouver la vision des néo-conservateurs américains très critiques vis-à-vis de l'attitude française face à la guerre en Irak. Mais, au-delà de ces détails - qui nous permettent de nous remettre en cause et de constater que chacun dans ce monde ne partage pas notre vision « gauloise » - il faut reconnaître que cet ouvrage fera date pour tous les passionnés des questions de défense.

Merci, mon général, pour votre patience. Peut-être un dernier commentaire ?
En fait, j'ai à formuler un regret et un espoir. Le regret, c'est de ne pas avoir « foncé » dès la parution de ce livre au Royaume-Uni en 2005 afin de faire connaître la richesse de son contenu et permettre à l'ensemble de la communauté de la défense française d'intégrer ces données avant de se lancer dans le Livre Blanc. Mon espoir, c'est qu'au travers de cette traduction - et en dépit de ses faiblesses - mes jeunes camarades officiers prennent conscience des risques et enjeux auxquels ils risquent fort d'être confrontés dans les années à venir, qu'ils se servent de ce livre comme d'une source féconde de réflexions et qu'ils puissent, le moment venu, y trouver des éléments de solution à leurs problèmes.


_________________
jamais je ne renierai les miens
avatar
rangers
MODERATEUR
MODERATEUR

Messages : 424
Points : 23190
Réputation : 734
Date d'inscription : 28/10/2011

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum