LES CAMPS PARACHUTISTES

Incendie à la Réunion

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Incendie à la Réunion

Message  guépard le Lun 31 Oct 2011 - 13:10

« Incendie à la Réunion »
Les compagnies tournantes du 1er R.C.P. ont été souvent sur l’île de la Réunion. Nous nous souvenons des paysages magnifiques et nous avons beaucoup de tristesse en voyant le ravage des flammes.

"Dans les moments difficiles qu'elle connaît, la Réunion peut compter sur la solidarité nationale", a affirmé le préfet dans un communiqué, annonçant l'envoi par le gouvernement de 171 pompiers supplémentaires qui arriveront mardi dans l'île ainsi que cinq tonnes d'équipements.
"Il s'agit de la quatrième vague de renforts déployés sur décision du gouvernement depuis le début de l'incendie", a souligné le préfet. Ce qui porte à 400, le nombre total de pompiers venus de métropole, spécialisés dans les feux de forêts.
"Ces vagues de renforts successives s'inscrivent dans la stratégie qui a été définie et qui permettra de venir à bout de cet incendie", a encore dit le préfet, citant "l'attaque de proximité" au sol associée aux interventions des hélicoptères bombardiers d'eau et de transport des pompiers.

guépard

Messages : 270
Points : 2776
Date d'inscription : 26/10/2011
Age : 57

Revenir en haut Aller en bas

Re: Incendie à la Réunion

Message  Invité le Lun 31 Oct 2011 - 15:44

SLED , c'est enorme en perte de tous genres je crois que le moment pour intervenir sur ces incendies , et vu la gravite na pas ete pris en compte assez tot, l'enquete en cours nous le dira , bien a toi /MB

Une exploitation agricole a été détruite par le feu dans la nuit de samedi à dimanche à la Chaloupe Saint-Leu sur les hauteurs de l'ouest de l'île de la Réunion où 43 personnes ont dû être évacuées à la suite de la propagation d'un incendie dans le parc national, a annoncé la préfecture de la Réunion. (c) Afp
Au fur et à mesure que l'incendie du Parc national a progressé, la polémique a enflé à La Réunion sur les moyens engagés par l'Etat pour lutter contre le feu, la gauche et les écologistes les jugeant notoirement "insuffisants".

Pour tenter de désamorcer la controverse, le préfet de cette collectivité d'outre-mer, Michel Lalande a annoncé l'arrivée mardi de quelque 170 pompiers supplémentaires, portant à 400 les renforts envoyés de métropole depuis jeudi dernier. "La Réunion peut compter sur la solidarité nationale", a-t-il assuré.

Il n'est pas sûr pour autant qu'il fasse taire les critiques, portant notamment sur le non recours à l'avion bombardier d'eau Dash-8 de la Sécurité civile.

"Il faut des moyens aériens plus importants. Que fait le gouvernement ? Je n'arrêterai pas tant que la situation ne sera pas sous contrôle" s'est insurgée, dimanche, la députée communiste Huguette Bello, maire de Saint-Paul, une des communes abritant le Parc national ravagé par le feu.

"On nous dit que les moyens aériens ne sont pas adaptés, pourtant l'année dernière on a vu le travail accompli", a-t-elle ajouté, en référence au Dash-8 de la Sécurité civile, intervenu au Maido, en octobre 2010. 800 hectares de ce site classé au patrimoine mondial par l'Unesco avaient été détruits par le feu au bout de 12 jours, contre 2.677 ha cette année, six jours seulement après le début de l'incendie.

Dès le départ du feu, le 25 octobre, de nombreuses voix se sont élevées dans l'île pour demander l'intervention de cet avion capable de larguer 12.000 litres d'eau par voyage (deux fois plus qu'un Canadair), quand les hélicoptères bombardiers d'eau actuellement utilisés ne peuvent transporter que 800 litres par rotation.

Dimanche, les élus d'Europe Ecologie-Les Verts, Eva Joly et Cécile Duflot, ont dénoncé "la réaction dramatiquement insuffisante de l'Etat et des autorités locales" face à "une véritable catastrophe nationale". Soulignant le manque de moyens aériens, elles ont demandé à ce que le gouvernement "affrète au plus vite des appareils disponibles en métropole".

Corinne Lepage (Cap-21) a déploré elle aussi "le manque de moyens" alloués par l'Etat, dénonçant la "désinvolture" du gouvernement "face à l'ampleur et à la gravité de la situation".

Pour sa part, le sénateur PS Michel Vergoz a prévenu, à propos du non recours au Dash-8, que les causes techniques invoquées ne doivent pas "masquer une décision motivée par des raisons financières".

Seuls à soutenir le gouvernement, les élus UMP Didier Robert, président du conseil régional, et Michel Fontaine, sénateur, ont appelé les Réunionnais à "l'union sacrée" et à cesser la "polémique".

Sur les ondes des radios locales ou les réseaux sociaux, les Réunionnais ont crié leur colère. "On se sent sous-Français, sous-équipés", a écrit l'un d'eux sur Google.

Face au flot de critiques, Michel Lalande a justifié tout au long de la semaine dernière le non emploi du Dash, un appareil "peu maniable", ne pouvant procéder à "des largages de précision dans les zones montagneuses accidentées comme la Réunion".

Vantant des hélicoptères bombardiers d'eau plus adaptés, il a aussi assuré que "c'est la main de l'homme" qui est seule capable de "fixer" l'incendie en l'attaquant au sol, rappelant qu'en 2010 le Dash est arrivé une fois l'incendie circonscrit et qu'il n'a fait que noyer les zones traversées par le feu.

Sur le terrain, la nuit de lundi à mardi a été moins difficile que prévu, selon les pompiers. Aucune habitation n'a été touchée par le feu sur les hauteurs de Saint-Leu où 26 habitations avaient été évacuées préventivement. Les occupants ont pu regagner leur domicile dans la matinée.


Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum