LES CAMPS PARACHUTISTES

Adjudant-chef Mafalda MOTTI

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

22022012

Message 

Adjudant-chef Mafalda MOTTI




" ALBERTVILLOIS, et fier de l'être "



Adjudant-chef Mafalda MOTTI

Mafalda MOTTI est née le 23 juin 1915 à Albertville en Savoie. Issue d’une famille de six enfants, elle possède une personnalité dynamique, et pratique beaucoup de sports, notamment le cyclisme. Sa gentillesse lui vaut de nombreux amis. En 1939, lorsque la guerre éclate, elle est ouvrière repasseuse dans sa ville natale. Très tôt, elle décide de participer à la lutte contre l’occupant. Elle abandonne tout pour rallier avec élan et enthousiasme la résistance. Elle commence par assurer des liaisons de recrutement et d’organisation, puis elle participe à l’impression et la diffusion de la presse clandestine. Mafalda MOTTI se fait remarquer par son courage, son dévouement et ses qualités de chef et d’organisatrice.
 
Un peu plus tard, elle distribue aux premiers groupes de résistants en Dauphiné, les explosifs que les mineurs prélèvent dans les magasins de la mine. En 1943, sous le nom de Simone, elle abandonne complètement la vie légale et plonge dans la clandestinité. Avec le groupe des francs-tireurs et partisans du Rhône, elle poursuit, essentiellement en Dauphiné, le transport périlleux d’armes et de munitions. Son existence est rude, marquée par une discipline quasi-militaire. Elle s’endurcit chaque jour à cette vie rustique dans un milieu d’hommes. Elle développe son goût de l’action, sa volonté et galvanise son groupe qui n’a qu’un seul but : participer à la libération de la France.
 
Toujours volontaire pour les missions dangereuses, elle participe à de multiples actions contre l’ennemi, et parfois les dirige.

Le 23 août 1944 à Villeurbanne, à la tête de son groupe, elle attaque à la grenade une colonne allemande, contribuant à déclencher l’insurrection.

Le 31 août, sur le champ de bataille de Pusignan, elle remplace son commandant grièvement blessé. Sa tenue au feu et l’ascendant qu’elle possède sur ses hommes et ses femmes lui permettent de rentrer victorieuse à Lyon en tête du bataillon.

Après le débarquement de Provence, Mafalda MOTTI s’engage pour la durée de la guerre. Rapidement ses qualités sont reconnues et elle est dirigée vers l’école des cadres de Thon Cry. A sa sortie, elle part en Tchécoslovaquie pour accueillir les déportés survivants des camps de la mort.
 
La guerre finie, Mafalda MOTTI se porte volontaire pour servir à l’école des troupes aéroportées de Pau. Elle nommée sergent le 22 avril 1950 et sergent-chef le 15 octobre 1951. le 22 mai 1953, elle débarque à Saigon, affectée aux forces terrestres du Nord-Vietnam pour servir à la compagnie autonome de la garnison d’Haiphong. Elle rejoint ensuite le groupement des points sensibles. Le sergent-chef MOTTI y fait preuve des mêmes qualités que pendant la résistance. En toutes circonstances, elle demeure souriante, calme et dévouée, sa force morale impressionne.

En 1954, elle rejoint Saïgon et la 71ème compagnie de quartier général.

En juillet 1955, Mafalda MOTTI rentre en France, mais ne pouvant se satisfaire de la vie métropolitaine sédentaire, elle demande à repartir. Ses vœux sont exaucés et elle part pour l’Algérie, affectée à la 191ème compagnie de réparation des parachutes à Sétif.

En 1959, elle rejoint L’Etablissement de réserve du Matériel d’Alger où elle servira jusqu’en 1961, évoluant dans un climat d’insécurité et de tension, participant de manière indirecte au maintien de l’ordre dans ce pays troublé. Toujours volontaire pour servir la France, elle quitte alors l’Algérie pour rejoindre le Sénégal où elle intègre la compagnie des spécialistes de la zone outre-mer numéro 1 à Thiès. Elle prend part au soutien direct des unités françaises stationnées sur le territoire sénégalais.

Le 1er octobre de la même année, elle nommée adjudant.

Le 25 octobre 1963, l’adjudant Mafalda MOTTI rentre en France et rejoint son unité, la 191ème C.M.R.P. à Montauban. Sa compagnie est chargée du soutien matériel de la 11ème division aéroportée. Elle est nommée adjudant-chef le 1er janvier 1969.
 
En 1970, après 27 années au service de la France, l’adjudant-chef MOTTI prend sa retraite qu’elle consacre au service des autres. Elle s’éteint le 27 janvier 1975 à l’hôpital militaire de Toulouse des suites d’une longue maladie qui a réussi là où tous ceux qu’elle a combattu avaient échoué. Mafalda MOTTI laisse à tous ceux qui l’ont connue le souvenir d’un grand soldat et d’une camarade aux qualités humaines remarquables.

L’adjudant-chef MOTTI était titulaire des décorations suivantes :
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
                                                         
 
Elle est marraine de la 186 eme Promotion de l'Ecole Nationale des Sous-Officiers d'Active

 

_________________
«Contre la peur, un seul remède : le courage.»
[ Louis Pauwels ]  [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
avatar
Charbonnier
TEAM - MODERATEUR -

Messages : 1476
Points : 27000
Réputation : 2279
Date d'inscription : 28/10/2011
Age : 66

Revenir en haut Aller en bas

Partager cet article sur : Excite BookmarksDiggRedditDel.icio.usGoogleLiveSlashdotNetscapeTechnoratiStumbleUponNewsvineFurlYahooSmarking

Adjudant-chef Mafalda MOTTI :: Commentaires

avatar

Message le Jeu 23 Fév 2012 - 0:01 par Lothy

Je n'avais jamais entendu parler de cette femme en particulier, bien qu'ayant eu des échos de comportements héroïques chez plusieurs d'entre elles.

Voilà encore une bien belle histoire... Merci André de nous parler de tes héros locaux.... Il y a fort à parier que l'adjudant-chef Motti était originaire de l'autre côté des Alpes....

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Message le Mar 11 Mar 2014 - 11:25 par Béghin Bernard

Moi non plus, je n'ai jamais entendu ce nom ni ses combats contre l'occupant allemand mais je reste admiratif.
Et comme l'écrit Lothy, on peut penser que c'est une femme d'origine transalpine qui a démontré qu'elle a su aimer la France au point d'en être une combattante et ainsi d'avoir participé à sa libération.

C'est le fort du forum, ces petites histoires qui font la Grande Histoire....

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum