PARACHUTES DORSAL TAP TYPE /660. 661. 665/3

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet

Aller en bas

28032012

Message 

PARACHUTES DORSAL TAP TYPE /660. 661. 665/3






PARACHUTE DORSAL TAP 660.
Parachute dorsal TAP 660.

Caractéristiques :

Surface : 60 m2.

Nombre de suspentes : 24.

Longueur des suspentes : 6,50 m.

En 1945, au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, un petit nombre de régiments de parachutistes français sont équipés de parachutes anglais du type X ne comportant pas de ventral, et l’ensemble des autres unités aéroportées des parachutes américains T-5 apparu en 1948, équipé d’un système de fermeture à mousqueton pour le harnais, puis du parachute T-7 muni d’un boîtier circulaire à dégrafeur rapide.

En 1950 apparaissent les deux premiers parachutes de conception purement française, l’ARZ 672 qui sera peu utilisé, et l’IHA 675.

En 1952, ces deux types de parachutes donnent naissance au célèbre TAP 660. Ce parachute à « voilure d’abord » est conçu pour que sa voilure sorte en premier, entraînant dans son sillage les suspentes. Les suspentes sont lovées directement au fond du dorsal, la voilure pliée par-dessus, protégée par une calotte solidaire de la SOA (Sangle d’Ouverture Automatique). Lors du saut, la SOA se délove, arrache la calotte libérant la voile qui se gonfle et qui à son tour, tend les suspentes.

A cette époque, la vitesse peu élevée des avions de largage « Dakota » n’occasionne pas un trop gros choc, au parachutiste, à l’ouverture de la voilure.

L’apparition d’avions largueurs plus rapides comme les « C119 FAIRCHILD » et « 2501 NORD-ATLAS » fait apparaître que le choc à l’ouverture, dû à la vitesse de l’avion, est trop important pour le parachutiste. Il est donc décidé de modifier le TAP 660 afin de remédier à cet état de fait.

Les recherches aboutissent à l’adjonction d’un sac type « suspentes d’abord ». Ce système, destiné à freiner légèrement la chute et à amortir le choc à l’ouverture, est conçu de sorte à inverser le processus d’ouverture du TAP 660 de manière à ce que la voilure soit pliée en accordéon au fond du dorsal et les suspentes lovées au-dessus du sac (à voile). Lors du saut, la SOA se délove, entraîne les suspentes qui se tendent et qui à leur tour entraînent la voilure.

Ce nouveau parachute prend l’appellation de TAP 661.

La famille des TAP 660 (664, 665, 661-12) reste en service jusqu'au début des années 80 où apparaît l'EPI, « l'Ensemble de Parachutage Individuel » du combattant. Il est composé d'un parachute dorsal TAP 696/26 d'une surface de 74 m² et d'un parachute ventral TAP 511 d'une surface de 54 m². La voilure est normalement neutre mais quand elle est sollicitée par l'intermédiaire des poignées sur les élévateurs, elle peut acquérir une vitesse horizontale de 2 à 3 m/sec.




En indochine les troupes francaises utilisèrent different type de parachutes. Il y eu des anglais type X qui furent vite abandonnés car ils n'avaient pas de ventral, il y eu des americains T5 et T7 et puis il y eu les premiers modeles francais, le 660 et le 661.

A dien bien phu il y eu surtout des parachutes francais. Des 660 et 661.

Le 660 apparu vers 1950. Il avait la voilure qui sortait en premier, ce qui ne posait pas de probleme pour les "DAKOTA" qui ne volait pas à des vitesse trop rapide, mais avec les nouveaux avions comme les "C119 FAIRCHILD" ou les "2501 NORATLAS" qui etaient plus rapide cela occasionnait un trop gros choc à l'ouverture.
On decida donc de faire sortir les suspentes en premiers ce qui frénerait legerement la chute du para et amortirait le choc à l'ouverture.
On modifia les 660 en 661.

Dans le 660 les suspentes sont lovées directement dans le dorsal puis la voilure viens se ranger dessus.
Pour proteger la voile de l'exterieur il y avait une calotte qui se plaçait au dessus et qui etait solidaire de la SOA.
En sautant la SOA se délovait, arrachait la calotte et liberait la voile qui se gonflait, et enfin les suspentes se tendaient.







Dans le 661 la modification c'est tout simplement un sac.
La voilure est rangée dans un sac auquel est reliée la SOA. En sautant la SOA se délove, arrache le sac du dorsal, les suspentes rangées egalement dans le sac se tendent puis c'est la voile qui sort.
Les parachutes 660 existant reçurent donc un sac et furent renommé 661, en meme temps les nouveaux parachutes 661 étaient fabriqués. Les premiers apparurent en 53.





Pour reconnaitre du premier coup les parachutes utilisés en indo, c'est simple, ils ont des élastiques sur les rabats du dorsal. Ces élastiques ont été suprimés vers 1956.



ci-dessus un dorsal 661 auquel on a retiré les elastiques. Le marquage 661 est marqué à l'interieur et etait en bas, masqué par de l'encre (la tache noire) et il a été renomé 665.3 (sur le haut) .
Ce type de parachute a été utilisé en Algerie mais pas en indo.
avatar
Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

- Sujets similaires
Partager cet article sur : diggdeliciousredditstumbleuponslashdotyahoogooglelive

PARACHUTES DORSAL TAP TYPE /660. 661. 665/3 :: Commentaires

avatar

Message le Mar 28 Aoû 2012 - 2:36 par remo

le 661 au cnip on l utiliser en saut twin-moteur a 300 metres avec SOA bleu (plus long ) !!!!!

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum