LES CAMPS PARACHUTISTES

lieutenant Nadège HUART

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

10052012

Message 

lieutenant Nadège HUART




Depuis avril 2010, le lieutenant Nadège Huart commande la section des plongeurs de combat du 19e régiment du génie (19e RG). Retour sur le parcours atypique de l'unique femme de cette spécialité.
Le lieutenant Nadège Huart, 1ére femme plongeur de combat .

« Mon parcours est plutôt éclectique. J'ai commencé ma carrière à Saint-Maixent en 2004, en voulant devenir pilote dans l' aviation légère de l'armée de Terre (ALAT). Voler était un rêve, mais au bout d'un an, j'ai dû changer de poste car je ne supportais plus l'altitude. Après cinq semaines de secrétariat en état-major, j'ai pris une décision radicale : entrer à l'école militaire interarmes (EMIA).

En école d'application, des chefs de corps nous ont présenté les métiers du génie. J'ai été immédiatement attirée par la spécialité de plongeur de combat. Cette passion ne m'a plus quittée.

1ére étape : obtenir le brevet de plongeur
Il faut surmonter de nombreuses épreuves pour devenir un plongeur de combat accompli. La première : venir à bout des sélections. Nous étions 16 au départ.
Au bout de trois jours, nous n'étions plus que deux. Regroupés ensuite avec les plongeurs de la Marine nationale, nous avons enchaîné plus de 20 semaines de stage. Nager pendant des heures avec 30 kilos de matériel, c'est réellement éprouvant. J'ai dû me battre pour rester jusqu'au bout, mais j'ai fait partie des 50 % de candidats recevant le brevet de plongeur. Une vraie récompense !

Du militaire du rang à l'officier : la même formation
Quel que soit le grade, des hommes du rang jusqu'aux officiers, il faut ensuite passer les diplômes sanctionnant tous les niveaux. Mon certificat technique de 1er niveau en poche, je viens de réussir le stage directeur de plongée. Prochaine étape : la seconde partie du stage « intervention offensive », en juin et juillet 2012.
C'est un long chemin à parcourir et il ne faut jamais baisser les bras.

Faire ses preuves
Une fois dans l'eau, nous sommes tous égaux. Avec mes hommes, nous formons un détachement soudé. Lors de nos plongées, nous vivons des moments forts, qui sellent notre confiance mutuelle. Mes plongeurs sont ma deuxième famille. Je les défends coûte que coûte. Mais pour être prise au sérieux, j'ai dû faire mes preuves durant les stages. Évidemment, je n'ai pas le même physique qu'un homme, mais je suis technique et minutieuse.

Des capacités opérationnelles à exploiter
J'aime mon métier, et malgré les difficultés, je me bats tous les jours pour le voir évoluer. Il faut que les capacités d'intervention des plongeurs soient vraiment exploitées. Nous sommes projetés depuis peu sur le théâtre afghan pour des fouilles ou des reconnaissances, mais je sais que nous pouvons faire plus. En Côte d'Ivoire par exemple, nous avons contribué en 2011 à l'évacuation des ressortissants français par la lagune, grâce à nos compétences en franchissement. »

Sources : TIM / ASP Anne-Cécile Marel

_________________


bergham

Messages : 447
Points : 3468
Date d'inscription : 31/12/2011
Age : 55

Revenir en haut Aller en bas

- Sujets similaires
Partager cet article sur : Excite BookmarksDiggRedditDel.icio.usGoogleLiveSlashdotNetscapeTechnoratiStumbleUponNewsvineFurlYahooSmarking

lieutenant Nadège HUART :: Commentaires

avatar

Message le Lun 14 Mai 2012 - 18:57  junker

Chapeau !! pour cette femme officier, dans un milieu pourtant masculin, elle a su faire son choix et le faire respecter !!

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum