Souvenirs qui passent ...

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet

Aller en bas

20072012

Message 

Souvenirs qui passent ...




Quelques photos qui n'ont pas bien vieilli (des Kodachrome 24x36 de 1962 ...), mais qui sont des témoignages d'une vie passée et d'un monde perdu.

Cette première photo, est celle de la Garde au Drapeau, regardez-la bien ... Avez-vous vu pareille chose ? une garde au Drapeau qui regarde ses rangers alors qu'elle n'a pas le soleil dans la figure : du jamais vu !
Et, pour cause, c'était quelques jours avant que nous fermions la porte tout en laissant la clé dessus, tout en ignorant les cris de ceux qui restés parce que la République ne voulait pas d'eux, étaient torturés et assassinés !
C'était il y a déjà bien longtemps ... NON, c'était hier !


La deuxième photo, est la même Garde au Drapeau, le jour de l'embarquement à BOUGIE, c'était le 2 décembre 1962 (quelle date : la "Saint Austerlitz" !)


La troisième photo, représente le "comité d'accueil" à PORT-VENDRES, quelques  jours après le 2 décembre. Je ne sais plus combien de jours après, exactement, mais la mer avait été forte, et nous avions été déroutés de MARSEILLE vers PORT-VENDRES. Le Commandement ? les politiques ? avaient décrété qu'il n'était pas envisageable qu'un Régiment Para débarque en cette ville de la Bonne-Mère ..
Comme vous le constaterez, un Comité d'accueil impressionnant ! Mais, qui donc a rendu les Honneurs au Drapeau rentrant sur le sol de la Patrie ?
Nous !
Après que les sacs marins qui étaient miraculeusement passés par dessus bord (tout seuls ...) aient été dégagés, un détachement a quitté le bord pour"accueillir" notre Drapeau !



Cerbère
avatar
cerbere
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Partager cet article sur : diggdeliciousredditstumbleuponslashdotyahoogooglelive

Souvenirs qui passent ... :: Commentaires

avatar

Message le Ven 20 Juil 2012 - 20:22 par Invité

Merci Cerbère, de tes photos !! J'ai bien fait en 1958 de lâcher la boutique, je crois que l'insupportable je ne l'aurais pas supporté, j'étais avec le Colonel Trinquier d'avril à août 58 et avec déjà tous les prémices de la dégénérescence de notre république avec double mètre à la tête des horreurs qui se préparaient, sans que cela le fasse frissonner un instant, continue de me donner tes souvenirs, qui parfois me donne une larme de désespoir, de nous voir dégringoler la pente à grande vitesse !!

un ancien du 3ème RPC....

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Message le Mer 26 Nov 2014 - 18:52 par Béghin Bernard

Cerbère . Je trouve difficile pour moi de dire quoi que ce soit la dessus, parce que je n'y étais pas, mais je comprends
             aisément ta douleur et sans doute ton chagrin d'avoir eu à "subir" ces moments imposés par un pouvoir qui
             manque à sa parole.
             Je ne veux pas retourner le couteau dans la plaie en répondant à ce que je viens de lire, mais je ne puis que
             rendre hommage à ce que tu as pu faire là-bas comme te le demandait ton devoir de soldat parachutiste.

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Message le Mer 26 Nov 2014 - 19:52 par Invité

C'est pourquoi je n'ai pas voulu reprendre du service , car comme mon pote Keller du "3 " qui s'est barré et a combattu dans l'OAS,  après 6 ans de forteresse, il s'est retrouvé comme un clodo, un mec formidable avec un pédigré long comme le bras, 7 citations dont une avec palme, je suis humble à côté !!! Il a oser ........

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Message le Mer 26 Nov 2014 - 20:54 par Béghin Bernard

Junker, merci de ta franche réponse. Tu as dû faire un choix, certes sûrement difficile,mais qui finalement t'a protégé
          (peut être), mais je pense que tu as dû agir selon ta conscience et que, malgré tout, tu as du mal à oublier.

          C'est vrai que ceux qui ne combattent pas ont du mal à comprendre tout cela, et c'est pour cela, que j'aime
          tous ces témoignages sur ce sujet brûlant qu'est l'Algérie.

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Message le Jeu 27 Nov 2014 - 9:40 par Béghin Bernard

Je suis autorisé à poster quelques photos prises en Algérie concernant ce beau régiment parachutiste qu'était le 9e RCP.
Quand moi même, en service militaire à Tarbes, je me souviens que cette unité était à Toulouse, j'ai côtoyé des paras du 9, dans le train pour les permissions entre Toulouse et Paris. Bref.

Je remercie Mr Michel Duparet qui m'a fourni ces photos, mises également sur mon autre forum militaire.


La première est prise par Michel Cohen, un ancien du 9, il s'agit d'un héliportage à Aokas.

Ici, le 9 a débusqué des rebelles et récupéré une MG 42, redoutable fusil mitrailleur allemand.

On surveille la frontière tunisienne protégée par des barbelés.


Vespa TAP 150


encore des vespa, à Souk Ahras


Dodge 6x6 dont 3 avec mortiers attelés.


Dodge enneigé, ou sports d'hiver en Algérie.


Les Daimler Ferret du 9e

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Message le Jeu 27 Nov 2014 - 11:40 par Invité

Dans ce message, il était mentionné trois photos ...
Hélas, il en manquait une que j'ai retrouvée : celle du comité d'accueil du 9 arrivant à Port-Vendres, en régiment constitué, et comme précisé, avec notre Drapeau.



Très peu de temps après le débarquement, le régiment ayant été rassemblé, nous sommes montés dans un train qui nous attendait ... Mais non, mais non ce n'était pas des wagons à bestiaux ... Vous avez de très mauvaises pensées !

Nous avons voyagé de nuit (je crois me souvenir), nous sommes arrivés à TOULOUSE, sans avoir fait d'arrêt en chemin; ce qui est rare dans ce genre de déplacement car il faut laisser passer les trains commerciaux ... Encore merci aux gentils organisateurs.

Bien sûr, nous ne sommes pas arrivés en gare Matabiau, cela aurait fait désordre ... Et, peut-être que les Pieds noirs qui déjà y étaient réfugiés, auraient manifesté quelque enthousiasme quelque peu dérangeant pour les "autorités".
Encore merci au Préfet et au Général commandant la 5e Région (à l'époque), ils n'avaient probablement pas eu la moindre difficulté pour se mettre d'accord ...

Nous sommes arrivés en gare Raynal : parfait, une gare de marchandise, qu'étions-nous d'autre ?
Qui aurait pu nous accueillir ?
Des camions étaient alignés entre et le long des voies.
Outre les Camarades de la Circulation routière, plusieurs véhicules de gendarmerie avaient été mandés pour parfaire l'entrée dans TOULOUSE ...
Absolument nécessaire au cas où les Camarades de la circulation routière n'auraient pas trouvé le chemin entre la gare et la quartier NIEL ...
Le convoi s'est mis en marche, pas d'arrêt aux feux (normal, on n'interrompt pas un convoi militaire)  Evil or Very Mad

Je crois me souvenir que c'est au son des sirènes et à la lueur des gyrophares que nous sommes arrivés à destination.

Ce que nous avons "été fiers" de faire l'objet d'autant de sollicitude de la part de l'autorité politique...

Et puis, c'était vraiment fini, les ordures du F.L.N. allaient pouvoir continuer, avec la bénédiction du gouvernement français, de torturer, assassiner nos Frères d'Armes, nous n'allions plus entendre les appels au secours, les cris des Harkis et de   leurs familles ...

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Message le Jeu 27 Nov 2014 - 11:47 par Lothy

Quelle tristesse !.... Ce n'est pas, hélas, une découverte....

Il est nécessaire cependant, pour ne pas dire impératif que de tels "détails" de l'Histoire soient rappelés... surtout par ceux qui en ont été les témoins.

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Message le Jeu 27 Nov 2014 - 15:09 par Invité

C'est une évidence !! la France à bien protégé s'est enfants contre les voyous ?? Mais au fait qui étaient les voyous ??? ceux du gouvernement ? ou les cocos ??

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Message le Dim 11 Fév 2018 - 20:18 par orquera 1ere cie

Bonjour, j'ai gardé un souvenir assez différent de ces moment. Etant pied noir en quittant bougie j'en avais gros sur la patate. je me souviens du bateau (peut- le président résident Cazalet) qui n'avait qu'un moteur opérationnel et qui penchait, c'était son dernier voyage avant la découpe. pour rassurer les inquiets il avait été dit que c'était pour cela qu'un porte avions naviguait à quelques encablures tribord arrière. Je me souviens du port de Port Vendres de jour. Puis nous sommes partis par train pour toulouse mais avec un arrêt pour changer de locomotive, de la vapeur à l'électrique. arrivée à Toulouse de jour, des jeunes, algériens peut être ,nous ont adressé des bras d'honneur quand les camions ont quitté la gare.

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum