LES CAMPS PARACHUTISTES

Tranche de vie sans gloire ... mais il n'est pas interdit de sourire !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

20072012

Message 

Tranche de vie sans gloire ... mais il n'est pas interdit de sourire !




Puisque la vox populi me l'a demandé avec cette insistance, Laughing je vais essayer de raconter cette histoire d'un crash "presque réussi".

Il est probable que dans ce récit quelques erreurs se glissent, en effet depuis ce "banal accident de travail", j'ai une ou deux phases qui, de temps en temps, se mettent à grésiller. Surtout lorsqu'il s'agit de parler de moi.

En ce temps là (dernier trimestre 1966) votre serviteur était affecté à la BOMAP (TOULOUSE), en charge du CES (Centre d'Entraînement aux Sauts), de l'avionage dans le cadre des Plans GUEPARD. Ces activités se déroulant, parfois, aussi, en collaboration avec nos Amis Paras Espagnols (très, très dur ...) Embarassed
Le CES organisait toutes les séances de saut de la 11ème DIV et des Commandos Marine, ainsi que les opérations de largage lors des manœuvres et de l'instruction de nos Camarades de l'Armée de l'Air (CIET 340 de FRANCAZAL).

A cette époque, plein de "nouvelles idées" faisaient leur apparition : sauts sur forêts, sauts à partir des Bananes (H 21), premiers sauts à partir des Transall, si, si, j'ai aussi connu cela ...

Et puis, un jour, une autre idée est apparue : disposer de ZS de petite taille, pas trop accidentées, discrètes, ... destinées à des équipes OMB (Oirenteurs marqueurs baliseurs), et aussi destinées à de nouvelles structures : qui devinrent les CRAPs (dont le nom n'existait pas encore).

En tant "qu'éminent spécialiste de la chose" (défense de rire Rolling Eyes), j'ai eu pour mission d'effectuer des reconnaissances afin d'identifier et homologuer de telles ZS (je ne me souviens plus des dimensions exactes de ces "magnifiques espaces verdoyants", mais pour autant que je me souvienne on devait - quand-même - pouvoir faire stationner quatre GMC ...).

Le GALDIV 11 (stationné à PAU) a détaché un Ventilateur, avec tout ceux et ce qui était nécessaire à faire décoller et maintenir en ligne de vol ces "étranges machines" qui pour moi étaient synonymes d'EVASAN ... sauf que là, aucune civière n'était fixée aux patins !

Tout s'est passé normalement pendant quelque temps : une sortie reco le matin et une l'après midi. Il fallait quand même que les deux morfals de Lieutenant - un qui faisait tout : mon camarade pilote et un qui regardait le paysage : votre serviteur - puissent se restaurer dignement au mess de FRANCAZAL (à l'époque, une excellente table king).

En règle générale, pendant cette très dure période de la journée, il y avait quand même quelqu'un qui travaillait : si, si, notre mécano qui veillait sur nous comme une mère poule et qui faisait tout pour que ce foutu ventilateur condescende à redémarrer après le déjeuner ... Pas toujours aussi évident qu'il y paraisse ... en effet le ventilateur (le seul qui soit disponible ???) était un BELL 47 (pour autant que je me souvienne) qui avait l'air d'une grosse libellule, et qui devait avoir un "certain nombre d'heures de vol" ... No

A l'époque à laquelle se situe l'histoire, le "terrain de chasse" était la zone de collines limitée par la GARONNE et l'ARIEGE (elle n'était ni peuplée, ni construite comme aujourd'hui, mais particulièrement intéressante : un fleuve et une rivière, une voie ferrée, des lignes à haute-tension et l'ONIA (Office National Industriel de l'Azote, devenu par la suite AZF et où à l'époque étaient fabriqués tout ou partie des combustibles solides de la force de frappe ...); je dois oublier les quelques cimetières qui sont en général en bordure des aérodromes ...

Une après-midi, alors que tous les trois (mon camarade pilote, cette salop... de machine et moi-même) avons voulu franchir la "ligne de crête" de la colline, la bête (sus-nommée ventilateur) a refusé de monter à l'altitude requise, ce n'était pas faute de lui avoir demandé gentiment ... C'est ainsi que mon camarade pilote a décidé de ne pas vexer la salop... de machine, et lui a simplement demandé de bien vouloir nous faire découvrir le si beau paysage que nous avions sous les pieds : GARONNE, voie ferrée, lignes à haute-tension et ONIA.
De temps en temps, le pilote essayait - gentiment, car cette petite bête était assez susceptible - de bifurquer vers la ligne de crête ...
A un moment choisi par lui seul, le moulin a commencé à cafouiller, plus exactement la température cylindre est montée au dessus du raisonnable. Là mon camarade pilote m'a dit : "ce n'est pas normal, il faut que nous retournions à FRANCAZAL". Alors que la manoeuvre de "repli stratégique"sur des positions préparées à l'avance était à peine amorcée, le moulin du ventilateur s'est arrêté net, manifestant par là un mauvais esprit ... digne d'un bon Para (mais il n'était que de l'ALAT, alors ...).
Croyez-moi, cela fait drôle de voir un rotor arrêté quand on est juste en dessous de lui et que la salop... de machine est à une cinquantaine de mètres au dessus du sol !

Mon camarade pilote m'a dit : "maintiens le manche avec moi, bloque ton harnais et cramponne toi, je vais inverser les pales et essayer de passer en auto-rotation ...".
C'est ce jour que j'ai pris conscience que les ventilateurs (surtout ceux qui nous étaient réservés) étaient dotés d'une vie propre et que, probablement, nous aurions dû lui offrir quelque sacrifice préalablement à toute demande de service ...
Mais il était déjà trop tard car nous n'avions pas assez d'altitude pour que la bête passe en auto-rotation, et l'altimètre était pris d'une véritable frénésie de rotation dans le sens inverse des aiguilles d'une montre ...

Mais, Saint-Michel qui veille sur moi depuis mon baptême a fait un premier geste sunny il a fait spécialement disposer à notre verticale un terrain de basket (quant à la surface utile) qui nous a accueillis, un peu sèchement il est vrai (nous n'avions pas pris la peine de nous faire annoncer ! affraid )

C'est alors que Saint-Michel a fait un deuxième geste sunny le ventilateur avait conservé son assiette et est tombé à plat, et la main de l'Archange a empêché que la bête ne prenne feu ! Mais, gigantesque coup de pied au cul ! Twisted Evil

Après cela, les choses se sont brouillées, je me souviens encore une voix disant "vous avez eu de la chance, il y a un bon moment que nous vous suivions des yeux et derrière vous il y avait une fumée noire ...".
C'est à peu près tout ce qui me reste comme souvenir, après c'est le noir !

Bien sûr il y a eu le contrôle technique à l'hosto (hôpital LARRAY) le digne représentant de la faculté a envisagé une maintenance de 4ème, peut-être même 5ème échelon, et m'a déclaré "inapte TAP définitif", et que - peut-être - vers l'âge de cinquante ans il faudrait que j'envisage l'acquisition d'une superbe chaise à porteur à roulettes ...
Là, vraiment, j'en ai voulu à Saint-Michel, bom pourquoi a-t-il fallu qu'il s'arrête en si bon chemin et accepte que jamais je ne puisse remonter dans un piège avec un autre statut que celui de PAX (autre appellation, dans la Royale : cul de plomb) ?

A 27 ans, lieutenant, quand on a dans sa poche son OM pour le stage de Nageur de Combat et des perspectives d'avenir ... le monde s'effondre d'un seul coup !

C'est ainsi que je suis devenu "Officier spécialiste en traitement de l'information", puis mauvais garçon pour la République, puis en charge de la Guerre de l'Information ... Mais, chaque fois que j'entends les moulins d'un Transall, d'un C130, d'un Puma ou Super-Frelon, j'ai le coeur qui bat un peu plus vite, et mes yeux s'embuent.

Tout cela est déjà tellement loin, mais tellement présent.

Ah, j'allais oublier ... le "fameux jour", durant le déjeuner, le plein de carburant avait été fait ...
Etait-ce notre Mécano, était-ce le service des essences de la Base de FRANCAZAL (je ne l'ai jamais su, cela n'avait d'ailleurs aucune importance car je suis certain que l'un ou l'autre avait fait au mieux un travail, pas toujours facile ...) les deux réservoirs avaient été remplis avec du kérosène (comme pour les Gazelles) et non de l'essence H...

Tant qu'il y a eu assez d'essence H, plus lourde, la bête a fonctionné normalement, puis le mélange a entraîné quelques cafouillages, puis l'arrêt total du moulin.

Parfois quand j'y repense je me demande encore si je ne l'ai pas rêvé ... Mais, mon dossier, l'état de mon dos sont là, ils attestent de la réalité de le chose alors qu'un voile noir recouvre la période suivant le dégrafage de ma ceinture jusque plusieurs jours après ...
Que s'est-il passé ? Suspect


Épisode sans gloire d'années passées au Service de la France, Saint-Michel n'a jamais voulu faire de moi un Héros !

Si je vous ai raconté cette courte tranche de vie qui a marqué et conditionné toute ma vie, c'est parce que Arcimboldo me l'avait demandé.
Je n'aime ni parler de moi, ni du passé : c'est l'approche de la sénilité. 'Sleep'

Cerbère.
avatar
Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Partager cet article sur : diggdeliciousredditstumbleuponslashdotyahoogooglelive

Tranche de vie sans gloire ... mais il n'est pas interdit de sourire ! :: Commentaires

avatar

Message le Ven 20 Juil 2012 - 22:58 par Lothy

J'attends avec impatience la réaction d'Arcim Laughing

Je connaissais l'accident, pas le récit, du moins jusqu'à cet après-midi, et pas sur ce ton Rolling Eyes ... Comment ne pas en rire ? Je suis désolée mais je n'ai pas pu résister Embarassed

Vous avez tous eu une chance incroyable ! Combien d'accidents d'hélico se sont soldés avec un tel bilan confused

Moins drôle bien évidemment le fait de se retrouver à 27 ans, inapte aux TAP... Mais le principal n'était-il pas d'être en vie, et sans séquelle autre qu'un trou noir, nous savons désormais que la "chaise à porteur" n'a pas été nécessaire sunny

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Message le Sam 21 Juil 2012 - 3:21 par Invité

Et ben !!! cette arrivée au sol sans pépin, avec Saint Michel comme témoin et un fait d'arme, comme dit notre chère Lothy, on pourrait en sourire! de la façon dont tu raconte cette tragédie qui a coupé ta carrière pour toujours ! sacré moral que tu possède malgrè cette interruption de l'image durant ce trou "noir " , je suis heureux de pouvoir te lire, ce qui n'aurait pas été le cas sans l'aide de notre bon SAINT !! merci Cerbère d'être là !!

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Message le Mar 27 Nov 2012 - 22:52 par revue de paquetage

merci de ce partage .

amitiés paras

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum