LES CAMPS PARACHUTISTES

Promotion de l'ENSOA de St Maixent du 3 au21 /12/2012

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Promotion de l'ENSOA de St Maixent du 3 au21 /12/2012

Message  junker le Mar 14 Aoû 2012 - 13:57

Sergent-chef François MERCURY

Né le 28 octobre 1930 à La Réole en Gironde. A 19 ans, il s'engage pour 3 ans au titre de l'école d'application des transmissions. Aprés avoir brillamment réussi ses examens, il est nommé au grade de sergent le 16 octobre 1949 et choisit pour sa 1er affectation le 41e régiment de transmissions stationné au Maroc.

Il débarque à Casablanca le 17 janvier 1950. A cette époque, le corps expéditionnaire français en Extrême-Orient peine à contenir l'avancée vietminh. Le sparachutistes ont pour difficile mission de fixer l'ennemi toujours plus mobile avant que les renforts terrestres ne les réduisent.

Afin d'impliquer davantage encore les vietnamiens, le Marechal de Lattre procède à l'accélération du " jaunissement" des forces militaires et décide de créer une armée vietnamienne. MERCURY se porte rapidement volontaire pour servir au sein du 1er bataillon de parachutiste vietnamien, le 1er bawouan, composé principalement de cadres européens et de soldats autochtones.Après plusieurs jours de mer, il débarque à Saîgon le 3 août 1951.

Participant à de nombreuses missions, le sergent MERCURY assure en toutes circonstances d'excellentes liaisons radios, notamment lors de l'opération Caïman et de l'opération aéroportée Cabestan en septembre 1952. Par son action, il contribue au succés rapide des missions confiées à son unité. Il est cité à l'ordre de la brigade pour son courage et se voit attribuer la Croix de guerre des Théatres d'opérations extérieurs avec étoile de bronze.

En octobre 1952, le 3ème bataillon parachutistes vietnamien est crée pour poursuivre la mise en oeuvre de la politique du Maréchal. Le sergent MERCURY est immédiatement affecté à cette nouvelle unité, qui participe aux plus importantes batailles du Nord Vietnam.

Il se distingue par son énergie et son dynamisme lors de l'opération de désengagement du poste de Ngo Khe, au Nord Vietnam. Alors que sa section est prise sous un feu violent, il remplace au pied levé le sous-officier adjoint de sa section griévement blesssé, et parvient à mettre l'assaillant en fuite. Son action énergique et efficace a permis l'intallation d'une tête de pont et l'anéantissement de l'adversaire. Pour ce fait d'armes, il est cité à l'ordre du corps d'armée et recevra la Croix de guerre des Théatres d'opération extérieurs avec étoile de vermeil.

Le 25 mai 1953, il s'illustre à nouveau au cours de l'opération de nettoyage de Ban Na Kham au Laos en tant que sous-officier adjoint. Alors que la section est en tête du dispositif, il s'élance à l'assaut d'un piton et contraint l'ennemi au repli. Il poursuit le combat dans une action qui finira au corps à corps. Pour son calme et son courage au combat, il se verra attribuer la Croix de guerre des Théatres d'opérations extérieurs avec étoile d'argent.

Nommé sergent-chef le 1er septembre 1954, il intègre l'infanterie métropolitaine. Il quitte l'Indochine le 12 fevrier 1954 pour rejoindre le 18eme régiment d'infanterie de choc en Algérie.

Suite à la Toussain rouge, la France décide de mettre en place des opérations de maintien de l'ordre public en Algérie. Les troupes nouvellemnent déployées doivent ratisser les Aurès. L'objectif est de poursuivre les fellaghas et de couper les approvisionnements logistiques. Dès son arrivée, IL traque avec brio les forces rebelles réfugiés dans les djebels. Le 20 août 1955, sa section est chargée d'une opération de maintien de l'ordre dans les rues d'El Arrouch dans le Constantinois. Avec le groupe de choc de sa section, le sergent-chef MERCURY poursuit les rares survivants rebelles qui seretranchent dans une maison. Il se porte spontanément devant la seule issue et ajuste ses rafales de pistolet-mitrailleur. Il tue les deux derniers hors-la-loi mais l'un deux en mourant décharge son arme surlui. Une balle transperce sa poitrine. Il décèdera quelques instants plus tard. Pour ses qualités d'héroïsme et d'abnégation, il recevra, à titre posthume, la Croix de la Valeur Militaire avec palme et se verra conférer la Médaille Militaire.

Sous officier d'exception, le sergent-chef François MERCURY laisse derrière lui l'image d'un meneur d'hommes hors pair dont les qualités de combattant méritent tout particulièrement d'être citées en exemple auprès des jeunes générations. l'ENSOA

_________________

avatar
junker
EXPERT
EXPERT

Messages : 1748
Points : 5640
Date d'inscription : 22/12/2011
Age : 80

http://blogdegustave-3rpc.over-blog.com

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum