LES CAMPS PARACHUTISTES

Nous refusons que ces décès tombent dans la banalisation et dans l'oubli"

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

27102011

Message 

Nous refusons que ces décès tombent dans la banalisation et dans l'oubli"




Nous refusons que ces décès tombent dans la banalisation et dans l'oubli"
Le Point.fr - Publié le 17/08/2011
Un rassemblement était organisé mercredi 17 sept 2009, sur le pont Alexandre-III, lors du passage des deux derniers soldats morts en Afghanistan.
Ce mercredi, à 16 h 30, les Parisiens étaient invités à se rendre sur le pont Alexandre-III, au passage du convoi funèbre escorté par la garde républicaine, qui amènera aux Invalides les corps du sergent Houssaini Ali et du capitaine Levrel, morts en Afghanistan durant le dernier week-end. Président de l'Association nationale des participants aux opérations extérieures (Anopex) et organisateur de ces rassemblements qui se tiennent depuis la fin du mois de juin, le général André Soubirou a accepté de répondre aux questions duPoint.
Le Point : Pourquoi avez-vous décidé d'organiser un hommage parisien particulier lors du retour des corps des soldats tués en Afghanistan ?
Général de corps d'armée André Soubirou : Il s'agit pour nous que ces décès ne tombent pas dans la banalisation et dans l'oubli. Le retour de ces soldats morts au champ d'honneur se faisait dans une certaine indifférence, une politesse sans chaleur. Nous, associations, essayons de rendre un hommage de la communauté nationale, différent de celui des autorités, plus officiel. Notre démarche est plus spontanée, plus citoyenne.

On a l'impression que les autorités militaires observent cette initiative de manière un peu distante, qu'elles ne souhaitent pas s'y impliquer. Le ressentez-vous de la même façon ?
Pas vraiment. Les autorités militaires ne souhaitent pas s'impliquer dans un rassemblement à caractère citoyen. Telle n'est pas leur vocation. Elles coopèrent toutefois de façon factuelle en nous fournissant l'heure de retour des dépouilles mortelles. Elles conservent leurs distances en laissant les associations agir. Pour ma part, je n'ai pas perçu de réticence dans leur attitude. Au contraire, je pense qu'elles observent une attitude positive.
Cette distance que vous évoquez explique-t-elle que, seul corps militaire dans ce cas, les pompiers de Paris soient présents lors du passage des convois mortuaires ?
Les pompiers de Paris sont présents dans la cité, ce qui leur permet d'agir presque spontanément. Ils se trouvent au milieu des citoyens, prêts à intervenir. Lorsqu'ils sont sur le trajet du convoi funèbre, ils agissent spontanément comme tous les militaires, en prenant une attitude respectueuse.
Sur ce plan, vous avez d'ailleurs donné des consignes très précises !
Je demande effectivement que la présence des Parisiens sur le trajet soit digne, silencieuse et fraternelle. Nous tenons à cette relative discrétion, à demeurer strictement apolitiques. Chacun a le droit de s'exprimer, bien sûr, mais ce qui doit primer dans un hommage, c'est le recueillement, pas l'expression d'une opinion politique sur le bien-fondé d'un engagement opérationnel. Il existe un cadre pour cela : le débat au Parlement. Nous tenons à éviter toute récupération politique. Nous nous contentons d'honorer des soldats, de réconforter leurs familles, de témoigner notre confiance à ceux qui demeurent sur le terrain.
Quand on compare les manifestations telles qu'elles commencent à se dérouler à Paris à celles qui se tiennent au Royaume-Uni ou au Canada, pour ne prendre que ces exemples, on est frappé par la différence de mobilisation. Les Français se sentiraient-ils moins concernés ?
Vous avez raison de relever cette différence. Nous nous sommes inspirés de ce qui se passe dans les pays anglo-saxons justement pour lancer notre initiative. Les valeurs patriotiques et le respect pour nos soldats peuvent très bien s'exercer en France comme dans ces pays. Nos traditions militaires sont assez comparables, mais sur ce plan, nous faisons preuve en France de plus de retenue. Nous avons du trajet à faire pour faire progresser cet hommage.[i]
avatar
AMARANTE
ADMINISTRATEUR
ADMINISTRATEUR

Messages : 835
Points : 26785
Réputation : 2130
Date d'inscription : 26/10/2011
Age : 60

http://www.campidron.fr

Revenir en haut Aller en bas

Partager cet article sur : diggdeliciousredditstumbleuponslashdotyahoogooglelive

Nous refusons que ces décès tombent dans la banalisation et dans l'oubli" :: Commentaires

avatar

Message le Jeu 3 Nov 2011 - 1:29 par Lothy

Il semble qu'au moins une ville de France n'ait pas envie de voir tomber ses morts dans l'oubli...

De source "Le Mamouth" - 31.10.2011, nous apprenons que le sergent Guillaume Nunes-Patego, sera honoré à Mèze (Hérault) où la municipalité a prévu de lui dédier une rue très prochainement, afin de perpétuer sa mémoire.

Ce jeune Sapeur-Parachutiste du 17e RGP est tombé en Kapisa le 1er juin dernier, il est le 59e soldat français tué en Afghanistan...

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum