LES CAMPS PARACHUTISTES

La Légion a sauté sur ............

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

28012013

Message 

La Légion a sauté sur ............




La Légion a sauté sur Tombouctou! Le 2e REP largué au nord de la ville

L'EMA-COM a annoncé qu'une opération aéroportée (la première depuis 2007, si mes souvenirs sont exactes) a eu lieu ce matin à Tombouctou.

Qui a sauté sur la ville? Le REP, bien sûr.

Le 2e REP, dont 200 hommes ont gagné le Mali la semaine dernière, était en Guépard TAP; ce qui d'ailleurs l'avait empêché de partir en premier (c'était le 2e RIMa aussi en Guépard qui avait été projeté).

Ce lundi matin, un largage par 2 C-130 et 3 C-160 a eu lieu au nord de la ville de Tombouctou pour verrouiller les accés. Une compagnie "très renforcée du REP" a sauté avec succès. Elle est partie d'Abidjan où elle avait été prépositionnée.

Simultanément, le GTIA qui arrivait par l'ouest (il avait quitté Niono vendredi) a pris le contrôle de l'aéroport de Tombouctou. Ces forces terrestres (600 hommes) ont été appuyées par les hélicos du GAM et des avions Atlantique et des drones.

A Gao, après l'attaque des forces spéciales de samedi matin, un poser d'assaut a été effectué par une compagnie du 1er RCP (Les meilleurs !!! ) arrivée "discrètement" de Côte d'Ivoire.

A Dakar, le BPC Dixmude vient d'arriver et commence à décharger son fret dont des dizaines de véhicules qui vont prendre la route du Mali.
avatar
Aéro
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Partager cet article sur : diggdeliciousredditstumbleuponslashdotyahoogooglelive

La Légion a sauté sur ............ :: Commentaires

avatar

Message le Lun 28 Jan 2013 - 22:58 par Charbonnier


A Gao, après l'attaque des forces spéciales de samedi matin, un poser d'assaut a été effectué par une compagnie du 1er RCP arrivée "discrètement" de Côte d'Ivoire (photo ci-dessus EMA).

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Message le Lun 28 Jan 2013 - 23:17 par Charbonnier

La ville de Gao a été reprise d'abord par les hommes du Commandement des opérations spéciales, en particulier le pont et l'aéroport. Un poser d'assaut a permis d'acheminier ensuite des renforts. Le secteur est désormais sous le contrôle d'élements essentiellement fournis par les paras du 1er RCP. Quelques combats ont eu lieu, ne faisant aucune victime côté français. Les forces spéciales ont tués une quinzaine de djihadistes dans des 4X4 puis un hélicoptère Tigre a détruit un autre 4x4, tuant une dizaine d'hommes.

Source Secret Défense

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Message le Mar 29 Jan 2013 - 0:25 par Roman V

http://www.marianne.net/blogsecretdefense/Au-Mali-la-Blitzkrieg-de-l-armee-francaise_a926.html

Au Mali, la Blitzkrieg de l'armée française
Raids dans la profondeur, frappes de précision et opération aéroportée, la reconquête de la boucle du Mali témoigne d'un impressionnant savoir-faire.


Ce qui s'est passé ce weekend au Mali restera dans les annales militaires. En deux jours, la boucle du Niger a été reprise au terme d'une impressionnante manoeuvre dont peu d'armées au monde sont aujourd'hui capables. D'abord parce que nous sommes au coeur de l'Afrique, où il a été possible de déployer plus de 3000 hommes et leurs armements en deux semaines. Ensuite, parce que sur le terrain, les "élongations" - c'est-à-dire les distances - sont considérables. Tombouctou est à 700 km de Bamako - la distance entre Paris et Toulon...

L'affaire s'est joué en deux temps : à Gao, dans la nuit de vendredi à samedi, puis à Tombouctou, dans la nuit de dimanche à lundi. Désormais, tous les points de passage du fleuve Niger - ponts ou bacs - sont sous contrôle des armées françaises et maliennes. Après le coup d'arrêt donné à l'offensive des colonnes djihadistes (1ere phase), la deuxième phase - qui était planifiée dès le déclenchement de l'opération - s'est déroulée sans anicroche. Il faut dire que l'ennemi se replie, sans véritablement livrer combat.

La ville de Gao a été reprise d'abord par les hommes du Commandement des opérations spéciales, en particulier le pont et l'aéroport. Un poser d'assaut a permis d'acheminier ensuite des renforts. Le secteur est désormais sous le contrôle d'élements essentiellement fournis par les paras du 1er RCP. Quelques combats ont eu lieu, ne faisant aucune victime côté français. Les forces spéciales ont tués une quinzaine de djihadistes dans des 4X4 puis un hélicoptère Tigre a détruit un autre 4x4, tuant une dizaine d'hommes.

La ville de Tombouctou a été le théâtre d'une opération aéroportée dans la nuit de dimanche à lundi. C'est le plus important largage de parachutiste depuis Kolwezi en 1978. 250 légionnaires du 2ème REP ont sauté à quatre kilomètres au nord de la ville, sous le regard d'un drone Harfang. Cinq avions ont largué les paras : trois Transall C-160 et deux Hercules C-130. Un GTIA blindé (21ème RIMa) et des hélicoptères du Groupement aéromobile ont également été engagés.

L'aviation - qui bénéficie désormais des ravitailleurs de l'US Air Force - a appuyé ses opérations avec les quatorze avions de combat désormais présents (6 Rafale, 6 Mirage 2000D et 2 Mirage F1 CR). Depuis le début de l'opération Serval, 145 frappes aériennes ont eu lieu.
Contrairement à ce qu'on a pu lire ici ou là, l'aviation n'a pas été engagé dans le nord du payx, où se refugient les djhadistes. Aucune frappe n'a eu lieu à plus de 120 km au nord de Gao - alors que Kidal, la "capitale" du nord se situe deux fois plus loin. La prochaine étape ?

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Message le Mar 29 Jan 2013 - 0:26 par Lothy

Près de 35 ans après Kolweizi, la Légion saute sur Tombouctou !



48 heures pour reprendre la boucle du Niger

Lire ICI

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Message le Mar 29 Jan 2013 - 0:32 par Roman V


Les paras du 2e REP largués par un Transall, vu dans la caméra infrarouge d'un aéronef français

. Un AWACS a été mobilisé pour coordonner l'activité aérienne au-dessus de Tombouctou. Il rapportait directement au JFACC (joint force air component command) du CNOA (centre national des opérations aériennes) de Lyon. On peut estimer qu'une quarantaine d'aéronefs ont été mobilisés dans les opérations. La ville encore au mains des djihadistes était survolée en permanence des des moyens ISR (Atlantique 2 et drones), ainsi qu'un appui aérien à base de chasseurs et d'hélicoptères. En outre, cinq avions de transport se sont chargés d'une OAP au nord de la ville.

. 3500 Français sont engagés dans l'opération Serval, ainsi que 1900 militaires des troupes africaines. Ces dernières sont déployées aussi bien à Gao qu'à Tombouctou, avec l'armée française. La France aligne déjà deux GTIA, un blindé formé autour du 21e RIMa (avec des éléments du 2e RIMa), et un TAP, sous commandement du 2e REP (avec des compagnies du 1er RCP). Un troisième GTIA est en cours d'acheminement, sous commandement du 92e RI.

. Le Dixmude est arrivé à bon port ce matin. Reste à convoyer son contenu (1600 mètres de linéaire soit une centaine de véhicules) jusqu'au Mali.

. Au niveau des pertes, on confirme 15 djihadistes tués à Gao par les forces spéciales, et une dizaine tués dans des pickups cette nuit par des Tigre. . Au chapitre des démentis, l'EMA assure que les troupes françaises n'ont pas constaté elles-mêmes d'exactions. Des consignes ont été rappelées pour "les faire cesser" en cas de constat, et rendre compte. Côté hoax, l'armée française n'a pas bombardé Kidal une seule fois depuis le 11 janvier, assure l'EMA. On le voit, depuis le début, cette guerre est aussi et avant tout une guerre de l'information.

http://lemamouth.blogspot.fr/2013/01/les-dernieres-infos-du-mali.html

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Message le Mar 29 Jan 2013 - 6:52 par DOC33

lundi 28 janvier 2013
La légion saute sur Tombouctou

La 2e compagnie du 2e REP, a trouvé un objectif à sa mesure : un saut sur Tombouctou, deuxième grande ville du Nord-Mali à reconquérir.
Cinq avions de transport d'assaut - trois Transall et deux Hercules - ont été mobilisés dans cette OAP, la plus massive depuis celle de Kolwezi, menée par le même 2e REP en 1978.
Une seule compagnie, un EMT et des appuis (notamment antichars) ont été largués, bien que dans cinq ATA, on glisse bien plus que ce seul volume.
Précédé par une équipe GCP du 2e REP, le gros des troupes a ensuite sauté en pleine nuit, il était minuit trente, heure de Paris. Un des drones Harfang de Niamey (1) a filmé la scène (2), après avoir sans doute assuré un gros travail de détection d'éventuels gêneurs que des chasseurs en vol auraient pu se charger de neutraliser.
Un millier de combattants français ont été engagés au sol, avec peut-être 200 Maliens. Le GTIA du 21e RIMa progressant avec ses Sagaie a pris l'aéroport, puis a commencé à s'approcher des faubourgs de Tombouctou.

Des Rafale, Mirage 2000D, ATL-2, drones et hélicoptères étaient engagés dans le ciel.
A cette heure (11 heures), aucun contact n'a été enregistré par les légionnaires, placés en bouchon, pour empêcher les djihadistes de partir vers le nord. On ignore combien il en reste même à l'intérieur de la ville.

Les combats auraient été bien plus violents côté aéroport.
Dans une discrétion partiellement éventée, trois compagnies parachutistes avaient rejoint l'ouest de l'Afrique, ces derniers jours.

Les deux autres SGTIA ne sont pas du 2e REP, mais du 1er RCP, qui prenait le Guépard parachutiste à compter du 18 janvier.
Ce régiment a, comme le 2e REP, sauté sur Dien Bien Phu en 1953 et 1954 mais l'EMA confirme que seul le 2e REP a sauté ce matin, avec son chef de corps en tête, comme c'est la tradition.
C'est le colonel Benoît Desmeulles, chef de corps du 2e REP, qui commande ce GTIA parachutiste.
Selon des informations convergentes, des informations partielles avaient été données aux militaires et à leurs familles, en même temps que des consignes de discrétion les plus formelles, avant le départ de France.
La dernière OAP menée par des forces conventionnelles fut réalisée en 2007 à Birao (RCA), même si elle était limitée à une équipe de GCP du 3e RPIMa, qui furent envoyés en précurseur avant le largage du COS.

En 2004, le 8e RPIMa avait aussi été largué au Kosovo, en démonstration de force.
Avec la prise de Gao et Tombouctou s'achève la première phase de Serval, mais commence la plus difficile, celle de la guerre du désert. Les choses sérieuses commencent.

Pour info et recoupement GB

(1) leur premier vol serait intervenu vers le 20 janvier, et ces aéronefs volent "tous les jours" assure-t-on à Paris.
(2) peut-être le clou du point presse de ce soir, les images étant évidemment disponibles pour tous les chaînes, sur les jités du soir.





Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum