LES CAMPS PARACHUTISTES

la France et l'opération de SUEZ en 1956

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

13112011

Message 

la France et l'opération de SUEZ en 1956




Cette publication regroupe les actes de la table ronde organisée le 18 octobre 1996, ayant rassemblé universitaires, témoins ou acteurs de ces événements. Elle propose des communications sur des thèmes tels que la position du gouvernement Guy Mollet, l’opération de Suez et la guerre d’Algérie, les positions de la Grande-Bretagne, de l’Allemagne, de l’Italie, des États-Unis, de l’URSS ou d’Israël face à la crise, l’action psychologique durant les opérations, le rôle de la Marine nationale et de l’armée de l’Air, les leçons de la crise de Suez, ou les tentatives du maréchal Juin et du général Weygand pour convaincre le président Eisenhower du bien-fondé de l’action franco-britannique.
ISBN 2-907341-57-X.
Éditions ADDIM, 1997.


Actes de la table ronde du 18 octobre 1996

Le 18 octobre 1996, soit quarante ans après la crise de Suez, le Centre d’études d`histoire de la Défense a organisé à Paris une table ronde rassemblant des historiens et des acteurs de ce qui fut sans doute l’une des crises les plus graves de l’après-guerre.

Après les ouvrages des journalistes ou des acteurs de l’événement, mais surtout après les travaux récents des historiens anglo-saxons, qui ont apporté une lumière nouvelle sur l’affaire, il restait à étudier en profondeur le rôle de la France dans la crise de 1956 au Moyen-Orient.
Tel quel, ce livre ne prétend pas couvrir l’ensemble des questions qui se posent encore, mais il apporte une pièce supplémentaire pour bâtir une histoire plus complète de l’expédition de Suez.

Or, cet événement, véritable tragi-comédie shakespearienne, constitue sans doute à plus d’un titre un tournant dans les relations internationales du monde de l’après-Seconde Guerre mondiale.

Outre le fait qu’il consacre désormais les deux superpuissances, il marque également la crise de l’Alliance atlantique, de la notion même de commandement intégré, mais aussi du couple franco-anglais.
Enfin, ses liens avec l’affaire algérienne comme la crise qu’il provoquera dans les consciences militaires françaises ne seront pas sans conséquences sur la politique intérieure de l’hexagone. La France des années 60 est bien née en 1956.
"source Ministère de la Défense"

_________________
jamais je ne renierai les miens
avatar
rangers
MODERATEUR
MODERATEUR

Messages : 428
Points : 23621
Réputation : 834
Date d'inscription : 28/10/2011

Revenir en haut Aller en bas

Partager cet article sur : Excite BookmarksDiggRedditDel.icio.usGoogleLiveSlashdotNetscapeTechnoratiStumbleUponNewsvineFurlYahooSmarking

la France et l'opération de SUEZ en 1956 :: Commentaires

avatar

Message le Dim 13 Nov 2011 - 11:56 par TDM

Contexte géopolitique

La crise du canal Suez Sous les termes d'une convention internationale signée en 1888, le canal ouvert aux vaisseaux de toutes nations sans discrimination, sous paix et sous guerre. Par contre, la Grande-Bretagne vue le canal comme point stratégique maritime. Par les provisions du traité anglo-égyptien de 1936, la Bretagne eue le droit de maintenir des forces armées dans le canal. Mais par après plusieurs égyptiens nationalistes demandaient l'évacuation des troupes anglaises, et en 1954 les deux nations signèrent une entente de sept ans qui suspend le traité de 1936. En juin 1956, toutes les troupes anglaises ont quitté l'Égypte et l'Égypte pris charge des installations anglaises.

Le 26 juillet 1956, après que les États-Unis et la Grande-Bretagne retirèrent leur aide financière pour la construction du barrage Aswân, le gouvernement égyptien saisit le canal Suez sous les ordres du Président Gamal Abdel Nasser. Nasser annonça que l'Égypte utilisera les profits pour financer le barrage. Le 29 octobre 1956, Israël envahi l'Égypte. Deux jours plus tard les armées anglaises et françaises attaquèrent(Voir ci dessousl'Égypte pour, ce qu'ils annoncèrent, assurer le libre passage à travers le canal. En revanche, les éqyptiens ont coulé quarante vaisseaux dans le canal, effectivement bloquant le passage. Par l'intervention des Nations Unies, une trêve fut arrangée en novembre et Israël, la France et la Grande-Bretagne retirèrent leurs troupes. Par après le canal continua de jouer un rôle important dans les conflits entre l'Égypte et l'Israël dans les années 60 et 70. Le canal referma durant la Guerre de six jours lorsque plusieurs vaisseaux furent coulés, ainsi bloquant le passage. Le canal rouvert en juin 1975, après qu'une expédition internationale débloqua les voies de passage. Plus tard cette année l'Égypte permit aux israéliens le transport de biens non-militaires. Accès sans restrictions ne fut d'accordé en 1979 dans un traité de paix avec l'Égypte.

Opération militaire

Le 5 novembre, à sept heures, le colonel Chateau-Jobert saute au sud de Port-Saïd à la tête de 487 paras du 2ème RPC et d'un commando du 11ème Choc. Il a pour mission de s'emparer dans un premier temps d'un pont jumelé rail-route qui ouvre la route de Suez, ensuite de l'usine des eaux qui alimente les 200 000 habitants de Suez.
Il faut plusieurs heures aux parachutistes pour se rendre maîtres du pont, bien défendu par des mortiers, des mitrailleuses et des canons. C'est la 1" Compagnie du capitaine Engels qui réussit à l'occuper la première. De son avion P.C. qui croise au-dessus du pont à 400 m d'altitude, le général Gilles adresse ses félicitations aux " Bérets rouges " qui s'élancent déjà à l'assaut de l'objectif suivant, l'usine des eaux. A trois heures de l'après-midi, le colonel Chateau-Jobert installe son P.C. dans la villa du directeur de l'usine. Pendant ce temps, les parachutistes britanniques, qui ont sauté sur l'aéroport de Gamile, parviennent dans les faubourgs de Port-Saïd.

Surpris, les Egyptiens ont presque partout opposé une résistance négligeable. A son atterrissage, le 1er RCP n'a trouvé que des soldats qui fuyaient les Français largués au sud de Port-Saïd. Le mardi 6, à l'aube, les troupes françaises et britanniques débarquent à Port-Saïd.

Après avoir neutralisé de nombreux tireurs embusqués, elles font leur jonction dans la matinée. Une colonne mixte franchit le pont jumelé au début de l'après-midi et progresse vers le sud sans rencontrer d'opposition sérieuse. La route du Caire est ouverte. Réunis à l'usine des eaux, tous les chefs attendent les ordres. C'est l'annonce du cessez-le-feu qui leur parvient ; il est fixé à 1 h 59 le lendemain matin. La polique en a décidé ainsi. La colonne s'arrêtera, sur la rive africaine du canal, au kilomètre 37, stoppant ainsi sa progression en direction d'IsmaÏlia, à 8o krn de Port-Saïd. Les chefs des paras alliés, Massu pour les Français, Butler pour les Britanniques, se sont inclinés.
"source Musée des parachutistes"

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum