LES CAMPS PARACHUTISTES

Opération SUEZ- Voyage pour Chypre

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Opération SUEZ- Voyage pour Chypre

Message par junker le Sam 9 Fév 2013 - 22:28

Mon carnet de route. 4e peloton de l'Escadron du 3e RPC.



Voyage pour CHYPRE


Embarqué le 30 octobre 1956 sur un bateau du nom de Grenoble-Dunkerque(1), les quinze jours de mer sur ce rafiot presque une épave tellement la rouille suinte sur toute la coque. Il est véritablement pourri. Nous avons embarqué les jeeps la veille, et pris possession des couchettes dans l'entrepont.

300 soldats rapatriables montent à bord en surplus des troupes embarquées. Leur bateau en panne, ils ont été répartis sur plusieurs rafiots dont le notre, là je ne comprend pas ce qu'ils viennent faire dans cette galère. Certainement une erreur du responsable à l'embarquement. Ils sont contents de revoir la France! Ils ne se doutent pas de la destination vers laquelle le navire se dirige?.

Le navire se détache du quai, et doucement quitte le port d'Alger, mettant le cap vers la pointe de Bizerte. Tout notre matériel est dans les cales, les jeeps bien alignées dans les soutes. Nous rejoignons nos quartiers dans les entreponts aménagés, des lits superposés à trois étages, serrés comme des sardines(2), les paquetages bien rangés sous la première couchette. Nous nous empressons de monter sur le pont pour voir défiler la mer à la vitesse d'un escargot.

Ce bateau doit être en fin de carrière vu le manque d'entretien du navire,la rouille à rongée la peinture qui disparaît sous les couches de rouilles. Il n'est pas le seul, d'autres bâtiments sont dans le même état. Ma parole! Ils ont été choisis pour couler à leurs arrivés, je l'ai appelé « Le coule à pic». Ce bâtiment est bondé de gars de toutes les armes: bérets rouge, bérets bleu, bérets vert, tringlots, génie etc,, Beaucoup de navires croisent au large, bâtiments de guerre, transporteurs, ravitailleurs.


Nous croisons au large des iles Pantélaria. Tout le convoi nous a dépassé et il disparaît à l'horizon, si bien que nous voilà bientôt seul.


3 novembre 1956

La mer devient capricieuse le moutonnement de la surface de l'eau me donne une mauvaise impression, le mal de mer touche les premiers allergiques. Accrochés au bastingage, les yeux brouillés, hoquetant à qui mieux mieux, d'autres n'ont pas le temps de grimper sur le pont et vomissent où ils peuvent, cela commence bien, avec l'odeur de mazout et la vomissure, l'endroit devient intenable dans l'entrepont et dans les couchettes ou certaines se sont vidées .

Nos sacs bergames, sont stockés sous les premières couchettes, dont les ressorts sont fait de planches de bois, quelle souplesse!. Accoudés aux lisses du bastingage les bien portants dont je fais partie, admirent les poissons jaillissant hors de l'eau comme des traits de lumière dans un ballet continuel.

5 novembre

La mer calmée fait ressurgir la troupe sur le pont. Dans les compartiments couchettes, bondés de soldats, l'odeur est
intenable, il vaut mieux rester la tête à l'air libre. Pourtant une surveillance est de rigueur, des visages suspects rôdent parmi les rangées de lits, ils regardent nos équipements. Un tour de garde est établi pour parer aux vols. Des équipes de nettoyage s'efforcent de faire disparaître les restes d'estomacs fragiles.

Nous sommes servis avec des plateaux pour 4 gars, la nourriture est médiocre, un bouteillon de vinogel fait partie du plateau, quel horreur !. Je suis chef de plat, étant le plus valide pour ce poste, je n'ai pas le mal de mer avec mes antécédents de marin. Sur le pont, les gars collés au bastingage regardent le ballet incessant des marsouins frôlant le navire et parfois sortant carrément de l'eau, des tortues de mer flottent en sufaces, la température est douce malgré ce mois de novembre.




7 novembre

Au réveil, je m'aperçois que nous avons stoppé(3) dans une grande baie. Après renseignement,on me dit que nous sommes devant l'ile de Malte. Tout à bord est devenue calme. Les malades se remettent de leur estomac malmené, cette mer d'huile calme les gars qui on faim maintenant.

Nous faisons connaissance avec Spicklin d'un légionnaire béret vert du 1er REP. Il m'invite à boire un coup au foyer qui les suit partout, il se trouve accolé au côté de leurs couchettes. La seul boisson est la bière, liquide préféré de la Légion, je me fais connaître au périmètre protégé par une sentinelle. Pas bêtes les gars de la Légion.

J'en parle au sergent/chef Couture avec lequel j'entretiens de bonnes relations.

Je fais une parenthèse pour le sergent-chef Couture. Ancien d'Indochine, du 5e BPC du commandant Bigeard, sergent à l'époque, il a été de toutes les batailles, en compagnie des sergent Ménage, Rilhac, Hérraud, Baliste, et l'adjudant Prigent(4), de Tu Lê à Nasan, de Son La à Diên Biên Phu, il a baroudé partout, blessé gravement à DBP, il sera rapatrié de justesse avant la fin des combats de la «cuvette». Il en sortira avec des séquelles, mais malgré tout il veut tenir sans montrer son handicap. Il a essayé de marcher avec nous en 1956, mais a vite renoncé vu la difficulté avec sa jambe très abîmée, il restera à la CCS.(5)

Nous sommes trois avec Spickling un Alsacien a fort accent de l'Est, en arrivant dans les quartiers de la Légion, on se fait connaître, pour avoir accès au foyer rudimentaire, les caisses disposées pour s'assoir et les autres empilées, tout de suite l'endroit est conviviale et la boisson des bérets vert Légion et des Paras bérets rouges coloniaux circule généreusement, la soirée s'annonce joyeuse, d'un prix dérisoire la bière coule à flot, puis les chansons entonnées sont chantées avec vigueur et solennité. C'est la fête de la cohésion des parachutistes, la soirée se termine sous les douches à l'eau de mer installées sur le pont supérieur.

A moitié nus et chantant trop fort et pas très clair nous attirons l'attention de la PM, qui nous pourchasse à travers les coursives !! Personne de pris ! Tant mieux . Trempé et en slip je retourne chercher mes affaires planquées, avec l'alcool je ne sent pas le froid de la nuit, je retrouve mon entrepont grâce aux petits éclairages de secours. Souvenirs !! Frères de fête! Frères de combat. Légion- Para ... Para-Légion.

8 novembre

Temps affreux, coup de tabac, la mer est démontée, le rafiot roule bord sur bord, c'est la débandade dans les malades. Ceux qui réussissent à accrocher la rampe restent comme des épaves à se retourner l'estomac se vident dans les passages et dans les couchettes, rendant l'air irrespirable. J'ai la part belle étant presque le seul rescapé de cette tempête dans mon groupe, je possède un plat avec toute la nourriture qui passera par dessus bord allant nourrir les poissons? Je décide d'aller dormir sur le pont coincé dans un recoin, je ne suis pas le seul, d'autres ont décidés de dormir à l'air libre.


10 novembre

Je vais au jus comme tous les matins à la cambuse, ou une file de troufions attend un plateau pour son groupe. La mer s'est calmée, les gars ont faim, depuis 48 heures beaucoup n'ont rien dans le ventre. Au large, c'est une vision fantastique. Une multitude de bâtiments, huit navires de guerre nous escortent et deux sous-marin sont en surface, des bombardiers nous survolent. Je prends des photos du porte-avions Arromanche, des navires français, anglais, de toutes tailles, cuirassés, croiseurs, bâtiments ravitailleurs de carburant, des dizaines de navires sont autour de nous.

Alors que le cessez-le-feu est signé depuis le 7 novembre 1956 à deux heures du matin, notre convoi arrive devant les côtes Égyptiennes.



11/12 novembre

Mer calme, il est 8 heures, nous approchons de Port-Saïd, le bateau stoppe les machines à deux mille mètres du port. Des navires ont été coulés par Nasser pour obstruer le passage. Je peux apercevoir la statut de Ferdinant de Lessep, fondateur du canal de Suez, qui se dresse en bout de jetée. Nous sommes très près d'un navire hôpital peint en blanc avec une grosse croix rouge peinte sur ses flancs.

Nous n'avons plus rien à manger comme pain on nous distribue des biscuits de guerre. Le voyage a duré plus longtemps que prévu, et le surplus de militaires embarqué a épuisé les réserves. D'ailleurs une grosse colère est montée dans la foule des appelés qui doivent débarquer et repartir pour la France, des objets volent sur la capitainerie, je les comprend. On nous distribue des tracts, un appel du général Beauffre, commandant la force «AMILCAR».

Nous faisons péniblement demi-tour, les fonds ne sont pas profonds, les hélice font remonter du sable à la surface. Direction l'ile de Chypre. Fin de la traversée.

Le 13 novembre , nous sommes devant Chypre et ce sera un mois et demi de manœuvre sur cette ile a domination anglaise. Les habitants sont en conflit avec les Britanniques, ils veulent le droit à se diriger eux mêmes, J'apprendrais plus tard que ce petit pays se déchirera entre Grecs et Turcs, pour enfin le séparer en deux: un côté Orthodoxe et l'autre Musulman.




-0-0-0-0-0-0-0-0-0-0-




(1)Le Grenoble-Dunkerque: liberty ship de la

deuxième guerre mondiale.





      1. nous étions 300 de plus, autant dire que les moindres recoins étaient occupés.

      2. Ce bateau qui avait subit plusieurs réparations est tombé en panne et a du e dérouter sur Malte.

      3. Adjudant Prigent : dit le mousse ; 13 citations 2 blessures, un miraculé: pris par les SS dans un maquis de Bretagne,passé au poteau d'éxécution fit semblant d'être mort et réussi a s'échapper dans la nuit;

      4. CCS: compagnie de commandement et des services



_________________

avatar
junker
EXPERT
EXPERT

Messages : 1749
Points : 24734
Réputation : 1343
Date d'inscription : 22/12/2011
Age : 81

http://blogdegustave-3rpc.over-blog.com

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum