LES CAMPS PARACHUTISTES

Film sur l'Algérie : " La Déchirure "

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Film sur l'Algérie : " La Déchirure "

Message par baltique le Jeu 2 Mai 2013 - 19:38

Ce film de Gabriel Le Bomin et Benjamin Stora a été coproduit par Nilaya Productions et l’INA, avec la participation de France Télévisions, Planète +, la TSR, le CNC, le Fonds images de la diversité, l’ANGOA et la PROCIREP. Il a reçu le soutien du ministère de la Défense (SGA/DMPA).
Guerre d'Algérie, la déchirure

Réalisé à partir d’images d’archives en grande partie inédites et provenant de sources diverses (archives de l’armée française, archives de la télévision française mais aussi images des télévisions anglaises, algériennes et d’Europe de l’Est ou encore images amateurs), le film "Guerre d’Algérie, la Déchirure" entend donner à voir le conflit dans toute sa globalité, rendant compte de la diversité des points de vue pour chercher à comprendre ce qui s’est vraiment passé. Un document fort et nécessaire, pour passer de la mémoire à l’Histoire, de la blessure à l’apaisement.

Documentaire : "Guerre d’Algérie, la déchirure" (2x55 minutes)

Diffusion sur Planète + : le 2 mai 2013, à 20h45

Rediffusions : le 3 mai, à 10h10 - le 5 mai, à 22h30 - le 9 mai, à 10h15



source Ministère de la Défense

________
avatar
baltique

Messages : 281
Points : 22764
Réputation : 838
Date d'inscription : 21/11/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Film sur l'Algérie : " La Déchirure "

Message par junker le Jeu 2 Mai 2013 - 20:59

Je vais comme cela voir de quel côté la balance va s'incliner, si c'est pour enfoncer un peu plus le clou par les détracteurs, je me méfie tellement des documents tronqués et surperposés ? car je possède des cassettes et DVD, et tous sont érronés ! même les cassettes de Bigeard de (Carrère vidéo) où les paras sont en chapeaux de brousse et les lieux ne sont pas les bons... bref du à boire et à manger!!

_________________

avatar
junker
EXPERT
EXPERT

Messages : 1749
Points : 24734
Réputation : 1343
Date d'inscription : 22/12/2011
Age : 81

http://blogdegustave-3rpc.over-blog.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Film sur l'Algérie : " La Déchirure "

Message par baltique le Jeu 2 Mai 2013 - 21:22

tu as parfaitement raison Junker !
j'ai quand même mis ce post car le site du Ministère de la Défense en fait la pub dans sa rubrique "actualités"
alors espérons que ..............
avatar
baltique

Messages : 281
Points : 22764
Réputation : 838
Date d'inscription : 21/11/2011

Revenir en haut Aller en bas

Pour une déchirure, ça peut être une déchirure ...

Message par Arcimboldo_56 le Jeu 2 Mai 2013 - 21:34

Surprise, surprise !

http://fr.wikipedia.org/wiki/Benjamin_Stora

Ami Junker, j'attends ton sentiment après avoir visionné ce documentaire !

Je crains que ...

_________________

avatar
Arcimboldo_56
TEAM
TEAM

Messages : 613
Points : 22805
Réputation : 652
Date d'inscription : 06/11/2011
Age : 69

Revenir en haut Aller en bas

Re: Film sur l'Algérie : " La Déchirure "

Message par Cerbère le Ven 3 Mai 2013 - 9:18

Il suffit de voir le nom de B. STORA dans quelque film, récit, ... relatif à l'ALGERIE pour avoir une bonne idée de ce que sera "l'oeuvre" ...
Manipiulation, falsification de l'Histoire, comme à son habitude !

Par ailleurs, quand on voit que France Télévision et que Nilaya Productions est la société de Patricia Boutinard Rouelle (ancienne directrice des documentaires de France Télévisions), le Fonds images de la diversité sont dans le coup, il n'y a plus aucun doute à avoir.
Et quand, en plus, le MINDEF aurait accordé son soutien (au fait, de quelle manière ?), alors là, c'est le pompon !

_________________
"... Puisque je suis l'un d'eux, je ne renierai jamais les miens quoiqu'ils fassent. Je ne parlerai jamais contre eux devant autrui. S'il est possible de prendre leur défense, je les défendrai. S'il sont couverts de honte, j'enfermerai cette honte dans mon coeur, et je me tairai ! Quoique je pense alors sur eux, je ne servirai jamais de témoin à charge ..."      (Antoine de SAINT-EXUPERY - "Pilote de guerre").
avatar
Cerbère

Messages : 837
Points : 22482
Réputation : 2065
Date d'inscription : 18/07/2012

Revenir en haut Aller en bas

Quelle déchirure ?

Message par Arcimboldo_56 le Ven 3 Mai 2013 - 10:55

Lothy, Junker, notre ami Cerbère et moi avons les mêmes suspicions !

J'attends vos commentaires après que vous ayez visionné le documentaire.

Bonne journée ensoleillée.

Arcim

_________________

avatar
Arcimboldo_56
TEAM
TEAM

Messages : 613
Points : 22805
Réputation : 652
Date d'inscription : 06/11/2011
Age : 69

Revenir en haut Aller en bas

Pour info, et sans commentaire de ma part

Message par Cerbère le Ven 3 Mai 2013 - 11:54

Source : http://etudescoloniales.canalblog.com



mises au point sur la Déchirure

Général Maurice FAIVRE


Gabriel Le Bomin et Benjamin Stora, La déchirure. Texte récité par Kad Merad.
Émission TV de FR2 le 11 mars 2012.

Ce documentaire de deux heures avait le mérite de faire défiler les principaux évènements de la guerre d’Algérie, de mai 1945 à 1962, plus un rappel sur la loi de 1999. Ainsi nous sont présentés :

- les atrocités et mutilations commises contre des civils en mai 1945 et août 1955, contre des militaires en mai 1956 près de Palestro ; la lutte fratricide du FLN contre le MNA (Melouza en mai 1957) ; les enlèvements d’Européens et le massacre des harkis en 1962 ;

- les réactions politiques des autorités françaises : la paix pour 10 ans du général Duval, l’intégration de Soustelle accordant les mêmes droits aux communautés, la pacification conduite avec générosité, le détournement de l’avion de Ben Bella, les pouvoirs spéciaux, les zones interdites et les regroupements de population, le fiasco de Suez, la fraternisation de mai 1958, l’engagement des harkis, la paix des braves et l’autodétermination du général de Gaulle, les référendums, la politique d’abandon à Évian ;

- le congrès FLN de la Soummam en août 1955, l’installation du GPRA (Gouvernement provisoire de la République algérienne) à Tunis, le terrorisme transféré en métropole ; la manifestation du 17 octobre 1961 contre le couvre-feu, la lutte pour le pouvoir et l’anarchie de l’État algérien en 1962 ;

- les oppositions franco-françaises : barricades, insoumission, procès Jeanson, OAS et putsch des généraux, manifestation communiste de Charonne.

Lors du débat qui a suivi le documentaire, Benjamin Stora a reconnu que la victoire militaire n’était pas suffisante pour rétablir la paix, en raison de l'isolement diplomatique de la France et des problèmes du Sahara, mais que les négociations avaient été conduites dans des circonstances discutables.

Jean-Jacques Jordi a rapidement exposé ce qu’avait été «le silence de l’État» face à l’épuration ethnique de 1962. Jeannette Bougrab ou Karima Chaalal auraient été plus objectives que Dalila Kerchouche. Les autres témoins n’étaient pas particulièrement bien choisis, et l’on a pu noter le refus de la victime d’un attentat de condamner l’immoralité du terrorisme contre des civils innocents (1).


mises au point

La pertinence historique des commentaires appelle quelques mises au point.

- le suspect tué dans le dos sur une route est un montage de la Fox Movietone, tourné devant plusieurs journalistes pour impressionner le public américain, on ne montre pas la mort du suspect ; les archives de la gendarmerie d’Alger et de Guelma prouvent que le gendarme qui a tiré a été sanctionné, mais a bénéficié d’un non-lieu du Tribunal ;

- de nombreux villages ont été rasés pour qu’ils ne servent pas de refuges aux djounoud, mais la population avait été évacuée auparavant ; certains regroupements effectués dans la hâte ont été reconvertis par Delouvrier, qui contredit la famine dénoncée par Rocard ; en 1961-62, 90% des regroupés ont préféré rester dans les villages où ils bénéficiaient du confort (2)

- d’après le CICR, le napalm est interdit sur les habitations civiles, mais pas contre les combattants (3)

- les parachutistes n’ont pas soutenu le soulèvement du 13 mai, mais un civil a «emprunté» un camion du RCP pour défoncer les portes du GG ; ensuite Massu s’est efforcé de canaliser le mouvement ; l’armée n’a pas pris le pouvoir, mais Pflimlin puis de Gaulle ont donné les pouvoirs civils et militaires à Salan ;

- le droit de vote aux Algériens a été accordé par Robert Lacoste et mis en œuvre par de Gaulle ;

- des attentats à la bombe ont été effectués par le FLN dans le Constantinois et à Alger avant l’attentat contre-terroriste de la rue de Thèbes, le 10 août 1956 (réf. Colonel Schoen) ;

- des affaires importantes semblent avoir été oubliées : la loi-cadre de R. Lacoste, les centres militaires d’internement créés par Salan, la bleuîte, l’affaire Si Salah, le discours gaulliste du 4 novembre 1960 ;

- de nombreuses estimations chiffrées appellent la critique : des dizaines de milliers de victimes de la répression en mai 1945 et en août 1955, 3.000 disparus dans la bataille d’Alger, 60.000 maquisards en 1958 (disposant de 20.000 armes de guerre !), 400.000 morts dont 30.000 appelés, des centaines de noyés dans la Seine en octobre 1961 ; toutes ces évaluations sont à vérifier ;



- les centres de transit des harkis sont fermés en 1964 ; sur 66.000 rapatriés, il ne reste alors que 10.000 personnes dans les hameaux forestiers et les cités d’accueil ; ces dernières ferment en 1975, 90% des familles sont alors recasées en métropole ;

- Soustelle, Bourgès-Maunoury et le général de Gaulle évoquent la guerre d’Algérie et non «les évènements d’Alger» camouflage médiatique de la réalité. La loi de 1999 n’a fait que reconnaître tardivement les droits juridiques des combattants.


la torture

Le débat sur la torture reste un des sujets privilégiés de la propagande médiatique. Il n’est pas question de nier sa pratique, qui a été reconnue par maintes autorités ; dans le manifeste de 2002 des 521 officiers généraux anciens d’Algérie , le général Gillis écrit :

- «certains pendant la bataille d’Alger en particulier, ont été confrontés à un dilemme : se salir les mains en interrogeant durement de vrais coupables, ou accepter la mort d’innocents. S’il y eut des dérives, elles furent marginales et en contradiction même avec les méthodes voulues et les objectifs poursuivis par la France et son armée».

Dans l’été 1962, le colonel Godard poursuit la bataille d’Alger sans violence, par infiltration des groupes terroristes (4), il élimine le colonel Aussaresses ; Zora Driff reconnaît que «ces méthodes n’avaient plus court quand j’ai été prise» (septembre 1957)

Maurice Patin, président de la Commission de sauvegarde du droit et des libertés (16 enquêteurs), fait le point dans ses rapports successifs :

- septembre 1958 : l’emploi est proscrit mais persiste dans des cas isolés ;

- juin 1960 :les déclarations tardives de Djamila Boupacha ne sont pas convaincantes ;

- octobre 1960 : il n’y a plus de tortures spectaculaires ;

- février 1961, diminution des pratiques illégales ;

- décembre 1961, l’ordre a été rétabli par les Procureurs militaires, le système a fini par se disloquer ;

- 20 chefs de corps, en majorité parachutistes, cités par JC Jauffret, ont dit non à la torture (5) ; parmi eux, le colonel Trinquier à El Milia ;

- 400 enquêtes du CICR (6) dans les centres d’internement en Algérie et en métropole établissent à moins de 20% le nombres des prisonniers qui ont été torturés.

Ces différents constats ne confirment pas la pratique généralisée de la torture. Il est donc injuste d’accuser tous les combattants de s’être mal conduits, alors que la plupart sont venus en aide à la population musulmane.

Maurice Faivre
membre de l'Académie des sciences d'Outre-mer



1 - anticolonialiste et disciple de Sartre, ignore-t-elle le conseil du philosophe dans sa préface à Franz Fanon : "il faut tuer, abattre un Européen, c’est supprimer en même temps un oppresseur et un opprimé : restent un homme mort et un homme libre". On sait que Jean Daniel a condamné le démoniaque égarement de Sartre et de Fanon.

2 - M. Faivre, Les mille villages de Delouvrier, L’esprit du Livre, 2009

3 - M. Faivre, La Croix-Rouge pendant la guerre d’Algérie, Lavauzelle

4 - Maurice Schmitt, La deuxième bataille d’Alger, L’Harmattan 2008

5 - Ces officiers qui ont dit non, Autrement , 2005. À compléter par les témoignages du ministre P. Messmer, colonel Dabezies et général Pierre Jacquinet.

6 - M. Faivre, La Croix-Rouge pendant la guerre d’Algérie, op. cit.


_________________
"... Puisque je suis l'un d'eux, je ne renierai jamais les miens quoiqu'ils fassent. Je ne parlerai jamais contre eux devant autrui. S'il est possible de prendre leur défense, je les défendrai. S'il sont couverts de honte, j'enfermerai cette honte dans mon coeur, et je me tairai ! Quoique je pense alors sur eux, je ne servirai jamais de témoin à charge ..."      (Antoine de SAINT-EXUPERY - "Pilote de guerre").
avatar
Cerbère

Messages : 837
Points : 22482
Réputation : 2065
Date d'inscription : 18/07/2012

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum