LES CAMPS PARACHUTISTES

décès du Père CASTA aumônier parachutiste

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

décès du Père CASTA aumônier parachutiste

Message par TAP le Lun 21 Nov 2011 - 11:41

décès du Père CASTA


Le père François Casta, grande figure des aumôniers parachutistes qui avait abordé franchement la question de l’usage de la torture en Algérie dans un ouvrage qui fut interdit, est décédé mardi à l’âge de 92 ans à Paris.
Cet ancien aumônier, qui avait connu la seconde guerre mondiale et les guerres d’Indochine et d’Algérie, s’est éteint à l’Institution nationale des Invalides à Paris où il résidait depuis 2006, a précisé dans un communiqué le secrétariat d’Etat aux Anciens combattants.
Né le 20 août 1919 à Calenzana (Haute-Corse), François Casta, d’une famille de militaires, est ordonné prêtre en juin 1943. Engagé comme volontaire en novembre 1944, il est nommé aumônier catholique du 19e Bataillon de chasseurs dans la 1re Armée Française et est très sérieusement blessé par des éclats d’obus le 13 février 1945 dans le Haut-Rhin.
Volontaire pour l’Indochine, il débarque à Saigon en mars 1947, et rejoint le 1er Bataillon Parachutiste de Choc, il se distingue pendant deux années par son courage et son dévouement en Cochinchine et au Tonkin, se révélant un secours moral constant pour tous. Lors d’un second séjour en Extrême-Orient, il est à nouveau blessé au combat le 28 mai 1952 au Tonkin.
En juin 1956 il devient aumônier de la 25ème division parachutiste et rejoint l’Algérie pendant plus de quatre années. En 1962, il écrit « Le Drame spirituel de l’Armée », un livre qui fut interdit par Pierre Messmer, alors ministre de la Défense du général de Gaulle. Dans ce livre, paru finalement en 2009, le père Casta s’interrogeait sur le problème du comportement chrétien du soldat face à ce qu’on appelait alors « la guerre révolutionnaire », abordant franchement la question de la torture.
Onze fois cité, le père Casta avait été élevé à la dignité de grand croix de la Légion d’honneur en 2003. Il était titulaire de la Croix de Guerre 39-45 avec palme et étoile d’argent, de la Croix de Guerre des TOE avec 2 palmes, 1 étoile d’argent et 3 étoiles de vermeil, de la Croix de la Valeur Militaire avec 1 étoile d’argent et 3 étoiles de vermeil.


Dernière édition par ciel azur le Lun 1 Oct 2012 - 20:20, édité 1 fois (Raison : mise à jour)
avatar
TAP
Invité


Revenir en haut Aller en bas

homélie de monseigneur Luc RAVEL aux funérailles du père CASTA

Message par cnec le Lun 21 Nov 2011 - 11:53

Homélie de Mgr Luc Ravel aux funérailles du père Casta lors de la messe des funérailles du père François Casta

lundi 29 août 2011 en la cathédrale Saint Louis des Invalides



Pour chacun de nous, le départ du père François Casta crée un manque, un creux dans nos vies malgré ou à cause des souvenirs nombreux et marquants.

En quelques mots et s’inspirant de ses écrits, cherchons à capter ce qui est l’axe autour duquel il a tourné sa pensée et sa vie.

J’aimerais mettre en exergue cette phrase qui appartient à ce livre si contesté du Père Casta et qui forme le cœur de la conclusion. « La guerre subversive n’est pas une question d’armes techniques, mais bien de contacts avec les hommes et leurs réalités, question de présence et de chaleur humaine. » (« Homme de Dieu… Homme de guerre » p. 234)

Question de présence et de chaleur humaine…

Ce que disait le père Casta des chefs authentiques de nos armées valait, bien entendu, pour tous les militaires. Je pourrais rajouter en considérant son large ministère et la fermeté de sa poignée de main : pour tout chrétien confronté au combat contre le mal et le péché.

1. N’est-ce là qu’une question de stratégie à opposer à cette nouvelle guerre « révolutionnaire » ou subversive dont il nous donne de lumineuses analyses ? Il s’agit plutôt pour lui d’un principe général qu’il a essayé constamment de repenser et de mettre en œuvre pour lui-même : entre deux hommes, la relation personnelle, donc fidèle, chaleureuse et personnalisée, est la seule valable.

Valable pour faire avancer le Royaume de Dieu, valable pour faire taire la guerre entre les hommes, valable pour socialiser l’homme contre les forces perverses et les mœurs atroces du terrorisme, ce qu’on a appelé « la guerre civile généralisée ».

L’homme, voilà le maître mot que nous devons retenir de ce pasteur d’exception. En un temps où les liens sociaux prenaient encore le pas sur la destinée de l’homme individuel, il marchait volontiers hors des sentiers battus, poussé par quelques intuitions rapportées de son immense expérience des campagnes militaires mais aussi de ses études théologiques et historiques.

L’homme, donc. D’abord, l’homme dans ses caractéristiques de l’ « Homme universel » celui que n’amoindrissent pas les traditions, symboles et fêtes militaires. La particularisme militaire, écrit-il, « n’est pas de mauvais aloi… il met en relief la richesse et la variété de la nature humaine. Dans les circonstances les plus cruelles, il est à même de faire briller la transcendance de l’homme, et dégager sa liberté, tout en la lestant. » (op.cit. p 145)

L’homme universel considéré dans sa nature qui traverse les peuples et les cultures mais qui n’existe concrètement que dans l’homme particulier, celui qu’il ne faut pas détruire par des principes généraux. «L’homme sauvé -et ici moins qu’ailleurs- n’est pas une abstraction ni une irréalité. C’est quelqu’un qui, les pieds bien plantés sur la terre, évolue au sein d’un régiment ou d’un poste isolé… » (ibid.) Là où va le chercher la Grâce…

2. La survie de l’homme et de sa dignité explique pour lui l’enjeu véritable des guerres modernes contre-révolutionnaires celles où il fut impliqué, l’Indochine puis l’Algérie, mais aussi toutes les autres. « Il est excessivement grave pour une nation de ne pas avoir conscience de son appartenance à une civilisation … qui repose non seulement sur une conviction profonde mais sur une certitude absolue : « il est dans l’homme une part inaltérable, fondement de sa dignité, siège de la liberté de son activité spirituelle. » » (op.cit. p 202)

« Le but final, le fond et l’âme même de notre combat, c’est la défense non seulement des intérêts nationaux les plus évidents, mais la cause même de la civilisation, d’une civilisation basée sur une certaine conception de l’homme. » (op.cit. 168)

Dans une intuition prophétique, il affirme en 1962 : « Qu’on ne s’y trompe point, un jour ou l’autre, et dans un avenir plus ou moins rapproché, les mêmes problèmes se poseront à nouveau… Notre combat n’est pas terminé. » (p. 221)

D’où la conclusion sur la formation des chefs de nos armées. Ce dont l’armée a besoin pour gagner ces guerres, ce ne sont pas tant des armes techniques que des chefs compétents et droits, sachant décider et laisser s’épanouir en eux la morale la plus véritable. La victoire vient par le « désintéressement des chefs et la qualité de leur conscience, autant que leur compétence militaire et le précieux secours de leurs qualités naturelles. » (op cit p 234)

3. Son engagement total auprès des soldats depuis 1944, lui aurait-il fait oublier son caractère de prêtre ? Aurait-il été au final plus militaire qu’aumônier ? Une telle question peut surprendre : elle se pose pour chaque aumônier et même pour chaque chrétien investi dans un milieu déterminé où le Christ l’invite à annoncer l’évangile.

Sa lucidité sur la mission de l’Eglise reste absolue : « L’efficacité de l’action de l’Eglise ne réside pas pour l’essentiel dans le choix fait par les hommes… mais bien dans l’Evangile qui est « Force et Sagesse de Dieu ». C’est pourquoi son souci demeure … bien de porter toujours et présentement le témoignage de la Parole de Dieu. » (op.cit. p 197) Sous l’uniforme, le prêtre reste intact sans oublier l’essentiel de son service auprès des hommes.

« L’aumônier ira donc chercher les soldats qui lui sont confiés jusqu’au fond de leur compagnie ou de leur postes isolés, afin d’ouvrir leurs oreilles à l’appel de Dieu et de les accompagner tout au long de leur marche spirituelle. » (p. 149) Notre mission est bien d’évangéliser.

Et, explique-t-il, c’est pour permettre cette rencontre entre l’Evangile et le soldat au plus près de son action que l’Eglise a mis en place le « vicariat aux armées » : elle « a voulu réaliser une Eglise plus adaptée pour la transmission du message chrétien, pour que celui-ci puisse atteindre le soldat dans sa réalité concrète et particulière. » (op.cit. p 147)

« Ce n’est donc pas en voulant séparer illusoirement le soldat de l’armée qu’on prétendra le faire atteindre par le message chrétien. Ainsi voulu, organisé, dirigé et réalisé, le vicariat aux armées est plus apte à transmettre la révélation de Dieu par son ministère et ses sacrements.

En réalité, cette tâche immense est rendue plus difficile et complexe par le jeu normal des mutations des personnels et la faible proportion des éléments stables… ce mouvement perpétuel des hommes, accéléré par le rythme des opérations de guerre… tient l’effort apostolique des aumôniers en haleine continuelle. Pour eux le risque est grand de se fatiguer physiquement, moralement et spirituellement… Pourtant, il faut que le Christ passe, même et surtout à l’armée. » (op.cit. p.148)

Nous aimons cette clarté, cette clairvoyance pastorale jointe à un enthousiasme intact.

4. Sa prière à saint Michel « la prière d’un parachutiste à saint Michel » a marqué aussi une étape considérable de sa mission. Puisse-t-elle aujourd’hui marquer son dernier saut… celui qui, à l’envers, va de la terre au Ciel. Il l’écrivit dans des circonstances dramatiques en juin 1948 et il l’a signé de ce surnom qu’on lui donnait, « Babbas ». En voici quelques extraits :

« Si vous êtes déjà Saint Michel au péril de la mer, Devenez donc aussi Saint Michel au péril de l’air.
Et puisque le premier dans un très grand silence, Vous êtes descendu des hauteurs éthérées,
Pour combattre et pour vaincre, Aidez dans le combat ces archanges nouveaux Qui silencieusement en suivant votre exemple Descendent lentement Faire trembler sous leurs pas La terre et les flots étonnés.
Saint Michel patron des parachutistes,Protégez nous dans le dernier combat, Car viendra bien un jour où pour la dernière fois,Nous quitterons nos aérodromes et leurs longues pistes.
Car à force de partir Il se peut qu’on finisse par ne plus revenir. Alors, en ces moments, saint Michel notre archange Sautant à votre tour de cieux encore plus hauts Vous nous projetterez
Avec plus de vitesse Avec plus de silence, Plus de recueillement Pour embrasser nos corps rompus et bien meurtris Et les envelopper dans l’immense voilure Dont la soie blanche aux multiples coutures Servira de linceul et de nappe d’autel Pour notre dernier et sanglant sacrifice. »



avatar
cnec
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Adieu Père Casta

Message par Lothy le Lun 21 Nov 2011 - 12:36

Merci de rappeler cette cérémonie ô combien émouvante et la justesse de ton de l'homélie de Mgr RAVEL...

Ci-après un montage en Mémoire du Padre


_________________
Lothy
"A tous les Prétoriens que des Césars firent massacrer pour ne pas payer de solde ou pour sauver leur propre vie" - Jean Lartéguy.
avatar
Lothy
EXPERT
EXPERT

Messages : 4807
Points : 9633
Date d'inscription : 28/10/2011
Age : 70

Revenir en haut Aller en bas

Re: décès du Père CASTA aumônier parachutiste

Message par rangers le Lun 21 Nov 2011 - 23:38

très bel Hommage à notre padré, bravo Lothy

_________________
jamais je ne renierai les miens
avatar
rangers
EXPERT
EXPERT

Messages : 413
Points : 3602
Date d'inscription : 28/10/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: décès du Père CASTA aumônier parachutiste

Message par MF46 le Lun 21 Nov 2011 - 23:50

Bel hommage rendu à ce grand Ancien disparu il y a peu...

Nul doute que St Michel l'ait pris sous sa protection....

_________________

avatar
MF46
Membre AMI
Membre AMI

Messages : 428
Points : 3008
Date d'inscription : 19/11/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: décès du Père CASTA aumônier parachutiste

Message par Mac Breheny le Mar 22 Nov 2011 - 8:27

Hello everybody,

Merci d'avoir posté l'homélie de Mgr Ravel et le montage de Lothy en hommage au Padre.
Cdlt

Mac
avatar
Mac Breheny
TEAM
TEAM

Messages : 449
Points : 2884
Date d'inscription : 03/11/2011
Age : 51

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum