LES CAMPS PARACHUTISTES

Le Général de division (2S) Raymond LE CORRE est décédé le jeudi 23 janvier 2014

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

24012014

Message 

Le Général de division (2S) Raymond LE CORRE est décédé le jeudi 23 janvier 2014




Le Général de division (2S) Raymond LE CORRE est décédé le jeudi 23 janvier 2014 à son domicile.

Chef de corps du 1er Régiment étranger de cavalerie de 1977 à 1979, il a commandé la Légion étrangère de 1988 à 1992.

Il sera enterré le lundi 27 janvier 2014 à Orange dans les conditions suivantes :

Cérémonie religieuse en l’église Saint Florent à 14h30 Honneurs militaires rendus sur le parvis de l’église, Inhumation au cimetière de la Légion étrangère du Coudoulet.



Infos FSALE

_________________

avatar
LOUSTIC

Messages : 300
Points : 22140
Réputation : 620
Date d'inscription : 31/01/2012
Age : 58

Revenir en haut Aller en bas

Partager cet article sur : Excite BookmarksDiggRedditDel.icio.usGoogleLiveSlashdotNetscapeTechnoratiStumbleUponNewsvineFurlYahooSmarking

Le Général de division (2S) Raymond LE CORRE est décédé le jeudi 23 janvier 2014 :: Commentaires

avatar

Message le Ven 24 Jan 2014 - 19:37 par Lothy


Né le 31 octobre 1933 à Saint Etienne dans la Loire, admis à l”école spéciale militaire interarmes en octobre 1953, en qualité de Saint-Cyrien, il est nommé sous-lieutenant le 1er octobre 1955.

Après l’école d’application de l’Arme blindée et cavalerie, il est affecté au 2ème régiment de spahis au Maroc avec le grade de lieutenant, pour compter du 1er octobre 1957. Il prend les fonctions de chef de peloton jusqu’en août 1959.

Désigné le 1er janvier 1960 pour servir en Algérie, il rejoint le 1er régiment étranger de cavalerie comme chef de peloton jusqu’en septembre 1962.

A l’issue, il rejoint l’enseignement militaire supérieur scientifique et technique en qualité de stagiaire jusqu’en mai 1966. Il y est promu au grade de capitaine, le 1er janvier 1963.

De juillet 1966 à juin 1968, il commande le 3ème escadron du 1er REC.

Officier expérimentateur à la section technique de l’armée jusqu’en août 1971, il y est promu au grade de chef d’escadrons le 1er juillet 1970. Il est désigné stagiaire de la 85ème promotion à l’école supérieure de guerre.

Du 1er août 1973 au 1er août 1975, il est affecté à l’état-major du 1er corps d’armée en qualité de chef de la section “Plans-Etudes”.

En août 1975, il est muté au 6ème régiment de cuirassiers à Laon-Couvron, comme commandant en second.

Il est promu au grade de lieutenant-colonel le 1er juin 1976.

De septembre 1977 à septembre 1979, il commande le 1er REC à Orange. Après quoi, il rejoint l’état-major de l’Armée en qualité de rédacteur à la section “Plans”. Dès son arrivée, il est promu au grade de colonel, le 1er octobre.

Le 10 juillet 1981, il rejoint le groupement de Légion étrangère et la 31ème Brigade en qualité d’adjoint au général. En juillet 1984, le GLE devient COMLE.

En novembre 1985, il est affecté à l’état-major de la 10ème division blindée à Châlons-sur-Marne.

Il est alors admis en section des officiers généraux le 1er janvier 1986.

Le 1er juillet 1988, il prend le commandement de la Légion étrangère à Aubagne, il est promu au grade de général de division le 1er septembre 1990.

Officier de la Légion d’honneur, officier de l’ordre national du Mérite, il est titulaire de trois citations avec croix de la valeur militaire.

La richesse de sa personnalité, ses brillantes qualités intellectuelles, humaines et militaires, son passé d’officier de Légion lui ont permis d’exercer, depuis quatre ans, le commandement de la Légion étrangère dont il a su préserver les nobles traditions tout en accompagnant l’évolution de l’armée de terre.
Homme de terrain et de contact autant que de pensée, ingénieur et tacticien, il est un chef militaire de valeur dont la personnalité a marqué la Légion étrangère et l’armée de terre”.

A Paris le 31 août 1992 - Le Général d’armée Montchal, Chef d’état-major de l’armée de terre.

Le général Le Corre, président du conseil d’administration de la “Maison du légionnaire” à Auriol aimait raconter le compliment fait à son encontre par un sous-officier au moment où il quittait le commandement du 1er Etranger:
“Mon colonel, il y a des officiers que nous respectons, vous êtes de ceux que nous estimons.”


Source : Le Carnet

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum