LES CAMPS PARACHUTISTES

14 juillet : la réalité des armées est moins reluisante

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

15072014

Message 

14 juillet : la réalité des armées est moins reluisante




14 juillet : la réalité des armées est moins reluisante


En ce jour de gloire de l'armée française, la réalité quotidienne des armées est-elle aussi reluisante ? Avec une baisse des budgets impressionnante depuis les années 60, on est passé de plus de 5% du PIB à 1,5%, soit un budget de 32 milliards d'euros aujourd'hui. Une chute qui a des conséquences concrètes, parfois inquiétantes sur la sécurité des militaires.


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

_________________
Lothy
"A tous les Prétoriens que des Césars firent massacrer pour ne pas payer de solde ou pour sauver leur propre vie" - Jean Lartéguy.

Lothy
Fondateur / Administrateur

Messages : 4218
Points : 8461
Date d'inscription : 28/10/2011
Age : 69

Revenir en haut Aller en bas

- Sujets similaires
Partager cet article sur : Excite BookmarksDiggRedditDel.icio.usGoogleLiveSlashdotNetscapeTechnoratiStumbleUponNewsvineFurlYahooSmarking

14 juillet : la réalité des armées est moins reluisante :: Commentaires

Message le Mar 15 Juil 2014 - 9:57  Lothy

Dans la continuité de l'interview accordée par TF1 au général Desportes, cet article paru dans Marianne dénonçant l'oubli, le désintérêt envers nos blessés en OPEX, et principalement les retombées sévères des coupes sombres dans le budget de nos armées !

Ce qu’on ne vous dit jamais sur les "opérations extérieures" de l’armée




Ve République oblige, le président – qui est également le chef des armées selon la Constitution – peut décider, seul, d’engager nos forces armées sur tel ou tel théâtre d’opération. Avec cet héritage gaulliste, si la France gagne bien sûr en efficacité – lui permettant d’intervenir en peu de temps –, les responsables politiques finissent par ne pas reconnaître que ces opérations constituent de véritables guerres. 


750 blessés en Afghanistan 
  
Et si les morts font l’objet d’hommages nationaux, les blessés, parfois graves, finissent pas être oubliés. Entre 2001 et 2012, sur 60 000 soldats engagés en Afghanistan, il y eut 88 morts, mais également… 750 blessés, dont 247 pour la seule année 2011. « La notion de reconnaissance est essentielle pour la réparation du soldat blessé, rappelle le colonel Thierry Maloux, de la cellule d’aide aux blessés de l’armée de terre (CABAT). Les jeunes anciens combattants blessés ont pourtant encore du mal à dire qu’ils ont perdu leur jambe en Afghanistan. Car la société n’est pas forcément prête à l’entendre »



[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum