LES CAMPS PARACHUTISTES

Jean de Lattre de Tassigny capitaine en 1918

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Jean de Lattre de Tassigny capitaine en 1918

Message  Béghin Bernard le Mar 19 Aoû 2014 - 14:30

Un nom connu pour ses combats de la Seconde Guerre mondiale, mais auteur d'un parcours exceptionnel durant la Première en tant que cavalier puis fantassin, ce qui est beaucoup moins connu... Jean de Lattre de Tassigny peut trouver sa place dans ce forum.

Et en plus, ce futur Maréchal, fut connu et approché des parachutistes, voilà la double raison qui me pousse à en parler ici.

Je commence par un résumé de son passage au 12è Régiment de Dragons à Pont à Mousson, puis à Toul en 1913.

Ce résumé est issu du JMO du 12è Dragons .

Lieutenant de Lattre de Tassigny 

"Lieutenant au 1er escadron, parti de Toul le 31 juillet 1914, blessé au genou le 11 août 1914, évacué au 16 et rentré le 22.
Blessé en reconnaissance, d'un coup de lance à la poitrine le 14 septembre 1914, et rentré au régiment le 10 octobre 1914.
Passé lieutenant en 1er au 1er escadron, exerce quelques temps les fonctions de commandant de la section bis de mitrailleuses.
Est légèrement blessé au mollet par un éclat d'obus le 29 novembre 1915.
Promu capitaine à titre temporaire le 24 décembre 1915 pour passer au 93 è Régiment d'Infanterie.

  "Cité à l'Ordre de la Brigade le 15 septembre 1914, à l'Ordre de l'Armée le 19 octobre 1914,
           Chevalier de la Légion d'Honneur le 1 janvier 1915 , à l'Ordre de la Division le 11 août 1914 ."



Texte reproduit intégralement dans le JMO, mais je remarque des différences de dates avec certains écrits.


En bref, cet officier n'est en rien un enfant de choeur même s'il est très catholique, ce qui le motive c'est son devoir de soldat au secours de la Patrie .

Je raconterai un peu plus tard le récit de ses blessures avec le 12, c'est digne des guerres napoléoniennes.

Et ce n'est qu'à partir de 1916, se rendant compte de la guerre de position et de la fin des charges équestres, de la puissance de feu de l'artillerie lourde allemande, qu'il souhaite répondre à l'appel de Joffre, afin de grossir les rangs de l'Infanterie .

Avec cela, on a une petite idée de ce personnage qui a (déjà) mérité de la Patrie....
avatar
Béghin Bernard

Messages : 916
Points : 3540
Date d'inscription : 05/03/2014
Age : 70

Revenir en haut Aller en bas

Jean de Lattre de Tassigny capitaine en 1918

Message  Béghin Bernard le Mar 19 Aoû 2014 - 22:35

Jean Joseph Marie Gabriel de Lattre de Tassigny, né le 2 février 1889 à Mouilleron en Pareds (Vendée) - village de Georges Clémenceau - est le 2e enfant de Robert et de Anne Hénault, une pure vendéenne, fille de Chouans.

Enfant, Jean a déjà une idée de son avenir. Famille catholique ; "Ah, je serai pape", mais né en Vendée (plus ou moins guerrière) ; "ou je serai général", disait il à l'âge de 7 ans.

A 9 ans, entré au collège des Jésuites de St-Joseph de Poitiers, pour six années, il excelle dans les cours et forge son caractère. Ainsi, en 1904, il annonce à ses parents, son souhait d'entrer dans la Marine. Etonnement familial, car pas d'ancêtres marins.  Pas grave, il fonce.

Son séjour au collège Vaugirard, pour préparer le concours de l'Ecole Navale, lui permet de rencontrer un certain Charles de Gaulle. Ca alors, quel heureux hasard !

En 1906, reçu aux épreuves écrites, il ne peut se présenter à l'oral, à cause d'une maladie ; la paratyphoïde qui est une infection bactérienne.

Déçu, mais pas encore dégonflé, il est admis à St-Cyr, en 1908,  choisit la Cavalerie et comme le règlement l'y autorise, il intègre pour un an le 29e Dragons à Provins, qu'il quitte en tant que brigadier, pour suivre la formation d'élève officier.

Mais en ces temps troublés par la séparation de l'Eglise et de l'Etat, ses résultats sont moyens, rappelons nous qu'il est catholique.

Fini St Cyr, le sous-lieutenant de Lattre de Tassigny, second de promotion de l'Ecole de Guerre, passe par l'Ecole de Cavalerie de Saumur.

Le lieutenant Jean de Lattre est affecté au 12e Régiment de Dragons à Pont à Mousson. Enfin un régiment.

Chef de peloton exigeant, mais surtout respectueux de ses subordonnés, (ça me rappelle quelqu'un) il est apprécié à sa juste valeur.  Et en 1913, le 12e Dragons s'installe en garnison à Toul (tiens)... Et vient 1914.

A la mobilisation, le Régiment est intégré dans la 12e Brigade, avec le 4e Dragons, tout cela dans la  2e Division de Cavalerie, et tout ce petit monde au sein du XXe Corps d'Armée commandé par le général Foch.

Aussitôt, le "12" se porte dans la région de Lunéville et le 11 août 1914, à Moncourt (Moselle) sud est de Château-Salins, Jean, âgé de 25 ans connaît sa 1ère blessure ; un éclat d'obus, tandis que le brigadier Joly est tué.

Une première citation lui échoit, due aux renseignements fournis.


Le capitaine de Lattre de Tassigny à gauche...
avatar
Béghin Bernard

Messages : 916
Points : 3540
Date d'inscription : 05/03/2014
Age : 70

Revenir en haut Aller en bas

jean de Lattre de Tassigny capitaine en 1918

Message  Béghin Bernard le Sam 23 Aoû 2014 - 17:25

La 2 ème blessure de Jean de Lattre, lieutenant au 12è Dragons .  ( jmo du 12 D en septembre 1914) 


     " Le 14 septembre, à 14h le lt de Lattre,avec son peloton est envoyé en reconnaissance sur Flirey, auberge St Pierre, Thiaucourt, appuyé d'un peloton cycliste, puis par le 1er escadron, qui à cet effet reçoit l'ordre de se porter vers Flirey.

     Arrivé en l'auberge St Pierre, le lt de Lattre se heurte à une patrouille de uhlans, le combat s'engage dans l'obscurité d'une nuit profonde.

     Le lt de Lattre est blessé à la poitrine d'un coup de lance, il n'en tue pas moins de sa main un uhlan, en blesse un autre qu'achève le cavalier Bauër.

   Mr de Lattre donne l'ordre à son peloton de se retirer dans le bois de Puvenelle, ou il devra passer la nuit, puis se dirige sur l'hôpital de Pont à mousson .

   Le cavalier Bauër accompagne son officier malgré lui et c'est grâce au dévouement de Bauër que le lt de Lattre, malgré les patrouilles, parvient jusqu'à l'hôpital de Pont à Mousson.

  ( d'après une autre version , il y aurait eu une intervention d'une patrouille française du 5 è Hussards et il aurait été emmené à l'hôpital de Nancy, Pont à Mousson étant occupé par les Allemands)

   A la suite de ce fait d'armes, le lt colonel de La Font, propose le lt de Lattre pour la Légion d'Honneur et nomme brigadier le cavalier Bauër . En outre, le lt de Lattre est cité à l'ordre de l'Armée et le brigadier Bauër à l'ordre de la division".

   Enfin le lt de Lattre est évacué .  ( donc possible vers Nancy)

   Ce qui est entre parenthèses , c'est moi qui ai rajouté .

  Quand je disais que c'était digne des charges napoléoniennes , enfin à petite échelle, mais quand même .

   Quand on voit comment cette guerre a commencé , encore avec des chevaux ( les pauvres) avec des pantalons rouges et des shakos , puis vinrent les uniformes bleus et les casques, les avions , puis les tanks .

    Le progrès a été foudroyant , c'est le moins que l'on puisse dire . Pauvres hommes , passer son temps à guerroyer , alors que tout est sur terre pour être heureux , il suffit de partager .

   Mais ça , c'est une autre histoire , en attendant , vous êtes un sacré soldat ; Lieutenant Jean de Lattre de Tassigny .
avatar
Béghin Bernard

Messages : 916
Points : 3540
Date d'inscription : 05/03/2014
Age : 70

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum