LES CAMPS PARACHUTISTES

Toussaint 54 - Cela s'est passé il y a exactement 60 ans aujourd'hui ...

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

01112014

Message 

Toussaint 54 - Cela s'est passé il y a exactement 60 ans aujourd'hui ...




J'avais imaginé rédiger un post en ce jour anniversaire.

J'ai renoncé.

Ce n'est pas parce que j'avais trop de choses à raconter et que cela aurait envahi le site.

Non.

Tout simplement, je n'ai pas pu !

Je venais d'avoir 14 ans, j'avais décidé que je retournerais sur cette Terre sur laquelle tant des miens sont nés ou morts. Il fallait que j'attende ...

Tout est présent dans ma mémoire.

Alors comme je ne voulais pas rester sur une copie vide, j'ai choisi deux photos, c'est tout ce que je suis capable de faire.
Elles résument tout.

 
 Nous sommes ces soldats qui grognaient par le monde
   Mais qui marchaient toujours et n'ont jamais plié...
   Nous sommes cette église et ce faisceau lié
   Nous sommes cette race éternelle et profonde...
   Nos fidélités sont des citadelles

   Charles Peguy



avatar
Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Partager cet article sur : Excite BookmarksDiggRedditDel.icio.usGoogleLiveSlashdotNetscapeTechnoratiStumbleUponNewsvineFurlYahooSmarking

Toussaint 54 - Cela s'est passé il y a exactement 60 ans aujourd'hui ... :: Commentaires

avatar

Message le Sam 1 Nov 2014 - 18:57 par Lothy

Merci de rappeler cette date, principalement à ceux qui n'étaient pas encore nés, ils sont nombreux parmi nous.... Ceux qui étaient là n'ont pas oublié !

J'avais imaginé rédiger un post en ce jour anniversaire.

Je crois que ce que vous avez écrit, suffit amplement à faire comprendre l'importance de cette journée, et surtout de tout ce qu'elle allait engendrer de drames.

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Message le Mar 4 Nov 2014 - 15:34 par Invité

Sans doute peu d'entre vous ont connaissance de l'existence de ce texte et encore moins de son contenu.

En gros, c'est la "déclaration de guerre (avec toute la phraséologie arabo - soviétique)"



Secrétariat général du Front de Libération Nationale

Déclaration du 1er novembre 1954

Appel au peuple algérien


PEUPLE ALGERIEN, MILITANTS DE LA CAUSE NATIONALE,

A vous qui êtes appelés à nous juger (le premier d’une façon générale, les seconds tout particulièrement), notre souci en diffusant la présente proclamation est de vous éclairer sur les raisons profondes qui nous ont poussés à agir en vous exposant notre programme, le sens de notre action, le bien-fondé de nos vues dont le but demeure l’indépendance nationale dans le cadre nord-africain. Notre désir aussi est de vous éviter la confusion que pourraient entretenir l’impérialisme et ses agents administratifs et autres politicailleurs véreux.

Nous considérons avant tout qu’après des décades de lutte, le mouvement national a atteint sa phase de réalisation. En effet, le but d’un mouvement révolutionnaire étant de créer toutes les conditions d’une action libératrice, nous estimons que, sous ses aspects internes, le peuple est uni derrière le mot d’ordre d’indépendance et d’action et, sous les aspects extérieurs, le climat de détente est favorable pour le règlement des problèmes mineurs, dont le nôtre, avec surtout l’appui diplomatique de nos frères arabo-musulmans. Les évènements du Maroc et de Tunisie sont à ce sujet significatifs et marquent profondément le processus de la lutte de libération de l’Afrique du Nord.

Aujourd’hui, les uns et les autres sont engagés résolument dans cette voie, et nous, relégués à l’arrière, nous subissons le sort de ceux qui sont dépassés. C’est ainsi que notre mouvement national, terrassé par des années d’immobilisme et de routine, mal orienté, privé du soutien indispensable de l’opinion populaire, dépassé par les évènements, se désagrège progressivement à la grande satisfaction du colonialisme qui croit avoir remporté la plus grande victoire de sa lutte contre l’avant-garde algérienne.

L’HEURE EST GRAVE !

Devant cette situation qui risque de devenir irréparable, une équipe de jeunes responsables et militants conscients, ralliant autour d’elle la majorités des éléments encore sains et décidés, a jugé le moment venu de sortir le mouvement national de l’impasse où l’ont acculé les luttes de personnes et d’influence, pour le lancer aux côtés des frères marocains et tunisiens dans la véritable lutte révolutionnaire.

Nous tenons à cet effet à préciser que nous sommes indépendants des deux clans qui se disputent le pouvoir. Plaçant l’intérêt national au-dessus de toutes les considérations mesquines et erronées de personnes et prestige, conformément aux principes révolutionnaires, notre action est dirigée uniquement contre le colonialisme, seul ennemi et aveugle, qui s’est toujours refusé à accorder la moindre liberté par des moyens de lutte pacifique.

Ce sont là, nous pensons, des raisons suffisantes qui font que notre mouvement de rénovation se présente sous l’étiquette de FRONT DE LIBÉRATION NATIONALE, se dégageant ainsi de toutes les compromissions possibles et offrant la possibilité à tous les patriotes algériens de toutes les couches sociales, de tous les partis et mouvements purement algériens, de s’intégrer dans la lutte de libération sans aucune autre considération.

Pour préciser, nous retraçons ci-après, les grandes lignes de notre programme politique :

BUT : L’Indépendance nationale par :

   La restauration de l'état algérien souverain, démocratique et social dans le cadre des principes islamiques.

   Le respect de toutes les libertés fondamentales sans distinction de races et de confessions.

OBJECTIFS INTÉRIEURS:


   Assainissement politique par la remise du mouvement national révolutionnaire dans sa véritable voie et par l’anéantissement de tous les vestiges de corruption et de réformisme, cause de notre régression actuelle.
   Rassemblement et organisation de toutes les énergies saines du peuple algérien pour la liquidation du système colonial.

OBJECTIFS EXTÉRIEURS:

   Internationalisation du problème algérien.

   Réalisation de l’Unité nord-africaine dans le cadre naturel arabo-musulman.

   Dans le cadre de la charte des Nations unies, affirmation de notre sympathie à l’égard de toutes nations qui appuieraient notre action libératrice.

MOYENS DE LUTTE :

Conformément aux principes révolutionnaires et comptes tenu des situations intérieure et extérieure, la continuation de la lutte par tous les moyens jusqu’à la réalisation de notre but.

Pour parvenir à ces fins, le Front de libération nationale aura deux tâches essentielles à mener de front et simultanément : une action intérieure tant sur le plan politique que sur le plan de l’action propre, et une action extérieure en vue de faire du problème algérien une réalité pour le monde entier avec l’appui de tous nos alliés naturels.

C’est là une tâche écrasante qui nécessite la mobilisation de toutes les énergies et toutes les ressources nationales. Il est vrai, la lutte sera longue mais l’issue est certaine.

En dernier lieu, afin d’éviter les fausses interprétations et les faux-fuyants, pour prouver notre désir de paix, limiter les pertes en vies humains et les effusions de sang, nous avançons une plate-forme honorable de discussion aux autorités françaises si ces dernières sont animées de bonne foi et reconnaissent une fois pour toutes aux peuples qu’elles subjuguent le droit de disposer d’eux-mêmes.

La reconnaissance de la nationalité algérienne par une déclaration officielle abrogeant les édits, décrets et lois faisant de l’Algérie une terre française en déni de l’histoire, de la géographie, de la langue, de la religion et des mœurs du peuple algérien.

L’ouverture des négociations avec les porte-parole autorisés du peuple algérien sur les bases de la reconnaissance de la souveraineté algérienne, une et indivisible.

La création d’un climat de confiance par la libération de tous les détenus politiques, la levée de toutes les mesures d’exception et l’arrêt de toute poursuite contre les forces combattantes.

EN CONTREPARTIE :

Les intérêts français, culturels et économiques, honnêtement acquis, seront respectés ainsi que les personnes et les familles.

Tous les français désirant rester en Algérie auront le choix entre leur nationalité et seront de ce fait considérés comme étrangers vis-à-vis des lois en vigueur ou opteront pour la nationalité algérienne et, dans ce cas, seront considérés comme tels en droits et en devoirs.

Les liens entre la France et l’Algérie seront définis et feront l’objet d’un accord entre les deux puissances sur la base de l’égalité et du respect de chacun.


Algérien ! nous t’invitons à méditer notre charte ci-dessus. Ton devoir est de t’y associer pour sauver notre pays et lui rendre sa liberté ; le Front de libération nationale est ton front, sa victoire est la tienne.

Quant à nous, résolus à poursuivre la lutte, sûrs de tes sentiments anti-impérialistes, nous donnons le meilleur de nous-mêmes à la patrie.

Le Secrétariat national.

L'essentiel de ce document sera repris - au fond - dans la déclaration associée au "Congrès de la Soummam"

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Message le Mar 4 Nov 2014 - 15:44 par Invité

Sans commentaire ...



Dans les Aurès de la première balle...

lLundi 1er novembre 1954, 7h. Le bus Berliet GLC, qui s’engage dans l’étroit défilé de Tighanimine, surplombé par d’immenses parois de granit, s’arrête brusquement devant un barrage de pierres. Un homme sort de l’ombre, un fusil allemand de marque Sten dans les mains. On fait descendre tous les passagers du bus parmi lesquels Hadj Saddok, caïd de M’chouneche, et un couple d’instituteurs français, Guy et Jacqueline Monnerot, récemment arrivés de Limoges, centre de la France, pour enseigner à Ghassira, un patelin situé à 85 km au sud de Batna.

Hadj Sadok dégaine son pistolet de sa gandoura, mais il est abattu d’une rafale en pleine poitrine de même que Guy Monnerot, qui agonisera longtemps au soleil avant de mourir. L’épouse de ce dernier est grièvement blessée à la hanche. L’acte fondateur de la Révolution venait de s’inscrire dans le sang. Soixante ans plus tard, à l’endroit même se dresse un immense obélisque en béton et une plaque commémorative qui rappelle aux automobilistes, qui veulent se donner la peine de s’y arrêter, le souvenir de ces premiers coups de feu.

Soixante ans après l’indépendance, la route est restée presque telle qu’elle avait été construire par les Français. Quand le tapis de bitume s’arrête à cet endroit précis, le passage redevient chaotique et dangereusement étroit au-dessus d’Ighzer Amellal (Oued Labiod) en allant plus au sud vers Taghit, Tifelfel, Ghassira, Ghoufi et toutes ses localités où le palmier annonce le grand désert tout proche. Tayeb Goughali, 84 ans, est l’un des derniers témoins directs de cet événement. Samedi 11 octobre, dans un minuscule jardin public de Biskra, assis sur une chaise en plastique, il nous déroule le fil des événements.

Une année avant ce Novembre 1954, M. Goughali, 23 ans, travaillait comme convoyeur chez Hadj Brahim Halimi à bord d’un autocar assurant la navette entre Biskra et l’oasis de M’chouneche. Départ de la ville vers 6h, retour vers midi. Hormis les bêtes de somme, le seul moyen de se déplacer dans ces contrées montagneuses reste le car de Hadj Brahim, toujours chargés d’hommes et de marchandises. Convoyeur est une couverture parfaite pour cet agent de liaison qu’était Tayeb Goughali, sous l’autorité du chef Hocine Ben Abdelbaki, installé à Baniane.

Goughali livre les marchandises commandées par les clients et distribue messages, courriers et consignes aux militants. Salaire journalier : 40 douros par jour. A peine le prix d’un repas chez un «dabbakh (restaurateur)», précise-t-il. «Un jour, Mustapha Ben Boulaïd et Larbi Ben M’hidi sont venus me demander de les mettre en contact avec Hocine Berhayel», raconte-il. Bandit d’honneur et insurgé activement recherché, Hocine Berhayel est une figure très connue, admirée et respectée dans les Aurès. Mustapha Ben Boulaïd cherche à le rallier à la cause nationale.

«Messali est un peureux. Il ne va pas bouger le petit doigt contre la France»

En ces débuts des années 1950, Messali Hadj est encore le zaïm incontesté du mouvement nationaliste algérien mais le vieux leader refuse obstinément d’appeler à la révolution armée alors que la jeune génération de militants nationalistes piaffe d’impatience d’en découdre avec cette France orgueilleuse et méprisante des administrateurs et des colons. Ammi Tayeb : «On disait que l’homme était un peureux et qu’il n’allait pas bouger le petit doigt contre la France. On maudissait sa barbe !»

Les militants sont nombreux à s’engager dans l’OS, l’Organisation secrète. Comme en Kabylie, des bandits d’honneur de la trempe de Grine Belkacem et Hocine Berhayel tiennent le maquis depuis des années. Des camps d’entraînement au maniement des armes voient le jour ici et là. On se prépare dans le plus grand secret à passer à l’action armée.

«La première réunion entre 15 zaïms dont Mustapha Ben Boulaïd et Hocine Berhayel a eu lieu à Djamaâ Alemmas, à Chenaouara», se rappelle âmmi Tayeb. Hocine Berhayel rejette d’emblée l’idée d’une grande manifestation que le groupe propose. Il ne tient pas à rééditer le sanglant épisode de Guelma en 1945. Berhayel dit à ses compagnons : «Pas de manifestation. Si vous voulez la révolution appelez-moi, sinon, ce n’est pas la peine. Vous avez un mois pour me donner votre réponse.» Une deuxième réunion aura lieu quelques semaines plus tard dans la mosquée d’Inoughissen, en présence de l’imam Si Mohamed Benderradj, lequel précisera au groupe les règles du djihad.

«Ne touchez pas aux instituteurs ni aux touristes»

Les préparatifs au soulèvement armé vont bon train. Une vingtaine de jours avant la date arrêtée pour le déclenchement des hostilités, Mustapha Ben Boulaïd demande à Tayeb Goughali d’assurer le trajet Biskra-Arris pendant 15 jours seulement. Celui-ci se montre réticent. C’est que la ligne Biskra-M’chouneche assure l’essentiel de ses revenus tant il se livre à un juteux petit commerce de marchandises entre ces deux localités.

Ben Boulaïd insiste : «Toi, les gens te connaissent et ils te font confiance. L’organisation va te payer 20 000 francs pour te dédommager du manque à gagner.» Tayeb Goughali accepte la mission, mais refuse d’être payé. Dernières recommandations du chef Ben Boulaïd, qui décédera en mars 1956 en manipulant un poste radio piégé par l’armée française : «Quand vous tombez sur un barrage dressé par nos hommes, dites au chef des moudjahidine de ne pas s’en prendre aux tolba (instituteurs) ni aux touristes. Si vous trouvez des moudjahidine fatigués sur la route, embarquez-les dans le bus.»

Le 1er Novembre 1954, au petit matin, l’autocar quitte Biskra et marque une première escale à M’chouneche, en bordure de la palmeraie, pour prendre le caïd Hadj Saddok. «Moi et le fils de Halimi, nous lui conseillons de ne pas voyager et de rester sagement chez lui», se souvient Tayeb Goughali. L’ancien lieutenant de spahis, qui avait pourtant reçu la proclamation des combattants quelques jours auparavant, est goguenard, méprisant : «Toz ! Que peuvent faire ces fellaghas !?» «N’challah tu vas tomber sur eux !», répond le conducteur avec amusement.

A l’arrêt de Tifelfel, c’est Guy Monnerot et sa femme Jacqueline, deux jeunes instituteurs, qui montent. On leur fait une place derrière le caïd, lui-même assis derrière le chauffeur.  Juste avant le tunnel, qui marque la sortie des gorges de Tighanimine, le car s’arrête brusquement. Des blocs de pierre entravent la chaussée. «Je descends pour dégager la route, mais des hommes armés surgissant de nulle part m’intiment l’ordre de ne pas les toucher», se rappelle Tayeb Goughali.

On fait descendre tous les voyageurs, à l’exception du couple Monnerot. «Un moudjahid veut faire débarquer Guy Monnerot pour l’exécuter. Je fais observer aux moudjahidine que j’ai une recommandation de Si Mustapha de ne pas toucher aux tolba, aux médecins et aux touristes étrangers», dit Tayeb Goughali. Les maquisards demandent aux voyageurs de remonter dans le car avant de les faire descendre une deuxième fois. On palabre. Lembarek Oubelhouchet, le seul qui sache quelques mots de français, monte dans l’autocar et essaie de parlementer avec le couple.

On les fait encore descendre. «Je suis l’enseignant de vos enfants. Je ne suis ni gendarme ni administrateur. J’ai 600 000 francs sur mon compte, ils sont à vous si vous les voulez. Je peux vous aider», dit Guy Monnerot aux moudjahidine. «Nous n’avons besoin ni de ton argent ni de ton aide. Notre chef nous a ordonné de tuer tous les Français qui se trouvent en Algérie», répondent-ils. «C’est à moment-là que la poudre a parlé. L’homme est tombé sur sa femme, qui est tombée à son tour à mes pieds. La balle l’avait traversé et atteint sa femme à la hanche», raconte Tayeb Goughali.

De son côté, le caïd de M’chouneche s’impatiente et se met en colère. «Je suis le capitaine caïd Saddok…», dit-il fièrement en tentant d’impressionner le groupe, mais il fait un geste fatal qui va lui coûter la vie : il met la main à sa sacoche et tire le pistolet qu’il porte toujours sur lui. Le geste du caïd n’a pas échappé à l’œil d’un tireur embusqué derrière un rocher. Une rafale de pistolet mitrailleur part, traverse le pare-brise et l’atteint en pleine poitrine. Il s’affaisse. Le caïd sera embarqué dans le bus et transporté jusqu’à Arris. Guy Monnerot et sa femme seront laissés là, sur le bas-côté de la route. Plus tard, Mustapha Ben Boulaïd sera furieux quand il apprendra la mort de l’instituteur

Monnerot et parlera de «bavure».

La Révolution algérienne venait de naître. De retour de Biskra, petit crochet par M’chouneche. La belle oasis est aujourd’hui envahie par le béton et le parpaing. Restaurée, la maison du colonel Si El Houes, de son vrai nom Ahmed Ben Abderrezak, est devenu un musée. A la sortie nord de la ville, la dernière réalisation de la commune attend d’être inaugurée. C’est un…asile psychiatrique flambant neuf.

5 communes et 1077 martyrs

A Arris, la maison de Mustapha Ben Boulaïd a également été transformée en musée. Le gardien étant absent, impossible d’y entrer pour visiter cette belle demeure de style colonial située dans la partie haute de la ville. Une plaque commémorative rappelle les grandes dates qui ont jalonné le parcours de cet homme exceptionnel, mort le 23 mars 1956.

Passé Arris, la route d’Ichmoul offre un beau panorama de vergers chargés de fruits. Il faut marquer une halte à Ouled Moussa, Taqliât Nath Moussa en berbère. Un hameau tranquille où la seule activité consiste à cultiver les pommiers et les souvenirs. C’est ici que, la veille du 1er Novembre 1954, Mustapha Ben Boulaïd a réuni ses premiers baroudeurs pour leur distribuer des armes et former les premiers groupes de choc. Dans la maison des frères Benchaïba qui surplombe le village. Un grand Musée du moudjahid, inauguré par le président Bouteflika en 2003, a été érigé sur les lieux.

Ce qui attire le plus le regard est l’immense plaque de marbre sur laquelle on a inscrit les noms de tous les hommes tombés au champ d’honneur. La liste est longue comme le joug colonial. Cinq communes : Ichmoul, Foum Toub, Inoughissen, Arris et Tighanimine ont fourni 1077 martyrs. L’année du déclenchement de la Révolution, il y a eu 10 martyrs, 21 celle de l’indépendance. L’année 1957 fut une terrible hécatombe : 215 victimes dans les rangs des insurgés. Le plus vieux martyr, Benqouqa Ali, tombé cette fameuse année, était né en 1885.

Djamel Alilat

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Message le Mer 5 Nov 2014 - 9:19 par charly71

Merci Cerbère, j'avais 18 ans...
... et deux années après "j'y étais" ... et fier et heureux d'y être pour défendre ce coin de chez nous !
La suite, on la connait tous....

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Message le Mer 5 Nov 2014 - 9:21 par Lothy

@charly71 a écrit:Merci Cerbère, j'avais 18 ans...
... et deux années après "j'y étais" ... et fier et heureux d'y être pour défendre ce coin de chez nous !
La suite, on la connait tous....

Oui nous connaissons, en majorité, la suite.... Mais combien "connaissent" réellement le début ?

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Message le Mer 5 Nov 2014 - 9:30 par charly71

@Lothy a écrit:Oui nous connaissons, en majorité, la suite.... Mais combien "connaissent" réellement le début ?

Peu, très peu même, et le nombre se raréfie chaque année

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Message le Mer 5 Nov 2014 - 9:33 par Lothy

Cela ne remonte pourtant pas aux calendes grecques ! study study study

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum