LES CAMPS PARACHUTISTES

Le 35 saute et tire à Dien BienPhu

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Le 35 saute et tire à Dien BienPhu

Message par Béghin Bernard le Ven 23 Jan 2015 - 16:04

Ce qui suit est le résumé d'un texte tiré d'un livre édité par l'Amicale des Anciens du 35e RAP "Le 35 saute et tire à Dien BienPhu" - réédition 2003.
.

                                    A LA MEMOIRE DES MORTS ET DISPARUS DU GM 35 EN INDOCHINE.


Les artilleurs parachutistes actuels doivent connaître l'opération aéroportée que le 35e RALP a menée avec ses matériels dans une ambiance de combat à Dien Bien Phu en 1953. Ils le doivent en hommage à l'action héroïque conduite sans forfanterie par leurs Anciens.
Ils le doivent surtout, pour en tirer les enseignements ultérieurs et être le véritable appui d'assaut lorsque le manque d'artillerie se fait cruellement sentir.

En août 1953, le lieutenant colonel Bousquet, commandant le 35e RALP, reçoit l'ordre de constituer, dans les plus brefs délais, un Groupe de Marche, pour fournir des feux aux parachutistes, face à un ennemi qui se muscle.
Le GM 35, ainsi dénommé, sera monté avec deux batteries de tir et une BCS venant de France, et il engerbera la batterie d'artillerie légère parachutiste (BALP) qui deviendra la première batterie du GM 35.
Cette BALP, déjà en Indochine depuis le mois d'août 1953, est composée de deux sections à 3 pièces chacune, aux ordres du lieutenant Leduc, aidé par les lieutenants Huart et Juteau.

Comme rien n'a été prévu par les Grandes Autorités de l'époque, ni équipement, ni personnel alors que les besoins de feux lourds se font sentir là-bas, on rassemble ce qui se présente.
Malgré ses défauts, le canon sera le 75 SR. Le personnel "tissé" comme un vrai "pachwork" se présente comme suit.
Le commandant sera le Chef d'Escadron Millot, avec ses cadres du 35. Le second sera le capitaine Castaignet ; le capitaine Le Gall sera détaché au renseignement (D.A.R), les batteries ( 2ème et 3ème) commandées par le capitaine
Clairfond et le lieutenant de Grissac. On y ajoutera quelques fantassins, des cavaliers et même des officiers de réserve.

Les hommes proviennent de deux viviers aussi fertiles l'un que l'autre. Tout d'abord, celui de Meucon (Vannes), berceau des "paras colos" et celui du 35 lui même, bien sûr, et là, ce sont des appelés qui se portent volontaires pour servir en Indochine, sachant que c'était la guerre. Ce sont 80 braves qui veulent suivre leurs chefs.
Ils ont signé un contrat de deux ans. Ces jeunes gens ont pris des risques, sans contrainte, avec des motivations diverses, ils doivent ici être salués, car ils ont démontré que la France pouvait compter sur eux en cas de besoin.
Les appelés étaient "non homologués" pour servir dans certaines colonies.

Ultérieurement, l'Indochine constituera le troisième vivier pour compléter les effectifs, dont 60% environ au départ de Tarbes. Ainsi le GM 35 sera " jauni" à Hanoï, et plus tard, ces combattants auront la reconnaissance de leurs cadres, quant à leur comportement et leur attachement. Il faut le dire.


Le lt colonel Bousquet remettant le fanion au capitaine Le Gall

Mais en attendant le "long voyage", du 7 au 28 septembre 1953, au camp de Ger, le GM 35 se met sur pied. Au quartier Soult, le lt colonel Bousquet remet les fanions au groupe, et à cette occasion, un invité, le colonel (er) Perez, ancien commandant du 24e RAD, ayant appris la rusticité des matériels topographiques, offre au commandant Millot, un vieux goniomètre boussole de siège et place, récupéré en 1940.
Le capitaine Le Gall s'empressa de décliner cet appareil au camp de Ger, et c'est ainsi que la division de déclinaison de Ger servit de référence à toute orientation et à tout tir à Dien Bien Phu.
Il faut savoir que le meilleur matériel, à cette époque, était en Allemagne, fourni par les Américains qui refusaient leur utilisation hors de l'Europe.  Décidément, cette dépendance est pesante.
Mais bon ....le Français est débrouillard (système D).

Le 28 septembre, on fête St Michel, puis on dit adieu aux familles et on quitte Tarbes par le train, pour Marseille.
Là-bas le GM salue une dernière fois l'Etendard, et le 2 octobre, il embarque sur le " Kerguelen" .
Et ........" vogue la galère". Direction l'Orient !
avatar
Béghin Bernard
TEAM
TEAM

Messages : 882
Points : 3590
Date d'inscription : 05/03/2014
Age : 70

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le 35 saute et tire à Dien BienPhu

Message par Geresp le Ven 23 Jan 2015 - 17:05

Bonjour,

Bernard,
Bonne initiative, sujet intéressant!
Nous attendons avec impatience l'arrivée du "Kerguelen"

Amicalement. Geresp.
avatar
Geresp

Messages : 238
Points : 2032
Date d'inscription : 28/06/2013
Age : 77

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le 35 saute et tire à Dien BienPhu

Message par Béghin Bernard le Sam 24 Jan 2015 - 22:38

Le 30 octobre 1953, le GM 35 débarque à Saïgon.


Le 4 novembre suivant, c'est le rembarquement sur le "Kerguelen" pour Haïphong, ou il est accueilli par les autorités civiles et militaires, françaises et vietnamiennes.
Mais un homme en particulier est là, c'est le colonel Mengus, qui n'a pas oublié son ancien régiment qu'il a commandé d'avril 1947 à mars 1951, avant de venir en Indochine, dans le secteur de Haïphong précisément.
Et c'est lui qui "coiffera" ses anciens artilleurs, du béret rouge, car, régiment "métro", ils portaient alors le béret bleu. (Ceci est une info personnelle de l'adjudant chef Roger Dartois, ancien de ce GM et ayant sauté pour "Castor" en tant que maréchal des logis chef, lors d'une conversation avec le lieutenant-colonel Durieux, en date du 17 septembre dernier à Tarbes pour la St Michel).

Le 8 novembre, le GM 35 s'installe sur le terrain de l'hippodrome d'Hanoï, avant de rejoindre la BALP du lt Leduc, qui occupe le secteur de Haduong, à 1,5 kilomètre au sud-sud ouest de Ninh Giang, près de la digue du canal des Rapides, dans la région d'Hanoï.

C'est là qu'il perçoit tous ses matériels, automobiles, transmissions et optiques, dans les plus brefs délais, pour être intégré dans le G.A.P 1.

LES PREPARATIFS DE "CASTOR"

Le 19 novembre à 18h, soit 10 jours après son débarquement, le GM 35 est mis en alerte (secret total).
Recommandation de s'équiper chaudement pour un transport dans le Nord Tonkin, mais l'intendance n'a pas suivi, alors, une nouvelle fois, on a recours au système D, d'où certains vêtements pas très réglementaires.

Pendant ces 10 jours, des ordres arrivent ; 2 jours de vivres sur l'homme, chemise de laine et chandail, quatre unités de feu, (au lieu de deux traditionnellement) et un max de grenades dans la musette TAP.
Deux batteries et un élément de BCS doivent se préparer. Les canons 75 SR sont livrés à la C.R.A, pour être conditionnés en vue de largage. Oui, c'est sûr, c'est une O.A.P. (Est-ce la p'tite bête qui coupe des arbres et fait des barrages sur les cours d'eau ?)

Il a été décidé, par les Grands Chefs, de couper, à la Division Viet 316, la route de Luang - Prabang (Laos), d'occuper la cuvette de Dien Bien Phu, de remettre la piste d'aviation en état, et d'y implanter les moyens nécessaires à son contrôle. Et oui, c'est l'Opération "Castor" et le lieu, est bien Dien Bien Phu. Mais je sais que vous savez.


Le général Gilles (de profil) et le général Cogny)

Le 2 novembre 1953, le général Cogny, (chef des Forces Terrestres du Nord Vietnam) avait été nommé chef de cette opération, et, en réunion avec le général Gilles (chef des T.A.P) et les officiers de l'Armée de l'Air, il organise la stratégie en date des 10 et 11 novembre 1953. L'objectif est de faire de Dien Bien Phu "un point d'arrimage des opérations des maquis". On décide que cela sera le 20 novembre avec report quotidien (météo) jusqu'au 24.

Le lieutenant-colonel Ducournau, sous les ordres du général Gilles met sur pied "Castor" dans les moindres détails.
Beaucoup de précautions sont prises, car on craint des fuites (les viets ont de grandes oreilles).. Et oui, les traîtres sont partout.

Le plan est simple ; saisie de Dien Bien Phu par trois bataillons largués en deux vagues le premier jour, puis renfort jusqu'à J + 3 pour atteindre un volume de 2 G.A.P, soit 6 bataillons, plus les artilleurs du 35e RALP.
Le commandant de l'O.A.P est le général Dechaux (aviateur) du G.A.T.A.C Nord, le commandant T.A.P, général Gilles, et le commandant du groupement transport ; le colonel Nocot du Sous G.M.N.T.A Indochine.

Les dossiers DZ sont établis, les bataillons concernés sont retirés des opérations en cours, ou mis en alerte.
Les avions sont regroupés à Hanoï avec un parc de 10 C119 et de 70 Dakota C47. Exceptionnel !...

Les Viets, sur place, n'ont qu'un bataillon, le 910 qui est à l'instruction, et le PC du régiment 148. Deux autres bataillons sont à deux jours de marche de là, quant à la Division 316, elle n'est qu'à Son La, à cent kilomètres.

Tandis que le GM 35 continue à s'équiper, les officiers n'ont même pas le temps de se révolter contre la médiocrité du seul document topographique qui leur est fourni.
Alors, on a encore une petite anecdote due au capitaine Le Gall, celui-ci a appris d'un lieutenant du service géographique, qu'il existait à Dalat, dans un service bien caché, un plan directeur de Dien Bien Phu, région autrefois utilisée pour l'instruction des cadres de Réserve. Comme quoi, il ne faut rien jeter.

Mais en ayant appris et écrit tout cela, on est en droit de penser : est-ce que l'on a donné toutes les chances à nos soldats pour vaincre ?
avatar
Béghin Bernard
TEAM
TEAM

Messages : 882
Points : 3590
Date d'inscription : 05/03/2014
Age : 70

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le 35 saute et tire à Dien BienPhu

Message par charly71 le Dim 25 Jan 2015 - 8:45

Mais en ayant appris et écrit tout cela, on est en droit de penser : est-ce que l'on a donné toutes les chances à nos soldats pour vaincre ?
...si cela avait été, Dien Bien Phu, ne serait jamais tombé !
Merci de ce beau récit Sieur Bernard... totalement méconnu pour moi, tu m’enrichis.
avatar
charly71

Messages : 1551
Points : 3785
Date d'inscription : 03/08/2014
Age : 80

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le 35 saute et tire à Dien BienPhu

Message par Mac Breheny le Dim 25 Jan 2015 - 10:26

Hello everybody,

Merci de ce partage !
On attend la suite avec impatience !
Cdlt

Mac
avatar
Mac Breheny
TEAM
TEAM

Messages : 449
Points : 2862
Date d'inscription : 03/11/2011
Age : 51

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le 35 saute et tire à Dien BienPhu

Message par Béghin Bernard le Lun 26 Jan 2015 - 23:58

COMPOSITION DES G.A.P.

 G.A.P.1   Commandant du Groupe;  Lieutenant Colonel FOURCADE
               6e BPC                           Commandant  BIGEARD
               II/1er RCP                      Commandant  BRECHIGNAC
               1er BPC                          Commandant  SOUQUET
               GM 35                             Commandant  MILLOT
               17ème Compagnie du Génie Parachutiste
               ACP 1  Antenne Chirurgicale n° 1


 G.A.P.2  Commandant du Groupe ; Lieutenant Colonel LANGLAIS
              1er BEP                       Commandant  GUIRAUD
              8e BPC                        Capitaine  TOURRET
              5e BPVN                      Capitaine  BOUVERY
             1ère CEPLM                  Lieutenant MOLINIER

NB : Le lieutenant Molinier est un ancien du 35e RALP
avatar
Béghin Bernard
TEAM
TEAM

Messages : 882
Points : 3590
Date d'inscription : 05/03/2014
Age : 70

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le 35 saute et tire à Dien BienPhu

Message par Béghin Bernard le Mer 28 Jan 2015 - 21:52

Le 20 novembre à 4 heures, l'avion du PC décolle de Hanoï vers Dien Bien Phu. Les généraux Gilles, Dechaux et Bodet, l'adjoint de Navarre, sont à bord et doivent prendre la décision du déclenchement de l'O.A.P.


A 6 h 30, le brouillard ne se dissipe toujours pas. Mais, tout à coup, le soleil apparaît, la brume se lève. A 6h52, Bodet regarde sa montre. Il ordonne "Transmettez le signal conventionnel, nous exécutons l'opération  "Castor".


La première vague des deux bataillons (le II/1er RCP Bréchignac et le 6 BPC Bigeard) sont en attente sur les aéroports de Bach Mai et Gia Lam depuis 4 heures du matin. Elle comprend des éléments du GM 35 qui aura l'honneur de sauter en tête :
       Le commandant du groupe, le chef d'escadron Millot, avec une petite équipe composée du lieutenant Henrion,
       d'un sous officier et de trois hommes. Il est chargé de conseiller le lieutenant colonel Fourcade.

       Un D.L.O. par bataillon, le lieutenant Juteau, le chef Dartois, trois hommes de la B2 avec Bréchignac,
       le lieutenant Leduc, l'adjudant-chef Barreau, le brigadier Cartier, trois hommes de la B1 avec Bigeard.

       Les reconnaissances de deux batteries qui doivent être larguées aux ordres du capitaine Le Gall (D.A.R.)
       avec le lieutenant Huart de la B1 et le sous-lieutenant Paugram de la B2. Ces O.R (officiers de
       reconnaissance), qui sont en réalité les officiers de tir des batteries, sont accompagnés chacun d'un
       sous-officier et de trois hommes. Tous doivent sauter sur la DZ Simone, au Sud, sauf le D.L.O. Leduc
       qui embarque avec Bigeard et qui doit sauter au Nord, sur la DZ Natacha.

Il est 6 heures. Au moment ou le capitaine Le Gall se dirige vers son avion, une jeep arrive et son chef de bord lui donne un paquet de photos aériennes à répartir. C'est trop tard ! Le capitaine Le Gall enfourne ces documents dans sa veste et grimpe dans l'avion.

Les paras embarquent. Ils ont peine à monter dans les Dakota, tant leurs charges sont lourdes. A 7h15, les avions roulent sur la piste, les derniers ordres sont donnés dans le fracas des hélices.

Chacun sait que, deux heures après environ, il sautera dans le vide, ce qu'il sait faire, mais aussi dans l'inconnu, au milieu de l'ennemi, ce qui est une première pour ceux du Groupe de Marche du 35e RALP.
avatar
Béghin Bernard
TEAM
TEAM

Messages : 882
Points : 3590
Date d'inscription : 05/03/2014
Age : 70

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le 35 saute et tire à Dien BienPhu

Message par Mac Breheny le Jeu 29 Jan 2015 - 8:54

Hello everybody,

Merci pour ce compte-rendu fort intéressant.
Cdlt

Mac
avatar
Mac Breheny
TEAM
TEAM

Messages : 449
Points : 2862
Date d'inscription : 03/11/2011
Age : 51

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le 35 saute et tire à Dien BienPhu

Message par Béghin Bernard le Ven 30 Jan 2015 - 23:07

LE 35 SAUTE SUR DIEN BIEN PHU

20 novembre 1953, à 10h30, venant de Bach Maï, 33 Dakota, aux ordres du commandant Fourcaut ("chef Jaune"), arrivent par le Nord. Ils doivent larguer sur Natacha, la DZ 759, la plus au Nord, couverte de rizières et de broussailles, traversée par un arroyo, le bataillon Bigeard (6 BPC) le D.L.O. du lt Leduc, (GM 35) et des éléments de la 17e CGP.


Les Viets, vêtus de noir, les attendent et tirent sur les paras sous voile. Le Médecin Capitaine Raymond y laissera la vie.

Au Sud, venant de Gia Lam, les 32 Dakota du commandant Martinez ("chef Rouge"), ont du mal à reconnaître le terrain à partir de photos aériennes. Ils doivent larguer sur Simone, DZ de 1500 mètres sur 500, couverte de rizières et comportant des obstacles : une digue, des arbres et deux arroyos.
Dans l'avion du lt colonel Fourcade, les artilleurs parachutistes se préparent à sauter. Altitude de largage 200 mètres.

C'est enfin le "vert" !... On pousse dehors les gaines radio du P.C de l'opération. Le lt colonel Fourcade saute avec son équipe, (PC du GAP1), viennent ensuite le commandant Millot (GM 35) le lt Henrion et son équipe, les quatre gaines des postes radio S.C R. 609.  


C'est au tour du capitaine Le Gall.
Hélas, le rouge s'allume. Le pilote réalise qu'il a dépassé la zone de saut de plus de deux kilomètres. En effet, la mise en place des gaines a pris beaucoup de temps.
Tant pis ! Le Gall s'élance dans le vide, il ne sent pas que le largeur a essayé de le retenir, il veut être à la pointe du combat. Le lt Huart voyant son chef partir, bouscule le largeur et saute à son tour.


Dans l'air, c'est le silence, car pas de comité d'accueil, mais on le saura après.... Le capitaine Le Gall scrute le sol, il voit, sur sa gauche, un village de paillotes qui ne lui inspire pas confiance, derrière lui, se trouve une rivière de vingt mètres de large, et, au-delà, un troupeau de buffles, dont la réputation est très mauvaise parmi nos hommes ; ils ne foncent que sur les blancs, par l'odeur alléchés, sans doute......

Contact avec le sol, il abandonne son pépin sur le terrain comme prévu. C'est toujours le silence. Pas de fumigène jaune qui devait être le signal de regroupement ! Cette solitude est écrasante au combat, on a envie de retrouver un camarade, à deux, on se sent déjà un peu plus fort.
Soudain, un bruit, c'est le lt Huart qui arrive, cela va mieux... Mais pourquoi les autres n'ont ils pas sauté ?
avatar
Béghin Bernard
TEAM
TEAM

Messages : 882
Points : 3590
Date d'inscription : 05/03/2014
Age : 70

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le 35 saute et tire à Dien BienPhu

Message par Béghin Bernard le Sam 31 Jan 2015 - 0:29

Décidément ce capitaine Le Gall tient la vedette dans ce récit du GM 35. Normal, il l'a vécu et c'est lui qui a transmis ses "aventures" aux archives du régiment, en collaboration avec son chef hiérarchique ; le CEN Millot.

Vous pouvez répéter la question ? oui ; Mais pourquoi les autres n'ont ils pas sauté ?
Et puis autre question du capitaine ; l'opération a t'elle été annulée ?
Peu à peu, les bruits de la bataille entre les Viets et le bataillon Bigeard, au Nord, se font entendre. Le capitaine Le Gall, largué à plus de 3 kilomètres au Nord de "Simone", se trouve en fait de l'autre côté de la rivière à l'Ouest, et plus près de "Natacha" et du bataillon Bigeard que de "Simone" et du bataillon Bréchignac.

Que faire ? Huart lui dit qu'il a vu des hommes, de l'autre côté de la rivière, plus au Sud. Ce doit être ceux du II/1RCP qui ont sauté sur "Simone" avec le CEN Millot, il fait les rejoindre.
Le capitaine Le Gall qui avait repéré en l'air un ponceau décide de l'emprunter. Huart l'en dissuade, il a vu des Viets s'y installer. Ils choisissent alors de traverser la rivière en un endroit qui leur semble peu profond. L'eau ne monte pas au dessus de la ceinture, heureusement pour l'armement, le sac et .....les photos (rappelez vous, 5 kilos).


Tout à coup, deux hommes surgissent, ce sont deux Thaïs à la mine affable. Ils se rallient immédiatement.
L'un âgé d'une quarantaine d'années, ancien boy de commandant de l'ex-citadelle de Dien Bien Phu, et l'autre, d'une quinzaine d'années, fils du cuisinier de ce même commandant ; tous deux serviront de porteurs et continueront de
servir au GM 35 quelques temps.
avatar
Béghin Bernard
TEAM
TEAM

Messages : 882
Points : 3590
Date d'inscription : 05/03/2014
Age : 70

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le 35 saute et tire à Dien BienPhu

Message par charly71 le Sam 31 Jan 2015 - 9:11

Merci Sieur Bernard de ce récit bien documenté.
Dien Bien Phu ...
Je reçois à l’instant un message d'un ami, ancien rescapé/prisonnier des Viets à DBP
il me confie son pouvoir pour l'AG des Médaillés Militaire, car il pense ses jours comptés.
Et je suis triste, triste de penser qu'une fois encore je vais perdre un ami...
avatar
charly71

Messages : 1551
Points : 3785
Date d'inscription : 03/08/2014
Age : 80

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le 35 saute et tire à Dien BienPhu

Message par Lothy le Sam 31 Jan 2015 - 9:22

@charly71 a écrit:
Et je suis triste, triste de penser qu'une fois encore je vais perdre un ami...

Bonjour

Désolée pour toi Charly, mais également pour les proches de cet ami...

Bernard nous fait un excellent travail de mémoire en nous rapportant l'épopée de son 35 en Indochine, ce n'est pas de cette unité que l'on parle le plus souvent lorsqu'il s'agit de raconter "Castor" et les suites que nous connaissons....
Et pourtant !.....

Quoi qu'il en soit c'est un hommage à tous ceux qui ont combattu, et pour ceux qui sont encore parmi nous, ils sont de plus en plus rares hélas, une belle manière de leur montrer que l'on ne les oublie pas....

_________________
Lothy
"A tous les Prétoriens que des Césars firent massacrer pour ne pas payer de solde ou pour sauver leur propre vie" - Jean Lartéguy.
avatar
Lothy
EXPERT
EXPERT

Messages : 4807
Points : 9631
Date d'inscription : 28/10/2011
Age : 70

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le 35 saute et tire à Dien BienPhu

Message par charly71 le Sam 31 Jan 2015 - 9:42

@Lothy a écrit:
@charly71 a écrit:
Et je suis triste, triste de penser qu'une fois encore je vais perdre un ami...

Bonjour

Désolée pour toi Charly, mais également pour les proches de cet ami...

Bernard nous fait un excellent travail de mémoire en nous rapportant l'épopée de son 35 en Indochine, ce n'est pas de cette unité que l'on parle le plus souvent lorsqu'il s'agit de raconter "Castor" et les suites que nous connaissons....
Et pourtant !.....

Quoi qu'il en soit c'est un hommage à tous ceux qui ont combattu, et pour ceux qui sont encore parmi nous, ils sont de plus en plus rares hélas, une belle manière de leur montrer que l'on ne les oublie pas....
Merci pour lui et pour moi Lothy...
Oui, comme toi j'admire le travail de Bernard et c'est vrai que l'on parle plus volontiers du 6 ème BCCP que des RAP..
Bernard à juste raison réajuste un peu le tir.
Merci.
avatar
charly71

Messages : 1551
Points : 3785
Date d'inscription : 03/08/2014
Age : 80

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le 35 saute et tire à Dien BienPhu

Message par Béghin Bernard le Dim 1 Fév 2015 - 0:26

Enfin le regroupement va se faire. Le capitaine Le Gall peut enfin serrer la main de son chef, le Chef d'escadron Millot, et chacun va s'efforcer de récupérer sa gaine, opération difficile, dans une végétation où le camouflage de tous les parachutes est tellement efficace. Malgré tout, trois des quatre gaines peuvent être retrouvées le jour même.
Lors d'une O.A.P, il faut toujours prévoir des pertes en hommes et en matériels.


En fin de matinée, jonction est faite avec le bataillon Bréchignac, au moment où sa dernière section allait quitter la zone de saut. Le lendemain, le II/1er RCP récupérait sa quatrième gaine : "effectifs et matériels complets, mon commandant".

Au Nord, la bataille fait rage. Les Viets du régiment 148, couverts par la compagnie 910 qui se sacrifie, ont le temps de décrocher. Ils perdent beaucoup d'hommes, mais sauvent leur PC et leurs archives qui contenaient toute l'implantation Viet de la Haute Région, du Laos à la frontière de Chine.

Le lieutenant Leduc, avec sa section de mortiers du 6e BPC n'attend pas les pièces du GM 35 pour établir des plans de feux. Un de ses hommes, l'artilleur parachutiste Nguyen-Van-Thai tombe mortellement blessé, après une belle action sur un groupe rebelle. Il sera le premier brave du 35 mort au combat. Le lieutenant Leduc recevra la Croix de Guerre des T.O.E avec palme, huit jours après, pour ses exploits.

A 12h15, les premiers B26 font leur apparition. Ils n'avaient pu intervenir avant, tant la situation au sol était confuse. L'offensive sur le village reprend avec plus de vigueur.

On se bat encore, lorsqu'à 15 heures, arrivent les 41 avions de la 2ème vague. C'est le 1er BPC du commandant Souquet, et le reste du GM 35, capitaine Castaignet, largué avec le P.C.T. et les transmissions : vingt et un hommes et deux gaines. Puis les 1ère et 2ème batteries, chacune à deux sections de tir de deux pièces, une section de commandement, et une section de protection, soit 75 hommes.

Un chef de pièce qui avait oublié de confier sa culasse lors du conditionnement, saute avec celle ci, il arrivera le premier au sol, .....sans casse, ni pour lui , ni pour la culasse (quelle classe !) Une chance (plutôt).

Les huit canons de 75 SR touchent le sol avec 40 coups par pièce. Et dès l'arrivée, il faut appuyer le II/1er RCP qui se bat au Nord-Est du village, tout en récupérant les matériels. Tout doit être déplacé à dos d'hommes, le canon qui pèse 80 kilos, démontable en deux fardeaux, les munitions qui pèsent 12 kilos chacune.
La performance est de taille.


En fin d'après-midi, les combats se calment. Chacun panse ses plaies. Les Viets ont perdu 115 hommes et 40 armes. Quinze paras sont tombés (douze braves au 6e BPC, deux sapeurs de la 17 CGP, et un artilleur du GM 35).
Quarante sept sont blessés dont treize à l'atterrissage.


Le GM du 35e RALP s'installe en lisière du village chinois, à l'Est de la Nam Youm.
La nuit tombe. Il fait froid ; moins de cinq degrés, mais il n'est pas question de faire du feu pour ne pas être repéré. Les hommes s'enterrent et essaient de se réchauffer comme ils le peuvent, les artilleurs veillent toujours.

Ils sont fiers du travail accompli, et d'avoir sauté le premier jour. Ils savent que ce groupe constitue une véritable artillerie d'assaut.


Dernière édition par Béghin Bernard le Jeu 5 Fév 2015 - 0:19, édité 1 fois
avatar
Béghin Bernard
TEAM
TEAM

Messages : 882
Points : 3590
Date d'inscription : 05/03/2014
Age : 70

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le 35 saute et tire à Dien BienPhu

Message par Béghin Bernard le Mar 3 Fév 2015 - 0:19

Le lendemain, 21 novembre 1953, le G.A.P. 2 du lieutenant-colonel Langlais est largué, avec le 1er BEP, le 8e BPC et le général Gilles, commandant les deux G.A.P.


Le Général Jean Gilles

Ce même jour, le commandant Millot a été nommé adjoint feux, du camp retranché et chargé de coordonner les feux aériens et terrestres. Aussi, le capitaine Castaignet prend le commandement du GM 35 et de la 1ère Compagnie Etrangère Parachutiste de Mortiers Lourds (1ère CEPML) à huit mortiers de 120mm, commandée par le lieutenant Molinier (ex 35) qui avait été largué avec le G.A.P.2.

Le GM 35 change de position et tente de s'organiser au sol dans le bruit assourdissant des avions. Pendant plusieurs jours, ce sera un ballet incessant de Dakota, de C119, qui larguent matériels et approvisionnements : 100 tonnes par jour !


Tout tombe du ciel, parfois en chute libre comme ce bouteur (bulldozer) du Génie, (heureusement le deuxième est sauf), ou ce colis de riz qui tuera malencontreusement un vietnamien du 8e BPC.
Tout arrive avec ou sans parachute : vivres, munitions, barbelés, pelles, pioches, etc....

Les artilleurs doivent récupérer leurs munitions : 4200 coups en 4 jours (400 le 20, 1000 le 21, 1400 le 22, 1200 le 23 et 200 le 24 : soit 5 unités de feu) pour un poids de 50 tonnes à transporter à dos d'hommes ou..... de femmes, car les Thaïs et leurs épouses, aident avec leur sourire coutumier (incroyable peuple) à cette noria entre les zones de saut et la position du groupe.
D'ailleurs ces positions évolueront, compliquant ainsi cette manoeuvre.
La première, sur le terrain de sport de la citadelle qui devra être abandonnée dès le 21 pour une position située à l'ouest de la Nam Youm en limite sud du terrain d'aviation et de "Natacha".


Puis il faudra déplacer la deuxième de 500 mètres le 22. Bref, il faudra de gros bras et un grand sens de l'équilibre car le franchissement de la Nam Youm sur un pont de singe est toujours un exercice périlleux.


Chacun met la main à la pelle ou à la pioche. Il faut préparer la plate-forme aérienne qui doit relier Dien Bien Phu à l'arrière.
N'oublions pas le 5e BPVN qui saute le 22 novembre ; ce sont donc 4500 parachutistes qui occupent la plaine.

Le 25 novembre, tout est en ordre et le premier Dakota se pose sur la piste à 11h45. Les hommes, qui n'ont guère dormi pendant ces cinq jours ont besoin de repos.... Pourtant, on tire, surtout la nuit, car l'aviation n'intervient avec ses feux que de jour ; l'artillerie doit assurer la permanence !


Les aviateurs eux, continuent leur ronde infernale et l'Opération "Pollux", évacuation de Laï Chau, peut être entreprise. "Castor" a réussi, merci les paras .
avatar
Béghin Bernard
TEAM
TEAM

Messages : 882
Points : 3590
Date d'inscription : 05/03/2014
Age : 70

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le 35 saute et tire à Dien BienPhu

Message par Béghin Bernard le Jeu 5 Fév 2015 - 0:28



* Appelé Volontaire du 1er RHP
** Détaché Liaison Observation
avatar
Béghin Bernard
TEAM
TEAM

Messages : 882
Points : 3590
Date d'inscription : 05/03/2014
Age : 70

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le 35 saute et tire à Dien BienPhu

Message par Béghin Bernard le Jeu 5 Fév 2015 - 23:33

LE GM 35 VIT ET TIRE A DIEN BIEN PHU

La vie s'organise, tout est bon pour améliorer le confort amené dans la musette T.A.P.

Mais la mission prime, car les "biffins " comptent sur nous. C'est le souci de tous les artilleurs.
Pour cela, il faut une topographie la plus exacte possible. Le vieux goniomètre va servir de base pour l'orientation des tubes et assurer la cohérence. Quant à la cartographie, elle sera très expérimentale au début et s'effectuera à l'aide des tirs par piquetage du terrain et d'un Piper.


Une tentative sera même faite par le service géographique des armées en décembre, sans grand succès. C'est encore la photo aérienne qui est le plus précieux recours ! Quoi qu'il en soit, une meilleure approche du problème aurait permis une économie de munitions dont la livraison par air limitait le volume.

Mais c'est le matériel par lui-même qui donnait le plus de soucis. Le 75 SR qui produisait au moment du départ des coups, une flamme à l'arrière, limitant le choix de sa position, avait une trajectoire très tendue, et de ce fait, ne pouvait être enterré.

Aussi était-il très difficile de mettre en place les tirs d'arrêt au profit des Points d'Appui. Souvent même l'obus éclatait sur une crête avant d'atteindre son but. On était ainsi parfois obligé de déplacer les pièces pour atteindre l'objectif, encore fallait-il en avoir le temps, ce qui n'était pas le cas pour les tirs d'arrêt.

Dans ces conditions, la mission fixée dès le premier jour par le lieutenant colonel Fourcade : "Fournir des feux au profit du G.A.P., puis priorité à la contre-batterie et à l'action anti-DCA... ", n'était pas facile à remplir. Elle ne le fut pas davantage les jours suivants durant lesquels, il fallut, dès le 22, faire effort au profit des P.A. Nord et Est avec des tirs d'arrêt judicieux, tout en étant en mesure, avec une ou deux sections, de se déplacer pour appuyer les unités engagées.


C'est pourquoi le Cdt Millot avait demandé dès que possible, des 105 H.M.2. Deux de ces obusiers sont livrés en pièces détachées dès le 25 novembre, et le s/lt Paugam, chargé de leur remontage, doit faire preuve d'imagination. Il taille un arbre dont le diamètre est légèrement inférieur au 105 et, l'ayant introduit à l'intérieur du tube, il peut le manier facilement.
Le général Gilles ayant assisté à cette manoeuvre, ordonne immédiatement l'exécution d'un tir en zone viet à proximité des Points d'Appui. Il envoie aux résultats un para qui découvre de nombreux Viets au tapis....
C'est dire s'ils étaient déjà nombreux et si notre artillerie était efficace ! Elle l'aurait pu l'être encore beaucoup plus, et, qui sait, sauver le camp de Dien Bien Phu, si elle avait été mise en place en plus grand nombre.

Sur la position, qui s'étend sur moins d'un hectare, on trouve donc les 8 canons de 75 SR, et les deux obusiers de 105 H.M.2 du GM 35, ainsi que les 8 mortiers de 120 de la 1ère C.E.P.M.L. du lieutenant Molinier. Il n'y a pas de matériel de préparation des tirs. L'équipe P.C.T. travaille sur une table fabriquée avec des planches à munitions, sur laquelle a été fixée une feuille de papier quadrillée larguée avec le vieux goniomètre.


Mais le problème essentiel est le ravitaillement en munitions, imposant un volant de personnel significatif.
Largués à 400 mètres de la position, de jour, les coups doivent être récupérés le soir. La moitié de l'effectif participe à cette noria, où chacun transporte un ou deux coups par rotation.
Aussi les hommes s'usent ils rapidement entre, la veille, les travaux d'organisation du terrain et le transport des munitions. Mais il faut tenir ......

Pendant un mois, le GM 35 va participer à toutes les opérations des G.A.P. tout en maintenant la veille au camp au profit des P.A. autour desquels ont été mis en place des tirs d'arrêts dès les premiers jours.
avatar
Béghin Bernard
TEAM
TEAM

Messages : 882
Points : 3590
Date d'inscription : 05/03/2014
Age : 70

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le 35 saute et tire à Dien BienPhu

Message par Béghin Bernard le Sam 7 Fév 2015 - 10:01


Le 4 décembre 1953, jour de la Ste Barbe, qui a été fêtée par les artilleurs du 35 et les sapeurs de la 17e CGP, avec les moyens du bord, le 1er BPC du commandant Souquet, s'engage en reconnaissance, sur la RP 41.

La 1ère compagnie du capitaine Marin, en tête, tombe soudainement en embuscade et subit un assaut violent.
Elle perd quatorze paras tués et vingt six blessés.

Le groupe D.L.O. du lieutenant Yziquel (GM 35) se porte en tête et déclenche des tirs qui permettront au bataillon de fixer et manoeuvrer l'ennemi .
avatar
Béghin Bernard
TEAM
TEAM

Messages : 882
Points : 3590
Date d'inscription : 05/03/2014
Age : 70

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le 35 saute et tire à Dien BienPhu

Message par charly71 le Sam 7 Fév 2015 - 10:15

@Béghin Bernard a écrit:
Elle perd quatorze paras tués et vingt six blessés.

... quelle Sainte Barbe !!!
avatar
charly71

Messages : 1551
Points : 3785
Date d'inscription : 03/08/2014
Age : 80

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le 35 saute et tire à Dien BienPhu

Message par Béghin Bernard le Sam 7 Fév 2015 - 10:41

Charly, pour être très précis, ce ne sont pas des soldats du GM 35 qui ont été touchés, mais ceux du 1 BPC, donc ceux là n'ont pas fait la fête.

Ceci dit, ils auraient pu la faire, ne serait-ce que pour un dernier moment de joie partagée avec leurs frères d'armes.

Mais, bien sûr, quand ils partent, personne ne connaît la suite.
Et 61 ans après, on pense encore à eux, ne serait-ce qu'en en parlant, comme nous le faisons sur ce forum
Et c'est tant mieux.
avatar
Béghin Bernard
TEAM
TEAM

Messages : 882
Points : 3590
Date d'inscription : 05/03/2014
Age : 70

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le 35 saute et tire à Dien BienPhu

Message par Lothy le Sam 7 Fév 2015 - 10:47

Quelques heures de détente entre les missions devaient être indispensables pour conserver le moral, prendre un repos bien mérité, mais aussi respecter les traditions...

Fêter un Saint Patron est plus important que le Père Cent Wink

_________________
Lothy
"A tous les Prétoriens que des Césars firent massacrer pour ne pas payer de solde ou pour sauver leur propre vie" - Jean Lartéguy.
avatar
Lothy
EXPERT
EXPERT

Messages : 4807
Points : 9631
Date d'inscription : 28/10/2011
Age : 70

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le 35 saute et tire à Dien BienPhu

Message par charly71 le Sam 7 Fév 2015 - 11:07

@Béghin Bernard a écrit:Charly, pour être très précis, ce ne sont pas des soldats du GM 35 qui ont été touchés, mais ceux du 1 BPC, donc ceux là n'ont pas fait la fête.

Merci Sieur Bernard, c'est vrai je m'étais pris un peu les pieds dans le tapis !
avatar
charly71

Messages : 1551
Points : 3785
Date d'inscription : 03/08/2014
Age : 80

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le 35 saute et tire à Dien BienPhu

Message par zitoune le Sam 7 Fév 2015 - 19:28

@Béghin Bernard a écrit:


C'est dire s'ils étaient déjà nombreux et si notre artillerie était efficace ! Elle l'aurait pu l'être encore beaucoup plus, et, qui sait, sauver le camp de Dien Bien Phu, si elle avait été mise en place en plus grand nombre.



Ce n'est pas tant le nombre de tubes mais plutôt l'impossibilité d'effectuer des salves de contre-batterie
avatar
zitoune

Messages : 3
Points : 926
Date d'inscription : 06/02/2015
Age : 58

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le 35 saute et tire à Dien BienPhu

Message par Béghin Bernard le Dim 8 Fév 2015 - 22:12

Le 13 décembre 1953, dans le cadre de l'opération "Pollux", le G.A.P. 2 tombe en embuscade à Muong-Pon.

Heureusement nos tubes sont là ! Le 29 novembre, le capitaine Castaignet avait engerbé deux batteries d'artillerie coloniale, sous-encadrées, repliées au Laos, mais disposant chacune de quatre obusiers de 105 H.M.2, le pactole ! 


Les 75 SR avaient alors avaient été répartis par section de deux ou trois dans les P.A.


Pour cette opération sur Muong-Pon, du 11 au 14 décembre, Castaignet pousse les tubes à cinq kilomètres au Nord de la position, en prenant le risque de les placer en dehors des points d'appui malgré la légèreté de nos sections de protection....

Les D.L.O. du GM 35 sont avec leur bataillon : le capitaine Clairfond avec le 1er BEP, le lieutenant Bommard avec le 5e BPVN, le lieutenant Singland avec le 8e BPC.
Le 1er BEP tombe en embuscade. Clairfond dispute son poste de radio aux Viets avec son pistolet. 
Avec beaucoup de sang froid, il sort vainqueur de ce duel, et peut demander des tirs. C'est un véritable tour de force technique (la localisation à partir des photos et la mise en place des tirs) et humain, il en fallait du courage ! La chance est avec les paras, les coups n'écrêtent pas et tombent sur l'objectif.


Pendant trois jours, les D.L.O. vont ainsi se battre dans une végétation dense où faire deux cents mètres en une heure tient de l'exploit, progresser, observer l'ennemi, parfois en grimpant aux arbres, toujours en prenant des risques, et déverser 1800 coups sur les Viets.

A l'arrière aussi, pour tirer précis et à haute cadence, en pleine zone d'insécurité, ces trois jours seront parmi les plus durs. Il faut lutter contre le sommeil, la facilité, et surtout penser aux copains, qui, là-bas sont aux prises avec un ennemi qui est en force. Le bilan sera lourd des deux côtés. Inconnu chez les Viets, celui des paras et de nos partisans montre l'intensité des combats ; 44 paras tués et 46 blessés.

De plus, deux mille partisans Thaïs qui devaient rejoindre Dien Bien Phu ont disparu avec leur armement, de quoi équiper un régiment ! ...........
avatar
Béghin Bernard
TEAM
TEAM

Messages : 882
Points : 3590
Date d'inscription : 05/03/2014
Age : 70

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le 35 saute et tire à Dien BienPhu

Message par Béghin Bernard le Ven 13 Fév 2015 - 23:44

Le 27 décembre 1953, trente sept jours après le largage de l'opération "Castor", le GM 35 est retiré de Dien Bien Phu, soit seize jours après le 6e BPC, dix sept jours après le II/1er RCP, et onze jours après le 1er BPC qui avaient sauté avec lui le premier jour.

Il est relevé par l'Artillerie Coloniale aérotransportée depuis le Delta. Il revient à sa base arrière de Hanoï à 16h 10. Trois heures plus tard, il est aérotransporté, puis engagé dans la région de Séno (Laos), avec le G.A.P.1., du 28 décembre 1953 au 12 janvier 1954. Le GM 35 retrouve le 6e BPC et le II/1er RCP. Ces deux bataillons sont déjà au combat, avec de sévères pertes, notamment le 5 janvier 1954.


Le G.A.P.1. est aux ordres du Colonel Bastiani, adjoint du colonel Sauvagnac, il est à Séno pour coordonner l'action des bataillons paras : 3e BPVN, 1er BPC, 6e BPC, II/1er RCP et les artilleurs du GM 35.


Le 12 janvier suivant, le GM 35 quitte Séno pour être amené le 16 janvier, dans la région de Tuy Hoa (Annam) après un débarquement par la mer. Il est intégré au G.A.P.3. qui regroupe le 1er BPVN, le 2e BEP et la 17e CGP pour l'Opération "Aréthuse" (première phase de "Atlante"). C'est une opération politico-militaire entre Tourane et Nha Trang. En effet, la zone vietminh est ici appelée Lien Khu V.


Le 29 janvier le G.A.P. est sur les Hauts Plateaux montagnards, vers Pleiku-Konthum, rejoint par le GM 35 du 1er février au 13 mars 1954.


Ce jour de mars, les artilleurs sont retirés par avion, d'urgence, et de nuit pour retrouver Hanoï (Gia Lam).
Les deux autres bataillons sont également retirés et laissent ainsi "la porte ouverte" à la Division 325 qui file vers le Cambodge, en dispersant les unités Vietnamiennes . Atlante est un échec.

A Hanoï, le 35, poursuit ses opérations. Il s'adapte à toutes les situations et à tous les matériels. Il constitue une réserve à l'échelle du théâtre de l'Indochine, comme en attestent les lieux d'intervention.
avatar
Béghin Bernard
TEAM
TEAM

Messages : 882
Points : 3590
Date d'inscription : 05/03/2014
Age : 70

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le 35 saute et tire à Dien BienPhu

Message par Béghin Bernard le Mer 6 Mai 2015 - 23:29

La guerre d'Indochine touche à sa fin. Mais le GM 35 sera engagé dans tous les coups difficiles avec des paras aux noms glorieux. Il passe d'une région à l'autre grâce à son aptitude à être transporté par la troisième dimension.
S'il participe à toutes ces opérations sur l'ensemble du territoire indochinois, ses regards restent tournés vers le camp retranché de Diên Biên Phu où, progressivement, 80 de ses artilleurs paras vont être aérotransportés ou parachutés en renforts individuels des différentes unités du camp retranché.

Le 22 mars 1954, le 35 enverra le lieutenant Michel, puis le lieutenant Yziquiel avec treize artilleurs, et le 3 avril suivant, le lieutenant Schmidt (tué à Diên Biên Phu), puis le lieutenant Juteau avec neuf sous officiers dont mch Piques et mdl Mathey (tués à Diên Biên Phu), le mdl Delobel, le brigadier Charrier, et l'artilleur Nallet (ces trois là réussiront leur évasion).

D'autres encore : les mch,Exibard,Maillard (tué sur la piste d'aviation), Tenkes, les mdl Hopital, Marechal, Salvy, Skrzypek et Vigouroux.
Et le capitaine de Verdelhan, le mch Jarasse à l'EM G.A.P.1, le lieutenant Regad, le médecin Chenau, le mch Oule, au 6e BPC, le lieutenant Singland à la 1ère CEPML, le capitaine Manzon, le slt Cloix, les mdl Macquay, Brass, Pramarzoni au 4e RAC, les mch Bauchet, Dubessay, Jousset, Locoge au 8e BPC, le lieutenant Ducourneau au 3/10e RAC.
avatar
Béghin Bernard
TEAM
TEAM

Messages : 882
Points : 3590
Date d'inscription : 05/03/2014
Age : 70

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le 35 saute et tire à Dien BienPhu

Message par Béghin Bernard le Ven 8 Mai 2015 - 23:54

En mars 1954 le GM 35 avec des mortiers de 4 pouces 2.


En opération dans la région d'Hanoï, juin 1954.


De cette période, le GM 35 est engagé avec ses 75 SR ou ses 18 mortiers 4"2 qu'il a perçu en mars 1953.
Le groupe est doté de 105 HM 2 et reverse ses mortiers de 4"2.

Du 13 au 18 juillet, la 1ère batterie est engagée avec ses 105 HM 2 dans la région de Sontay.


Transféré au Sud Vietnam, sur le LST Odet, le 30 juillet.


Le GM 35 rejoint Saïgon pour s'installer à Tan Son Nhut.


Pendant près d'un an , la guerre étant finie, il va faire de l'instruction et des découvertes.... c'est ainsi qu'il trouvera dans un parc de matériel, par hasard, les conteneurs prévus pour le largage des canons de 75 SR, qui lui avaient tant fait défaut.
Mais ces péripéties ou ces incompétences externes ne l'empêchent jamais d'être fidèle à sa devise : "Droit Devant".


Il se distinguera aussi dans les tournois sportifs et, comme chacun, eut peine à se séparer des Vietnamiens.
Le GM 35 embarqua pour Alger qu'il atteint le 1er août 1955, il deviendra alors le 20e G.A.P qui participera à l'opération de Suez avec la 10ème D.P.

Voilà cette épopée de près de deux ans de séjour en Indochine dont neuf mois de combats intensifs et un mois dans l'enfer de Diên Biên Phu. Vingt des nôtres et autant de Vietnamiens y ont laissé leur vie, la plupart à Diên Biên Phu ou en captivité. Tous ont porté bien haut l'honneur du Régiment.

Il fallait que le 35 s'en souvienne.
avatar
Béghin Bernard
TEAM
TEAM

Messages : 882
Points : 3590
Date d'inscription : 05/03/2014
Age : 70

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le 35 saute et tire à Dien BienPhu

Message par charly71 le Sam 9 Mai 2015 - 8:37

Que dire ...? Bravo au "35" et bravo et merci Bernard de cette transmission avec de si belles photos...
avatar
charly71

Messages : 1551
Points : 3785
Date d'inscription : 03/08/2014
Age : 80

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le 35 saute et tire à Dien BienPhu

Message par Lothy le Sam 9 Mai 2015 - 10:00

Oui, Charly. Je partage cet avis également. Une autre vision de cette page de notre histoire. Très intéressante, car moins souvent évoquée.

_________________
Lothy
"A tous les Prétoriens que des Césars firent massacrer pour ne pas payer de solde ou pour sauver leur propre vie" - Jean Lartéguy.
avatar
Lothy
EXPERT
EXPERT

Messages : 4807
Points : 9631
Date d'inscription : 28/10/2011
Age : 70

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le 35 saute et tire à Dien BienPhu

Message par charly71 le Sam 9 Mai 2015 - 10:29

@Lothy a écrit:Oui, Charly.  Je partage cet avis également. Une autre vision de cette page de notre histoire. Très intéressante, car moins souvent évoquée.
... les grands esprits .... (aie, mes chevilles !)
avatar
charly71

Messages : 1551
Points : 3785
Date d'inscription : 03/08/2014
Age : 80

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le 35 saute et tire à Dien BienPhu

Message par Lothy le Sam 9 Mai 2015 - 10:35

Mais non Wink Si j'en crois tes messages, elles sont solides, tes chevilles.... Aussi solides que la modestie du Sieur Bernard auquel nous adressons remerciements et félicitations.....

_________________
Lothy
"A tous les Prétoriens que des Césars firent massacrer pour ne pas payer de solde ou pour sauver leur propre vie" - Jean Lartéguy.
avatar
Lothy
EXPERT
EXPERT

Messages : 4807
Points : 9631
Date d'inscription : 28/10/2011
Age : 70

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le 35 saute et tire à Dien BienPhu

Message par Lothy le Sam 9 Mai 2015 - 10:37

J'ajouterai qu'il y a au moins deux qui suivent dans la classe.... Wink

_________________
Lothy
"A tous les Prétoriens que des Césars firent massacrer pour ne pas payer de solde ou pour sauver leur propre vie" - Jean Lartéguy.
avatar
Lothy
EXPERT
EXPERT

Messages : 4807
Points : 9631
Date d'inscription : 28/10/2011
Age : 70

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le 35 saute et tire à Dien BienPhu

Message par charly71 le Sam 9 Mai 2015 - 10:38

@Lothy a écrit:J'ajouterai qu'il y a au moins deux qui suivent dans la classe.... Wink
Hélas, c'est un peu partout le même chose.
avatar
charly71

Messages : 1551
Points : 3785
Date d'inscription : 03/08/2014
Age : 80

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le 35 saute et tire à Dien BienPhu

Message par Lothy le Sam 9 Mai 2015 - 10:44

Et très décourageant pour ceux qui se donnent du mal à écrire.... Sans attendre des couronnes de lauriers, un merci ou une marque d'intérêt sont toujours les bienvenus...

_________________
Lothy
"A tous les Prétoriens que des Césars firent massacrer pour ne pas payer de solde ou pour sauver leur propre vie" - Jean Lartéguy.
avatar
Lothy
EXPERT
EXPERT

Messages : 4807
Points : 9631
Date d'inscription : 28/10/2011
Age : 70

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le 35 saute et tire à Dien BienPhu

Message par Béghin Bernard le Mer 29 Juil 2015 - 23:11

Nous avons vu le parcours de ce Groupe de Marche du 35ème Régiment d'Artillerie Légère Parachutiste pendant ce conflit, mais l'histoire de ces hommes ne serait pas complète si je ne vous contais pas l'exploit de trois d'entre eux.

Les trois évadés du GM 35.
Nous avons vu plus haut que des artilleurs du GM 35 (l'unité a été retirée le 27 décembre 1953), furent largués une seconde fois sur Dien Bien Phu, mais pour servir dans d'autres unités, avec des fonctions précises, aussi ils étaient présents lors de l'ultime combat du 7 mai.

Mais trois hommes se sont évadés dans la nuit du 14 au 15 mai 1954, d'une colonne de prisonniers en partance vers le Nord. Il s'agissait du maréchal des logis René Delobel, les artilleurs parachutistes Alain Charrier et Georges Nallet.

Pendant deux jours (15 et 16 mai), ils traversent sans encombre les lignes viets. Ensuite, marche d'une huitaine de jours à travers la jungle, dans la montagne, se dirigeant grâce au soleil, car, bien sûr, ils n'ont "pas eu le temps de prendre une boussole".

Plus tard, ils se retrouvent chez les Méos, arrêtés par la fatigue, la dysenterie pour Delobel et les pieds en sang de Charrier. Là, ils sont rejoints par quatre sous officiers du 6 BPC (Sentenac, Rilhac, Sautereau et Skrodzki). Ceux ci continuent leur route emmenant avec eux : Nallet.

Aidé par les indigènes, Charrier repart seul, mais promettant à Delobel de revenir le chercher.
Il arrive à Muong-Saï le 20 juin, il alerte le Détachement Hélicoptères de Ventiane, et le 23 juin, l'opération de récupération est montée, avec le capitaine Mariani (B2 du 35), et bien sûr Charrier en personne afin de les guider.
René Delobel, ne pesant plus que 36 kg, fut ainsi retrouvé et amené à l'hôpital Lanessan d'Hanoï.


De gauche à droite : Charrier et Delobel à l'hôpital Lanessan

Des photos existent, prises par le sergent Jacques Sicard (ancien du 35 mais à l'EM des TAP Nord) que j'ai contacté aujourd'hui ; 88ans, mais toujours bonne mémoire.
Pendant ce temps, Nallet et les "Bigeard's boys" réussirent également leur évasion.

Treize artilleurs parachutistes du GM 35 ont péri dans les "généreux camps communistes" du général Giap.
avatar
Béghin Bernard
TEAM
TEAM

Messages : 882
Points : 3590
Date d'inscription : 05/03/2014
Age : 70

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le 35 saute et tire à Dien BienPhu

Message par Lothy le Mer 29 Juil 2015 - 23:38

Pendant ce temps, Nallet et les "Bigeard's boys" réussirent également leur évasion.

A noter que les "Bigeard's boys" ne sont pas tous arrivés à bon port.... Le sergent-chef Sautereau est mort d'une crise de palu pernicieux le 12 juin 1954, ses camarades Rilhac et Skrodzki s'en sont sortis miraculeusement avec l'aide des Méos, suivie d'un séjour à Lanessan, Sentenac a connu la fin que l'on sait....


Dernière édition par Lothy le Lun 26 Juin 2017 - 23:54, édité 1 fois

_________________
Lothy
"A tous les Prétoriens que des Césars firent massacrer pour ne pas payer de solde ou pour sauver leur propre vie" - Jean Lartéguy.
avatar
Lothy
EXPERT
EXPERT

Messages : 4807
Points : 9631
Date d'inscription : 28/10/2011
Age : 70

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le 35 saute et tire à Dien BienPhu

Message par Béghin Bernard le Lun 3 Aoû 2015 - 0:15

Un des trois évadés de Dien Bien Phu : ALAIN CHARRIER


Alain Charrier né le 4 novembre 1932 à Clermont-Ferrand, est incorporé au 35éme RALP le 13 mai 1953.
Il est breveté parachutiste le 23 septembre 1953 avec le n° 83 559, et le 29 septembre, il est volontaire pour l'Indochine. Il embarque sur le "Kerguelen" au départ de Marseille, le 2 octobre.
Saut sur la cuvette le 20 novembre 1953, (opération Castor) avec le GM 35 (retiré le 27 décembre 1953), il sautera une seconde fois, en renfort le 22 avril 1954.
Blessé, il refusera l'évacuation, et le 7 mai, l'ultime bataille, il est fait prisonnier. Evasion réussie à la deuxième tentative, il n'abandonnera pas son maréchal des logis Delobel, avec lequel il passera sa convalescence à l'hôpital Lanessan d'Hanoï.

Il rentre en France le 12 octobre 1954 à bord du S/S Nantes. Arrivé à Marseille le 17 novembre, il rejoint Tarbes pour y être démobilisé avant son retour en Auvergne le 8 décembre suivant.

Rappelé le 4 mai 1956, il retrouve le 35 RAP en Algérie, du 27 juillet au 20 octobre 1956. Il y gagne sa promotion de brigadier le 1er octobre, il rentre à Tarbes et quitte l'armée le 20 novembre 1956.
Civil, il est embauché chez Cegedur-Pechiney à Issoire (Puy de Dôme). Marié et père de 6 enfants, il décède le 29 novembre 1979 à 47 ans.
 
Alain Charrier est titulaire de : la médaille de la Croix de Guerre avec palme et étoile de vermeil
                                         la médaille coloniale avec agrafe "Extrême Orient"
                                         la médaille des Evadés
                                         la médaille des Blessés
                                         la médaille de Commémoration d'Indochine.
avatar
Béghin Bernard
TEAM
TEAM

Messages : 882
Points : 3590
Date d'inscription : 05/03/2014
Age : 70

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le 35 saute et tire à Dien BienPhu

Message par charly71 le Mer 5 Aoû 2015 - 9:10

merci Sieur Bernard de cette bio de Alain Charrier
avatar
charly71

Messages : 1551
Points : 3785
Date d'inscription : 03/08/2014
Age : 80

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le 35 saute et tire à Dien BienPhu

Message par Béghin Bernard le Mer 12 Aoû 2015 - 23:29

Charly, je te remercie de ta fidélité à suivre ce travail d'hommage aux soldats du 35 RALP, ceux qui ont suivi leurs anciens du 35 RAC de la Grande Guerre, eux mêmes acteurs du début de la gloire de ce régiment.

Ici, une photo de deux artilleurs paras du 35, en permission à Saïgon, avant de gagner Hanoï.

avatar
Béghin Bernard
TEAM
TEAM

Messages : 882
Points : 3590
Date d'inscription : 05/03/2014
Age : 70

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le 35 saute et tire à Dien BienPhu

Message par Béghin Bernard le Sam 15 Aoû 2015 - 0:45

Dans le livre éditée par l'Amicale du 35 RAP, une photo d'un monument, nommé : Stèle du colonel Piroth (chef de l'artillerie de Dien Bien Phu). Nous savons tous que ce colonel se donna la mort le 15 mars 1954, suite à son échec de contre batterie. Cette stèle se trouve là ou était le PC de l'artillerie, sur "Eliane 2".

 
Sur le soubassement de ce monument, on y retrouve la gravure de l'insigne du 35ème RALP. J'ai essayé de reconnaître les autres insignes mais en vain. Si un lecteur y arrive, il sera le bienvenu pour éclairer ma lanterne.
avatar
Béghin Bernard
TEAM
TEAM

Messages : 882
Points : 3590
Date d'inscription : 05/03/2014
Age : 70

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le 35 saute et tire à Dien BienPhu

Message par charly71 le Sam 15 Aoû 2015 - 9:46

En te lisant j'apprends qu'il éxiste une stèle encore aujourd'hui sur Éliane 2 ...
Les Viets la tolère ?
Et encore merci de ton récit Sieur Bernard.
avatar
charly71

Messages : 1551
Points : 3785
Date d'inscription : 03/08/2014
Age : 80

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le 35 saute et tire à Dien BienPhu

Message par Lothy le Sam 15 Aoû 2015 - 10:01


La Stèle "colonel Piroth" en gros plan

Eh oui, il existe cette stèle, elle est tolérée, voire acceptée, car bien entretenue d'après les photos ramenées par ceux qui ont fait le voyage, tout comme celle érigée par Rolf Rodel en mémoire ce ceux tombés à Dien Bien Phu... Une partie des lieux du camp retranché est aujourd'hui un musée comme on peu le voir ICI


Dernière édition par Lothy le Lun 26 Juin 2017 - 23:57, édité 1 fois

_________________
Lothy
"A tous les Prétoriens que des Césars firent massacrer pour ne pas payer de solde ou pour sauver leur propre vie" - Jean Lartéguy.
avatar
Lothy
EXPERT
EXPERT

Messages : 4807
Points : 9631
Date d'inscription : 28/10/2011
Age : 70

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le 35 saute et tire à Dien BienPhu

Message par BriseLance13 le Mar 29 Déc 2015 - 15:28

Et bien sûr, moi aussi  j'ai suivi cette histoire, bien que l'ayant entendue de la bouche de l'auteur ( sur ce forum).

Mais c'est bien également de la lire et apprécier les illustrations. C'est vrai que, finalement , ce 35 RAP, est un

régiment de haute et grande qualité, même s'il est moins connu.

Cependant , sur ce forum, on ne peut pas passer à côté, à moins de le faire exprès. Pourtant, je constate que des

anciens de ce régiment ici, ne donnent pas leur avis . Dommage.
avatar
BriseLance13

Messages : 298
Points : 2357
Date d'inscription : 06/09/2014
Age : 23

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le 35 saute et tire à Dien BienPhu

Message par Lothy le Mar 29 Déc 2015 - 15:39

L'auteur de ces sujets ne vient plus les compléter !....

Le "35" possède sa page sur Facebook, elle est régulièrement alimentée !

Par ailleurs, il n'est fait aucun silence sur la participation d'un détachement ou d'une batterie du dernier régiment artilleur para dans les groupes constitués pour être déployés en OPEX.

Donc, Quentin, c'est aux intéressés, qu'il faut adresser ces "reproches", si reproches il peut y avoir, car il n'y a aucune obligation, excepté le respect de la parole donnée... Mais, ça, c'est une autre histoire !

_________________
Lothy
"A tous les Prétoriens que des Césars firent massacrer pour ne pas payer de solde ou pour sauver leur propre vie" - Jean Lartéguy.
avatar
Lothy
EXPERT
EXPERT

Messages : 4807
Points : 9631
Date d'inscription : 28/10/2011
Age : 70

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le 35 saute et tire à Dien BienPhu

Message par BriseLance13 le Jeu 31 Déc 2015 - 15:13

Si Bernard s'absente du forum , il a ses raisons qu'il faut respecter,et d'autre part, il n'est pas question de reproches dans mes propos , c'est une simple constatation faite également par d'autres .

Le 35 a peut être une page Facebook, mais je pense qu'il y a plus de monde ici que là-bas.
Enfin , le 35 n'a pas de mal a être le dernier régiment d'artillerie parachutiste, il a toujours été le seul en tant que tel.
D'autres artilleurs paras étant en " Groupe" .  En attendant, c'est bien sur le 35 que l'on  apprend le plus sur ce  forum, surtout au niveau historique.

Chaque chose en son temps et bonne année.
avatar
BriseLance13

Messages : 298
Points : 2357
Date d'inscription : 06/09/2014
Age : 23

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le 35 saute et tire à Dien BienPhu

Message par Lothy le Jeu 31 Déc 2015 - 15:24

@Lothy a écrit: car il n'y a aucune obligation, ....

Je croyais avoir été claire !
Chacun poste ici quand et comme il le souhaite, d'autres ont abordé des sujets sur leur régiment puis se sont tus... sans donner plus de raisons... Je pense à Junker et le grand "3".... Il arrive un moment où tout a été écrit ou presque.

Quant à la page Facebook du 35, elle est bien alimentée par l'actualité du régiment et quelques retours sur le passé....
Il ne faut pas sous-estimer ces pages, les plus jeunes y sont assidus, beaucoup plus que sur les forums, car plus faciles d'accès quel que soit le lieu où ils se trouvent....

_________________
Lothy
"A tous les Prétoriens que des Césars firent massacrer pour ne pas payer de solde ou pour sauver leur propre vie" - Jean Lartéguy.
avatar
Lothy
EXPERT
EXPERT

Messages : 4807
Points : 9631
Date d'inscription : 28/10/2011
Age : 70

Revenir en haut Aller en bas

Je recherche mon oncle

Message par Sublima57 le Ven 11 Mar 2016 - 21:29

Bsr, je vois sur l'intitulé le nom de mon grand oncle Jousset Jean apparaître, mais après la lecture attentive et passionnante, je ne le trouve pas.Celui-ci était au 8eme BPC et à était fait prisonnier. Merci
avatar
Sublima57
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le 35 saute et tire à Dien BienPhu

Message par Béghin Bernard le Mar 3 Jan 2017 - 19:11

Je réponds à Sublima57 au sujet de son grand oncle Jean Jousset. Effectivement, celui-ci était avec 3 autres
maréchaux- des- logis-chefs du GM 35.

Ils étaient détachés auprès du 8 BPC, donc ils ont été faits prisonniers à l'issue de la bataille, et c'est pourquoi

nous n'avons plus de renseignements supplémentaires . J'en suis désolé et m'excuse de répondre aussi tard.
avatar
Béghin Bernard
TEAM
TEAM

Messages : 882
Points : 3590
Date d'inscription : 05/03/2014
Age : 70

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le 35 saute et tire à Dien BienPhu

Message par Gargamel le Mer 8 Mar 2017 - 18:04

Bonsoir,

Je découvre ce post très intéressant et me permets de rajouter une (toute petite) pierre à l'édifice...ou plutôt un nom à la liste des disparus du 35° RAP à DBP

Celui du 2° Classe André RIQUET, qui avait participé à Castor, puis qui avait sauté une seconde fois sur le camp retranché pour rejoindre ses camarades (renforts parachutés le 22 Mars et le 2 Avril 1954)

Décédé le 7 Juin 1954 au bord du chemin qui le conduisait vers la captivité

J'avais eu quelques détails à son sujet en correspondant avec le Commandant LE GALL...en 1999

Cordialement
Gargamel
avatar
Gargamel
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le 35 saute et tire à Dien BienPhu

Message par Béghin Bernard le Mer 8 Mar 2017 - 19:19

Merci Gargamel pour cette information.

Le nom d'André Riquet est inscrit sur le Monument aux Morts du 35e RAP au Quartier Soult à Tarbes.
avatar
Béghin Bernard
TEAM
TEAM

Messages : 882
Points : 3590
Date d'inscription : 05/03/2014
Age : 70

Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum