LES CAMPS PARACHUTISTES

Le 35 saute et tire à Dien BienPhu

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

23012015

Message 

Le 35 saute et tire à Dien BienPhu




Ce qui suit est le résumé d'un texte tiré d'un livre édité par l'Amicale des Anciens du 35e RAP "Le 35 saute et tire à Dien BienPhu" - réédition 2003.
.

                                    A LA MEMOIRE DES MORTS ET DISPARUS DU GM 35 EN INDOCHINE.


Les artilleurs parachutistes actuels doivent connaître l'opération aéroportée que le 35e RALP a menée avec ses matériels dans une ambiance de combat à Dien Bien Phu en 1953. Ils le doivent en hommage à l'action héroïque conduite sans forfanterie par leurs Anciens.
Ils le doivent surtout, pour en tirer les enseignements ultérieurs et être le véritable appui d'assaut lorsque le manque d'artillerie se fait cruellement sentir.

En août 1953, le lieutenant colonel Bousquet, commandant le 35e RALP, reçoit l'ordre de constituer, dans les plus brefs délais, un Groupe de Marche, pour fournir des feux aux parachutistes, face à un ennemi qui se muscle.
Le GM 35, ainsi dénommé, sera monté avec deux batteries de tir et une BCS venant de France, et il engerbera la batterie d'artillerie légère parachutiste (BALP) qui deviendra la première batterie du GM 35.
Cette BALP, déjà en Indochine depuis le mois d'août 1953, est composée de deux sections à 3 pièces chacune, aux ordres du lieutenant Leduc, aidé par les lieutenants Huart et Juteau.

Comme rien n'a été prévu par les Grandes Autorités de l'époque, ni équipement, ni personnel alors que les besoins de feux lourds se font sentir là-bas, on rassemble ce qui se présente.
Malgré ses défauts, le canon sera le 75 SR. Le personnel "tissé" comme un vrai "pachwork" se présente comme suit.
Le commandant sera le Chef d'Escadron Millot, avec ses cadres du 35. Le second sera le capitaine Castaignet ; le capitaine Le Gall sera détaché au renseignement (D.A.R), les batteries ( 2ème et 3ème) commandées par le capitaine
Clairfond et le lieutenant de Grissac. On y ajoutera quelques fantassins, des cavaliers et même des officiers de réserve.

Les hommes proviennent de deux viviers aussi fertiles l'un que l'autre. Tout d'abord, celui de Meucon (Vannes), berceau des "paras colos" et celui du 35 lui même, bien sûr, et là, ce sont des appelés qui se portent volontaires pour servir en Indochine, sachant que c'était la guerre. Ce sont 80 braves qui veulent suivre leurs chefs.
Ils ont signé un contrat de deux ans. Ces jeunes gens ont pris des risques, sans contrainte, avec des motivations diverses, ils doivent ici être salués, car ils ont démontré que la France pouvait compter sur eux en cas de besoin.
Les appelés étaient "non homologués" pour servir dans certaines colonies.

Ultérieurement, l'Indochine constituera le troisième vivier pour compléter les effectifs, dont 60% environ au départ de Tarbes. Ainsi le GM 35 sera " jauni" à Hanoï, et plus tard, ces combattants auront la reconnaissance de leurs cadres, quant à leur comportement et leur attachement. Il faut le dire.


Le lt colonel Bousquet remettant le fanion au capitaine Le Gall

Mais en attendant le "long voyage", du 7 au 28 septembre 1953, au camp de Ger, le GM 35 se met sur pied. Au quartier Soult, le lt colonel Bousquet remet les fanions au groupe, et à cette occasion, un invité, le colonel (er) Perez, ancien commandant du 24e RAD, ayant appris la rusticité des matériels topographiques, offre au commandant Millot, un vieux goniomètre boussole de siège et place, récupéré en 1940.
Le capitaine Le Gall s'empressa de décliner cet appareil au camp de Ger, et c'est ainsi que la division de déclinaison de Ger servit de référence à toute orientation et à tout tir à Dien Bien Phu.
Il faut savoir que le meilleur matériel, à cette époque, était en Allemagne, fourni par les Américains qui refusaient leur utilisation hors de l'Europe.  Décidément, cette dépendance est pesante.
Mais bon ....le Français est débrouillard (système D).

Le 28 septembre, on fête St Michel, puis on dit adieu aux familles et on quitte Tarbes par le train, pour Marseille.
Là-bas le GM salue une dernière fois l'Etendard, et le 2 octobre, il embarque sur le " Kerguelen" .
Et ........" vogue la galère". Direction l'Orient !

Béghin Bernard
TEAM
TEAM

Messages : 887
Date d'inscription : 05/03/2014

Revenir en haut Aller en bas

Partager cet article sur : Excite BookmarksDiggRedditDel.icio.usGoogleLiveSlashdotNetscapeTechnoratiStumbleUponNewsvineFurlYahooSmarking

Le 35 saute et tire à Dien BienPhu :: Commentaires

Message le Sam 15 Aoû 2015 - 10:01 par Lothy


La Stèle "colonel Piroth" en gros plan

Eh oui, il existe cette stèle, elle est tolérée, voire acceptée, car bien entretenue d'après les photos ramenées par ceux qui ont fait le voyage, tout comme celle érigée par Rolf Rodel en mémoire ce ceux tombés à Dien Bien Phu... Une partie des lieux du camp retranché est aujourd'hui un musée comme on peu le voir ICI

Dernière édition par Lothy le Lun 26 Juin 2017 - 23:57, édité 1 fois

Revenir en haut Aller en bas

Message le Mar 29 Déc 2015 - 15:28 par BriseLance13

Et bien sûr, moi aussi  j'ai suivi cette histoire, bien que l'ayant entendue de la bouche de l'auteur ( sur ce forum).

Mais c'est bien également de la lire et apprécier les illustrations. C'est vrai que, finalement , ce 35 RAP, est un

régiment de haute et grande qualité, même s'il est moins connu.

Cependant , sur ce forum, on ne peut pas passer à côté, à moins de le faire exprès. Pourtant, je constate que des

anciens de ce régiment ici, ne donnent pas leur avis . Dommage.

Revenir en haut Aller en bas

Message le Mar 29 Déc 2015 - 15:39 par Lothy

L'auteur de ces sujets ne vient plus les compléter !....

Le "35" possède sa page sur Facebook, elle est régulièrement alimentée !

Par ailleurs, il n'est fait aucun silence sur la participation d'un détachement ou d'une batterie du dernier régiment artilleur para dans les groupes constitués pour être déployés en OPEX.

Donc, Quentin, c'est aux intéressés, qu'il faut adresser ces "reproches", si reproches il peut y avoir, car il n'y a aucune obligation, excepté le respect de la parole donnée... Mais, ça, c'est une autre histoire !

Revenir en haut Aller en bas

Message le Jeu 31 Déc 2015 - 15:13 par BriseLance13

Si Bernard s'absente du forum , il a ses raisons qu'il faut respecter,et d'autre part, il n'est pas question de reproches dans mes propos , c'est une simple constatation faite également par d'autres .

Le 35 a peut être une page Facebook, mais je pense qu'il y a plus de monde ici que là-bas.
Enfin , le 35 n'a pas de mal a être le dernier régiment d'artillerie parachutiste, il a toujours été le seul en tant que tel.
D'autres artilleurs paras étant en " Groupe" .  En attendant, c'est bien sur le 35 que l'on  apprend le plus sur ce  forum, surtout au niveau historique.

Chaque chose en son temps et bonne année.

Revenir en haut Aller en bas

Message le Jeu 31 Déc 2015 - 15:24 par Lothy

Lothy a écrit: car il n'y a aucune obligation, ....

Je croyais avoir été claire !
Chacun poste ici quand et comme il le souhaite, d'autres ont abordé des sujets sur leur régiment puis se sont tus... sans donner plus de raisons... Je pense à Junker et le grand "3".... Il arrive un moment où tout a été écrit ou presque.

Quant à la page Facebook du 35, elle est bien alimentée par l'actualité du régiment et quelques retours sur le passé....
Il ne faut pas sous-estimer ces pages, les plus jeunes y sont assidus, beaucoup plus que sur les forums, car plus faciles d'accès quel que soit le lieu où ils se trouvent....

Revenir en haut Aller en bas

Message le Ven 11 Mar 2016 - 21:29 par Sublima57

Bsr, je vois sur l'intitulé le nom de mon grand oncle Jousset Jean apparaître, mais après la lecture attentive et passionnante, je ne le trouve pas.Celui-ci était au 8eme BPC et à était fait prisonnier. Merci

Revenir en haut Aller en bas

Message le Mar 3 Jan 2017 - 19:11 par Béghin Bernard

Je réponds à Sublima57 au sujet de son grand oncle Jean Jousset. Effectivement, celui-ci était avec 3 autres
maréchaux- des- logis-chefs du GM 35.

Ils étaient détachés auprès du 8 BPC, donc ils ont été faits prisonniers à l'issue de la bataille, et c'est pourquoi

nous n'avons plus de renseignements supplémentaires . J'en suis désolé et m'excuse de répondre aussi tard.

Revenir en haut Aller en bas

Message le Mer 8 Mar 2017 - 18:04 par Gargamel

Bonsoir,

Je découvre ce post très intéressant et me permets de rajouter une (toute petite) pierre à l'édifice...ou plutôt un nom à la liste des disparus du 35° RAP à DBP

Celui du 2° Classe André RIQUET, qui avait participé à Castor, puis qui avait sauté une seconde fois sur le camp retranché pour rejoindre ses camarades (renforts parachutés le 22 Mars et le 2 Avril 1954)

Décédé le 7 Juin 1954 au bord du chemin qui le conduisait vers la captivité

J'avais eu quelques détails à son sujet en correspondant avec le Commandant LE GALL...en 1999

Cordialement
Gargamel

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Message le Mer 8 Mar 2017 - 19:19 par Béghin Bernard

Merci Gargamel pour cette information.

Le nom d'André Riquet est inscrit sur le Monument aux Morts du 35e RAP au Quartier Soult à Tarbes.

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Message le Mer 8 Mar 2017 - 23:25 par Gargamel

Re bonsoir,

Il figure également sur la plaque 392 du Mur du souvenir, au Mémorial des guerres en Indochine à Fréjus....

Bien cordialement
Gargamel

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Message le Lun 7 Aoû 2017 - 11:07 par Artilleur

tout a fait exact mes amis.

Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum