LES CAMPS PARACHUTISTES

HAÏPHONG et carte Indochine Française

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

28112011

Message 

HAÏPHONG et carte Indochine Française






Haïphong : le pont PAUL BERT et les casernes

avatar
baltique

Messages : 290
Points : 23545
Réputation : 958
Date d'inscription : 21/11/2011

Revenir en haut Aller en bas

Partager cet article sur : Excite BookmarksDiggRedditDel.icio.usGoogleLiveSlashdotNetscapeTechnoratiStumbleUponNewsvineFurlYahooSmarking

HAÏPHONG et carte Indochine Française :: Commentaires

avatar

Message le Lun 28 Nov 2011 - 23:06 par Lothy

Merci de nous faire partager cette relique ! Car s'en est une.....

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Message le Mer 30 Nov 2011 - 1:44 par baltique



En 1900, on pouvait lire : "La ville de Haiphong est la 1ere que l'européen rencontre sur la terre Tonkinoise. Haiphong est le grand port actuel de notre conquête. C'est par là que pénètrent toutes les marchandises d'Europe, de Chine etc.. et c'est par là que tout voyageur doit passer, pour diverger ensuite à l'intérieur du Tonkin. Son développement s'est effectué avec une rapidité sans égale, et bien qu'il soit à environ 20 milles de la mer, il n'en reste pas moins le véritable entrepôt de la colonie.
La 1ere impression est une surprise enthousiaste pour tout ce qu'y ont créé les Européens. En quelques années, le terrain a été assaini; des étangs marécageux ont été comblés; de belles et confortables habitations se sont élevées, offrant à nos compatriotes le confort, le bien être, le luxe.
De belles avenues sillonnent le quartier français. L'éclairage est fait au moyen de lampe électrique; il s'étend dans presque toutes les parties de la ville.
Ce port présente, au point de vue maritime, quelques inconvénients, mais il n'en reste pas moins le principal centre de transit.
Haiphong est une ville neuve au sens propre du mot; sa rapide construction est une preuve indéniable de ce que peuvent faire les Francais aux colonies. Par le traité de 1874, les Annamites nous avaient concédé ce coin de terre ou plutôt de marécages, sachant très bien qu'il était insalubre, privè d'eau potable, et ils espéraient que nous ne pourrions n'en tirer aucun parti. Les évènements se sont chargés de leur prouver le contraire.

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum