LES CAMPS PARACHUTISTES

Le 25 avril 1961 l'impasse!

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

25042015

Message 

Le 25 avril 1961 l'impasse!




Bonjour,
Le temps s’assombrit, avis de tempête. Quand tout est perdu reste l'honneur !
==========================================================================

Commandant "Rebelle" Georges ROBIN,

Le 25 avril 1961.
8 heures. je me présente à Reghaïa. J'arrive en salle d'opération accompagné de mon seul chauffeur. Je vois un capitaine << Commandant Robin, GCP, je viens pour l'hélicoptère qui doit m'emmener dans l'Ouarsenis.
--Quel hélicoptère ?
--Vous avez dû, hier, recevoir un ordre du général Bigot. J'étais moi-même présent lorsque celui-ci vous a été transmis.
--Le général Bigot ? Connais pas !
--C'est lui que je sache, qui commande l'air en Afrique du Nord ?
--J'en doute. >>

Toute l'affaire me semble mal partie. Je reviens sur l'EMI et rends compte de l'incident. On me donne une explication, anodine. Toujours autant de confusion dans l'action globale !
Alentour, je sens une fébrilité certaine. Pour la première fois il se trouve beaucoup trop de monde à l'EMI. Beaucoup d'excités de tous bords. Je n’apprécie guère la tournure
des événements. Il commence à régner comme une odeur de défaite.

16 heures. Nous sommes convoqués, Saint-Marc, La Chapelle et moi-même, par le général Challe qui nous apprend qu'il a décidé de se rendre à Paris si la situation ne s'améliore pas.
Lui aussi pressent l'impasse, ne parvenant pas à mobiliser les classes algérienne, pieds-noirs et musulmanes. Autrement dit, il se trouve dans l'impossibilité de restructurer l'armée.

19 h 30. Compte rendu de la situation lors d'une réunion des commandants de commandos.

20 heures. Je reçois un coup de téléphone de Castagnoni --patron d'un des commando--  qui s'inquiète de l'attitude à observer à l'égard des gardes mobiles qui commencent à se montrer nerveux.
Les consignes demeurent inchangées : il n'est pas question de tirer.

A ce moment, pour moi, il devient évident que tout est en train de s'écrouler. La suite des événements aussi commence à m'apparaître avec une certaine évidence.
D'autant plus que , dans la soirée vers 17 heures, entre deux réunions du général Challe, celui-ci a décidé, avec les généraux Jouhaud, Salan et Zeller, d'appeler la foule
au GG que garde Saint-Marc pour une déclaration.

Je demande à Saint-Marc de rester en communication puisque je me trouve à l'EMI, située à l'opposé d'Alger. Il m'est indispensable de pouvoir suivre le cours des jours à venir.

Mardi 25 avril 1961, on fait savoir, à grand renfort de publicité, qu'une bombe gouvernementale a explosé à la base de Reggane.

21 heures. Je vais au Palais d'été afin de confirmer l'attitude qu'il convient d'avoir avec les gardes mobiles. Malgré les tensions, la sérénité est de rigueur.
Elle est aussi une discipline du combattant.

22/23 heures. Le colonel Coustaux, chef opérationnel de l'état-major interarmées, me demande de venir le voir. Il s'adresse à moi ainsi :
<< Je voulais savoir au cas où je prendrais le commandement à l'EMI si vous ouvririez le feux....
--Mon colonel ! Je n'ai pas pour habitude de ......
--Je puis vous dire ceci : J'ai reçu mission du général Challe de garder l'EMI.
--Étant en liaison radio avec lui via Saint-Marc, quand il m'aura déchargé de ma mission, vous pourrez faire ce que vous voulez. >>

Coustaux me remercie et tous les officiers de son État-major partent avec lui en voiture, quittant l'EMI. Je me retrouve seul avec mon commando.

1 h 45. Je n'ai plus d'informations faute de liaison radio avec Saint-Marc. Je décide donc de me rendre au GG. Là, je tombe sur une foule dense et remuante, inquiétante aussi,
composée des << activistes de l'anisette >>. Et puis, tout autour, beaucoup de gardes mobiles et de blindés. Mais toujours pas de liaison radio.

Je retourne d'où je viens et trouve un commandant de gendarmerie flanqué d'un capitaine. Tous deux me demandent si ma relève par des gardes mobiles est possible.
J'accepte sous réserve de relever moi-même mes gens. Je vais chercher mes commandos encore stationnés au Palais d'été et nous revenons tous à l'EMI.

2 heures. Je donne l'ordre à toutes les unités de rejoindre mon PC de la villa Poirson. Chacun fait le chemin inverse de celui qu'il avait pris quelques jours plus tôt.

3 heures à 4 heures. Je suis resté au PC de l'EMI. Lorsque le colonel, chef du 3e bureau, revient sur les lieux, je lui demande un ordre de mouvement pour tous mes commandos sur
la zone ouest algéroise, c'est à dire Orléansville. En tant qu'opérationnel, il me confirme cet ordre qui me sera remis le lendemain. Donc le 25 avril, exit.

Le jour se lève. s'achève la prise d'Alger. Notre révolte était-elle condamnée, d'une manière ou d'une autre, à chuter dans la banalité ?
==========================================================================
http://www.camps-parachutistes.org/t5729-29-mars-08-avril-1961-la-convocation#20716
http://www.camps-parachutistes.org/t5739-le-11-19-avril-1961-l-honneur-par-l-insoumission#20741
http://www.camps-parachutistes.org/t5269-le-19-20-avril-1961-les-preparatifs
http://www.camps-parachutistes.org/t5271-le-21-avril-1961-alger
http://www.camps-parachutistes.org/t5272-le-22-avril-1961-le-palais-d-ete
http://www.camps-parachutistes.org/t5274-le-23-24-avril-1961-le-temps-des-discours
http://www.camps-parachutistes.org/t5282-le-26-avril-1961-l-epilogue#18410

Amicalement. Geresp.


Dernière édition par Geresp le Ven 8 Avr 2016 - 13:55, édité 2 fois

_________________
"Rebelle" je le fus, pour l'honneur et le respect de la parole donnée !. Geresp.
avatar
Geresp

Messages : 238
Points : 16641
Réputation : 232
Date d'inscription : 28/06/2013
Age : 77

Revenir en haut Aller en bas

Partager cet article sur : Excite BookmarksDiggRedditDel.icio.usGoogleLiveSlashdotNetscapeTechnoratiStumbleUponNewsvineFurlYahooSmarking

Le 25 avril 1961 l'impasse! :: Commentaires

avatar

Message le Dim 26 Avr 2015 - 9:09 par charly71

Page d'histoire de France, seulement enseignée ici...
Merci Monsieur Geresp

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum