LES CAMPS PARACHUTISTES

Un constat sévère au sujet de la Brigade franco-allemande....

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

19072015

Message 

Un constat sévère au sujet de la Brigade franco-allemande....




Un constat sévère au sujet de la Brigade franco-allemande....


Les régiments et bataillons qui constituent la Brigade franco-allemande (BFA), créée en 1989, peuvent être déployés en opérations extérieures. Mais « pour le compte de la France ou de l’Allemagne, jamais ensemble ». Et si « la BFA n’est pas utilisée en tant que brigade, c’est parce que les ordres venaient de deux pays et que c’est très compliqué ». C’est ce qu’a déploré Mme Patrica Adam, la présidente de la commission « Défense » de l’Assemblée nationale, après avoir rendu visite, avec une délégation de députés, à l’état-major de cette formation, basé à Müllheim.

« Cette visite nous a permis de découvrir de façon complète une unité binationale unique en Europe, véritable outil politique et opérationnel disposant de ses propres appuis et soutiens, une des réalisations les plus emblématiques de la coopération bilatérale en matière de défense et de sécurité », a commencé par dire Mme Adam, lors d’une communication au sujet de ce déplacement en Allemagne.

Puis, la présidente de la commission a donné le détail des « limites et difficultés » de la BFA. « Nous avons été particulièrement surpris devant le faible niveau d’interopérabilité humaine, technique et procédurale d’une brigade binationale qui vient pourtant de fêter ses vingt-cinq ans d’existence », a-t-elle affirmé, avant de déplorer que la langue de travail soit l’anglais.

Pour le député Francis Hillmeyer, c’est un vrai sujet : « jadis, les Allemands s’adressaient aux soldats français en français, et vice versa ; désormais, seul l’anglais permet de se débrouiller, ce qui représente une dégradation de l’esprit originel de la BFA ».

Outre le fait que les personnels de la BFA « relèvent respectivement de leur service de santé national, ce qui limite les engagements communs », Mme Adam a également déploré le manque d’interopérabilité technique entre les unités françaises et allemandes.

« Chaque pays met en œuvre des systèmes d’information aux standards différents, qui ne peuvent pour l’instant échanger qu’avec les plus grandes difficultés », a fait valoir Mme Adam, avant de souligner « la différence entre les matériels allemands modernes mis à disposition de la BFA et ceux plus anciens, voire vétustes, de l’armée française, celle-ci préférant logiquement affecter ses équipements les plus opérationnels aux opérations extérieures ».

La suite ICI

_________________
Lothy
"A tous les Prétoriens que des Césars firent massacrer pour ne pas payer de solde ou pour sauver leur propre vie" - Jean Lartéguy.
avatar
Lothy
EXPERT
EXPERT

Messages : 4787
Points : 29349
Réputation : 676
Date d'inscription : 28/10/2011
Age : 70

Revenir en haut Aller en bas

Partager cet article sur : Excite BookmarksDiggRedditDel.icio.usGoogleLiveSlashdotNetscapeTechnoratiStumbleUponNewsvineFurlYahooSmarking

Un constat sévère au sujet de la Brigade franco-allemande.... :: Commentaires

avatar

Message le Lun 20 Juil 2015 - 18:59 par Invité

Je suis toujours abasourdi devant l'ignorance, l'imbécilité, la flagornerie, ... de certaines des élites qui sont censées nous gouverner ou nous représenter !

La situation décrite n'a rien de nouveau, hélas, et il fallait s'y attendre, quand les "choix techniques" sont faits sans savoir si les "choix politiques" permettront d'arriver au(x) résultat(s) claironnés, en  général pour faire monter l'audimat.

Voici une vingtaine d'années, l'un de mes fils était affecté au 110e R.I.  (parlant un très mauvais anglais et ne parlant pas un mot d'allemand ...) Il me décrivait le mode de fonctionnement respectifs des unités de nos amis Allemands et ceux de notre Armée ... Pratiquement pas de points communs et des habitudes plus que différentes, ne serait-ce que parce que les Soldats Allemands sont syndiqués et que l'on arrête les "opérations" quand le soir arrive (je ne me souviens plus de l'heure officielle, mais cela me rappelle un album d'Astérix dans lequel le combat s'arrêtait à l'heure du thé).

Pour en revenir à nos élites, comment imaginer que la Brigade puisse fonctionner, sachant :
- qu'aucune politique Franco-Allemande n'existait en matière de défense (ne pas confondre politique avec les voeux pieux ... Et, pas de politique, pas d'objectifs;
- que des objectifs n'avaient pas été définis (rappel de ce qu'est un objectif : but à atteindre dans un délai déterminé, avec des moyens fixés et pris en charge par un seul responsable, ayant des comptes à rendre à une autorité supérieure, ayant - éventuellement - des comptes à rendre dans le cadre des Lois;
- bien évidemment, en l'absence d'objectifs, la simple idée de stratégie n'a aucun sens, puisqu'une stratégie (pour faire simple) n'est que le chemin fixé (mais non immuable) pour atteindre l'objectif. Elle se situe en amont de l'action;
- bien évidemment aussi, si pas de stratégie, pas de tactiques qu'il soit possible de définir, et destinées à la disposition et à l'emploi des moyens (au sens large) sur le terrain, afin d'atteindre l'objectif fixé. La tactique est du domaine de l'action.

Il ne faut surtout pas oublier que politiques, objectifs, stratégies et tactiques doivent constituer un système cohérent.
Cette règle ne doit pas avoir beaucoup de sens pour nos élites plus préoccupées à rester sur l'assiette au beurre, à percevoir leur prébendes et à aller à la gamelle ... Il paraît que chez "ces gens là" la soupe est bonne !

Si on ajoute à cela que parmi nos élites, bien peu n'ont jamais entendu siffler des balles autres que de tennis ou de golf ... Et que leur mode de fonctionnement est la réalisation de coups, tout ce qui est décrit dans le "constat sévère" est parfaitement cohérent avec les "décisions" prises lors de la création de la Brigade.

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Message le Mar 21 Juil 2015 - 9:47 par charly71

et vive la "franche et totale" coopération hollande/merkel, qui va résoudre sans difficulté,
comme ils le font dans tous les autres domaines, les petites difficultés rencontrées lors
de ces coopérations !!!!!!!!!!!

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Message le Ven 24 Juil 2015 - 18:39 par Invité

Pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué ?....

Dans les FFA, nous parlions "français", y compris les officiers ; ceux d'en face avaient intérêt à comprendre...

Bien que certains d'entre nous soient germanophones, le français était de rigueur, cela se compliquait avec les Américains et le Britanniques Cool ...

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum