LES CAMPS PARACHUTISTES

Les supérieurs du frère pédophile se défaussent

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

01122011

Message 

Les supérieurs du frère pédophile se défaussent




Les supérieurs du frère pédophile se défaussent
jeudi 01 décembre 2011
Il a fait subir des attouchements pendant des années à des dizaines d'enfants. Son procès, ouvert hier à Rodez, aurait aussi pu être celui de sa communauté religieuse qui savait et n'a rien dit.
La petite salle d'audience du tribunal de Rodez est pleine à craquer. Les victimes - une majorité de jeunes femmes - attendent, tendues, que leur agresseur parle. Dans le box, un homme voûté, les yeux au sol ou la tête dans les mains : frère Pierre-Etienne Albert, 60 ans, jugé pour agressions sexuelles sur 38 mineurs dans plusieurs maisons de la communauté des Béatitudes, entre 1985 et 2000. Il reconnaît la responsabilité de ces faits.
« Je récidivais mais je voulais m'en sortir. » Très vite, il évoque la seule qui l'ait aidé. « J'ai traîné mes angoisses pendant 25 ans jusqu'à ma rencontre avec Muriel Gautier », au monastère de Bonnecombes. « Elle m'a dit que je devais me soigner et comparaître devant la justice. »

Critiques pour Avranches

À la barre, cette femme énergique raconte l'« intuition » que le frère « n'a pas un comportement normal avec les enfants ». Et comment elle l'amène à confier son lourd secret. Quinze noms de victimes en 2001. Cette liste rejoint une première plainte, déposée à Avranches. Mais la juge d'instruction se déclare incompétente et le procureur classe l'affaire. Une décision âprement critiquée par le tribunal de Rodez.

Pierre-Etienne Albert ne révèle rien d'autre avant 2007. « Je lui ai laissé un cahier, il a écrit 57 noms. Avec son accord, j'ai contacté le procureur, » rapporte Muriel Gautier. La voix fluette et onctueuse du prévenu devient ferme quand il répète devant chacun de ses ex-supérieurs « qu'ils n'ont rien dit, alors qu'ils savaient ».

Du premier, Gérard Croissant, alias frère Ephraïm, fondateur, il affirme : « Il m'a convoqué en 1995 après la tentative de suicide d'une jeune fille. Il craignait que j'accuse tout le monde si je me rendais à la police. » Philippe Madre, autre responsable ? « En avril 1989, je lui ai parlé d'un geste sexuel malheureux. » Comme à Fernand Sanchez début 1998.

Garder le secret

Les responsables de cette communauté de fidèles, reconnue par l'Église catholique, esquivent. Philippe Madre reconnaît qu'on appelait Pierre-Etienne « M. Papouilles parce qu'il est très affectif. Quand il m'a parlé en 1989, il était épouvanté et confus. Il m'a parlé d'une approche sexuelle, mais pas du geste. J'ai demandé qu'il soit sous le regard d'un adulte. » Pourquoi ne pas avoir alerté la justice ? « Je ne voulais pas jeter le discrédit. » Fernand Sanchez : « Il m'a parlé en tant que médecin. Je devais garder le secret. »

Gérard Croissant, poursuivi dans une autre affaire, a dû quitter les Béatitudes pour comportement inapproprié. « Vous aviez fait voeu de chasteté vous aussi ? » demande le président du tribunal. Réponse désinvolte : « Oui, bah ! » Dans la salle, la dizaine de victimes bondit, choquée.

Seul Mgr Carré, archevêque d'Albi depuis 2000, a exprimé un regret. Selon deux témoins, lors d'une rencontre au siège de la communauté, le prélat n'a pas voulu entendre frère Albert, lui répondant simplement : « Je prierai pour vous. » Mgr Carré, lui, affirme n'avoir été informé qu'alors que le religieux était déjà convoqué à Avranches. Il a dit sa « compassion pour les victimes » et sa « honte qu'un membre de l'Église catholique ait commis ces actes. »

Marie-Claudine CHAUPITRE.



Ce frère de la béatitude , rejoint une longue liste d'agresseurs sexuelles !!!!!!!!!!!!!!!!!!!! Mais qu'ont ils donc a vouloir montrer leur petit Jésus lol! Brunet Michel
avatar
Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Partager cet article sur : diggdeliciousredditstumbleuponslashdotyahoogooglelive

 
Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum