LES CAMPS PARACHUTISTES

Point de situation des opérations extérieures

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

11042016

Message 

Point de situation des opérations extérieures




Point de situation des opérations

IRAK / SYRIE : CHAMMAL

Les lignes de front évoluent progressivement en faveur des forces locales. Le recul de Daech se confirme en plusieurs points du théâtre.
En Irak, dans la région de Qayyarah au nord, Daech est en défense ferme pour empêcher les forces Irakiennes de s’approcher de Mossoul. A l’ouest, dans l’Anbar, le groupe terroriste mène des actions retardatrices (EEI, sniper, attaques suicides) pour freiner l’avance des forces irakiennes qui, après avoir libéré Ramadi, progressent désormais vers Hit.
En Syrie, la semaine a été marquée par la reprise de Palmyre. La perte de cette ville prive Daech du contrôle d’un nœud de communication essentiel à sa manœuvre dans cette zone du théâtre.

Les zones d’effort de la coalition
L’effort de la coalition porte principalement sur trois zones, l’Anbar, la région de Mossoul et le Nord de la Syrie. La campagne aérienne vise à affaiblir les capacités militaires des terroristes et appuyer les combattants au sol. En Irak, les bombardements se concentrent sur la vallée de l’Euphrate entre Falloujah et Hit, ainsi que dans la zone de Qayyarah au sud de Mossoul.

Activités de la force Chammal

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

La force Chammal a concentré ses frappes sur les zones d’effort de la Coalition, en particulier dans les secteurs de Sinjar / Mossoul / Qayyarah sur le front nord, et dans la vallée de l’Anbar à l’ouest de Bagdad. Depuis le 30 mars, les équipages ont réalisé 55 sorties aériennes dont 12 dédiées aux vols de renseignement, 1 de contrôle de l’espace aérien réalisé par l’E3F au profit de la coalition et 42 sorties de bombardement. Chammal a mené 8 frappes qui ont permis de détruire 11 objectifs de Daech en Irak.
Le 1er avril 2016 au matin, 4 Mirage 2000D ont participé à un raid conjoint d’une dizaine d’aéronefs dans la vallée du Tigre au nord de Baïji. Au cours de cette mission, un dépôt d’armement de l’organisation terroriste a été détruit à proximité du secteur de Sharqat sur l’axe menant de Baiji à Mossoul.


A Bagdad, la force Chammal a poursuivi ses actions de formation et de conseil au profit des troupes irakiennes. Depuis le 19 mars 2016, une centaine de forces spéciales irakiennes suit une instruction spécialisée au combat en zones urbaines réalisée par la Task Force Narvik dont le détachement est armé par la 11e brigade parachutiste (11e BP). Au terme de six semaines d’entraînement, les commandos irakiens seront déployés en opération pour combattre Daech.
L’opération compte près de 1 000 militaires déployés sur les bases aériennes en Jordanie et aux EAU, dans les états-majors de la coalition, au sein des TF Monsabert et Narvik à Bagdad ainsi qu’en méditerranée orientale (MEDOR) à bord de la FAA Jean-Bart. Depuis le 31 mars 2016, un E3F Awacs est déployé au Qatar d’où il opère au profit de la coalition.


BANDE SAHELO-SAHARIENNE : BARKHANE

Dans la BSS, la situation sécuritaire est stable.
Les activités de la force Barkhane ont été marquées au Mali par la fin de l’opération Ossau, la poursuite des missions de contrôle de zone en appui de la MINUSMA à Kidal, où un sous groupement tactique interarmes (SGTIA) est déployé depuis le 28 février, ainsi que par la sécurisation de l’inauguration d’un barrage filtrant à Tessalit le 6 avril.
Ces missions illustrent la logique de partenariat dans laquelle est engagée Barkhane, tant dans le domaine sécuritaire (forces partenaires du G5 Sahel et MINUSMA), que dans le domaine du développement. Il s’agit de deux volets complémentaires et indispensables d’une approche globale visant à lutter contre les groupes armés terroristes (GAT).

Fin de l’opération Ossau


600 soldats français et plus de 200 soldats maliens ont été engagés

Du 28 février au 28 mars 2016, 600 soldats français et plus de 200 soldats maliens ont été engagés entre le Gourma et Ménaka dans une opération de contrôle d’une zone de près de 1 200 km². Ossau avait pour objectifs de restaurer une situation sécuritaire dégradée, réduire la liberté d’action des GAT et participer à la remontée en puissance des forces partenaires.
L’opération a été marquée par un engagement important des forces maliennes, tant dans la phase de planification, que  dans des phases plus techniques comme à l’occasion de manœuvres héliportées sur des zones susceptibles d’être tenues par les GAT. Ossau a également permis de renforcer les procédures de coordination avec les forces de la MINUSMA au nord-Mali, mais aussi avec les forces armées du Burkina-Faso et du Niger avec lesquelles un échange de renseignements s’est effectué tout au long de l’opération.


Barkhane aux côtés des acteurs du développement : lutter contre la pauvreté et contre les groupes armés terroristes

Le succès des opérations contre les GAT passe aussi par l’aide au développement au profit des populations. En cela, l’aide au développement et les opérations « coercitives » sont complémentaires de l’approche globale du règlement d’une crise.
Le 6 avril 2016, la force Barkhane a sécurisé l’inauguration du barrage filtrant de Tessalit. Ce projet est né dès 2014. La force Serval avait alors identifié les besoins de la population de cette commune de près de 6 500 habitants. Compte tenu de la nature du projet, il a été porté par l’Agence Française de Développement (AFD) qui l’a expertisé et financé. Les forces françaises ont assuré la sécurité des missions de l’AFD et ont suivi régulièrement l’évolution du chantier par le biais des équipes d’action civilo-militaire (ACM) de la force Barkhane. Ces équipes avaient pour missions de faciliter la coopération entre les acteurs sécuritaires locaux et internationaux, l’entreprise locale et l’AFD. Les travaux ont débuté en août 2015 et se sont achevés six mois plus tard.

Sorties aériennes

Depuis le 30 mars 2016, 44 sorties aériennes ont été réalisées par les équipages de la force Barkhane dont 5 sorties chasse, 13 dédiées aux opérations de ravitaillement et aux vols de renseignement et 26  sorties de transport.

RÉPUBLIQUE CENTRAFRICAINE : SANGARIS

En province comme à Bangui, la situation sécuritaire est apaisée. Sur le plan politique, la semaine écoulée a été marquée par l’investiture du Président Touadéra le 30 mars, ainsi que par le second tour des élections législatives le 31 mars. Aucun incident n’est venu troubler ces deux rendez-vous essentiels dans le processus de sortie de crise.


Activités de la force Sangaris : réarticulation du dispositif

La force poursuit la réarticulation de son dispositif, initié depuis fin 2014, en réponse au déploiement de la MINUSCA dans l’ensemble de la Centrafrique. Les éléments de Sangaris encore présents en province sont ainsi en train de se recentrer sur Bangui.
Les activités des forces françaises ont par ailleurs été marquées par la préparation du retour en France des premiers VBCI (véhicule blindés de combat d’infanterie) et des interactions avec la MINUSCA dans le domaine de l’aéromobilité.


Le rapatriement des 16 VBCI présents à Bangui marque la volonté de la France d’adapter les moyens de combat de Sangaris à la réalité de la situation sécuritaire de la Centrafrique. Depuis mi-mars 2016, une situation jugée apaisée a ainsi permis de remplacer les VBCI par des VAB (véhicule de l’avant blindé). Transportés par voie aérienne vers le port de Douala, les premiers VBCI ont commencé à quitter le théâtre le 6 avril.

Passer le relais à la MINUSCA dans le domaine de la 3D


Le 30 mars, la protection aérienne de la cérémonie d’investiture du nouveau président Touadéra a été assurée par la MINUSCA.
La veille, l’équipage d’un MI35 de la force de l’ONU et du FENNEC de Sangaris, ainsi que les contrôleurs aériens avancés (FAC ou forward air controller – responsables au sol du guidage tactique des avions ou des hélicoptères armés) sénégalais de la MINUSCA et français, avaient travaillé ensemble sur la préparation de la mission.


D’autres activités ont été réalisées entre les FAC sénégalais et français, notamment en termes de partages de savoir-faire sur les procédures utilisées et le dialogue entre les forces au sol et les équipages. L’objectif est d’améliorer les capacités d’appui air/sol des MI35. Il s’agit d’accompagner la montée en puissance de la capacité aérienne de la MINUSCA, pour faciliter le transfert d’autorité entre Sangaris et l’ONU dans le domaine de l’aéromobilité.
Au total, la MINUSCA dispose de 11 hélicoptères, dont 2 MI35, 6 MI17 et 3 MI8.

Exercice de l’Ecole de guerre Coalition 2016

Le contre-amiral Loïc Finaz,  directeur adjoint et directeur de l’enseignement de l’École de guerre a présenté l’exercice « Coalition 2016 », qui a débuté le 21 mars et s’achèvera le 15 avril 2016.

Cet exercice de synthèse est réalisé dans le cadre de la formation des 227 officiers stagiaires français et étrangers de la promotion « Verdun » de l’École de guerre. Il vise à mettre en application l’enseignement dispensé, notamment dans les domaines de la stratégie, de la géopolitique, des relations internationales, du droit, de la planification et de la conduite des opérations.
Pendant un mois, les stagiaires sont confrontés aux réalités liées à la résolution d’une crise fictive. Le scénario oppose deux coalitions s’affrontant sur des thématiques territoriales, ethniques et économiques.

Près de 600 acteurs, à l’École militaire à Paris, stagiaires ou mentors, sont impliqués dans la résolution de cette crise.

Exercice franco-britannique Griffin Strike 2016

Le colonel Germain Barrau, Officier général adjoint de l’État-major interarmées du commandement pour les opérations interarmées (CPOIA) – ex-EMIA FE – a présenté l’exercice Griffin Strike qui se déroulera du 10 au 23 avril en Grande-Bretagne.

5 500 participants engagés, dont 2 000 Français.

Avec 5 500 participants engagés, dont 2 000 Français, Griffin Strike 2016 est le 6e exercice regroupant les forces britanniques et françaises dans le cadre de la montée en puissance d’une force expéditionnaire interarmées binationale : la CJEF (Combined Joint Expeditionary Force).
La mise sur pied d’une CJEF fait partie des objectifs opérationnels majeurs du traité de Lancaster House signé en novembre 2010 par la France et le Royaume-Uni.
Griffin Strike 2016 permettra de sanctionner la validation complète du concept de CJEF (Full Validation of Concept  - FVOC) selon lequel la France et le Royaume-Uni seront en mesure de générer et déployer, sous faible préavis, une force expéditionnaire interalliée et interarmées d’entrée en premier. À l’issue de cet exercice, Français et Britanniques continueront de travailler ensemble pour définir les conditions de mise sur pied d’une telle force.

Source : État-major des armées

_________________
Lothy
"A tous les Prétoriens que des Césars firent massacrer pour ne pas payer de solde ou pour sauver leur propre vie" - Jean Lartéguy.
avatar
Lothy
Fondateur / Administrateur

Messages : 4363
Points : 8800
Date d'inscription : 28/10/2011
Age : 69

Revenir en haut Aller en bas

- Sujets similaires
Partager cet article sur : Excite BookmarksDiggRedditDel.icio.usGoogleLiveSlashdotNetscapeTechnoratiStumbleUponNewsvineFurlYahooSmarking

Point de situation des opérations extérieures :: Commentaires

avatar

Message le Mar 12 Avr 2016 - 8:05  charly71

merci M'Dame Lothy de cette mise à jour de nos armées.

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum