LES CAMPS PARACHUTISTES

général Guy LEBORGNE

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

03122011

Message 

général Guy LEBORGNE




Né le 6 janvier 1920 à Rennes, Guy Le Borgne, saint-cyrien, avait rejoint les Jedburghs fin 1942 depuis l'Afrique du Nord.
Les Jedburghs, du nom d'une ville écossaise, étaient des équipes mixtes de trois officiers anglais, américains et français parachutées derrière les lignes de l'armée allemande en France et en Hollande, à partir du débarquement du 6 juin 1944, pour renforcer les liaisons avec les résistances locales, les encadrer et les équiper.

Le lieutenant Le Borgne avait ainsi été parachuté en Bretagne en juillet 1944 dans une équipe Jedburgh. Il avait ensuite rejoint le 4e SAS (Spécial air service) avec qui il avait participé à l'opération "Franklin" dans les Ardennes puis à celle d'Amherst en Hollande.

Après la guerre, Guy Le Borgne avait notamment commandé le 8e bataillon de parachutistes coloniaux (BPC) en Indochine (1952-1953), le 3e régiment parachutiste d'infanterie de marine (Rpima) en Algérie (1960-1961) et la 11e division parachutiste (DP) à Pau où on le voyait souvent au camp d'Idron en inspection. (1973-1975).


au centre et à coté du colonel Bigeard, le général LEBORGNE tout deux en visite au camp d'Idron.

Le général Le Borgne avait terminé sa carrière, avec le grade de général de corps d'armée, comme gouverneur militaire de Lyon.
En 1980, il avait été élu président de la Confédération nationale des parachutistes français.

Amateur de peinture, il était notamment l'auteur d'un tableau montrant des parachutistes français des SAS, sautant par la porte de leur avion, au dessus de laquelle étaient écrit
les mots : "Maréchal, nous voilà".
Le général Le Borgne était grand officier de la Légion d'honneur. Il était titulaire de la Croix de guerre 1939-1945, de la Médaille de la Résistance, de la Military cross britannique et de la Croix de guerre hollandaise.
avatar
baltique

Messages : 297
Points : 23816
Réputation : 978
Date d'inscription : 21/11/2011

Revenir en haut Aller en bas

Partager cet article sur : diggdeliciousredditstumbleuponslashdotyahoogooglelive

général Guy LEBORGNE :: Commentaires

avatar

Message le Sam 3 Déc 2011 - 23:11 par Arcimboldo_56

Si quelqu'un de vous pouvait confirmer.

Le Général Guy LE BORGNE n'aurait-il pas fait ses adieux aux armes (dans l'intimité de ses compagnons parachutistes) le 3 juillet 1980 dans les contreforts des Pyrénées du côté de Sainte Léocadie ?

Je ne veux pas me tromper.

A votre mémoire amis parachutistes.

Arcimboldo

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Message le Sam 20 Oct 2012 - 22:55 par FILIPPI

pour ses adieux aux Armes ( le lieu ) je ne sais pas .
ce qui est sur c'est qu'il était un très grand soldat,il est décédé en 2007 .
Les Troupes Aéroportées lui doivent beaucoup, sans lui elles n'auraient peut-être pas survécus aux années 60 .....

il avait comme passion la peinture et signait ses toiles du nom de " Guy Le Zachmeur " qui était son nom dans la résistance.

Nous lui avions donné le surnom amical de " bras croisés " car il prenait souvent cette posture .


Revenir en haut Aller en bas

avatar

Message le Dim 21 Oct 2012 - 18:45 par Invité

FILIPPI, tu écris :

...Les Troupes Aéroportées lui doivent beaucoup, sans lui elles n'auraient peut-être pas survécus aux années 60 .....

Il est tout à fait possible que le général Le BORGNE ait contribué à la "survie" des TAP après le putsch, mais c'est au Général Jean GILLES, que les TAP doivent leur survie pleine et entière.
Après avoir été Commandant des Troupes Aéroportées (le seul qui ait jamais existé !), c'est durant la période 1960 - 1961, durant laquelle il a été, Commandant de la 5e Région Militaire (TOULOUSE) et de la 2e Zone de Défense, qu'il a pu "intervenir" ... ,

Pour le général jean GILLES, l'année 1961, a été marquée par deux événements graves qui l'ont profondément marqué.

- Michel, son fils, Lieutenant en Algérie, est tombé au Champ d'Honneur le 2 février 1961 à Aïn Zerga, alors que quelques jours auparavant, il avait eu le pressentiment qu'un événement terrible allait se produire.

- Le putsch d'Alger, le 22 avril 1961, et son issue l'avaient attristé. D'une part, il existait une grande amitié entre lui et le Général CHALLES et, d'autre part, les mesures discriminatoires prises à l'encontre des Paras l'avaient choqué. Chaque fois que cela lui a été possible il a pris la défense de Ses Paras.

Bien que cette attitude n'ait pas été spécialement appréciée, le 14 juillet 1961, le Général de Corps d'Armée GILLES a cependant été élevé à la dignité de Grand Croix de la Légion d’Honneur, par décret n° 39, du Président de la République en date du 21 juillet 1961, pour «Services Exceptionnels ».

Ce qui laisse à penser qu'il était quand même apprécié en "haut lieu" !

C'est le 10 août 1961 à 7 heures du matin, que le Général Jean GILLES a été terrassé par une crise cardiaque à Mont-Louis.

Bien que décédé hors théâtre d'opération le Général Jean GILLES est "MORT pour la FRANCE" (mesure exceptionnelle)

Monument élevé à la mémoire du général jean GILLES, Citadelle de PERPIGNAN

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Message le Dim 21 Oct 2012 - 19:00 par AMARANTE

Merci à Cerbère de son sujet sur le général GILLES et pour avoir rétabli sans aucun doute une part de vérité.
Pour ma part je pense que le général LEBORGNE, outre sa grande carrière militaire sur le terrain, a utilisé son pouvoir et son aura
pour sauver de la dissolution le 1° RCP à une époque où il fallait supprimer un régiment paras métros. ( années 80 et 90 )

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Message le Dim 21 Oct 2012 - 19:07 par louis O

Hommage à Guy Lezachmeur

″Le peintre et le soldat″


Né le 6 janvier 1920 à Rennes, le général de corps d’armée Guy Leborgne, alias Lezachmeur (le « grand chef » en breton), nous a quittés en décembre 2007.

Peintre et soldat au parcours de légende, soldat et peintre témoin de son temps, ce personnage emblématique des parachutistes, Grand’ croix de la Légion d’honneur, a su
combiner, comme il le disait lui-même, « 35 ans de béret rouge et 35 ans de palette »…

Elève et ami d’Yves Brayer, second président d’honneur des peintres de l’Armée, il évoque avec sensibilité dans ses huiles, ou dans ses gouaches, des scènes de la vie
militaire, mais aussi des paysages pleins de douceur et de vie de sa chère Bretagne et de ses terres d’adoption que sont le Sud-ouest et le Sud-est réunis.

Peintre de l’Armée, peintre de l’Air et de l’Espace, sociétaire du salon des artistes français, récompensé par de multiples distinctions dont le très célèbre prix Taylor, les
facettes de Guy Leborgne ou de Guy Lezachmeur sont multiples, comme les oeuvres qu’il peint. Ses marines s’ouvrent sur de vastes horizons où l’immensité du ciel et de ses bleus
rejoint celle de la mer. Ses paysages, quant à eux, figent avec délicatesse et par petites touches de couleurs, un univers coloré qui nous surprend, puis qui nous enchante. Ses
scènes de la vie militaire grouillent de personnages qui se figent pour nous permettre de mieux apprécier le calme d’avant les combats !

Homme aux deux vocations conjointes, la militaire et l’artistique, Guy Lezachmeur mérite bien que ses pairs lui rendent un vibrant hommage lors de ce XVIème salon national
des peintres de l’Armée.

Lieutenant-colonel (ER) Jean-Paul Meinvielle
Commissaire du XVIème salon national des peintres de l’Armée

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Message le Dim 21 Oct 2012 - 21:11 par Arcimboldo_56

Il n'y aura donc aucun de vous qui pourrait me dire si le Général Le Borgne a fait son adieu aux armes près de Sainte Léocadie ?

Embarassed

Bonne soirée

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Message le Dim 21 Oct 2012 - 21:43 par Invité

Arcim,

En ce qui me concerne je ne peux répondre à ta question.
La seule chose que je sache est que le général Guy Le Borgne a terminé sa carrière, comme gouverneur militaire de Lyon.
Il est probable (?) qu'il ait fait ses adieux aux armes dans cette garnison, laquelle est quand même un peu loin de Sainte Léocadie qui si je ne me trompe pas se trouve en Cerdagne.

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Message le Dim 21 Oct 2012 - 22:07 par Arcimboldo_56

Pour l'anecdote, nous sommes arrivés à Sainte Léocadie en Puma, équipé VIP à l'intérieur, avec 2 lieutenants-colonels, chef de centre et adjoint, invité pour cette occasion.
Invité également un général (combien d'étoile ?) arrivé en AL II ! ! !
Notre équipage a été véhiculé avec les 2 LCL près d'un télésiège qui nous a monté sur les lieux de la cérémonie.
Nous les aviateurs avons regardé l'évènement de loin. Notre tenue n'était pas trop adaptée au protocole Smile
Après la cérémonie, il y a eu quelques discours, puis le repas de cohésion.
Nous avons été servi par de jeunes paras (couscous, eh oui) puis restaurés, nous sommes redescendus au Puma afin d'attendre nos LCL VIP pour redécoller vers notre point de départ.
Le Général est descendu en premier de la montagne afin de prendre son AL II. Je pense qu'il devait avoir une pointe de jalousie avec les 2 LCL qui se coltinaient un Puma VIP ;o))))
L'AL II ne démarrait pas ! C'est moi-même et le CDB du Puma qui avons dépanné le pauvre pilote de l"AL II qui a pu réussir enfin sa mise en route. Le jeune pilote n'avait pas appliqué la procédure suffisante pour un démarrage en altitude ;o))))
Ouala, mes souvenirs de cette mission.
Ce n'est peut-être pas le départ en retraite du même Général.
Mais pour déplacer les 2 LCL en Puma VIP pour ces adieux, il devait y avoir un lien intime avec les paras pour lesquels nous étions à disposition et eux.
N'est-ce pas cerbère ?

Bonne nuit.

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Message le Lun 22 Oct 2012 - 1:29 par Lothy

@Arcimboldo_56 a écrit:Il n'y aura donc aucun de vous qui pourrait me dire si le Général Le Borgne a fait son adieu aux armes près de Sainte Léocadie ?

Ce serait bien regrettable car ce général a une histoire peu banale !....

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Message le Lun 22 Oct 2012 - 18:27 par Invité

Sur pas mal de sites web (mais sur Internet, sans aucune vergogne, tout le monde copie tout le monde), il est mentionné le nom de guerre du Général Guy Le BORGNE, à savoir : lezachmeur

N'ayant pas eu la chance d'apprendre la langue de mes ancêtres, mes connaissances de la langue bretonne sont par conséquent limitées.
Il n'en reste pas moins que le nom de guerre "lezachmeur" a attiré mon attention.
Je me suis donc adressé à un "pays".

"Lezachmeur" n'est que la francisation d'une "expression" qui pourrait être "sac'h meur". Les articles "le", "la" "les" n'existent pas en langue bretonne.

- le terme "sac'h" qui signifie "sac", "poche", "bourses" (au sens "c....lles" ou "scrotum"), peut être aussi utilisé dans le sens de "poser son sac";

- le terme "meur" (terme ancien, tombé en désuétude, provient du gallois), il signifie : "grand", "auguste", "suprême", "supérieur", ...

Quoiqu'il en soit, il n'y a pas dans "lezachmeur" la moindre notion de "chef" (dans ce cas on devrait trouver le terme "pen").
Par ailleurs, je pense doublement difficile (mais je peux me tromper) qu'un soldat comme Guy Le Borgne (ancien Jedburgh) :
- se soit lui-même donné le titre de "grand chef";
- ait utilisé un pseudo signifiant "grand chef" ... il combattait contre les Allemands qui étaient tout sauf des imbéciles, et au sein de la Gestapo, de l'Abwher il devait bien y avoir quelqu'un à même de comprendre le sens du surnom, qui était déjà une indication sur l'origine du personnage ...

Je n'ai jamais connu le Général Guy Le BORGNE, il m'est donc difficile de dire si le "personnage" était quelque peu facétieux, et s'il utilisait facilement certaines expressions imagées de la langue bretonne.

Selon l'approche que l'on peut avoir du personnage, on peut imaginer deux sens à son nom de guerre :
- il se serait dépeint comme étant celui qui possédait des c...lles d'auguste / de grand personnage, de personnage supếrieur ...

- puisqu'il avait choisi ce nom de guerre alors qu'il était ou allait devenir un Jedburg (ce qui n'est pas rien !), "facétieux", il aurait pu vouloir conserver la trace d'un événement, survenu lorsqu'il était à Saint-Cyr, au cours duquel il aurait été "menacé" d'être "débarqué" / "vidé" à la suite d'une connerie (pour autant que je me souvienne de ce que l'on m'a rapporté du Colonel Le BORGNE, le moins que l'on puisse dire est qu'il était un "homme de caractère" ...) dont il aurait conservé un bon souvenir ...
Dans cette hypothèse, le terme "sac'h" signifierait "débarqué" / "viré", et "meur" serait un qualificatif conduisant au sens de "le grand/ l'auguste [personnage/soldat/élève] ayant été viré ...

J'arrête là mes élucubrations.
N'empêche, j'aurais bien aimé être fixé.




Dernière édition par Cerbère le Lun 22 Oct 2012 - 19:15, édité 2 fois

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Message le Lun 22 Oct 2012 - 19:01 par Lothy

Merci Cerbère pour ces élucubrations... Elles valent amplement celles d'Antoine drunken

Mais nous aussi nous aimerions bien savoir.... scratch

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Message le Mar 23 Oct 2012 - 8:48 par GLAVANY

il est vrai que Cerbère touche du doigt les limites d'internet, à savoir la véracité de certains faits .
il n'en reste pas moins que LEZACHMEUR ou LOZACHMEUR et dérivés, sont bien des noms typiques Bretons.
quant aux motivationx qui lui ont fait choisir ce pseudonyme ...............

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Message le Mar 23 Oct 2012 - 12:00 par Arcimboldo_56

Glavany ! Glavany ! Serait-ce l'ancien ministre ?

Arcim


réponse admin à la demande de Robert.

G L A pour le GLA de Montigny et le reste pour surnom

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Message le Mer 24 Oct 2012 - 18:12 par Invité

Lothy, vous allez être satisfaite ...

Comme chacun sait, les bretons ne sont pas têtus, ils sont tenaces ... Nuance !

Totalement insatisfait de mes élucubrations relatives au nom de guerre du Général Guy Le Borgne, mais totalement convaincu que la traduction à lui donner n'était pas "le grand chef" (j'ai précisé pourquoi), j'ai continué mes recherches.

Dieu merci, il n'y a pas qu'Internet et ses grimoires électroniques pompés par tous, sans vergogne, et surtout sans intelligence. Il existe de vrais trésors (c'est vrai, il faut avoir la chance d'aimer la Bretagne et les Bretons) comme ce "dictionnaire des noms de familles bretons", édité par "Le Chasse marée".

1ère constatation : mes élucubrations sont nulles et non avenues.

2ème constatation : le nom de guerre "lezachmeur" est certainement la francisation de "lozachmeur" ou "lozachmaur", signifiant "le patriarche", et l'apparition de ce terme se situe vers 1430 ("meur" découlant d'un mot gallois, et n'étant plus usité aujourd'hui) !
A l'origine, l'orthographe (mais, à l'époque, qui la connaissait vraiment ? Pas plus les Curés qui enregistraient les événements familiaux sur les Bibles, que les employés de l'Etat-civil, quand celui-ci a été instauré par la République) devait être "an ozhac'h meur".

"an" est l'article défini (le, la, les);

"ozhac'h" est "le chef de famille";

"meur" signifie : grand, auguste, suprême.

L'association de ces trois termes correspond bien à "lozachmeur", devenu "lezachmeur".

Cela n'a donc rien à voir avec "le grand chef", surnom que l'on pourrait donner à un soldat !


Glavany,

Pour les historiens, le patronyme "lozach", Osac'h; est à l'origine de plusieurs patronymes, comme : (Le) Nozach, Nozeac'h, Le Nozerch, Le Noach, Le Noarch, Lozech, Lozach, Lozarch, Lozac.

Ce patronyme est principalement rencontré dans le Haut-Léon (ancien évêché et comté).

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Message le Mer 24 Oct 2012 - 18:25 par Lothy

Merci Cerbère !....

J'étais certaine que nous l'aurions notre explication Smile Je vous en remercie.

Je connais bien votre ténacité... Bretagne oblige, mais pas uniquement !...

A noter que le fait d'être tenace, n'empêche pas d'être têtu scratch

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Message le Mer 24 Oct 2012 - 18:59 par GLAVANY

eh bien je connais peu de monde qui aurait été si loin dans sa volonté d'arriver à ce qu'il cherchait !
en ce qui concerne ce nom bien sur, car qui s'en soucie aujourd'hui ?

félicitations à Cerbère ( le catalan ) ?

c'est un plaisir de le lire.

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Message le Mer 24 Oct 2012 - 22:26 par walou

Salut , Arcimboldo_56,
Pas trop d'infos personnelles sur ce jour là , mais je lance mes méninges sur cet évènement d'exception .
En ce qui concerne le language breton , je laisse tomber , l'étant moi même , mais plutôt patoisant , breton de l'intérieur , quoi ( les Monts d'Arrée...) Je ne prétends même pas que le Mont Saint Michel nous appartient.
Mais il faut de tout pour faire un monde...
IN CAUDA VENENUM . Walou

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Message le Mer 24 Oct 2012 - 23:24 par Invité

Il n'y aura pas que Lothy de satisfaite... J'apprécie de connaître la suite de ces explications...

Une leçon de breton en bonne et due forme, pour moi qui ne le suis absolument pas, aide à comprendre le pseudo d'un grand Ancien : ce n'est pas négligeable.

Merci Cerbère avoir eu la ténacité de vous plonger dans les livres, les vrais, pour éclairer notre lanterne, notre chandelle...

Si Arcimboldo pouvait nous trouver la suite de l'aventure, ce serait parfait !... study .

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Message le Jeu 25 Oct 2012 - 10:16 par Invité

Pour ceux qui se sont intéressé au sujet.

Juste une numérisation de la page (qualité pas terrible) 213 du Dictionnaire des noms de famille bretons - Editions du "Chasse Marée" / "Armen"

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum