LES CAMPS PARACHUTISTES

Le général Piquemal radié des cadres de l'armée

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

05102016

Message 

Le général Piquemal radié des cadres de l'armée




Le général Piquemal radié des cadres de l'armée



INFO LE FIGARO - Il est reproché à l'ancien parachutiste d'avoir participé à une manifestation non autorisée contre la politique migratoire à Calais le 6 février dernier. Le port de son uniforme lui est désormais interdit.

Le général de corps d'armée Christian Piquemal, qui avait participé à une manifestation non autorisée contre la politique migratoire à Calais le 6 février dernier, est, selon nos informations, radié des cadres. Cette mesure disciplinaire très forte intervient comme une surprise, cinq mois après sa comparution devant le tribunal de Boulogne-sur-mer, d'autant que l'institution judiciaire l'avait finalement relaxé le 26 mai.

Le général de 2e section, à la retraite depuis seize ans, ancien parachutiste et commandant de la Légion étrangère (de 1994 à 1999), était poursuivi pour «organisation d'une manifestation non autorisée» et «participation à un attroupement qui ne s'est pas dissous après sommation». Depuis sa relaxe, le général Piquemal s'estimait «totalement blanchi», le Parquet n'ayant pas fait appel de ce jugement. Mais sur le plan administratif, une procédure disciplinaire, lancée en mars par le ministre de la Défense, vient d'aboutir à sa radiation des cadres, le devoir de réserve du militaire étant au cœur du dossier. Le général, qui l'a seulement appris mi-septembre par un courrier recommandé, avait été entendu le 14 juin par le Conseil Supérieur de l'Armée de Terre (CSAT), siégeant disciplinairement à l'Hôtel des Invalides à Paris. L'instance avait transmis son avis consultatif - non communiqué au général ni à ses deux avocats - au ministère de la Défense, et la radiation avait ensuite été prise par un décret du 23 août signé par le président de la République, le premier ministre et le ministre de la Défense.
«Le plus inacceptable pour moi, c'est d'être mis au ban de cette manière»

«Profondément indigné par cette décision injuste et injustifiée, excessive et disproportionnée», réagit-il. Le général quatre étoiles entreprend aujourd'hui une procédure de recours devant le Conseil d'État, confie-t-il au Figaro, «avant d'aller devant la Cour européenne des droits de l'homme (CEDH), si besoin». «Cette sanction est un hiatus, une anomalie grave, en totale contradiction avec ma relaxe, se scandalise-t-il. C'est le désaveu du pouvoir judiciaire par le pouvoir administratif, cela bouleverse la hiérarchie des normes juridictionnelles, c'est tout simplement du jamais-vu!». Pour ce «serviteur de l'État respecté», «patriote et combattant d'élite», admiré par son entourage, la sanction a des conséquences particulièrement «humiliantes» et «vexatoires», admet le général d'une voix blanche. Si son grade ne peut lui être retiré, le port de son uniforme lui est en revanche interdit, tout comme sa carte d'identité militaire d'officier général - en principe accordée à vie. C'est l'atteinte à ces symboles forts et ce retour forcé au statut civil qui lui «font le plus mal», plus que les autres attributs, notamment financiers, liés à son statut. «Le plus inacceptable pour moi, c'est d'être mis au ban de cette manière après avoir donné quarante années au service de la France, d'être rayé comme ça et traité comme un paria». Le 6 février, à Calais, l'arrestation et la garde à vue d'une quarantaine d'heures de cet homme de 75 ans avait créé l'émoi. Aujourd'hui, une ligue de défense se constitue. Un comité de soutien et de réhabilitation du général Piquemal est en train de se monter, composé de civils et de militaires, selon nos informations, et présidé par le général (2e section) Antoine Martinez.

Pour beaucoup de ses soutiens, cette sanction disciplinaire n'est rien d'autre qu'«un règlement de compte politique», dit l'un d'eux. «Si l'administration estime que j'ai transgressé mon devoir de réserve (valable pour tout militaire, même à la retraite, NDLR) en usant de ma liberté d'expression, analyse le général, cela veut dire une chose: c'est que ma liberté d'expression ne peut être que celle de la pensée dominante. Et si elle n'est pas conforme à la bien-pensance politique, alors elle est sanctionnée. La vérité, c'est que mon cas sert d'instrument pour faire taire la Grande Muette, car les officiers généraux s'expriment aujourd'hui beaucoup plus qu'avant. Ils veulent faire de moi un exemple pour imposer le silence dans les rangs».

Source : Le Figaro ICI

_________________
Lothy
"A tous les Prétoriens que des Césars firent massacrer pour ne pas payer de solde ou pour sauver leur propre vie" - Jean Lartéguy.
avatar
Lothy
EXPERT
EXPERT

Messages : 4777
Points : 29859
Réputation : 676
Date d'inscription : 28/10/2011
Age : 70

Revenir en haut Aller en bas

Partager cet article sur : diggdeliciousredditstumbleuponslashdotyahoogooglelive

Le général Piquemal radié des cadres de l'armée :: Commentaires

avatar

Message le Mer 5 Oct 2016 - 21:16 par Invité

Mon Général, cher Camarade,

Le pouvoir aux abois vient de sanctionner un Grand Soldat de France.

Agissant ainsi, laissant passer - dans de bonnes conditions - la fête de notre Saint patron, l'Archange Michel, à Paris, il a une nouvelle fois étalé sa couardise au grand jour.

Honte à tous ceux qui de près ou de loin ont décidé, organisé ou soutenu pareille forfaiture !

Vous nous avez toujours montré et précédés sur le chemin de l'Honneur et de la Fidélité ...


 
Nous sommes ces soldats qui grognaient par le monde
Mais qui marchaient toujours et n'ont jamais plié ...
Nous sommes cette église et ce faisceau lié
Nous sommes cette race éternelle et profonde...
Nos fidélités sont des citadelles

Charles Peguy 


Lieutenant-colonel (e.r.) J-F CERISIER, Soldat de France

Membre du Cercle des Citoyens-Patriotes

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Message le Mer 5 Oct 2016 - 21:20 par Lothy

Les réactions sont très vives sur les réseaux sociaux...

Tout le monde apporte son soutien au Général, même sans l'avoir jamais approché...

Ceux qui ne se sentent pas concernés ont la délicatesse de ne pas se manifester...

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Message le Jeu 6 Oct 2016 - 16:23 par charly71

vu sur les réseaux sociaux et la condamnation est unanime !
Quel grandeur a ce gouvernement !
Bravo à lui !

J'espère que le recour que prévoit le Général Piquemal va annuler cette honteuse décision.

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Message le Jeu 6 Oct 2016 - 20:28 par Lothy

Une pétition circule depuis cet après-midi...

Je vous communique le lien ; pour signer c'est ICI

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Message le Ven 7 Oct 2016 - 10:23 par charly71

Signé .... Merci Lothy

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Message le Ven 7 Oct 2016 - 10:29 par Lothy

Je ne fais que transmettre.... Après chacun fait ce qu'il veut...

Toutefois plus de 5 000 signatures sont rassemblées à l'heure qu'il est....

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Message le Ven 7 Oct 2016 - 10:38 par charly71

" que transmettre" c'est dèjà très beau !
Oui j'ai vu + de 5000, il en faudrait 500 000 ! tous les anciens combattant devraient signer..
Que l'on soit pour Piquemal... ou pas .
(perso, suite à une engueulade que nous avons eu lui et moi à Sennecey le Grand, ou il avait tort je ne suis pas un de ses fans.... Mais je signe contre l'ignominie qui lui est faite !)

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Message le Ven 7 Oct 2016 - 10:43 par Lothy

Je pense que bien des signataires s'insurgent contre cette mesure inique, sans connaître de près ou de loin, le général Piquemal...

Ils condamnent la décision, laquelle pourrait être appliquée à n'importe quel autre officier osant prendre une position différente de celle de nos gouvernants....  

A quand la ré-ouverture du bagne de l'Ile de Ré ?

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Message le Ven 7 Oct 2016 - 16:30 par Invité

A quand la ré-ouverture du bagne de l'Ile de Ré ?

Alons, allons, mauvaise républicaine [1], mais c'est prévu, il faut savoir lire les signaux de fumée !
Deux points non solutionnés retardent l'opération qui débouchera nécessairement sur une inauguration grandiose :
- quels nouveaux impôts pour financer ce magnifique monument ?
- avant ou après la réélection ?

[1] républicain : partisan, en tant qu'organisation politique d'un État !
République n'est en rien synonyme de Nation !
A noter qu'associer des "valeurs" à une organisation politique n'a donc pas de sens. Notre Nation, elle, a des valeurs, des Femmes et des Hommes sont morts pour elles.

Dernière édition par Cerbère le Ven 7 Oct 2016 - 17:55, édité 1 fois

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Message le Ven 7 Oct 2016 - 17:50 par Invité

Ce qu'est la 2e Section

Elle regroupe des officiers généraux qui ne sont plus en activité.
Ces généraux sont à la disposition du ministère de la Défense qui peut les replacer en 1ère Section pour des missions ponctuelles.
Ils perçoivent une solde de réserve, dont le montant est équivalent à celui d’une pension de retraite.
A noter que pour le fisc, cette solde de réserve Sauf que, sur le plan fiscal, cette dernière est un « revenu d’activité », ce faisant un abattement de 10% est applicable pour frais professionnels.
Par ailleurs, les généraux placés en 2e section bénéficient de réductions tarifaires pour leurs déplacements en train.
Très important : les généraux en 2e Section sont soumis à l’obligation de réserve comme tous les militaires en activité.

La radiation des cadres

Elle sanctionne des fautes lourdes, et sont réparties en trois groupe selon leur sévérité : du blâme du ministre à la radiation des cadres).

L'article 4 du Statut général des militaires indique que si « les opinions ou croyances, notamment philosophiques, religieuses ou politiques, sont libres », elles « ne peuvent cependant être exprimées qu’en dehors du service et avec la réserve exigée par l’état militaire. »

Quelques articles de la loi portant Statut général des militaires

Référence : LOI n° 2005-270 du 24 mars 2005 portant statut général des militaires (1) - JORF n°72 du 26 mars 2005 page 5098

Source :

https://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000000808186&categorieLien=id


Article 41

Les sanctions disciplinaires applicables aux militaires sont réparties en trois groupes :

1° Les sanctions du premier groupe sont :
... a) L'avertissement ;
... b) La consigne ;
... c) La réprimande ;
... d) Le blâme ;
... e) Les arrêts ;
... f) Le blâme du ministre ;

2° Les sanctions du deuxième groupe sont :

... a) L'exclusion temporaire de fonctions pour une durée maximale de cinq jours privative de toute rémunération ;
... b) L'abaissement temporaire ou définitif d'échelon ;
... c) La radiation du tableau d'avancement ;

3° Les sanctions du troisième groupe sont :

... a) Le retrait d'emploi, défini par les dispositions de l'article 59 ;
... b) La radiation des cadres ou la résiliation du contrat.

Article 42

Doivent être consultés :

1° Un conseil d'examen des faits professionnels avant le prononcé du retrait d'une qualification professionnelle prévu par les dispositions de l'article 40 ;
2° Un conseil de discipline avant toute sanction disciplinaire du deuxième groupe ;
3° Un conseil d'enquête avant toute sanction disciplinaire du troisième groupe.

Ces conseils sont composés d'au moins un militaire du même grade et de la même armée ou formation rattachée que le militaire déféré devant eux et de militaires d'un grade supérieur ; ils sont présidés par l'officier le plus ancien dans le grade le plus élevé.

Un décret en Conseil d'Etat précise la composition et le fonctionnement des conseils mentionnés ci-dessus, ainsi que les règles de la procédure qui leur sont applicables.

Article 43

Le ministre de la défense ou les autorités habilitées à cet effet prononcent les sanctions disciplinaires et professionnelles prévues par les dispositions des articles 40 et 41, après consultation, s'il y a lieu, de l'un des conseils prévus par les dispositions de l'article 42. Toutefois, la radiation des cadres ne peut être prononcée que par l'autorité de nomination.

Article 76

Les officiers généraux sont répartis en deux sections :

1° La première section comprend les officiers généraux en activité, en position de détachement, en non-activité et hors cadres ;

2° La deuxième section comprend les officiers généraux qui, n'appartenant pas à la première section, sont maintenus à la disposition du ministre de la défense. Lorsqu'ils sont employés pour les nécessités de l'encadrement, ces officiers généraux sont replacés en première section pour une durée déterminée dans les conditions et selon les modalités fixées par décret en Conseil d'Etat.
Les officiers généraux peuvent être radiés des cadres.

Article 78

L'officier général est admis dans la deuxième section :

1° Par limite d'âge ou à l'expiration du congé du personnel navigant ;
2° Par anticipation :
... a) Soit sur sa demande ;
... b) Soit d'office pour raisons de santé constatées par un conseil de santé ou, pour toute autre cause non disciplinaire, après avis du conseil supérieur de l'armée intéressée ou du conseil correspondant.

L'officier général placé dans la deuxième section pour raisons de santé peut être replacé dans la première section après avis du conseil de santé.
En temps de guerre, les avis des conseils prévus dans le présent article sont remplacés par celui d'un médecin général ou d'un officier général appartenant au conseil intéressé, désigné par le ministre de la défense.

Article 79

Les dispositions de l'article 4, du troisième alinéa de l'article 11, de l'article 15 et du b) du 3° de l'article 41 sont applicables à l'officier général de la deuxième section lorsqu'il n'est pas replacé en première section par le ministre de la défense en fonction des nécessités de l'encadrement.

L'intéressé perçoit une solde de réserve calculée dans les conditions fixées par le code des pensions civiles et militaires de retraite.
Le versement de la solde de réserve est suspendu lorsque l'officier général est replacé en première section par le ministre de la défense, conformément aux dispositions de l'article 76, jusqu'au terme du placement temporaire en première section.

Article 82

Pour l'application à un officier général des sanctions définies par les dispositions du 3° de l'article 41, l'avis du conseil d'enquête prévu par les dispositions de l'article 42 est remplacé par celui du conseil supérieur de l'armée ou de la formation rattachée à laquelle il appartient. La décision entraîne, en cas de radiation des cadres, la radiation de la première ou de la deuxième section des officiers généraux.

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Message le Ven 7 Oct 2016 - 21:21 par Invité

Cerbère a écrit:Mon Général, cher Camarade,

Le pouvoir aux abois vient de sanctionner un Grand Soldat de France.

Agissant ainsi, laissant passer - dans de bonnes conditions - la fête de notre Saint patron, l'Archange Michel, à Paris, il a une nouvelle fois étalé sa couardise au grand jour.

Honte à tous ceux qui de près ou de loin ont décidé, organisé ou soutenu pareille forfaiture !

Vous nous avez toujours montré et précédés sur le chemin de l'Honneur et de la Fidélité ...


 
Nous sommes ces soldats qui grognaient par le monde
Mais qui marchaient toujours et n'ont jamais plié ...
Nous sommes cette église et ce faisceau lié
Nous sommes cette race éternelle et profonde...
Nos fidélités sont des citadelles

Charles Peguy 


Lieutenant-colonel (e.r.) J-F CERISIER, Soldat de France

Membre du Cercle des Citoyens-Patriotes




Entièrement d'accord !
Ce gouvernement devrait avoir honte de prendre de telles décisions.
"Nous sommes tous Picquemal"
Cdlt

Mac

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Message le Sam 8 Oct 2016 - 10:43 par bergham

Le Général Patrice CAILLE
Président de l’UNION NATIONALE DES PARACHUTISTES


Communiqué aux Présidents de section et aux membres de l’UNP
La décision du Président de la République concernant le Général PIQUEMAL après l’affaire dite de CALAIS, a été diffusée ces derniers jours. De nombreux membres de l’UNP peuvent s’interroger d’autant que certains, à l’époque des faits, étaient tombés dans le piège de la polémique.
Il n’est pas dans les usages de porter des jugements sur les décisions de justice ou, dans le cas présent, du Chef de Armées. Ce dernier considérant de nombreux facteurs a pris une décision statutaire après la relaxe judiciaire du Général PIQUEMAL.
Dans le respect du fonctionnement de l’état, lequel est actuellement ébranlé par des menaces importantes, l’affaire doit donc être close pour l’UNP et le général PIQUEMAL quitte enfin cette position incertaine qui durait. Comme j’en ai directement parlé avec lui il peut désormais à la fois s’exprimer en tant que citoyen et avoir sa place au sein de la communauté des anciens parachutistes dans le cadre des fondements de l’UNP : mémoire, patriotisme, solidarité, et soutien à l’armée d’active.
L’expérience d’une part et l’avenir de notre association d’autre part nous commandent de ne pas céder aux éventuelles provocations, volontaires ou non, et de nous concentrer sur nos priorités rappelées lors de notre Conseil National de la semaine dernière.
Il appartient par ailleurs à chacun de décider de l’opportunité d’adresser un soutien personnel au Général PIQUEMAL.


Général Patrice CAILLE,
Président National de l’UNION NATIONALE DES PARACHUTISTES

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Message le Sam 8 Oct 2016 - 11:00 par charly71

... à l'UNP n'est-ce pas une devise "courage, fuyons" ?
...pas mécontent de l'avoir quitté...

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Message le Sam 8 Oct 2016 - 11:04 par Lothy

Soyons logiques, Charly.... Le général Caille n'a pas la partie belle dans cette histoire...

Il laisse à chacun la liberté d'agir selon ses opinions. En d'autres temps assez récents, le langage était autrement plus péremptoire !

Pendant ce temps, le compteur de la pétition tourne et affiche plus de 8 000 signatures....

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Message le Sam 8 Oct 2016 - 11:51 par revue de paquetage

bonjour à toutes et à tous.

j'ai déjà eu l'occasion de le dire, les présidents des grandes associations, ont été élus avec la bénédiction du pouvoir en place !
il n'existe plus d’électrons libres capables d'argumenter.
il faut rester dans l'acceptable, ne pas dépasser les limites ............ autorisées.

c'est comme cela, je vais aussi quitter l'UNP qui ne défend plus que ces propres intérêts. associatifs BCBG.
faire le guignol en béret rouge devant des Monuments aux Morts et ensuite s'en mettre plein la panse dans des repas dit de cohésion, tel
est le destin de l'UNP de l'ère moderne.

et le reste me direz-vous ?

mais de quoi parlez-vous ?

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Message le Lun 10 Oct 2016 - 17:10 par Invité

COMMUNIQUE du COMITE de SOUTIEN au GENERAL PIQUEMAL

Le 6 février dernier, le général Christian Piquemal était arrêté à Calais alors que la dispersion de la manifestation, interdite par le préfet et à laquelle il participait, se déroulait dans le calme et qu’il s’apprêtait à rejoindre son véhicule. Après une garde à vue éprouvante et une hospitalisation à l’hôpital de Calais, il était libéré 48 heures après et son jugement, en comparution immédiate, repoussé au mois de mai. Le ministre de la Défense ordonnait au Chef d’état-major de l’Armée de Terre la constitution d’un Conseil de discipline pour engager une procédure visant à sa radiation des cadres.

Alors que le général Christian Piquemal était relaxé des faits du code pénal retenus contre lui par le Tribunal de Grande Instance (TGI) de Boulogne-sur-Mer, par décision du 26 mai 2016, et que, de surcroît, le Parquet ne faisait pas appel de cette décision, il semble que les autorités politiques et notamment le Chef des armées, en la personne du Président de la République, n’ait pas apprécié cette absence de condamnation et n’ait pas eu la sagesse de faire preuve de magnanimité.

En effet, après l’avis rendu par le Conseil Supérieur de l’Armée de Terre (CSAT) – et dont personne ne connaîtra les termes – devant lequel le général Christian Piquemal a comparu le 14 juin 2016, il a été radié des cadres par mesure disciplinaire prise par décret du 23 août 2016, signé par le Président de la République, le Premier ministre et le ministre de la Défense et non publié au Journal Officiel (JO).

Après la relaxe prononcée par les magistrats, cette radiation apparaît comme un désaveu de l’institution judiciaire. Atteint dans son honneur et sa dignité, le général Christian Piquemal a décidé d’engager une procédure de recours devant le Conseil d’État afin que la juridiction administrative le censure comme étant disproportionné, excessif, mal motivé et en contradiction totale avec les attendus du jugement de Boulogne.

Au-delà de cette décision arbitraire, vexatoire, et humiliante qui frappe injustement cet officier général ayant servi durant toute sa carrière l’État et la Nation avec loyauté et dévouement, c’est l’armée française qui, par voie de conséquence, est heurtée et atteinte dans son honneur. Car à l’évidence, on a voulu, en faisant un exemple, priver les officiers généraux de leur liberté d’expression qui dérange et qui serait contraire à leur devoir de réserve.

Mais est-ce dénier le devoir de réserve que de dénoncer des faits inacceptables dans un État de droit alors que la responsabilité de la situation déplorable, notamment à Calais, incombe totalement au pouvoir politique incapable de garantir l’intégrité du territoire face à l’entrée illégale de milliers de clandestins ? Le Président de la République en est pourtant le garant conformément à l’article V de la Constitution. Peut-on être surpris qu’un officier général, attaché à la légalité et au respect du règlement, dénonce précisément le non-respect par l’autorité politique de l’état de droit qui fonde notre démocratie ? Qui est le plus coupable ? Ce général, révolté, qui a enfreint cette interdiction de manifester ou ceux qui ne font pas appliquer la loi et participent à l’aggravation de la situation ?

En réalité, devant l’abandon par l’État de ses responsabilités régaliennes, les lois de la République n’étant pas respectées, le général Christian Piquemal s’était rendu à Calais pour constater l’impuissance, le renoncement, voire la capitulation des pouvoirs publics face à la chienlit assurant ainsi un rôle de lanceur d’alerte qui mériterait d’être protégé et non sanctionné.

Un comité de soutien est donc créé pour engager un combat noble et déterminé ayant pour objectif de rendre son honneur au général Christian Piquemal et obtenir sa réhabilitation et sa réintégration. Un appel est lancé à ceux issus du monde militaire et tout d’abord à ses pairs, les généraux en 2ème section qui doivent à présent manifester leur solidarité, mais également au monde civil (parlementaires, élus, personnalités politiques et des médias, personnalités du monde des arts et des lettres…).

Pour un soutien massif et une adhésion à la démarche de ce comité, il convient de communiquer ses nom, prénom, fonction précédés de la mention « je soutiens le général Piquemal » à l’adresse mail : comitesoutiengalpiquemal@yahoo.com

Le 06 octobre 2016              
Général (2s) Antoine MARTINEZ – coprésident des VPF
Président du comité de soutien

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Message le Mar 11 Oct 2016 - 10:48 par Béghin Bernard

Je viens d'ouvrir le forum après un mois d'absence, et je découvre cette mauvaise nouvelle, cette très mauvaise nouvelle.

J'avais appris cela par mail de la part d'un ancien du 35 RAP (ancien d'Algérie qui plus est) et je croyais faire un cauchemar.

Je tiens, ici, en premier lieu à apporter mon soutien au général Picquemal, même avant d'avoir lu tout le sujet écrit sur ce forum.

Je partage tous les avis positifs qui y ont été apportés et je vais donc signer la pétition.

Que penser de ce gouvernement après cela, entre cette pauvre madame Sauvage laissée en prison, alors qu'elle était en légitime défense,

le salopard qui cuve ses crimes en prison dorée, et cette décision de "virer" comme un malpropre un grand général français, on n'en peut plus.

Que va t'on faire à ceux qui ont brûlé les deux bagnoles de police à Viry -Chatillon?

J'en connais qui doivent se retourner dans leurs tombes.

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Message le Mar 11 Oct 2016 - 12:04 par Invité

Beghin Bernard,

Tu écris :

...
Que va t'on faire à ceux qui ont brûlé les deux bagnoles de police à Viry -Chatillon?

J'en connais qui doivent se retourner dans leurs tombes.

A ta question, il y a une "réponse", elle a été apportée sur le site web du Ministère de l'Intérieur, je n'ai pas "osé" la copier ici tant elle m'a donné envie de vomir.
En particulier, aucune mention de "tentative d'assassinat". Sans doute les salopards qui ont voulu faire griller nos Policiers voulaient-ils juste "faire la fête avec eux" ?

C'est bien connu, les cocktails molotov sont de merveilleux artifices pour faire la fête ! D'ailleurs, tous les membre du gouvernement devraient, eux aussi, participer à ces fêtes spontanées qui pourraient être annoncées par des "flash-mob", très à la mode dans le monde de la racaille !

Que nos Camarades de la Police trouvent ici le témoignage de sympathie et celui de la confiance des Patriotes.

Néanmoins je vous en communique l'adresse :
http://www.interieur.gouv.fr/Actualites/L-actu-du-Ministere/Grave-agression-de-deux-policiers-a-Viry-Chatillon

Si "tu en connais qui doivent se retourner dans leur tombe" ... réfléchis bien, tu en connais beaucoup d'autres, certes un peu "déplumés", un peu "bancales", mais encore bien vivants, toujours fiers de leur Patrie, toujours prêts à la Servir dans l'Honneur et la Fidélité. Et ce ne sont pas des "condamnation avec la plus grande fermeté" qu'ils émettent le cul au chaud dans leur bureaux bien calfeutrés.
Ils exigent que les autorités fassent leur devoir, rien de plus, mais tout leur devoir !

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Message le Mar 11 Oct 2016 - 12:08 par Lothy

Oh... Vous êtes bien sévères Messieurs, avec ces "sauvageons" dixit un sinistre de l'Intérieur, totalement dépassé....

Aucune nouvelle de ce jeune policier dont la vie est en danger, mais comme publié dans l'article que je viens de poster ICI, ils ne sont "que blessés"...

Attendons donc qu'ils soient morts, pour en parler !

Revenons au général Piquemal : plus de 10 600 personnes ont signé la pétition de soutien.....

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Message le Mar 11 Oct 2016 - 14:51 par Béghin Bernard

Oui Cerbère, tu as raison de parler des "  vivants " que nous sommes et qui ressentons de la trahison sur un tel geste de la part de ces gens qui osent dirent : "faire respecter nos valeurs".

Ceux et celles " des tombes " que nous respectons intensément, s'ils nous voyaient, que nous diraient ils ?

Les mêmes mots, succèdent aux mêmes gestes; " untel a condamné une telle barbarie".

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Message le Mar 11 Oct 2016 - 16:24 par charly71

avec ces "sauvageons" dixit un sinistre de l'Intérieur, totalement dépassé....

J'ai hurlé tout seul quand j'ai entendu ça !
Pas de vague avant les élections ?
pourriture, va !

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Message le Mer 4 Jan 2017 - 15:44 par Mozet

Le nom de Christian Piquemal : j'ai un Grand respect pour cet homme je l'ai vu arriver au 9 comme ancien capt du 2e REP et j'ai servi sous ses ordres à la 3ieme Cie pendant 5 ans quand j'ai quitté le 9e pour le 17e RGP lui il partait pour les Bureaux à Paris mais la il na pas due rester longtemps car je l'ai retrouvé en Guyane au camp d'entrainement survie et je n'oublierai jamais le cadeaux qu'il m'a fait quand j'ai quitté le 9 j'étais le seul caporal ADL avec 6 généraux à sauter du Puma cela ne peut pas s'oublier.
Entre temps, avec lui j'ai fait Djibouti, la Réunion 8 mois à Nouméa beaucoup de fois le CNEC et le centre commando n° 3 en Bretagne il m'a fait faire le stage tireur d'élite que de bon souvenir.
Avec ce Grand homme une fois il m'a demandé :
Mozet si il faut partir en guerre que fais-tu ?
Je lui ai répondu : avec vous mon capitaine je pars les yeux fermés.
Et il y a 4 ans en arrière j'ai fait plus de 400 km de chez moi en Allemagne pour les Ardennes pour le revoir il faisait la remise du drapeau de l'UNP section Ardennes car faisant partie de l'UNP Alsace, cette Chance ne se représentera plus.
C'était juste une histoire parmi tant d'autre avec le capt Piquemal aujourd'hui Général.

Avec toujours autant de respect mon General et ceux qui vous critiquent ne vous connaissent pas ou simple Jalousie de leur part... pauvre France

Paramicalement
Hugo

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Message le Mer 4 Jan 2017 - 18:01 par Mozet

France de ton Malheur tu est cause en partie
je t'en ai par mes vers mille fois avertie
tu est maratre aux tiens et mere aux etrangers
qui se moque de toi .quand tu est aux dangers
car sans aucun travail les etranger obtiennent
les Biens qui a tes fils justement appartiennent

discourt a g des autels 1584
deja a cette epoque on penser bien fort ce que l'on nose pas dire tous haut aujourd'hui sinon direction prison sans passer la casse depart

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum