LES CAMPS PARACHUTISTES

L’EPC (ensemble de parachutage du combattant) remplacera le parachute hémisphérique actuel.

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

04122011

Message 

L’EPC (ensemble de parachutage du combattant) remplacera le parachute hémisphérique actuel.





L’équipement des troupes
aéroportées
par le lieutenant-colonel MACE,
STAT/TAP

La période actuelle est riche en changements pour l’équipement des troupes aéroportées : une petite révolution dans le mode de pliage des parachutes hémisphériques, le remplacement de trois types de parachutes, de l'ouvreur de sécurité, la réalisation d’un nouveau chantier de conditionnement et de transit projetable précèdent l’arrivée de l’A400M.
Les opérations d’armement qui concourent à ce renouvellement doivent obéir aux exigences suivantes :
- augmentation de la discrétion et de la sécurité ;
- augmentation des masses mises à terre ;
- économie.
Une brève description de ces opérations le fait apparaître.






L’EPC (ensemble de parachutage du combattant) remplacera le parachute hémisphérique actuel. La hauteur de largage opérationnel s’abaissera de 125 m à 100 ou 80 m. Ce gain concourt à la sécurité de l’avion tout en réduisant la vulnérabilité du parachutiste et la dispersion de la mise à terre. La masse totale du parachutiste équipé (MTE) passera de 130 à 160 kg.
Le parachutage de néophytes ou de grosses charges fragiles est permis par le parachute biplace. L’actuelle BT80 ne répond pas aux besoins spéciaux. Le parachute biplace opérationnel qui la remplacera à partir de 2004 permettra le saut opérationnel à très grande hauteur (sous oxygène au dessus de 3 600 m et jusqu'à 9 000 m) à une MTE de 250 kg. Ces performances préfigurent celles du système de mise à terre des chuteurs opérationnels qui remplacera le G9 vers 2010.
Les économies sont cherchées sur le temps, le personnel et l’argent :
- le personnel : la centralisation du traitement des parachutes des trois armées dans la CMAP (cellule de maintenance automatisée des parachutes) qui sera mise en service en 2004 à Montauban permettra de réduire le personnel affecté à cette fonction tout en augmentant le taux d’entraînement des unités. Ce concept novateur combine l’application de techniques de stockage existantes, le pliage semi-automatisé des voilures et le transport dans des conteneurs - magasins où la validité du pliage est conservée.
- l’argent : la centralisation et la rapidité de traitement dans la CMAP permettra d’acheter moins de parachutes hémisphériques. L’étude en commun des besoins des trois armées et de la gendarmerie réduit les études et la diversité des matériels.
La simulation est prévue dans deux domaines : à l’ETAP, un simulateur de dérive sous voile entraînera les équipes de chuteurs opérationnels à cette technique difficile à pratiquer dans l’espace aérien encombré de l'Europe. La formation au largage lourd de l’A400M et l’entraînement correspondant bénéficieront des simulateurs de soute prévus au programme de l'avion.
Le futur chantier de conditionnement remplace du matériel de la génération Nord 2501 : avoir fait l’économie de celle du C160 ne dispense pas de se préparer à l’A400M.
Les TAP ont depuis peu un concept d’emploi. Développé en doctrine, il permettra de définir les équipements futurs des unités parachutistes. Cette réflexion aura un caractère interarmées affirmé, des premières études à la maintenance des équipements ◗

Source: Défense

avatar
Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Partager cet article sur : diggdeliciousredditstumbleuponslashdotyahoogooglelive

 
Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum