LES CAMPS PARACHUTISTES

L’Elysée dévoile les contours de la future Garde nationale

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

13102016

Message 

L’Elysée dévoile les contours de la future Garde nationale




L’Elysée dévoile les contours de la future Garde nationale




Plus de 9.000 réservistes seront déployés chaque jour en 2018 grâce à la Garde nationale annonce l’Elysée. Le projet sera présenté ce mercredi en conseil des ministres. Un portail numérique sera lancé dès ce mercredi.

 L’Élysée a dévoilé ce mardi les contours de la future Garde nationale, annoncée cet été par le président François Hollande,
avec un objectif de 9.250 réservistes déployés chaque jour à l’horizon 2018. Le projet, qui sera présenté en Conseil des ministres mercredi, est l’aboutissement de plusieurs mois de travail”, selon plusieurs sources ministérielles.
“Après ce qui s’est produit cet été à Nice et Saint-Etienne-du-Rouvray, on avait observé un vrai désir d’engagement de la société française pour défendre le pays”, a-t-on assuré de même source.
Rappelant son objectif de 85.000 inscrits en 2018, l’État a annoncé vouloir déployer 9.250 réservistes par jour à cet horizon.
Aujourd’hui, les réserves opérationnelles de la police, de la gendarmerie et des armées représentent un vivier de 63.000 personnes, dont 5.500 sont employées chaque jour depuis l’attentat de Nice.
La future “Garde nationale” ne sera pas une entité autonome selon l’Élysée, mais regroupera des volontaires intégrés aux forces de sécurité intérieure et aux armées, sous l’égide des ministères de l’Intérieur et de la Défense.
Un secrétaire général nommé le 19 octobre.
Les volontaires devront être âgés d’au moins 17 ans et s’engager pour une durée de 1 à 5 ans renouvelables.
Pour attirer de nouveaux réservistes, l’État mettra en place un secrétariat général, dont le dirigeant sera nommé le 19 octobre en Conseil des ministres, et qui développera sa politique de recrutement.
Un portail numérique (www.garde-nationale.fr), sera lancé dès mercredi et une campagne de sensibilisation sur les réseaux sociaux est en préparation, selon une source ministérielle.
Par ailleurs, le budget de la Garde nationale sera porté à 311 millions d’euros dès 2017, pour accompagner la hausse des effectifs chez les réservistes, et différentes mesures d’incitations.
L’Etat s’est par exemple engagé à financer le permis de conduire à hauteur de 1.000 EUR pour tout jeune qui s’engage avant 25 ans et passe les épreuves de conduite pendant son contrat.
Une allocation mensuelle de 100 euros sera versée à chaque étudiant de moins de 25 ans qui s’engage dans la Garde nationale pour une durée de 5 ans et atteint 37 jours d’engagement chaque année.
L’Etat versera également une prime annuelle de fidélité de 250 euros pour tout réserviste renouvelant son contrat pour une durée de 3 à 5 ans.
L’Elysée promet aussi une valorisation des acquis enseignés pendant le temps d’engagement grâce à des passerelles vers les métiers de la de la sécurité privée.
Enfin, une réduction d’impôt sera accordée aux entreprises dont les salariés s’engagent parmi les réservistes.
Source - AFP via l'Essor

_________________
Lothy
"A tous les Prétoriens que des Césars firent massacrer pour ne pas payer de solde ou pour sauver leur propre vie" - Jean Lartéguy.
avatar
Lothy
EXPERT
EXPERT

Messages : 4787
Points : 29319
Réputation : 676
Date d'inscription : 28/10/2011
Age : 70

Revenir en haut Aller en bas

Partager cet article sur : Excite BookmarksDiggRedditDel.icio.usGoogleLiveSlashdotNetscapeTechnoratiStumbleUponNewsvineFurlYahooSmarking

L’Elysée dévoile les contours de la future Garde nationale :: Commentaires

avatar

Message le Jeu 13 Oct 2016 - 10:25 par charly71

Beau projet.
Attendons la fin de la période électorale pour savoir ce qu'il en reste ...
... et ce qui sera véritablement fait (oui, je me méfie des promesse avant élection, ai-je tord ?)

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Message le Jeu 13 Oct 2016 - 16:38 par BriseLance13

Bien sûr que non, Charly , vous n'avez pas entièrement tort, la principale promesse tenue est le mariage pour tous,

très utile pour tous les Français, surtout de la part d'un président célibataire en goguette, et celle, manquée de la

déchéance de nationalité, pour qu'un "français " continue à tuer un Français. Vous marquez bien là votre

quinquennat monsieur Hollande, vous qui voulez laisser une trace.

Est ce là votre seule ambition pour notre pays?

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Message le Jeu 13 Oct 2016 - 18:57 par Invité

Comme il n'est pas utile de tout analyser dans le texte issu du château, je me limiterai au paragraphe ci-dessous.

...La future “Garde nationale” ne sera pas une entité autonome selon l’Élysée, mais regroupera des volontaires intégrés aux forces de sécurité intérieure et aux armées, sous l’égide des ministères de l’Intérieur et de la Défense...

Et une connerie de plus :
- pourquoi cette Garde nationale sera-t-elle composée d'unités de la sécurité intérieure et des armées, et ne constituera t-elle pas un ensemble homogène ?
- qui assurera le commandement opérationnel de cette Garde nationale ? On sait aujourd'hui que nos Soldats dans le cadre de "l'Opération" Sentinelle sont de fait à la botte du sinistre de l'Intérieur, dont ils reçoivent les ordres et les missions ;
- est-ce que les personnels des Unités de la Grade nationale intégrées aux Armées ne seront pas prélevées sur des Unités opérationnelles, déjà très sollicitées pour les OPEX ?

Comme toujours avec l'organisation étatique surtout lorsqu'elle est sous pression, le risque est de "fabriquer" une nouvelle usine à gaz, très couteuse et dont les missions véritables ne semblent pas vraiment définies .. Peut-être pas très avouables ?

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Message le Jeu 13 Oct 2016 - 20:06 par Invité

Bonnes questions Cerbère :

Nous pouvons raisonnablement nous demander ce que nous pouvons attendre de plus de nos Armées, de notre Gendarmerie et de notre Police...

Les premières doivent être sur tous les fronts, et très loin chez nous ; ensembles ils sont également très sollicités sur le territoire nationale et ultra-marin....

Une "usine à gaz" ? Probablement pour saupoudrer un peu de poudre de perlimpinpin, chez les frondeurs... et tenter de glaner quelques voix de plus en mai prochain.

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Message le Jeu 13 Oct 2016 - 20:33 par Lothy

Un premier élément de réponse de la part de la Gendarmerie....

Les associations de réservistes de la Gendarmerie s’interrogent.

La Garde nationale, officiellement lancée mercredi 12 octobre, suscite les interrogations des associations de réservistes de la Gendarmerie. Les contours de cette nouvelle entité – qui regroupe les réserves de la Gendarmerie, de la Police et des armées – restent assez flous.

La réserve de la Gendarmerie sera t-elle toujours gérée par l’Institution ?
« Y aura-t-il création d’une nouvelle structure qui viendra soit « coiffer », soit s’ajouter aux structures existantes, au risque d’augmenter les coûts en créant de nouvelles “strates administratives” et peut-être créer un “flou” dans le commandement ? », s’interroge ainsi l’association Resgend, association nationale des réservistes et des sympathisants de la Gendarmerie.

L’Anorgend, fédération nationale des réservistes opérationnel et citoyens de la Gendarmerie, qui compte 1.500 adhérents, y voit davantage un « label » qu’une structure à part entière et salue une décision qui « préserve les modèles de réserve militaire des armées, directions et services dont celui de la Gendarmerie ». Toutefois, « la spécificité du modèle de la Gendarmerie qui a prouvé son efficacité, nécessite que sa réserve reste arrimée et employée par la Gendarmerie », ajoute la fédération.

Placée sous la tutelle des ministères de l’Intérieur et de la Défense, cette Garde nationale est dotée d’un secrétariat général, tout spécialement créé. A sa tête, le général Gaëtan Poncelin de Raucourt, commandant du territoire national dans l’armée de terre et ancien patron des pompiers de Paris, qui devra en assurer, selon l’Elysée, “la promotion et le développement dynamique”.

Par ailleurs, lors de son traditionnel discours aux forces de l’ordre, mercredi 12 octobre, le ministre de l’Intérieur Bernard Cazeneuve a tenu à rassurer : « Cette Garde nationale jouera un rôle de catalyseur pour développer nos réserves, lesquelles conserveront leurs statuts et leurs prérogatives ». A en croire le ministre de l’Intérieur, la Garde nationale n’est donc pas une entité autonome mais s’adosse aux réserves opérationnelles existantes.

Les réservistes de la Gendarmerie pourront-ils être commandés par la Police ? 

C’est le sens de la question de l’association Resgend : « Doit-on réfléchir au cas de figure où des militaires de la réserve opérationnelle seraient en opération(s) sous le commandement de réservistes civils de la Police nationale ? ».

Le Directeur général de la Gendarmerie, le général Richard Lizurey, a déjà fait savoir que les réservistes opérationnels pourront être « mis à disposition en zone Police ». « Dès l’instant où la réserve de la Gendarmerie disposerait de suffisamment d’effectifs sur sa zone, c’est à dire environ 2.200 réservistes en moyenne par jour, alors, les effectifs supplémentaires seraient mis à disposition des policiers », a par ailleurs affirmé le général Coroir, délégué aux réserves de la Gendarmerie. Reste encore à connaître les modalités de ce déploiement.

Quant aux missions attribuées aux gendarmes en zone Police, elles ne semblent pas devoir différer selon Resgend : « Considérant les actions éventuelles de la réserve Gendarmerie en zone Police, elles ne semblent pas devoir poser problème, puisqu’il s’agit toujours du territoire national ».

Les réservistes pourront-ils se libérer plus facilement de leurs obligations professionnelles ? 
Pour inciter les entreprises à « libérer » les salariés qui s’engagent à servir dans la réserve, l’Etat leur accordera une réduction d’impôt. Concrètement, le montant des charges comprises du salaire représenté par le temps d’engagement du salarié pourra être déduit de l’impôt sur les sociétés.

Une mesure saluée par l’Anorgend qui souligne une « une première avancée qui nécessite néanmoins qu’un travail plus large soit engagé avec les partenaires sociaux et les pouvoirs publics sur un dispositif cohérent et équilibré permettant au réserviste de se libérer plus facilement de ses obligations professionnelles ».

L’association Resgend redoute, au contraire, que l’employeur « fasse payer à la personne concernée ses absences patriotiques par un déclassement au niveau des promotions et/ou augmentations ». Selon Resgend, si la Garde nationale s’inspire du modèle Américain, elle est encore loin d’y ressembler. Aux Etats-Unis, en effet, il est demandé aux réservistes « disponibilité immédiate en échange de nombreux avantages matériels (études, sécurité sociale) ».

L’objectif de l’exécutif est d’atteindre les 9.000 réservistes déployés chaque jour à l’horizon 2018 pour un total de 85.000 hommes et femmes. Aujourd’hui, les réserves opérationnelles de la Police, de la Gendarmerie et des armées représentent un vivier de 63.000 personnes, dont 5.500 sont employées chaque jour depuis l’attentat de Nice le 14 juillet 2016.

La Gendarmerie compte 25.000 réservistes et l’objectif, rappelé par le général d'armée Richard Lizurey, est d’atteindre les 40.000 réservistes d’ici fin 2018.

Source : L'ESSOR - Nathalie DELEAU

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum