LES CAMPS PARACHUTISTES

À 96 ans, la mémoire de Marcel Metais est sidérante

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

À 96 ans, la mémoire de Marcel Metais est sidérante

Message  baltique le Lun 28 Nov 2016 - 18:02

Le Parthenaisien a été envoyé pendant 27 mois en Indochine, entre 1947 et 1949.

Il revient sur cette terrible guerre.

Les souvenirs sont intacts. À 96 ans, la mémoire de Marcel Metais est sidérante. Ce fringant Parthenaisien, originaire de Latillé (Vienne), relate avec précision les 27 mois qui l'ont tenu éloigné de la France : la guerre d'Indochine.

Le 5 mars 1947, il embarque à Toulon à bord du paquebot Ile-de-France pour 21 jours de voyage, direction Saïgon. « Nous ne savions pas ce qui nous attendait. Ni quand nous reviendrions.
Nous étions 7.000 à bord dont 1.500 légionnaires à faire le voyage. Jusqu'au bout on espérait que la guerre se termine avant qu'on arrive. » Marcel Métais a 26 ans.
Jusque-là en garnison à Versailles Satory au sein de la 3e légion de marche de la garde républicaine, il a en charge la police à bord sous les ordres du commandant. « Au large de l'Arabie Saoudite, la crainte du capitaine aumônier était que les soldats musulmans, tunisiens et algériens, ne se jettent à l'eau pour rejoindre la Mecque… » Après le passage du canal de Suez et plusieurs escales, le navire atteint Saïgon, le 26 mars 1947. Trop imposant, il mouille au large. Les soldats sont transférés par bateaux à terre.

" On n'était pas préparé à cette guérilla "

Une fois équipés et armés, ils sont envoyés à Bentré pour y relever la Légion étrangère.
Objectif : éliminer les soldats japonais et du Vietminh et pacifier la zone sous les ordres du commandant Dupuy, « à qui je faisais une grande confiance ». « Nous établissions des postes, en toile d'araignée, pour quadriller le territoire et éliminer les ennemis. » Soutenus par l'artillerie coloniale dont deux pièces sont dirigées par le lieutenant Royal, père de Ségolène. « Il était d'une redoutable précision. Si on avait besoin de renfort, les obus tombaient au parfait endroit. »
Mais les Vietminh ne laissent aucun répit aux Français : « Sous leurs ordres, les paysans piochaient les routes pour qu'on s'embourbe.
Dans les rizières, ils s'immergeaient en respirant grâce à des bambous. Personne n'était près à ce type de guérilla. On a appris à vivre avec la mort. » Certains Vietminh rejoignent les rangs français : « Le commandement français se servait d'eux.
Contre une somme d'argent, ils devaient tuer leurs anciens chefs et ils revenaient avec les têtes tranchées en guise de pièces à conviction. »
Au bout d'un an, la mission de pacification est remplie. Le commandement souhaite alors envoyer Marcel Metais et ses camarades ailleurs en Indochine. « Mais la population locale a signé une pétition pour qu'on reste sur place. » Quinze autres mois passent. Jusqu'à la relève.
Un soulagement pour Marcel, qui a attrapé le paludisme. Le retour se fait à bord du Pasteur qui accoste à Marseille le 1er juillet 1949.

Le jeune soldat retrouve peu de temps après, à Poitiers, sa mère et sa fiancée à qui « il écrivait deux fois par mois ». Marcel est amaigri faible et « méconnaissable ». Rien ne l'arrête : 18 jours après, il épouse Simone.
Marcel rejoint la caserne de Parthenay comme gendarme mobile. Il y reste neuf ans. Deux enfants naissent, en 1950 et 1954.


Un mémorial a été inauguré fin octobre à Mazières-en-Gâtine. Il rend hommage à tous les morts au combat de l'après-guerre, ceux d'Indochine, d'Afrique du Nord, de Corée mais aussi des opérations extérieures, Tchad, Zaïre, Congo, Liban ou Mali (Lire NR du 30 octobre).



Audrey Capitaine
avatar
baltique

Messages : 253
Points : 3059
Date d'inscription : 21/11/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: À 96 ans, la mémoire de Marcel Metais est sidérante

Message  charly71 le Mar 29 Nov 2016 - 10:12

merci de ce récit baltique
avatar
charly71

Messages : 1544
Points : 3731
Date d'inscription : 03/08/2014
Age : 80

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum