LES CAMPS PARACHUTISTES

Le drone piégé .....

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

29112016

Message 

Le drone piégé .....




Le drone piégé est un « mode d’action ennemi exportable », préviennent les autorités françaises.


Le 2 octobre, près d’Erbil (nord de l’Irak), l’explosion d’un drone piégé avait tué deux combattants kurdes irakiens (peshmergas) et blessé deux militaires français du Commando parachutiste de l’air (CPA). L’engin avait été récupéré alors qu’il était au sol. C’est au cours de son examen qu’une charge explosive a été actionnée apparemment par un minuteur.

Ce mode opératoire de l’État islamique (EI ou Daesh) peut-il se généraliser? En tout cas, c’est une crainte des autorités françaises. En effet, dans un message de commandement du préfet de la zone de défense et de sécurité du sud-est, adressé au Centre opérationnel départemental d’incendie et de secours (CODIS) de la région et au Centre de déminage de Lyon, il est fait référence à l’attaque d’Erbil.

« Suite à l’emploi d’un drone piégé récemment observé en Irak, cette menace est désormais à prendre en compte sur le territoire national au titre d’un mode d’action ennemi exportable », est-il écrit dans ce message, révélé par le quotidien « Le Parisien ».

Désormais, et faute d’une d’une « doctrine nationale opérationnelle » pour traiter pareil cas, il est demandé de considérer « tout drone posé ou écrasé au sol » comme un colis piégé et d’agir en conséquence, c’est à dire d’établir un périmètre de sécurité dans l’attente de l’arrivée des services de déminage.

« C’est une menace que l’on prend en compte, notamment avec tous ceux qui vont revenir du théâtre irako-syrien et qui se sont aguerris là-bas », a expliqué, à l’AFP, le secrétariat général de la défense et de la sécurité nationale (SGDSN).

Lors d’une présentation de trois dispositifs anti-drones, le 18 novembre, sur la base aérienne de Villacoublay, Louis Gautier, le Secrétaire général de la défense et de la sécurité nationale, avait insisté sur le risque d’une utilisation de drones à des fins malveillantes.

Chaque année, avait-il indiqué, une quarantaine de survols de sites sensibles ou de périmètres interdits font l’objet d’une procèdure d’enquête ou judiciaire. La plupart du temps, il n’y a pas de mauvaises intentions des propriétaires de ces engins. Mais, pour M. Gautier, « on voit bien que le drone peut être utilisé à des fins malveillantes », c’est-à-dire « la possibilité qu’un drone soit utilisé pour provoquer un attentat. »

Source : Opex360

_________________
Lothy
"A tous les Prétoriens que des Césars firent massacrer pour ne pas payer de solde ou pour sauver leur propre vie" - Jean Lartéguy.
avatar
Lothy
Fondateur / Administrateur

Messages : 4518
Points : 9086
Date d'inscription : 28/10/2011
Age : 69

Revenir en haut Aller en bas

- Sujets similaires
Partager cet article sur : Excite BookmarksDiggRedditDel.icio.usGoogleLiveSlashdotNetscapeTechnoratiStumbleUponNewsvineFurlYahooSmarking

Le drone piégé ..... :: Commentaires

avatar

Message le Mar 29 Nov 2016 - 10:08  charly71

une nouvelle ménace dont il faut maintenant tenir compte ...

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Message le Mar 29 Nov 2016 - 10:12  Lothy

charly71 a écrit:une nouvelle menace dont il faut maintenant tenir compte ...

A partir du moment où un engin est utilisé à des fins militaires, c'est effectivement le risque... Etonnant, je dirais même regrettable que personne n'y ait songé plus tôt !

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Message le Jeu 1 Déc 2016 - 0:08  MF46

Un drone tactique Sperwer s’est écrasé dans la Meuse

Plus de peur que de mal. Dans la soirée du 29 novembre, un drone Sperwer mis en oeuvre par le 61e Régiment d’Artillerie (RA) de Chaumont s’est écrasé dans un jardin, après avoir endommagé le toit et la véranda d’une maison à Senon, dans la Meuse.

« Il s’agit d’un crash programmé », a expliqué, au quotidien L’Est Républicain, l’officier de sécurité des vols du 3e Régiment d’Hélicoptères de Combat (RHC) d’Étain, où un détachement du 61e RA a été envoyé pour un exercice. « L’engin a détecté une anomalie et a automatiquement actionné son parachute », a-t-il ajouté, avant de préciser que « c’est la première fois qu’elle telle panne se produit. »

Enfin, c’est sans doute vrai à Étain… Car de nombreux Sperwer, qui font partie du Système de drones tactiques intérimaire (SDTI), ont été perdus lors d’interventions extérieures, notamment en Afghanistan. Dans un rapport publié par le Sénat en 2013, l’on apprenait que 13 (sur 30) avaient été perdus en opération et que le coût du maintien en condition opérationnelle (MCO) des 17 restants avait explosé.

Cela étant, ce drone tactique sera déployé à Bangui afin de donner une capacité de renseignement à la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations unies unies pour la statilisation de la République centrafricaine (MINUSCA).

Pour rappel, le SDTI sera prochainement remplacé par le drone Patroller de Sagem, commandé à raison de 14 exemplaires pour 350 millions d’euros.

Source : Opex360

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Message le Jeu 1 Déc 2016 - 8:08  charly71

Merci MF46 de l'info

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum