LES CAMPS PARACHUTISTES

des décorations pour le service de la Nation

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

13122016

Message 

des décorations pour le service de la Nation




En instituant la Croix de guerre 1914-1918, le décret d'avril 1915 instaure le principe d'honorer les actes de bravoure individuels et les actions d'éclat des formations militaires.
Cependant, cette conception perdure bien au delà de la Grande Guerre.


D'autres décorations récompensent la bravoure et l'abnégation de ceux qui se sont particulièrement distingués lors d'engagements armés.


Après la Première Guerre mondiale, quelques contingents français s'illustrent dans les colonies de l'Empire, les protectorats ou des missions militaires dans divers pays. Pour conserver son prestige à la Croix de guerre 1914-1918, cette décoration n'est plus attribuée, d'autant qu'il existe une médaille coloniale pouvant avoir la même fonction (1) . Néanmoins, le général Lyautey propose de créer une "médaille spéciale pour citations individuelles dans la période de paix, avec palmes et étoiles".

Un projet de loi est présenté à la Chambre des députés en juillet 1920.
Le 30 avril 1921, la loi instituant une Croix de guerre spéciale au titre des Théâtres d'opérations extérieures (TOE) est publiée au Journal Officiel.
Cette nouvelle décoration est destinée "à commémorer les citations individuelles obtenues aux divers échelons des armées de terre et de mer, au cours des opérations exécutées depuis le 11 novembre 1918 ou qui auraient lieu dans l'avenir, pour services de guerre caractérisés, directement liés à l'expédition". Cette croix reste sur le modèle de celle instituée par le décret d'avril 1915 : une croix pattée où s'entrecroisent deux épées.
Sur l'avers de celle-ci, figure au centre une "Marianne" coiffée du bonnet phrygien et ornée d'une couronne de laurier avec en exergue "République Française".
Au revers, elle porte en son centre l'inscription "Théâtres d'Opérations Extérieures". Cette croix en bronze florentin est suspendue à un ruban formé de trois bandes verticales, une large bande centrale bleu clair, rappelant l'éloignement des théâtres d'opérations, encadrée de deux bandes rouges. Les citations sont matérialisées par une étoile ou une palme, agrafées sur le ruban. En juillet 1925, une fourragère spéciale aux couleurs de cette décoration symbolise les citations collectives acquises par les unités.


Les premiers récipiendaires sont ceux de la guerre du Maroc et du Levant.
Les combattants de la guerre d'Indochine comme les volontaires du bataillon français en Corée (1953) recevront également cette distinction.
Après l'affaire de Suez en 1956, la Croix de guerre TOE n'est plus attribuée.
Elle est cependant à nouveau octroyée lors de la guerre du Golfe en 1991.
Depuis le 20 juin 1999, cette croix n'est plus décernée.
Quelques jours après la déclaration de guerre de septembre 1939, Albert Lebrun décide dans un décret-loi du 26 septembre de créer une croix dite " Croix de guerre ", honorant les citations individuelles pour faits de guerre, à l'ordre des armées de terre, de mer et de l'air.
Cette nouvelle décoration a une vocation identique aux précédentes et obéit aux mêmes principes d'attribution.
Elle peut être décernée à des unités, des militaires, des civils français ou des étrangers. Elle se distingue de celle de la Première Guerre mondiale dans la partie centrale du revers qui porte le millésime "1939" ainsi que par son ruban de couleur rouge avec au centre quatre bandes verticales vertes.

Cependant, l'histoire de cette décoration reflète les vicissitudes traversées par la France à cette époque.
Il y eut en effet plusieurs modèles de Croix de guerre.
Après l'armistice de juin 1940, le général Weygand, constatant le non respect des prescriptions d'attribution de la Croix de guerre 1939, demande une révision de toutes les citations acquises lors des combats de juin 1940 pour éviter une dévalorisation de cette décoration.
Cette instruction aboutit au décret du 28 mars 1941 qui instaure le remplacement de la Croix de guerre "1939" par une nouvelle Croix. Identique dans sa forme à la précédente, elle porte les dates "1939-1940". Le ruban est vert et noir en signe de deuil rappelant celui de la médaille commémorative de 1870. Cette instruction reste effective jusqu'à la Libération de 1945.


Parallèlement, la France Libre continue d'attribuer des citations donnant droit au port d'une Croix de guerre.
Ce modèle dit "de Londres" se distingue par l'absence au revers d'un millésime et conserve le ruban utilisé en 1939.
Par ailleurs, dans une décision du 11 mars 1943, le général Giraud adopte pour l'Armée d'Afrique une décoration dont la croix ne porte plus en son centre une effigie de la République mais deux drapeaux tricolores croisés et au revers la date "1943". Fabriquée localement, cette distinction disparaît sous l'effet de l'ordonnance du 4 janvier 1944.


À partir de la campagne de Tunisie, les citations et les Croix de guerre sont attribuées comme en 1914-1918. Après 1944 et jusqu'à nos jours, la Croix de guerre reprend le ruban de celle de 1939, tandis que sa partie centrale porte le millésime "1939-1945", effaçant les initiatives de l'État français. Cette décoration honore ainsi les combattants de 1940, les Français Libres engagés sur tous les fronts, les résistants, les déportés. La Croix de guerre 1939-1945 a été décernée à 1 585 villes de 86 départements et à 161 formations.

Témoignage visible des citations collectives, la fourragère 1939-1945 porte les mêmes couleurs que celle de 1914-1918 dont seul la distingue un ajout d'olive (placée au dessus du ferret) aux couleurs du ruban de la décoration. Lorsque les unités ont été distinguées lors des deux guerres mondiales, celle-ci comporte deux olives. Seule, la fourragère de l'ordre le plus élevé, obtenue dans l'une des deux guerres, est portée sur l'uniforme.


Croix de la Valeur militaire

Définies à l'époque comme des opérations de maintien de l'ordre, les actions en Afrique du Nord ne peuvent pas bénéficier de l'octroi d'une Croix de guerre "AFN" ou TOE.

Devant le silence des textes et en raison du caractère spécial de ces campagnes, le décret du 11 avril 1956 crée "une médaille dite de la Valeur militaire destinée à récompenser les militaires ayant accompli des actions d'éclat au cours ou à l'occasion d'opérations de sécurité ou de maintien de l'ordre". Mais, compte tenu de la préséance dans le port des décorations (2), l'existence de cette médaille fut très brève. Le décret du 12 octobre remplace donc le terme de "médaille" par celui de "Croix". Proche du modèle de la Croix du combattant (3), il s'agit d'une croix pattée à quatre branches en bronze portant sur l'avers l'effigie de la République et au revers "Croix de la Valeur Militaire".
Étant donné le caractère spécifique de ces opérations, les épées ont disparu.
Son ruban est écarlate avec liserés et bande médiane blanche.
Cette décoration est décernée suivant les mêmes principes que les Croix de guerre à la différence qu'elle ne peut être remise pour une action collective.
Il n'y a donc pas de fourragère aux couleurs de la Valeur militaire.
Survivance des conflits en Afrique du Nord, la Croix de la Valeur militaire continue d'être octroyée comme au Zaïre, au Tchad, à Djibouti, en Mauritanie, au Liban, en Ex-Yougoslavie, au Rwanda et plus récemment en Côte d'Ivoire.

Malgré des caractères spécifiques, chaque Croix conserve la même valeur symbolique et reflète une reconnaissance de la nation.


Notes :
(1) Créée par la loi du 26 juillet 1893, cette médaille récompense "les services militaires résultant de la participation à des opérations de guerre, soit dans une colonie, soit dans un pays de protectorat". Elle est remplacée en 1962 par la Médaille d'Outre-Mer.

(2) Il est entendu qu'une médaille ne peut pas être portée immédiatement après une Croix de guerre. Dans ce cas, la médaille de la Valeur Militaire aurait été placée après la médaille commémorative d'Algérie.

(3) Créée par la loi du 28 juin 1930, la Croix du combattant est destinée "à signaler tous ceux qui, au péril de leur vie, ont défendu la patrie". Le récipiendaire doit justifier de trois mois de présence dans une unité combattante.




"Mindef/SGA/DMPA"
avatar
ONAC
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Partager cet article sur : Excite BookmarksDiggRedditDel.icio.usGoogleLiveSlashdotNetscapeTechnoratiStumbleUponNewsvineFurlYahooSmarking

des décorations pour le service de la Nation :: Commentaires

avatar

Message le Mar 13 Déc 2016 - 14:40 par la Géline

belle rétro sur ces Croix .
bravo à vous .

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum