LES CAMPS PARACHUTISTES

général Bourbaki

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

général Bourbaki

Message  judge le Lun 9 Jan 2017 - 18:22

Pendant la guerre de 1870-1871, le département du Doubs, exception faite de Besançon, est envahi par les troupes allemandes.

À la suite de la défaite de Sedan et de la reddition de Napoléon III, un sursaut national prolonge les combats au-delà du 2 septembre 1870.
Orléans aux mains des impériaux, les armées de la Loire défaites, le Gouvernement de Défense décide d'ouvrir un front dans l'Est afin de libérer Belfort assiégée. Le général Bourbaki reçoit le commandement de cette armée "de la dernière chance".

Il s'empare de Villersexel (Haute-Saône) en janvier, engage ses troupes dans la bataille d'Héricourt entre Montbéliard et Belfort (15-18 janvier), signant alors les pages les plus glorieuses du sursaut national, mais épuisant ses troupes dans une lutte acharnée contre un ennemi supérieur en nombre et mieux équipé alors que la température est de 18 degrés au-dessous de zéro.

Bourbaki décide alors de se retirer vers le sud à partir du 18 janvier.
Ne pouvant installer son quartier général à Besançon, le secteur étant occupé par le général Manteuffel, il tente de diriger ses troupes vers les routes d'Arbois et de Poligny, entre Besançon et Lyon.
La situation tourne cependant en sa défaveur.

L'armée de Werder fait route sur Besançon, ajoutant aux difficultés rencontrées du fait de la présence des troupes de Manteuffel et, un convoi de deux cent trente wagons chargés de vivres, de fourrages et d'équipements, est intercepté à Dôle.
D'heure en heure se rétrécissait autour de nous le réseau qui menaçait de nous étouffer.
Le général Bourbaki, alors encerclé et à cours de ravitaillement se donne la mort entre cinq et six heures de l'après-midi dans sa maison de Besançon. Le général Clinchant prend alors sa succession.

Suivant en cela le plan de retraite de Bourbaki, il fait route sur Pontarlier qu'il atteint.
Il livre combat aux Prussiens les jours suivants dans le secteur de Levier, Sombacourt, Chaffois, combats au cours desquels 4000 de ses hommes sont capturés - les épisodes des 28 et 29 janvier sont restés sous le nom de "Combat des Planches".
Battant en retraite vers Lyon et la Suisse, ayant signé dans la nuit du 31 janvier au 1er février, aux Verrières, avec le général suisse Herzog, une convention réglant le passage de l'armée française en Suisse, les hommes du 18e Corps doivent encore affronter la IIe armée prussienne, notamment à la croisée des routes de Mouthe et de Rochejeau, proche du fort de Joux, dans les environs de La Cluse, à 15 kilomètres au sud de Pontarlier.

Le 2 février, les derniers soldats de l'Armée de l'Est sont passés en Suisse.


avatar
judge

Messages : 23
Points : 440
Date d'inscription : 20/10/2016
Age : 60

Revenir en haut Aller en bas

Re: général Bourbaki

Message  MF46 le Lun 9 Jan 2017 - 18:43

Une personnalité peu connue, excepté par l'expression populaire "armée de Bourbaki"...

Merci d'évoquer l'histoire de cet officier...
Cette guerre de 1870 que pour ma part je n'ai fait qu'effleurer durant ma scolarité, il semble que ce soit le cas de beaucoup d'entre nous, cette guerre donc n'est jamais trop rappelée, car elle fut elle aussi, très meutrière....

_________________

avatar
MF46
TEAM
TEAM

Messages : 429
Points : 2955
Date d'inscription : 19/11/2011

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum