LES CAMPS PARACHUTISTES

Un monde sans travail.....

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Un monde sans travail.....

Message  MF46 le Sam 14 Jan 2017 - 11:11

Je n'aime guère aborder les sujets politiques sur un forum, d'autant que ce qui suit ne concerne pas exclusivement le monde militaire, notamment parachutiste. Mais il y a des faits, des intentions qui me fond sortir de mes gongs...

Un monde sans travail.... avais-je cru entendre au détour d'un JT de 20 h que j'écoutai d'une oreille distraite... Et bien non : j'avais bien compris.... Je vous livre ci-après l'article trouvé ce matin....

Primaire à gauche : la dernière utopie à la mode est de faire croire qu’une société sans travail est possible

Entre des dirigeants politiques qui défendent « le travail » et ceux qui n’y croient plus, la classe moyenne française ne comprend plus rien à l’économie.

« Le revenu universel sera la grande réforme du prochain quinquennat » disent les uns... « La seule solution pour s’en sortir est de revenir dans la compétition internationale », disent les autres. Le primaire à gauche a encore creusé le fossé entre ceux qui réclament des protections sans pouvoir les financer et ceux qui croient au redressement par l’innovation et le travail.

La pédagogie qui ressort des premiers débats à gauche est catastrophique parce qu’une partie des candidats ne sont pas loin de promettre une société du 21e siècle dans laquelle il n‘y aura plus de travail. D'où les projets de protections, d'assistance, de repliements sur soi, de protectionnisme qui partent dans tous les sens de la gauche de la gauche, de la maison Mélenchon a celle de Benoît Hamon en passant par beaucoup d’écologistes et même d’Arnaud Montebourg . La caricature de cette pédagogie se retrouve dans la promesse très fumeuse de pouvoir distribuer à chacun un revenu universel pour tous, des emplois publics d’assistance, etc.

Le tout sans aucun financement cohérent.

Mais pourquoi s’embarrasser de financer ses promesses ? « Nous irons à Bruxelles annoncer qu’on se moque de la régulation budgétaire que l’on peut accroitre le déficit à 5 ou 6% et nous décrèteront la fin de l’austérité en Europe », dit Arnaud Montebourg.

Benoit Hamon, dopé par une dynamique des sondages, lui, pense que le travail va disparaître sous l’invasion des robots et qu’il faudra donc permettre aux jeunes, aux chômeurs, aux plus vieux et finalement à toute la population, de survivre grâce à un revenu universel de 500 ou 800 euros (ça varie selon les discours) indépendamment de toutes autres sources de revenus. Alors l'outsider de la primaire de gauche a un peu nuancé son projet en admettant qu'il faudrait étaler sa mise en place sur une longue période et veiller à ne pas accroitre les inégalités, bref, en promettant une « vie de rêve », la gauche traditionnelle propose surtout une usine à gaz dont personne ne sait comment elle pourrait fonctionner puisque personne à gauche explique comment on financera ce revenu universel. D’autant plus difficilement que plus personne ne travaillera.

L’idée première du revenu universel est née dans les milieux libéraux, mais les libéraux ont toujours conçu le revenu universel en remplacement de toutes les autres prestations sociales et familiales qui sont versées actuellement pour mille et une raison. Dans ce scenario, le revenu universel était financé, il était surtout confronté à la responsabilité individuelle puisque le bénéficiaire en faisait ce qu’il voulait, enfin il était techniquement très simple à faire fonctionner. La gauche n’a jamais pensé à supprimer les autres allocations parce qu'elle n’a jamais pu abandonner sa vocation historique d’organiser la lutte contre les inégalités, de travailler au progrès social plus que de se préoccuper du progrès économique.

Les programmes et réformes de la gauche historique s’inscrivent dans l’idée que le travail qui a été pendant deux siècles le fondement de la création de richesse et du progrès va disparaître.

Ces programmes et ces projets s’appuient sur le fait que la révolution digitale devrait créer moins d’emplois qu’elle n’en détruit, ce qui n’est pas prouvé. Ces programmes d’assistance généralisée se réfèrent aussi au ralentissement de la croissance dans le monde entier sans préciser que ça ne peut être que conjoncturelle.

Plus grave, ces programmes diffusés aussi par les mouvements écologistes radicaux présupposent que la planète est en danger pour cause de surconsommation d’énergie fossile et de matières premières, pour cause également de pollution. Au bout du compte la seule solution est la non-croissance. Les militants de la non-croissance sont légions. Le côté paradoxal est que pour se manifester, ils utilisent Facebook, l’outil le plus emblématique de la croissance moderne.

Enfin, les nouveaux adeptes à gauche du non-travail ont aussi forgé leur conviction par l’échec des politiques de gauche, au début du quinquennat à redresser le pays. La relance n’a rien relancé. La surtaxation des riches a fait fuir les riches conduisant le gouvernement à imposer les moins riches.

Puisque les politiques de gauche ont échoué à redresser l’activité économique, c’est peut être, disent ils, que le système est structurellement en train de muter.

D’où la multiplication des projets qui visent à offrir des modèles et des revenus de substitution.

Le problème de tous ces modèles c’est qu’ils génèrent la stagnation et appellent un mode de vie complètement différent de celui qui nous occupe depuis deux siècles.

A coté de cette gauche classique, et archaïque qui nous ramène au 16esiècle, il existe évidemment une gauche plus moderne emmenée par Manuel Valls, Vincent Peillon et par Emmanuel Macron qui court en dehors du système. Le projet de cette gauche est le prolongement de celui voulu jadis par Pierre Mendes-France ou par Michel Rocard. Le crédo de base des socio-libéraux, était de tenir compte de la réalité et de s’adapter aux mutations mondiales.

La réalité est que la valeur travail est le facteur principal de création de richesses, les mutations modifient la forme, et l’organisation du travail, mais ne suppriment en aucun cas l’obligation de travailler.

Pour cette gauche là, l’une des meilleures protections contre les aléas du marché n'est pas de multiplier les revenus d’assistance, ou les aides de toutes sortes, la meilleure protection est d’augmenter la créativité, la compétitivité et la puissance économique.

Ajoutons à cela que le travail est non seulement le moyen de créer de la richesse mais aussi le moyen d’épanouissement des hommes et des femmes. Et pas seulement chez les chrétiens.

Alors ce type d’affirmation un peu théorique n’exonère pas l’écosystème (le gouvernement, les chefs d’entreprise, les syndicats) de prévoir, d’anticiper les mutations de façon à organiser les transitions qui sont parfois douloureuses, n’exonère pas davantage de veiller aux conditions de travail, à l’équité, à la redistribution des revenus et à corriger les excès du marche… Mais la protection de la valeur travail ne passe pas par la suppression du devoir de travailler.

Alors cette conception très social libérale de l’organisation est bien sûr défendue par Manuel Valls quand il ne glisse par sur des arguments populistes en croyant récupérer des électeurs de la gauche, elle est aussi défendue clairement par Emmanuel Macron, et encore plus nettement par François Fillon.

Le succès de la gauche libérale (Macron) et de la droite libérale (Fillon) prouve à l'évidence que la gauche archaïque a sans doute perdu la bataille de l’opinion. L’opinion a compris que les mesures de gauche ou bien prônées par la gauche au début du quinquennat ont échoué et mènent à la faillite c’est à dire à dépendre de ceux qui possèdent l’argent, l’Allemagne, les fonds américains ou chinois.

L’opinion a compris que la meilleure des protections passait par la compétitivité innovation, la concurrence. L’opinion a compris que le modèle social et identitaire serait protégé si l’économie est prospère et puissante. Moralité, tout faire pour restaurer la prospérité.

La droite et la gauche libéral ont gagné cette bataille sur le terrain, mais disons que les leaders qui conduisent cette révolution sont encore bien seuls. Les partis politiques, les médias, les intellectuels sont restés en dehors de ce mouvement. Emmanuel Macron est parti très seul contre sa famille. François Fillon a gagné, mais il doit batailler tous les jours avec les cadres de sa famille. Quant à Manuel Valls, il aura du mal à être soutenu par le Parti socialiste ?


Par Jean-Marc Sylvestre voir plus ici

_________________

avatar
MF46
TEAM
TEAM

Messages : 429
Points : 2958
Date d'inscription : 19/11/2011

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum