LES CAMPS PARACHUTISTES

22 février 2017

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

22022017

Message 

22 février 2017




avatar
Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Partager cet article sur : Excite BookmarksDiggRedditDel.icio.usGoogleLiveSlashdotNetscapeTechnoratiStumbleUponNewsvineFurlYahooSmarking

22 février 2017 :: Commentaires

avatar

Message le Mer 22 Fév 2017 - 2:08 par Invité

C'est un jour un peu sombre....

22 février 1358 : La révolution manquée d'Étienne Marcel

Le 22 février 1358, le prévôt des marchands Étienne Marcel massacre les maréchaux de Champagne et de Normandie sous les yeux du dauphin Charles, héritier du trône. Il préserve toutefois ce dernier de l'assassinat en le coiffant du chaperon aux couleurs de Paris, le bleu et le rouge, que portent ses partisans.

Le dauphin, humilié, s'enfuit un peu plus tard de Paris. Il y reviendra en triomphe le 2 août suivant, suite à l'échec et à la mort du prévôt, massacré avec ses suivants le 31 juillet 1358.

Sous la Révolution, Étienne Marcel revient une figure emblématique.
Il devient un mythe républicain à la fin du XIXe siècle, quand la IIIe République à ses débuts recherche dans l’histoire nationale des champions de la liberté et de la nation comme Jeanne d’Arc ou Vercingétorix.

Il incarne le révolutionnaire à l’aune des bouleversements politiques du XIXe siècle et, comme l’ont noté Michel Mollat du Jourdin et Philippe Wolff : « Jusqu’au XIXe siècle, Étienne Marcel et les jacques ont été condamnés comme des révoltés, destructeurs de l’ordre établi. L’histoire romantique en a fait des héros, ancêtres lointains de la Révolution : Etienne Marcel, représentant la bourgeoisie avec son efficacité et ses vues d’avenir (…) »98. Ses origines bourgeoises, mais aussi le fait qu’il se soit affirmé comme le défenseur des petits artisans contre les puissants, en fait un « démocrate » avant l’heure (c’est principalement parce qu’il a la rue derrière lui, qu’il a un tel poids politique en 1358) qui est plus mis en avant que d’autres figures telles que Robert le Coq, membre du clergé, ou Charles le Mauvais, issu de l’aristocratie, qui ont eu pourtant un rôle au moins aussi important à la même époque. L’historiographie républicaine puis marxiste a souvent usé d’anachronisme pour construire la légende du héros, « l’un des plus illustres citoyens de la Gaule99 », « Danton du XIVe siècle » qui « fit créer par les états une quasi-république100 ».

Une station de la ligne 4 du métro de Paris porte son nom.

22 février 1680 : Exécution de la Voisin

Le 22 février 1680, une femme est brûlée en place de Grève, face à l'Hôtel de ville de Paris, sous l'accusation de sorcellerie et d'empoisonnement.

Il pourrait s'agir d'un fait divers parmi d'autres. Mais la condamnée a dénoncé avant de mourir nombre de ses clients et clientes, dont certains appartiennent à la haute aristocratie. Madame de Montespan, la maîtresse du roi Louis XIV, est compromise ! C'est le point d'orgue d'une affaire à rebondissements, l'« affaire des Poisons »...

On découvrira que certaines, comme la Voisin, se rendent complices de « messes noires », au cours desquelles de faux, voire de vrais prêtres, tel l'abbé Guibourg, posent un calice sur le ventre d'une femme nue et, au-dessus de celui-ci, sacrifient au diable un nouveau-né !

C'est dans cette atmosphère pour le moins sulfureuse que travaille la Chambre ardente (Cour spéciale de justice). Elle siègera pendant trois ans, jusqu'en juillet 1682, date à laquelle elle aura au total prononcé 442 jugements, dont 36 condamnations à mort, 23 bannissements et 5 condamnations aux galères. Certains accusés sont cependant acquittés du fait de leurs liens avec des membres de la haute aristocratie.
Louis XIV est horrifié d'apprendre que sa maîtresse, alors en défaveur, lui aurait fait absorber des philtres d'amour et aurait aussi manigancé le renvoi de Mlle de La Vallière, voire la mort de Mme de Fontanges et la stérilité de la reine. D'autres accusations impliquent le poète Racine, soupçonné de s'être débarrassé d'une maîtresse.

22 février 1848 : Insurrection républicaine à Paris

Le 22 février 1848, lassée par le règne débonnaire du roi des Français, Louis-Philippe 1er, ennuyeux à force de paix et de prospérité, l'opposition se soulève et, au terme de trois jours d'émeute, impose un régime républicain (la Seconde République). C'est cependant sous son règne que se déroulera la Guerre de Conquêt de l'Algérie

Conduite par des républicains modérés : Lamartine, Ledru-Rollin, Arago, Dupont de l'Eure, Marie,... la « Révolution de Février » met ainsi fin à la « Monarchie de Juillet » (parce que née en juillet 1830). Le poète Lamartine repousse le drapeau rouge des manifestants populaires et promeut le drapeau tricolore.

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Message le Mer 22 Fév 2017 - 7:56 par charly71

Merci MF46, Isabelle est de nouveaux un prénom courant , bonne fête à elles toutes.

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Message le Mer 22 Fév 2017 - 9:53 par Lothy

Un prénom indémodable.... Il y en a de tous âges. !
N'oublions pas que ce fut le nom d'un des PA de Dien Bien Phu !

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Message le Mer 22 Fév 2017 - 15:25 par charly71

Lothy a écrit:N'oublions pas que ce fut  le nom d'un des PA de Dien Bien Phu !

... oui, j'avais oublié... Pas pardonnable ... je n'avais pensé qu'à ma coiffeuse ...

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Message le Mer 22 Fév 2017 - 15:50 par Lothy

Tu n'y étais pas.... Ta coiffeuse, tu la vois souvent Wink

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Message le Jeu 23 Fév 2017 - 8:13 par charly71

Lothy a écrit:Tu n'y étais pas.... Ta coiffeuse, tu la vois souvent Wink

... et elle est plus agréable que celle de DBP !

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Message le Jeu 23 Fév 2017 - 9:38 par Lothy

De cela je ne doute pas un seul instant Wink

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum