LES CAMPS PARACHUTISTES

livre, Medecin à DIEN BIEN PHU

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

09122011

Message 

livre, Medecin à DIEN BIEN PHU






MÉDECIN A DIEN BIEN PHU

Le 7 mai 1954, après cinquante-six jours de combats acharnés contre les forces du Viêt-Minh, la garnison française du camp retranché de Dièn Biên Phu cessait le feu. Des deux côtés les pertes en hommes étaient terribles ; 7 000 tués et 15 000 blessés chez l'adversaire, 80 % des effectifs de paras et de légionnaires mis hors de combat. Placé au centre de cette hécatombe, le médecin-commandant Paul Grauwin, chirurgien du camp, a écrit de ce drame, qui constitue la dernière page de l'histoire de l'Indochine française, l'un des récits les plus hallucinants et les plus bouleversants que la guerre ait jamais inspirés. Durant cinquante-six jours et cinquante-six nuits, s'enfonçant à la fin dans la boue jusqu'aux mollets, assisté par quelques infirmiers puis, à partir du 13 mars, par une convoyeuse de l'air au nom aujourd'hui légendaire, Geneviève de Galard, mille cinq cents fois Paul Grauwin s'est penché sur un champ opératoire. Comme un chemin de croix, le processus chirurgical se déroulait. Les blessés, les opérés, bloqués de plus en plus nombreux dans un espace réduit, transformaient l'antenne chirurgicale en un étrange hôpital qui aurait mieux été à sa place sur une rive du Styx. Les cris, la boue, le sang, la pourriture, la puanteur, la chaleur terrible... et la défaite !

_________________
Dans les révolutions, il y a deux sortes de gens : ceux qui les font et ceux qui en profitent.
avatar
AMARANTE
ADMINISTRATEUR
ADMINISTRATEUR

Messages : 834
Points : 26579
Réputation : 2127
Date d'inscription : 26/10/2011
Age : 60

http://www.campidron.fr

Revenir en haut Aller en bas

Partager cet article sur : Excite BookmarksDiggRedditDel.icio.usGoogleLiveSlashdotNetscapeTechnoratiStumbleUponNewsvineFurlYahooSmarking

livre, Medecin à DIEN BIEN PHU :: Commentaires

avatar

Message le Sam 15 Mar 2014 - 16:36 par Béghin Bernard

Ce livre (préfacé par le Général Bigeard lui même) est un chef d' oeuvre tant le réalisme des actions est débordant . Je l'ai lu à la suite de celui de Geneviève de Galard; Une femme à Diên Biên Phu , on sent , par celui du médecin commandant , que c'est le docteur qui parle alors que Geneviève bien qu'archi compétente et sacerdotale reste très pudique sur des détails intimes de certains blessés, notamment sur la sortie du lieutenant Rondeau , commandant d'une compagnie du 5 BPVN, devant les Viets le 7 mai 54.
Là aussi il s'agit d'un héros . Pour la petite histoire , j'aurai pu le rencontrer puisqu'il est d'un petit village près de Lille; Camphin en Carembault proche du mien ; Phalempin ( même code postal) et que bien sûr ,j'y avais des copains dont les parents le connaissaient bien .
Mais après la guerre il retournait souvent en Indochine .
Il avait la passion de ce pays et de ses gens .

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Message le Sam 15 Mar 2014 - 16:48 par Lothy

Mais après la guerre il retournait souvent en Indochine .
Il avait la passion de ce pays et de ses gens .

Un parmi tant d'autres...

Ils ont tous ou presque, gardé un amour pour ce pays, le "Mal Jaune" dont parla si bien le regretté Lartéguy n'était pas imagination de sa part ; du plus petit au plus grand, ils sont restés attachés à ces lieux où ils ont dû affronter deux ennemis : le Viet et la nature....

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum