le 14 juillet ! oui, mais comment et pourquoi

Aller en bas

09082017

Message 

le 14 juillet ! oui, mais comment et pourquoi





Lors de son premier anniversaire en 1790, la fête nationale ne célébrait pas exclusivement la prise de la Bastille, mais aussi l'union du peuple et du roi à la nation française.
Eh oui, le roi a pris part au premier « 14 juillet » ! La célébration s'appelait alors la « fête de la Fédération », faisant écho aux fédérations locales et régionales de gardes qui se sont constituées d'abord dans le sud de la France puis dans tout le pays dès le mois d'août 1789 (il s'agissait d'éviter tout débordement au lendemain de la prise de la Bastille). C'est La Fayette qui prend l'initiative d'organiser une grande fête nationale célébrant « la » Fédération, c'est-à-dire la cohésion de la nation française. Ainsi, le 14 juillet 1790, une grande foule se réunit sur le Champ-de-Mars dans une exultation d'union nationale. Louis XVI lui-même assiste à cette fête et y prête serment à la Nation et à la loi. Au départ, la fête nationale est donc loin d'être révolutionnaire ! Mais le roi et sa femme, Marie-Antoinette, tentent en juin 1791 de fuir de Paris pour lancer une contre-révolution. Ils sont arrêtés à Varennes. Le peuple gronde face à cette trahison et la seconde édition de la fête de la Fédération, le 14 juillet 1792, est un échec total.

Dès lors, le choix du 14 juillet comme fête nationale présente l'avantage d'avoir un double sens : révolutionnaire, le 14 juillet 1789 symbolise la chute de l'Ancien Régime et de l'arbitraire royal ; conservatrice, la date du 14 juillet 1790 met l'accent sur l'union de la Nation fédérée plutôt que sur la chute de la monarchie. Au début de la IIIe République, en 1880, le 14 juillet permet donc de concilier les Républicains « radicaux » et les conservateurs nostalgiques. Ceci explique donc le choix de l'Assemblée qui trouve dans le 14 juillet un symbole fort, patriotique, mais aussi diplomatique. Au fil du temps, le récit de la prise de la Bastille s'est cimenté dans l'imaginaire collectif et la date est devenue symbole du soulèvement du peuple contre la tyrannie du roi.



Sources :
Hervé Pierrick (collaboration Centre National de la Documentation Pedagogique) « La fête nationale du 14 Juillet », Élysée, http://www.elysee.fr/la-presidence/la-fete-nationale-du-14-juillet/
Agulhon Maurice. Mona Ozouf, La fête révolutionnaire, 1789-1799 ; Rosemonde Sanson, Les 14 juillet, fête et conscience nationale, 1789-1975. In: Annales. Économies, Sociétés, Civilisations. 33ᵉ année, N. 4, 1978. pp. 752-754. , Persée, www.persee.fr/doc/ahess_0395-2649_1978_num_33_4_293967_t1_0752_0000_001

_________________
jamais je ne renierai les miens
avatar
rangers
MODERATEUR
MODERATEUR

Messages : 467
Points : 26213
Réputation : 1178
Date d'inscription : 28/10/2011

Revenir en haut Aller en bas

- Sujets similaires
Partager cet article sur : diggdeliciousredditstumbleuponslashdotyahoogooglelive

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum