les BASTOS

Aller en bas

09082017

Message 

les BASTOS




Fut un temps où les soldats aimaient en prendre. Dorénavant, ils font en sorte de les éviter. Mais quoi donc ? Les bastos !

Au fil des années, la signification du terme bastos a évolué. A l'origine, Bastos est le nom de famille d’un fabricant de cigarettes bon marché, installé à Oran, en Algérie, au début du XXe siècle. Bastos père et fils étaient à la tête d'une industrie prospère et vendaient leur tabac à l’armée.

Comme la forme et les couleurs du paquet de cigarettes « Bastos » ressemblaient à un paquet de cartouches, les militaires stationnés en Afrique du Nord ont commencé à employer ce terme pour désigner les paquets de cartouche, puis la cartouche de fusil elle-même, c’est-à-dire la balle. Au cours de la Première Guerre mondiale, Bastos père et fils continuèrent à commercer leurs tabac et cigarettes avec les troupes du front. Ce terme fut alors largement diffusé au sein de l’armée.

Depuis, le terme « bastos » est entré dans notre langage courant.




"source Armée de Terre"
avatar
revue de paquetage

Messages : 205
Points : 23805
Réputation : 810
Date d'inscription : 27/03/2012
Age : 58

Revenir en haut Aller en bas

Partager cet article sur : diggdeliciousredditstumbleuponslashdotyahoogooglelive

les BASTOS :: Commentaires

avatar

Message le Mer 9 Aoû 2017 - 22:19 par MOLINARI

connaissait pas, c'est ma foi logique

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Message le Mer 9 Aoû 2017 - 22:21 par GARD.

En 1817, à Malaga, naissance de Juan Bastos, de Manuel Jose de Bastos, maître maçon, et Francisca Milan.

Agé d’une douzaine d’années, pour aider ses parents, il vend ses premières cigarettes sur un mouchoir posé à même le trottoir, quelques temps avant l’arrivée des Français.

Le 28 juillet 1840, Juan se marie à Oran avec Trinidad Rayos : ils auront plus de 12 enfants dont 7 garçons.

Les Bastos commencent à ouvrir une petite échoppe de quelques mètres carrés, où ils roulent des cigarettes à la main pour les soldats (en 1841, Bugeaud a demandé l’envoi de 100 000 soldats supplémentaires en Algérie)

En juin 1855, Juan est dit « marchand de tabac »

Petit à petit, l’entreprise s’agrandit.

Lors de l’exposition universelle qui se tient du 6 mai au 31 octobre 1889, on peut voir les cigarettes Bastos entre autres productions d’Afrique du Nord.

Juan meurt le 11 septembre 1889 à Oran.

Sa veuve reprend l’affaire, place ses enfants, dont Manuel, né le 16 octobre 1839 à Oran ...

... puis vient le tour des petits-enfants, parmi lesquels Antoine Alfred, fils de Manuel, né le 13 juin 1874 à Oran, tant et si bien qu’à la fin XIXème siècle, Bastos est devenue une énorme entreprise, employant 1500 personnes à Alger et 2000 à Oran (principalement des femmes, du reste, qu’on appelle les « cigarières »).

Dès 1916, on trouve le mot bastos pour cartouche, tiré de la ressemblance des cartouches de fusil avec les cigarettes

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum