LES CAMPS PARACHUTISTES

Opération KADESH

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

04102017

Message 

Opération KADESH




Opération Franco-Israélo-Britannique du Sinaï (29 octobre – 5 novembre 1956)



L’Opération franco-israélo-britannique de 1956 , également connue en Israël sous le nom de Campagne du Sinaï ou d’Opération Kadesh, a été pour Israël une guerre préventive visant à résoudre de nombreux problèmes dans ses relations avec l’Égypte.
La guerre a été menée en coopération avec la France et la Grande-Bretagne qui avaient d’importants intérêts économiques dans le canal de Suez et qui refusaient de se soumettre à la décision du président égyptien Nasser de le nationaliser le 26 juillet 1956.
Israël et les deux puissances occidentales conclurent leur alliance secrète par l’intermédiaire des Protocoles de Sèvres.

I. Contexte

L’Opération franco-israélo-britannique de 1956, également connue en Israël sous le nom de Campagne du Sinaï ou d’Opération Kadesh, a été pour Israël une guerre préventive visant à résoudre trois problèmes dans ses relations avec l’Égypte :

L’activité terroriste – l’activité d’infiltration en Israël à des fins de vol, braquage, sabotage et meurtre, qui  débuta dès la fin de la Guerre d’Indépendance, fut exacerbée en avril 1955 avec l’actionnement des unités de “fedayin” qui étaient sous l’autorité des renseignements égyptiens. Ces groupes de commandos palestiniens ne reconnaissant pas Israël s’introduisaient en territoire israélien en passant par la frontière avec l’Égypte puis plus tard par la frontière avec la Jordanie, et perturbaient le cours normal de la vie dans les communautés israéliennes adjacentes. Israël répondit à ces attaques par des opérations de représailles, dont certaines furent étendues comme celle de Qalqilya le 10 octobre 1956, mais cela ne suffit pas à mettre fin à cette activité terroriste.

Atteinte à la liberté de navigation – dès 1951, l’Égypte bloqua à Israël l’accès au canal de Suez, et empêcha deux ans durant la circulation des navires étrangers transportant des marchandises en Israël. En 1953, les Égyptiens décidèrent de bloquer l’accès au détroit de Tiran à la flotte israélienne, et en septembre 1955 ils étendirent cette fermeture à l’espace aérien au-dessus du détroit de Tiran. Ces actions étaient contraires au droit international, mais les tentatives israéliennes de résoudre ce problème par la voie diplomatique furent infructueuses. En octobre 1955, Israël envisagea d’agir militairement afin de rouvrir le détroit de Tiran, mais le gouvernement décida finalement que le moment n’était pas opportun.

Atteinte à l’équilibre des forces – à partir de septembre 1955, un contrat de vente d’armes de la Tchécoslovaquie à l’Égypte permit à cette dernière de posséder des armes soviétiques en quantité et qualité supérieures à tout ce qui était connu jusqu’alors dans la région. Cela portait atteinte à la fois à l’équilibre des forces dans la région en matière d’armement et à la force de dissuasion d’Israël. La mise en place de quartiers généraux militaires conjoints entre la Syrie et l’Égypte (rejoints par la Jordanie après l’Opération Kadesh), combinée aux déclarations des dirigeants du monde arabe, faisaient craindre à l’État d’Israël que ces pays chercheraient à  le détruire le moment venu.

II. Protocoles de Sèvres et Début de la Guerre

Les circonstances internationales créèrent les conditions requises à la réalisation des objectifs israéliens tout en assurant à Israël le soutien de pays alliés pour une opération. Le 26 juillet 1956, le président égyptien Gamal Abdel Nasser annonça la nationalisation du canal de Suez et l’allocation des recettes à venir de l’exploitation du canal au financement de la construction du barrage d’Assouan. Cette initiative fut prise en réaction à la décision des États-Unis de renoncer à subventionner le barrage. Mais les victimes de cette décision unilatérale égyptienne étaient en réalité la Grande-Bretagne et la France.

L’activité politique déployée pour régler la crise ne porta pas ses fruits, et les deux puissances européennes commencèrent à envisager une action militaire. Au même moment surgirent des tensions entre Israël et la Jordanie dans un contexte de représailles israéliennes contre son voisin, et il était alors question d’une entrée éventuelle de l’armée irakienne en Jordanie. Israël avertit que si une telle situation devait se concrétiser, il se réservait la liberté de réagir, ce qui contribua à tendre ses relations avec la Grande-Bretagne qui avait signé un traité de défense avec la Jordanie.

En 1956, les liens entre Israël et la France se resserrèrent, et la France fournit à Israël d’importantes quantités d’armes. Après la nationalisation du canal de Suez, une action militaire conjointe fut envisagée contre l’Égypte. La France établit alors des contacts avec la Grande-Bretagne, scellant ainsi une entente tripartite incluant Israël.

Les trois partenaires se rencontrèrent à Sèvres près de Paris le 24 octobre 1956 et se mirent d’accord sur un plan d’action. La teneur de l’accord était qu’Israël prendrait l’initiative du déclenchement d’une action militaire le 29 octobre, créant ainsi une menace sur le canal de Suez. Le lendemain, les deux puissances européennes lanceraient un ultimatum, exigeant un cessez-le-feu dans un délai de 12 heures de la part d’Israël et de l’Égypte, le retrait des troupes à plus de 15 kilomètres de la zone du canal, et la saisie temporaire des postes clés le long du canal par les forces franco-anglaises afin d’assurer la liberté de navigation. En cas de refus du gouvernement égyptien d’un accord selon ces termes, les deux puissances engageraient une action militaire contre l’Égypte le 31 octobre. Israël n’attaquerait pas la Jordanie au moment de l’opération, mais si la Jordanie venait à attaquer, la Grande-Bretagne ne s’empresserait pas de l’aider. Il fut également convenu d’une aide française pour Israël, incluant une aide aérienne dans la défense du territoire aérien israélien.

Conquête du Sinaï. Source : US Army

L’Armée de Défense d’Israël était prête pour l’opération. Les plans opérationnels étaient prêts avant même la signature des protocoles de Sèvres, et les changements liés à la coopération triangulaire avec les deux puissances européennes furent introduits dans le plan d’action. Le 25 octobre, l’armée israélienne commença à mobiliser ses réservistes ; ce mouvement fut interprété comme résultant des tensions avec la Jordanie, et permit par conséquent de créer un effet de surprise total sur le front égyptien.

Le 29 octobre, en fin d’après-midi, le 890ème bataillon fut parachuté à l’est de la passe de Mitla, dans le Sinaï. Il suffisait de créer une menace sur le canal pour que cela donne lieu à une intervention des partenaires d’Israël. Au même moment, des avions de l’Armée de l’Air israélienne manœuvrèrent dans le but de couper les lignes téléphoniques dans le Sinaï et perturber les systèmes de communication égyptiens. Les forces d’infanterie s’emparèrent de Kuntilla et de Ras al-Naqab près de la frontière. Israël ne déploya pas l’intégralité de ses forces dès le début, et présenta sa manœuvre comme une opération de représailles de grande ampleur – dans l’intention d’attendre la mise en route de ses partenaires et de se réserver la possibilité de continuer son action ou au contraire de retirer ses troupes.

III. Déroulement de la Guerre

Le plan consistait à laisser la 38ème Division opérer sur l’axe central, la 77ème Division sur l’axe nord et la 202ème Brigade Parachutiste sur l’axe de la passe de Mitla. La 11ème Brigade quant à elle s’emparerait de la bande de Gaza et la 9ème Brigade se dirigerait vers Charm el-Cheikh, située à la pointe sud de la péninsule du Sinaï.

Dans la matinée du 30 octobre la 202ème Brigade Parachutiste se mit en route, s’empara de Themed et dans la soirée s’était regroupée avec le bataillon qui avait été parachuté à Mitla.                                        

Sur l’axe central, les villes de Hatsabakhah, Katsayma et des avant-postes situés à l’extérieur du site d’Oum-Katef furent capturés. A cause du retard dans la prise de Katsayma, le Général de Commandement Assaf Shimhoni décida de faire intervenir la 7ème Brigade du Corps Blindé Mécanisé un jour avant la date prévue. La brigade s’installa à Abou-Agilah. En fait, cette manœuvre du Général de Commandement contraignait les forces à poursuivre l’opération avant l’heure. Le Chef d’État-major, Moshe Dayan, s’emporta contre cette manœuvre mais finit par l’approuver et décida d’en tirer avantage. Le soir même, la France et la Grande-Bretagne lancèrent un ultimatum aux deux camps.

Le 31 octobre, la 7ème Brigade du Corps Blindé Mécanisé s’empara d’Abou-Agilah, de la vanne de Haroifah située dans les environs, ainsi que de Jebel Libni, et s’installa jusqu’à Bir al-Khasnah et Bir al-Khamah. La 10ème Brigade ne parvint pas à s’emparer du site d’Oum-Katef. L’attaque de nuit des soldats de la 37ème Brigade fut également repoussée et le Commandant de la Brigade perdit la vie dans la bataille. Les égyptiens évacuèrent le site pendant la nuit et le lendemain, Oum-Katef tomba aux mains de Tsahal.

Passe de Mitla

La Brigade Parachutiste envoya une patrouille vers la passe de Mitla, mais il s’avéra qu’un bataillon égyptien s’était emparé de la passe et s’était établi dans deux de ses renfoncements en attendant les forces israéliennes. La patrouille israélienne fut prise au piège du bataillon égyptien. Ce dernier ouvrit un feu nourri contre les forces israéliennes, et des renforts furent envoyés à leur secours. Il fallut attendre la nuit pour que les forces israéliennes parviennent à dégager la passe, après un âpre combat. Le même soir, les forces françaises et britanniques commencèrent à bombarder les aérodromes militaires égyptiens, détruisant au sol plus de 260 avions.

Axe Nord

Dans la nuit du 31 octobre au 1er novembre, la 77ème Division fut mise en route. La Brigade Golani s’empara d’une partie des postes militaires de la ville de Rafah. La 27ème Brigade du Corps Blindé Mécanisé ouvrit le chemin des postes militaires de Rafia, s’empara de Jiradi et avança jusqu’aux environs d’el-Arich au cours de la journée du 1er novembre. La 7ème Brigade blindée progressa jusqu’à Bir Rod Salim et combattit contre les forces blindées égyptiennes. La Brigade Parachutiste finit de dégager la passe de Mitla et s’organisa pour continuer à avancer en direction de Ras Soudar. Un bataillon de la brigade fut envoyé vers le nord. La 9ème Brigade progressa vers Ras al-Naqab et envoya une patrouille au sud de cet endroit.

Le 2 novembre, la 7ème Brigade blindée s’empara de Bir Gafgafa et continua à avancer sur l’axe central jusqu’à une distance de 15km du canal. La 27ème Brigade s’empara d’el-Arich et progressa sur l’axe nord jusqu’à une distance de 15km du canal. La 9ème Brigade se mit en route vers le sud et atteignit Dahab. Un bataillon réduit de la 202ème Brigade fut parachuté à At-Tur et prit contrôle de l’endroit, avant qu’un bataillon d’infanterie ne le remplace. L’essentiel des forces de la 202ème Brigade fut transféré de Mitla vers Ras Soudar. Le même jour, la 11ème Brigade prit le contrôle de la partie nord de la bande de Gaza.

Axe de la Mer Rouge

Le 3 novembre, la conquête de la bande de Gaza fut achevée. La 9ème Brigade continua son chemin vers le sud en surmontant les difficultés de la route, captura Dahab – d’où elle reçut des provisions apportées par des bateaux de la Marine Israélienne, et descendit jusqu’au nord de Ras Nasrani. La Brigade Parachutiste conquit Ras Soudar avant d’aller au sud vers At-Tur. Le jour suivant, les parachutistes arrivèrent à At-Tur et continuèrent leur progression en direction de Charm el-Cheikh. Au même moment, la 9ème Brigade s’empara de Ras Nasrani avant de prendre la direction de Charm el-Cheikh. Le 5 novembre, la brigade prit le contrôle de Charm el-Cheikh et les parachutistes firent la jonction en arrivant de l’ouest. Ainsi fut scellée la prise de contrôle de la péninsule du Sinaï par l’Armée de Défense d’Israël.

IV. Rôles Joués par l’Armée de l’Air et par la Marine

L’Armée de l’Air a ouvert l’opération en parachutant le bataillon à Mitla et en coupant les lignes téléphones dans le Sinaï. Par la suite, les avions de l’Armée de l’Air ont aidé les forces terrestres à être victorieuses des forces égyptiennes dans le Sinaï. En outre, l’Armée de l’Air a réalisé des missions de patrouille, de liaison et d’évacuation de blessés.

La Marine quant à elle a sécurisé le littoral de l’État d’Israël pendant l’opération, et neutralisa le 31 octobre le destroyer d’escorte égyptien Ibrahim al-Awal qui bombardait Haïfa. Le destroyer fut capturé et mis au service de la Marine israélienne. Les unités du Corps de la Marine ont accompagné la 9ème Brigade durant son trajet et l’aidèrent en débarquant chars blindés et provisions. Le corps a également marqué l’opération de son empreinte lorsque deux frégates traversèrent le détroit de Tiran après avoir fait le tour du continent africain.

V. Cessez-le-feu et Échange de Prisonniers

Après l’intervention de l’ONU, un cessez-le-feu fut signé, prévoyant le retrait des forces armées françaises, britanniques et israéliennes de la péninsule du Sinaï et leur remplacement par les forces d’urgence des nations unies à partir du 15 novembre 1956. Ces forces internationales assurèrent la stabilité de la frontière entre Israël et l’Égypte jusqu’à la Guerre des Six Jours, lorsque le président Nasser décida de les renvoyer pour occuper militairement le Sinaï et ainsi faire pression sur Israël.

Au cours de l’Opération Kadesh, Tsahal captura 5 500 soldats égyptiens, qui furent libérés avec d’autres soldats égyptiens qui avaient été capturés lors de précédentes missions, en échange de quatre soldats de Tsahal (un pilote capturé lors de l’Opération Kadesh et trois soldats capturés auparavant et qui étaient en captivité depuis plus d’un an). Les discussions portant sur l’échange de prisonniers débutèrent le 21 janvier 1957 et un accord fut trouvé le 5 février 1957.







Source Israël  

_________________
croire et faire
avatar
LACITA

Messages : 78
Points : 4986
Réputation : 572
Date d'inscription : 20/10/2016
Age : 60

Revenir en haut Aller en bas

Partager cet article sur : diggdeliciousredditstumbleuponslashdotyahoogooglelive

Opération KADESH :: Commentaires

avatar

Message le Jeu 5 Oct 2017 - 17:00 par bretivert

merci l'ami pour ce partage.

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum