LES CAMPS PARACHUTISTES

IRAK, les troupes US partent ............ MAIS .......

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

IRAK, les troupes US partent ............ MAIS .......

Message par G.I le Dim 18 Déc 2011 - 11:31

AFP | 18.12.2011

Les Etats-Unis ont annoncé le retour des dernières troupes américaines présentes en Irak. Les problèmes sur le terrain ne sont toutefois pas réglés. En voici la liste.

- Territoires disputés

Les Kurdes, s’ils s’accommodent de leur statut d’autonomie et ne réclament plus l’indépendance, s’opposent au pouvoir central à Bagdad sur la souveraineté d’une bande longue de 650 km riche en hydrocarbures, à cheval sur quatre provinces comprenant la ville multiethnique de Kirkouk.

- Les insurgés, Al-Qaïda

L’insurrection sunnite a reflué depuis le pic des violences de 2006-2007, grâce à l’alliance de tribus avec les Américains, mais attaques, exécutions et rapts restent fréquents. "L’Etat islamique en Irak", ombrelle de groupes affiliés à Al-Qaïda, a mené des attentats spectaculaires visant notamment les forces de l’ordre, les pèlerins chiites et la communauté chrétienne.

- Tensions religieuses

Beaucoup d’Irakiens reprochent aux Américains d’avoir introduit une dimension confessionnelle absente sous Saddam Hussein. Le gouvernement dominé par les chiites accuse les anciens partisans sunnites de Saddam Hussein de comploter pour revenir au pouvoir et les réprime durement.

- Crise syrienne

La Syrie partage 600 km de frontière avec l’Irak. Une chute du régime alaouite de Bachar al-Assad et l’arrivée au pouvoir de sunnites à Damas pourraient pousser des milliers de réfugiés en Irak et raviver le conflit chiites-sunnites. Bagdad dépend aussi beaucoup pour son alimentation de la Syrie.

- Influence iranienne

L’Iran est soupçonné d’exercer une grande influence sur le gouvernement et d’entretenir des milices chiites responsables d’attentats anti-américains. Washington les accuse de vouloir former "un gouvernement dans le gouvernement" à l’image du Hezbollah libanais.

- Faiblesse et corruption des institutions

L’Irak n’a pas depuis deux ans de ministre de l’Intérieur faute de compromis entre factions politiques. Ses institutions sont faibles et certaines sont gangrenées par la prévarication. Le pays est l’un des plus corrompus au monde, selon Transparency International.
Certaines provinces réclament un statut d’autonomie comme celui du Kurdistan. L’armée sera incapable de défendre les frontières et l’espace aérien avant 2020, selon son chef d'état-major.

- Pétrole

Toujours pas de loi régissant l’exploitation des ressources en hydrocarbures, première source de revenus du pays.

- Problèmes sociaux

Un quart de la population vit dans la pauvreté. La condition des femmes s’est nettement dégradée depuis 2003. L’Irak compte quelque 1,75 million de déplacés internes et réfugiés.

- Séparatistes kurdes

Le PKK turc et le PJAK iranien disposent de bases dans le nord irakien. Les armées turque et iranienne y mènent des opérations militaires.

- Conflit avec le Koweït

Les relations restent tendues depuis l’invasion de 1990 avec des contentieux sur les réparations et le tracé de la frontière. L’Irak accuse aussi le Koweït de bloquer son accès à la mer en bâtissant un port qui gênerait ses exportations de brut.

avatar
G.I
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum