Rechercher
 
 

Résultats par :
 

 


Rechercher Recherche avancée

Like/Tweet/+1
La Mémoire Parachutiste Militaire est importante, Merci de participer en postant des sujets ou en répondant à ceux existants. Nos Régiments actuels et les Militaires d'Aujourd'hui ne le sont pas moins, "les camps parachutistes" donne la parole aux deux.
Flux RSS


Yahoo! 
MSN 
AOL 


le 31 mars 1954 à DIEN BIEN PHU

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet

Aller en bas

31032012

Message 

le 31 mars 1954 à DIEN BIEN PHU




31 mars 1954

Huguette 7 tient toujours. Eliane 2, qui a reçu le renfort de toutes les compagnies disponibles, résiste encore. A 10 heures, une contre-attaque française tente de réoccuper Dominique 2 et Eliane 1 (8ème choc et 6ème BPC). Faute de renforts, ces unités se replient avec de lourdes pertes à 15h00. A 17 heures, l'attaque reprend sur Eliane 2. Mais la garnison résiste toute la nuit.

Simultanément, les positions qui protègent l'extrémité nord du terrain d'aviation, sont attaquées : la bataille des "Huguette" commence.

Les blessés continuent à s’entasser dans les abris, malgré la fatigue et le pilonnage de l’artillerie, les antennes chirurgicales fonctionnent sans trêve.

Le jour s’est levé, morne et blafard, il ne s’agit plus maintenant d’unités constitués, mais de frères d’Armes qui disputent à l’ennemi le plus petit bout de terrain .
Tout ce que la garnison de Dien Bien Phu compte de soldats disponibles ira cette nuit et les nuit suivantes, à la lumière des lucioles, se battre pour ELIANE 2 .

La parole de BIGEARD a été entendue, les morts s’entassent par dizaine, amis et ennemis confondus.
La bataille va durer 107 heures. 107 heures pendant lesquelles sans une minute de répit, bataillon après bataillon les BO DOÏS de la division 316 vont s’obstiner à donner l’assaut.

Ils partent des pentes d’une petite colline qui prolonge vers le nord-est la croupe d’ ELIANE 2, il y a parfois tellement de monde sur cette portion de terrain que les combattants l’ont surnommée les Champs-Elysée .

Les paras du 8° ont tenté de reconquérir DOMINIQUE 2, ils y sont parvenus, mais faute de renfort ils ne peuvent s’y maintenir .

Toute la journée LANGLAIS a essayé de convaincre HANOÏ de larguer le 2/1 R.C.P. dont la présence permettrait de reconquérir durablement DOMINIQUE 2, le plus vital des pitons périphériques.
Mais HANOÏ a tergiversé, le R.C.P. sera largué demain … MAIS DEMAIN c’est tellement loin…………
Et pendant ce temps, un peu partout, sur HUGUETTE 7, sur les ELIANE, sur DOMINIQUE 2, paras et légionnaires se font tuer sur place.

A HANOÏ les paras de BRECHIGNAC qui savent le prix des heures perdues, pleurent de rage impuissante.
Finalement, la mort dans l’âme, TOURRET autorise les survivants de sa 8° compagnie à se replier du sommet de DOMINIQUE 2 .
De la même façon, BIGEARD autorise les rescapés de la compagnie TRAPP à abandonner le sommet d’ ELIANE 1.

Au nord-est, les combats se poursuivent sur les HUGUETTE 6 et 7.
La division 308 dont c’était l’objectif, a cru pouvoir enlever HUGUETTE 7, mais il n’en fut rien.
La 1° compagnie du 5° Bawouan aux ordres du capitaine BIZARD a rejoint la veille les légionnaires d’HUGUETTE 7.

BIZARD après avoir demandé vainement des renforts à LANGLAIS a décidé de se défendre seul.
Au petit matin, BIZARD a contre-attaqué et bouté dehors le régiment 88.


_________________
Vous retrouverez dans les cendres ce que vous avez perdu dans le feu
avatar
LOUSTIC

Messages : 374
Points : 27947
Date d'inscription : 31/01/2012
Age : 59

Revenir en haut Aller en bas

- Sujets similaires
Partager cet article sur : diggdeliciousredditstumbleuponslashdotyahoogooglelive

le 31 mars 1954 à DIEN BIEN PHU :: Commentaires

avatar

Message le Sam 31 Mar 2012 - 15:11 par Lothy


Le capitaine Alain Bizard (en Algérie)

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum