Rechercher
 
 

Résultats par :
 

 


Rechercher Recherche avancée

Like/Tweet/+1
La Mémoire Parachutiste Militaire est importante, Merci de participer en postant des sujets ou en répondant à ceux existants. Nos Régiments actuels et les Militaires d'Aujourd'hui ne le sont pas moins, "les camps parachutistes" donne la parole aux deux.
Derniers sujets
Flux RSS


Yahoo! 
MSN 
AOL 


22 et 23 avril 1954 à Dien Bien Phu

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet

Aller en bas

22042012

Message 

22 et 23 avril 1954 à Dien Bien Phu




22 ET 23 AVRIL 1954

HUGUETTE 1 tombe,
les rescapés ne peuvent que raconter la dernière image qu’ils ont conservé, celle du capitaine CHEVALLIER debout sur le toit de son PC tirant ses ultimes cartouches, puis disparaissant sous une nuée d’hommes en noir ………..

Le point d'appui Huguette 1 est investi de toutes parts. A 1 heure du matin, CHEVALLIER ne répond plus.
De CASTRIES décide la reprise de ce PA perdu. A 11 heures, le 2° B.E.P reçoit l'ordre d'attaquer.
Deux compagnies (PETRE - de BIRE ) venant du sud (Huguette 2) deux compagnies venant de l'ouest (Opéra). A 16 heures, échec de la contre-attaque.

LA MORT DU 2° B.E.P.

Dès qu’il a appris la tragédie d’HUGUETTE 1 de CASTRIES a convoqué LANGLAIS et BIGEARD et leur a dit !
Nous ne pouvons pas nous permettre de laisser HUGUETTE 1 aux mains de l’ennemi, il ferait un bon en avant de 300 mètres en avant et les PC seraient désormais à portée immédiate des armes d’infanterie .

Il a commandé la reprise de la position .
En dépit de la réticence de ses adjoints qui mettent en avant le peu de moyens et d’hommes dont ils disposent, de CASTRIES maintient sa décision leur laissant le soin de la mettre en œuvre .
Pour BIGEARD et LANGLAIS le décompte est simple .
Il n’y a à DIEN BIEN PHU qu’une seule unité à peu près complète, susceptible de mener l’attaque .
Il s’agit du 2° B.E.P. du commandant LIESENFELT .
Convoqué à l’aube, ce dernier demande des délais, le rassemblement de son bataillon demandera de longues heures, il met en jeu pas moins de 14 mouvements d’unités qui doivent assurer la relève de ses compagnies .

BIGEARD qui est fatigué dit que le 2° BEP a l’habitude de ce genre de manœuvres et décrète « il n’a pas besoin de moi »
( note particulière ) il y a polémique sur ce sujet , certains disent que BIGEARD fatigué est parti se coucher, ce qui aurait contribué à l’échec de la contre-attaque, d’autres comme le commandant LIESENFELT disent au contraire que BIGEARD est resté près de lui . sur 4 ouvrages consultés, j’ai constaté qu’aucun ne disait la même chose sur le sujet )

Tout ce que LIESENFELT arrive à arracher c’est deux heures de délais, initialement prévue à 14 heures l’opération débute à 16 heures .
MALHEUREUSEMENT , ni l’aviation ni l’artillerie n’ont été averties de ce décalage et, selon les ordres les tirs de 105 et de 120 ainsi que le bombardement aérien ( préparation d’artillerie avant l’assaut ) débutent à 14 heures .
Ecrasés sous les obus , les torpilles et le bombes, la garnison ennemie de HUGUETTE 1 serait incapable d’opposer une résistance sérieuse si elle était attaquée .
Mais elle ne l’est pas, cette préparation d’artillerie intervient bien trop tôt, LIESENFELT a bien sûr fait arrêter le matraquage d’artillerie, mais il ne peut interrompre le travail des avions .
C’est dramatique , l’artillerie et les mortiers ont déjà dépensé en pure perte la moitié de la dotation d’obus accordée .
Pire, les Viêts se sont ressaisis et sont maintenant prêt à contenir l’assaut des légionnaires parachutistes .

Et quand enfin, deux des quatre compagnies du B.E.P. arrivent sur leurs bases de départ, il est trop tard, l’ennemi est en état de riposter, appuyé par toutes les pièces qui tirent à vue depuis « DOMINIQUE 2 » et les mortiers amenés jusqu’aux anciennes positions françaises HUGUETTE 6 et 7 .
Et pourtant les compagnies des lieutenants PETRE et LECOUR-GRANDMAISON s’élancent depuis les tranchées de la position OPERA à l’est de la piste .
Elles sont aussitôt clouées au sol par un effroyable barrage d’artillerie et prises à partie par des mitrailleuses installées comme sur un stand de foire dans le nez du CURTISS COMMANDO .
C’est l’ hécatombe !

De la même façon, les deux autres compagnies qui devaient s’élancer à partir des lisières nord d’HUGUETTE 3 ne progressent pas d’un mètre, accueillies par un déluge de fer et de feu .
Comble de malchance, brouillé par l’effet de fading provoqué par la masse métallique de la piste d’aviation, le poste radio du commandant LIESENFELT ne peut capter les appels au secours de ses unités .
A 15h45 , inquiet de n’avoir aucune nouvelle le général de CASTRIES fait réveiller BIGEARD .
J’ai l’impression que l’attaque piétine, va voir cela de près ……..

BIGEARD s’équipe rapidement et fonce jusqu’à l’emplacement occupé par LIESENFELT .
Le poste fonctionne et, maintenant la situation apparaît clairement aux deux officiers .
Elle est désespérée .

BIGEARD n’est pas homme à s’acharner et il obtient du général de CASTRIES l’autorisation de repli .

Je les connais dit-il, si ils n’ont pas réussis personne n’aurait pu réussir !

Attaquer face à des mitrailleuses est déjà suicidaire, se replier devant elles est peut-être pire encore .
C’est au moment du décrochage que les pertes vont êtres considérables.

Les compagnies BOULINGUIES et DE BIRE mettront près d’une heure à revenir sur leurs bases de départ .
Le lieutenant DE BIRE est touché gravement aux jambes, il avance en utilisant des pelles de tranchées .

Sur la piste d’aviation c’est le massacre, les lieutenant PETRE et LECOUR-GRANDMAISON sont blessés à leur tour .
Leurs compagnies ont perdu 80 pour cent de leurs effectifs, c’est YZQUIERDO, un jeune lieutenant qui parvient à ramener les survivants jusqu'à OPERA , il ne reste qu’une petite section .

Au soir le 2° B.E.P. est dissous, les rescapés iront rejoindre les rangs du 1° B.E.P. qui prendra la dénomination de BATAILLON DE MARCHE ETRANGER PARACHUTISTE .

La bataille des 3 HUGHETTE du nord est désormais terminée, une page d’histoire de DIEN BIEN PHU est désormais tournée .
Si du coté français elle a coûtée très cher, environ 700 hommes, elle a été encore plus meurtrière pour l’ennemi, GIAP lui même reconnaîtra que ces 3 semaines de combat ont porté un coup sévère à son potentiel , comme au moral de ses troupes .
avatar
EAGLE

Messages : 247
Points : 27338
Date d'inscription : 20/02/2012
Age : 48

Revenir en haut Aller en bas

- Sujets similaires
Partager cet article sur : diggdeliciousredditstumbleuponslashdotyahoogooglelive

 
Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum