Rechercher
 
 

Résultats par :
 

 


Rechercher Recherche avancée

Like/Tweet/+1
La Mémoire Parachutiste Militaire est importante, Merci de participer en postant des sujets ou en répondant à ceux existants. Nos Régiments actuels et les Militaires d'Aujourd'hui ne le sont pas moins, "les camps parachutistes" donne la parole aux deux.
Derniers sujets
Flux RSS


Yahoo! 
MSN 
AOL 


RENDONS HOMMAGE A NOS ANCIENS DE DIEN BIEN PHU TOMBE LE 7 MAI 1954

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet

Aller en bas

07052012

Message 

RENDONS HOMMAGE A NOS ANCIENS DE DIEN BIEN PHU TOMBE LE 7 MAI 1954






Retranchées dans la région de Diên Biên Phu, les forces françaises sont envahies par les troupes communistes du Viêt-minh, alors sous le commandement du général Giap. Les Français, dirigés par le colonel de Castries, ont résisté avec détermination pendant près de 60 jours. Mais une fois la base tombée aux mains du Viêt-minh, ils sont contraints à la capitulation. Les accords de Genève, signés le 21 juillet mettront fin au conflit. La France devra alors quitter l’intégralité du territoire vietnamien. Quant au Viêt-Nam, il sera divisé en deux.


Notre Amicale participera le lundi 7 mai 2012 à la Cérémonie du Ravivage de la Flamme sous l’Arc de Triomphe de Paris.
Nous déposerons une gerbe dont le ruban portera l’inscription « Les Combattants de Diên Biên Phu » car c’est au noms de tous nos compagnons morts depuis le 20 novembre 1953 que nous accomplirons ce geste.
Le rendez-vous est fixé à partir de 17 H 15 à l’angle de l’avenue des Champs Elysées – avenue Friedland. Vous trouverez sur place notre Président louis Cheval et le Vice-Président Victor Dufour.
Nous espérons vous rencontrer nombreux.


POEME
7 mai 1954,


Dièn Bièn Phù est tombé !



J'ai rêvé sans doute ...



Devant moi défilait la cohorte innombrable des morts de "LA" bataille.



Tous ceux qui, sans espoir de gagner, refusaient d'être des vaincus.

Ceux qui, pour ne pas laisser des copains "dans la merde" y sont allés la partager.



Dans leur piteux état, en haillons, blêmes et ensanglantés, ils avançaient sans voir, drapés de majesté dans une procession irrépressible.



Je voyais la France s'arrêter tout d'un coup, immobile.



Le peuple français se figeait, et avec respect, se décoiffait pour observer une minute lourde de cinquante ans de silence.



J'ai rêvé sans doute ...



Dièn Bièn Phù est tombé !



Le fracas des armes s'est tu.



L'écho s'en est perdu dans l'âme des vallées.



Les tombes se sont effacées.



Les héros ont été oubliés, devenus anonymes, comme un Soldat Inconnu dont on a un peu honte, comme d'un grand dadais, parent lointain qu'on cache.



Encore, n'ai-je parlé que des morts ! Mais les sur-vivants ?



Ils n'étaient guère mieux lotis ! Sous-alimentés, hâves et décharnés, la vie, seule, à travers leurs traits tirés sous l'épuisante fatigue, se lisait dans leurs yeux enfiévrés d'une volonté au delà de l'humain.



La lutte titanesque les abattit mais ne les défit pas.



La Saga ne se raconte plus aux Enfants de la France, ce serait sacrilège !

Nos livres d'histoire sont soigneusement expurgés par des professeurs patelins et onctueux.

Il convient, nous dit-on, de vivre avec son temps :

Semaine des 35 heures, congés payés et Sécurité Sociale...

Avec des Droits plus forts que des obligations, lesquelles ne se trouvent plus qu'en Bourse.



Seuls, les Anciens, entre eux, avec des mots sculptés par la tourmente, perpétuent La Légende, mais on ne les écoute plus.

Pensez donc, ils radotent ! Ils emploient des mots baroques, singuliers, comme "Honneur", "Fidélité", "Devoir"...

Sont-ils devenus fous ?



Lézin Denis le 27/04/2004



Pour mieux comprendre :

Les pertes subies par la garnison française - 1500 tués et plus de 4000 blessés - ne purent pas être compensées par le renfort des 4306 hommes parachutés entre le 14 mars et le 6 mai.

Parmi ces renforts figuraient 789 hommes non parachutistes de toutes armes, volontaires pour combattre à Dièn Bièn Phù où ils seront largués à partir du 20 avril, le plus souvent de nuit, pour rejoindre leurs camarades de la garnison assiégée.

Ces parachutistes "d'un saut", enfin les survivants de cette équipée, recevront un diplôme spécial de parachutage, puis un véritable brevet de parachutiste.

A noter que contrairement aux estimations pessimistes des états-majors, il n'y eut pas plus de "casse" parmi eux que parmi les professionnels du saut.
avatar
Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

- Sujets similaires
Partager cet article sur : diggdeliciousredditstumbleuponslashdotyahoogooglelive

RENDONS HOMMAGE A NOS ANCIENS DE DIEN BIEN PHU TOMBE LE 7 MAI 1954 :: Commentaires

avatar

Message le Lun 7 Mai 2012 - 21:31 par Lothy

C'est bien de leur rendre hommage ! Mais ce serait encore mieux de les entourer en de telles journées...

Par rapport à l'an dernier, le cortège était bien réduit... Et pourtant Geneviève de Galard, son époux, le général Le Boudec et quelques autres étaient bien là, encore debout durant plus d'une heure, n'hésitant pas à serrer des mains ou à accepter une photo...

Ils ne seront pas éternels... C'est donc maintenant qu'il est nécessaire de leur montrer que nous ne les oublions pas.

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Message le Mar 8 Mai 2012 - 17:54 par 82/08

j'ai participé hier soir avec les membres de la section unp du Doubs a l'hommage de la chute Dien- bien- phu,les anciens étaient toujours fidèles au poste mais cette année pas de gerbe devant le stèle car l’année dernière elle avait été massacrée dans la nuit par une bande d' enfoirés.

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Message le Mar 8 Mai 2012 - 18:08 par Lothy

C'est bien triste !

Heureusement, à l'Arc de Triomphe, nous ne risquons pas encore ce genre de choses, mais qui sait, ça pourrait bien venir un jour !....

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum