Rechercher
 
 

Résultats par :
 

 


Rechercher Recherche avancée

Like/Tweet/+1
La Mémoire Parachutiste Militaire est importante, Merci de participer en postant des sujets ou en répondant à ceux existants. Nos Régiments actuels et les Militaires d'Aujourd'hui ne le sont pas moins, "les camps parachutistes" donne la parole aux deux.
Derniers sujets
Flux RSS


Yahoo! 
MSN 
AOL 


le 17 juin, qui correspond à la date du premier acte de résistance de Jean Moulin

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet

Aller en bas

17062012

Message 

le 17 juin, qui correspond à la date du premier acte de résistance de Jean Moulin




Chaque année, une cérémonie est organisée au Panthéon, le 17 juin, qui correspond à la date du premier acte de résistance de Jean Moulin, le 17 juin 1940.

Cette cérémonie est co-organisée par l'association nationale des Amis de Jean Moulin et par le ministère de la Défense (SGA/DMPA), en présence des associations nationales de la Résistance et de la Déportation et avec la participation du Chœur de l'Armée Française, du Centre national Jean Moulin (ville de Bordeaux), du Mémorial du Maréchal Leclerc de Hauteclocque et de la Libération de Paris - Musée Jean Moulin (ville de Paris).


_________________
Que la force me soit donnée de supporter ce qui ne peut être changé et le courage de changer ce qui peut l'être
avatar
la Géline

Messages : 565
Points : 29931
Date d'inscription : 17/11/2011

Revenir en haut Aller en bas

- Sujets similaires
Partager cet article sur : diggdeliciousredditstumbleuponslashdotyahoogooglelive

le 17 juin, qui correspond à la date du premier acte de résistance de Jean Moulin :: Commentaires

avatar

Message le Dim 17 Juin 2012 - 14:19 par Charbonnier




17 juin

Jean Moulin tente de se trancher la gorge

Arrêté pour s’être opposé à l’occupant, Jean Moulin est battu et emprisonné. Il refuse catégoriquement de signer un document accusant injustement de meurtre des tirailleurs sénégalais de l’armée française. Face à la pression allemande, il préfère se trancher la gorge à l’aide d’un débris de verre plutôt que de leur céder quoique ce soit et ainsi de se déshonorer. Tout de suite après avoir commis cet acte suicidaire, il est soigné et libéré.

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Message le Mar 19 Juin 2012 - 8:14 par Invité

Hello everybody,

A l'issue de cette tentative de suicide, Jean Moulin sera relevé de ses fonctions de préfet en novembre 1940 à cause de son opposition au régime de Vichy. Il s'installe alors en zone sud (non occupée). Dans les mois qui suivent, Jean Moulin prend contact avec plusieurs mouvements de Résistance ; la rébellion contre les agents du maréchal Pétain se précise.
Il décide de gagner Londres. Obligé de vivre et de se déplacer sous un faux nom pour échapper à la police française, il arrive en Angleterre le 20 octobre 1941.
Au cours de sa première rencontre avec le général de Gaulle, fortement impressionné par ce dernier, il drese un tableau de la Résistance en "zone libre". Parachuté dans les Alpilles le 31 décembre 1941, il est chargé d'une mission capitale: réaliser l'unité d'action de tous les éléments qui résistent à l'ennemi et à ses collaborateurs. Il s'agit en fait, d'une tâche à la fois délicate et indispensable.
Nous connaissons tous la suite : il met un an à unifier et à coordonner la Résistance dont il place tous les mouvements sous l'autorité du Général De Gaulle. C'est la création du C.N.R. (Conseil National de la Résistance), dont la première réunion se tient à Paris, le 27 mai 1943, au 48 rue du Four.
Le 21 juin 1943, au cours d'une réunion à Caluire (Rhône), il est arrêté avec ses amis par la Gestapo. Il est certain qu'il y a eu trahison, mais jamais les enquêtes ou procès n'ont pu le prouver formellement.
Horriblement torturé, l'ennemi ne peut tirer de lui aucune indication : il ne livre aucun nom. Seuls ceux qui ont été martyrisés peuvent imaginer ce qu'il a dû supporter. Le 8 juillet 1943, au cours de son transfert en Allemagne, Jean Moulin meurt des suites de ses souffrances.
Lors du dépôt de ses cendres au Panthéon, le 19 décembre 1964, le Ministre de la Culture de l'époque André Malraux dans un discours solennel (et resté fameux) voyait en lui " le visage de la France".
Cdlt

mac

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum