Naufrage du Lancastria, 17 juin 1940

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet

Aller en bas

17062012

Message 

Naufrage du Lancastria, 17 juin 1940




17 juin 1940

Naufrage du Lancastria



Le 17 juin 1940, tandis que la France est envahie par la Wehrmacht, le Lancastria, un paquebot chargé de soldats britanniques, quitte à la hâte le port de Saint-Nazaire. Bombardé par des Junker allemands, il explose et coule en 24 minutes. On recueillera près de 2500 survivants. Faute d'un enregistrement des passagers de fortune, le nombre de victimes est quant à lui évalué à 5200 !
avatar
baltique

Messages : 333
Points : 27386
Date d'inscription : 21/11/2011

Revenir en haut Aller en bas

- Sujets similaires
Partager cet article sur : diggdeliciousredditstumbleuponslashdotyahoogooglelive

Naufrage du Lancastria, 17 juin 1940 :: Commentaires

avatar

Message le Ven 22 Juin 2012 - 6:46 par Invité

Une sacré hécatombe, les pauvres, aucune chance sur la quantité de soldats, c'est même un miracle que 2500 soit sauvés, quel sale coup du sort pour tous ces gars !!!

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Message le Ven 22 Juin 2012 - 8:02 par Mac Breheny

Hello everybody,

Comme de nombreux navires, il avait été réquisitionné à la déclaration de guerre. Le 17 juin 1940, il était chargé de participer à l'évacuation des 40 000 soldats britanniques encore sur le territoire français ainsi que de réfugiés civils.
Dans la nuit du 17 juin 1940, au large de Saint-Nazaire, le Lancastria, est bombardé par quatre avions Junkers Ju 88 allemands, et une des bombes tombe dans la cheminée du navire. Le navire coule en 24 minutes.
Le naufrage du Lancastria fait 1 728 victimes, en grande majorité des soldats britanniques. On ne peut savoir très exactement combien de passagers se trouvaient à bord, les documents de bord étant encore sous le secret militaire jusqu'en 2040, mais on sait qu'à cause des circonstances de la débâcle aucune consigne de limite du nombre d'embarquement n'avait été édictée, alors que la capacité normale du paquebot était de 3 000 personnes.
On compte 2 477 rescapés de cette catastrophe longtemps occultée.
Il s'agit de l'un des naufrages les plus meurtriers de l'histoire, avec ceux du Cap Arcona, du Wilhelm Gustloff et du Goya en 1945 en mer Baltique, et ceux du Jun'yō Maru, du Toyama Maru et du Ukishima Maru en 1944 dans le Pacifique.
Cdlt

Mac

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Message le Dim 17 Juin 2018 - 8:47 par stick23

Une catastrophe humaine, c'était le 17 juin 1940.







Saint Trojean (Oléron) Cérémonie au cimetière ou sont enterrés des victimes anglaises.


17 juin 1940. L'armée française est en déroute totale. En quelques jours, les Allemands déferlent sur la France. Ils s'approchent de Nantes. Des soldats anglais, canadiens, australiens et polonais se sont regroupés à Saint-Nazaire. Ils attendent leur embarquement pour l'Angleterre. Une trentaine de bateaux sont en rade, dont un paquebot de 169 mètres, le Lancastria.

Les soldats et quelques civils s'entassent à son bord. Combien sont-ils ? 6 000 ? 7 000 ? Plus ? À 15 h 48, huit Stukas allemands surgissent. « Je les ai vus arriver, se souvient Maurice Lamour, marin pêcheur de l'Herbaudière. Ils sont passés entre Noirmoutier-en-l'Île et la pointe nord de l'île. » Quatre bombes lancées par les avions touchent le navire. L'une d'elles explose dans l'unique cheminée du paquebot. Une autre perce la cale d'où s'échappent 500 tonnes de mazout.

Gérard Rouvel se trouve sur la promenade en bordure de mer : « Le bruit qui s'est produit m'a fait regarder au large. Le bateau a coulé en un peu plus d'un quart d'heure. Je l'ai vu éclater. Le fioul qui s'était répandu à la surface a pris feu et a tué beaucoup de gens qui se débattaient dans l'eau. »

Les quelques canots de sauvetage sont pris d'assaut. La panique est indescriptible. Les passagers des ponts inférieurs sont coincés dans leurs cabines. Sur le pont supérieur, c'est un spectacle effroyable : « Les gens tentaient de s'enfuir à la nage, mais ils étaient rattrapés par la nappe en feu. »

À 16 h 12, le Lancastria sombre par 19 mètres de fond. La catastrophe fait au moins 6 000 morts. 1 800 rescapés réussiront toutefois à rejoindre l'Angleterre. Pendant de nombreuses semaines, les corps vont dériver au gré des courants, jusqu'à l'île de Ré. En mer, Maurice Lamour se souvient de ce triste spectacle « de quinzaines de corps rassemblés dans le lit de la marée. À Noirmoutier, des gens allaient chercher les corps échoués sur les plages et les hissaient sur des charrettes. »

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Message le Dim 17 Juin 2018 - 21:27 par Blu

C'est bien stick23 d'avoir remis en avant cet épisode particulièrement tragique.
Un 17 juin, la veille...
Finalement, on s'aperçoit que souvent on a tendance à oublier ce qui s'est passé pendant cette année 1940.
Un besoin d'oublier que cette année fut une défaire ?
Et pourtant, combien de sacrifices...
Ici, il s'agit d'une catastrophe en mer, mais sur terre beaucoup de troupes ont résisté afin de permettre "l'évacuation" de Dunkerque...

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum