Rechercher
 
 

Résultats par :
 

 


Rechercher Recherche avancée

Like/Tweet/+1
La Mémoire Parachutiste Militaire est importante, Merci de participer en postant des sujets ou en répondant à ceux existants. Nos Régiments actuels et les Militaires d'Aujourd'hui ne le sont pas moins, "les camps parachutistes" donne la parole aux deux.
Derniers sujets
Flux RSS


Yahoo! 
MSN 
AOL 


15 février 1794 : naissance du drapeau tricolore

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet

Aller en bas

15022013

Message 

15 février 1794 : naissance du drapeau tricolore





[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

15 février 1794 : naissance du drapeau tricolore. Le décret de la Convention nationale remplace les drapeaux d’ordonnance hérités des régiments de l’Ancien Régime : « Formé des trois couleurs nationales disposées en trois bandes égales posées verticalement. »


Il a été dessiné par Jacques Louis David. Dès 1790, les bâtiments de la marine avaient déjà adopté les « trois couleurs de la liberté », dans cette même disposition verticale et non horizontale, afin d’éviter toute confusion avec les couleurs des navires hollandais. Quelques origines des couleurs :





Le bleu : couleur du manteau de saint Martin, des armées de Clovis, des branches cadettes de la famille royale puis de la famille royale au XIIème siècle.


Le blanc : bannière de sainte Jeanne d’Arc, panache blanc d’Henri IV, symbole de la monarchie à partir du XVIème siècle.


Le rouge : couleur de la coiffure des affranchis dans l’antiquité, de Louis VI, Louis XI, du bonnet phrygien de 1789.

_________________
«Contre la peur, un seul remède : le courage.»
[ Louis Pauwels ]  [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
avatar
Charbonnier

Messages : 1561
Points : 32139
Date d'inscription : 28/10/2011
Age : 67

Revenir en haut Aller en bas

- Sujets similaires
Partager cet article sur : diggdeliciousredditstumbleuponslashdotyahoogooglelive

15 février 1794 : naissance du drapeau tricolore :: Commentaires

avatar

Message le Ven 15 Fév 2013 - 22:46 par Charbonnier

L’HISTOIRE DE TROIS COULEURS
Tous signes, emblèmes, drapeaux, couleurs, symboles ont une signification ou véhiculent une
idée. Un symbole n’est pas neutre. Tel est le cas des drapeaux des nations. Leur naissance est
souvent liée à l’histoire du pays, de l’Etat ou de la nation.
Un drapeau est composé de couleurs qui ont, chacune, une histoire. En effet, leur sens évolue
dans le temps. Leur utilisation et leur perception chez les hommes varient en fonction des
idées, des modes et aussi des techniques.
Aussi, avant de se remémorer l’histoire de notre drapeau, il est intéressant de s’attarder sur les
trois couleurs qui le composent afin de mieux comprendre les possibles raisons de leur
présence.
LE BLEU
La couleur bleue est, par excellence, la couleur de la France. Elle est portée sur les maillots
des équipes sportives, sur les carrosseries des voitures de compétition 1…Le bleu est donc
associé à la France.
D’ailleurs, très tôt, cette couleur est liée à notre pays.
Tout d’abord, le fond des armoiries de la famille royale est bleu. Les armes de France,
d’abord d’azur semé de fleurs de lys d’or puis d’azur à trois fleurs de lys d’or sous Charles V
2, sont apparues vraisemblablement sous Philippe Auguste vers 1180. Or, à cette époque, le
bleu est peu employé et n’est présent que dans 10% des armoiries. Alors, pourquoi les
capétiens ont-ils usités cette couleur ? Il semble qu’ils en aient repris l’usage à l’imitation de
Clovis et des mérovingiens. En effet, Clovis aurait choisi cette couleur en hommage à Saint
Martin, ancien évêque de Tours au IVème siècle. La légende veut que le célèbre manteau de cet
ancien officier de l’armée romaine, pourpre à l’origine et exposé à la vénération des fidèles,
ait viré de couleur et soit perçu comme bleu.
A la fin du XIIème siècle, le bleu est associé à la vierge dont le culte ne cesse de croître en
Occident. A la même époque, les verriers mettent au point la couleur « bleu de Chartres »
expérimentée sur l’abbaye de Saint Denis à l’initiative de l’Abbé SUGER. Le bleu est aussi
utilisé dans les habits. A partir du XVème siècle, le bleu est perçu comme la plus belle couleur
et la plus noble. Aussi, au XVIIIème siècle, la présence du bleu dans les armoiries françaises
dépasse 50%.
Sous la Révolution, l’uniforme de la Garde nationale de Paris est bleu. Cette couleur se
généralise et devient, après la proclamation de la République, celle des uniformes des soldats.
Dès lors, les « Bleus » sont les partisans de la Révolution par rapport « aux blancs », partisans
du retour de la monarchie. Le bleu est alors la couleur des révolutionnaires mais au cours du
XIXème et du XXème siècle, il devient progressivement celle des centristes puis celle des
conservateurs.
Si, de la Restauration jusqu’à la Première Guerre mondiale, l’uniforme des soldats est à
dominante rouge notamment avec le célèbre « pantalon garance », il retourne au bleu en 1915.
Aujourd’hui, le bleu reste, tant en France qu’en Europe, la couleur préférée.
1 Cet usage est, hélas, de moins en moins respecté.
2 C’est entre 1372 et 1378 que ce roi entérine cette modification par affection envers la Sainte Trinité.
LE ROUGE :
La couleur rouge a une histoire très mouvementée. Au départ, le rouge ou plus exactement le
pourpre est, par excellence la couleur impériale tant sous Rome que dans l’Empire Byzantin.
Au début du XIIème siècle, cette couleur est très employée notamment dans l’héraldique. Au
XIIIème siècle, plus d’un tiers des armoiries ont une dominante gueules (c’est la dénomination
de la couleur rouge dans la science héraldique). Dans la tradition chrétienne, le rouge est la
couleur des martyrs. D’ailleurs, aujourd’hui encore, dans la liturgie catholique, les habits
sacerdotaux du prêtre officiant porte la couleur rouge lors des célébrations, le jour d’une
sainte ou d’un saint martyr ainsi que pour les « grandes fêtes » comme les Rameaux ou la
Pentecôte.
Le rouge est souvent synonyme de richesse et de fête. Du Moyen-Age jusqu’à la fin du
XVIIIème siècle, notamment dans la paysannerie française, la robe de la marié est rouge!
Le rouge était aussi la couleur de l’oriflamme de Saint Denis. A partir du XIIème siècle, les
rois de France utilisèrent cette oriflamme lors d’expéditions militaires ou de guerre avec
l’étranger. Cet étendard devient alors pendant près de trois siècles, le symbole militaire de la
dynastie capétienne et du royaume de France 3. La dernière bataille où il fut déployé est la
funeste défaite d’Azincourt en 1415.
Jusqu’à leur suppression sous Louis XV, les galères royales arboraient le pavillon rouge.
De même, le drapeau de Picardie, régiment d’infanterie qui deviendra sous la révolution le 1er
régiment d’infanterie (1791), possède un drapeau à la croix blanche cantonnée de rouge.
A coté du rôle militaire, toujours au XVIIIème siècle, le drapeau rouge est un signal préventif
et d’ordre. En effet, on déployait un tissu rouge pour prévenir la population en cas de danger
et, si nécessaire, lui demander de se disperser. Le rouge est donc associé aux lois contre les
regroupements parfois même à la loi martiale. Au début de la révolution, le rouge est
clairement un signal de danger et d’appel à la force publique.
Le drapeau rouge change de signification à l’issue de la journée du 17 juillet 1791. Sur le
Champ de Mars, la foule rassemblée est prise à partie par la garde nationale qui tire dessus
avant sa dispersion demandée par les instances municipales par le déploiement du drapeau
rouge. Dès lors, le drapeau rouge, « teinté de sang » du peuple devient le symbole du peuple
« opprimé ou révolté ».
Deux fois, le drapeau rouge a failli devenir l’emblème de notre pays. Le 25 février 1848,
Lamartine, par sa verve, réussit à écarter cette couleur 4. En 1871, il est l’emblème de la
commune de Paris insurgée qui s’effondre sous les assauts de l’armée légaliste et nationale.
Dès lors, le rouge devient la couleur de la révolution sociale et du socialisme international.
Les régimes communistes utilisent donc principalement cette couleur.
En 1917, la révolution bolchevique l’adopte et en fait le drapeau de la Russie puis de
l’U.R.S.S. avec la faucille et le marteau en sautoir surmontés d’une étoile le tout d’or sur le
canton dextre. Libéré du joug communiste en 1991, la Russie reprend ses couleurs
ancestrales : blanc, bleu, rouge.
3 Le cri de guerre des rois de France est : « Montjoie, Saint Denis ».
4 « Le drapeau rouge est…un pavillon de terreur…qui n’a jamais fait que le tour du Champ de Mars, tandis que
le drapeau tricolore a fait le tour du monde, avec le nom, la gloire et la liberté de la patrie ».

LE BLANC :
La couleur blanche a toujours eu un rôle particulier dans la plupart des civilisations. Le blanc
a été, au XIXème et au début du XXème siècle, considéré comme une non couleur. Cela n’a pas
toujours été le cas particulièrement au Moyen-age.
Selon la Bible, le blanc est la couleur de la maison de David. Elle est donc celle du roi
Salomon et celle du Christ. Elle y puise la symbolique de pureté, de l’innocence mais aussi
de la grandeur. Le blanc est associé à la lumière divine.
Le mot « blanc » est issu d’un mot d’origine germanique qui signifie « brillant, clair ». Le
terme « arme blanche » (attestée dès la fin du XVIIème siècle) se rapproche de cette
signification étymologique en qualifiant les armes à lame ayant un métal ni bronzé, ni doré, ni
gravé.
En héraldique, le métal argent est représenté par la teinte blanche. Ce métal était sensé
représenter les vertus d’espérance, de pureté et de justice.
Hors d’Europe, en Asie et en Afrique noire, le blanc est la couleur du deuil. Cette tradition est
présente en Europe où les reines issues de la famille des Bourbon prenaient le deuil en blanc.
Dans presque toute l’Europe, à partir du XVIème siècle, elle est la couleur du commandement.
Les généraux et chefs de guerre portaient souvent une cravate ou une écharpe blanche. Le
drapeau colonel de la compagnie colonel (c’est-à-dire celle dépendant directement du colonel,
commandant le régiment) est blanc. Les drapeaux d’ancien régime des régiments portaient
une croix blanche. Seuls les cantons disposaient de couleurs qui variaient avec chaque corps.
Le blanc s’est maintenu comme marque de commandement militaire jusqu’au XXème siècle en
France avec l’écharpe blanche 5 et les plumes blanches des bicornes des maréchaux et
généraux.
La révolution de 1789 fait du blanc le symbole de la monarchie de droit divin mais surtout le
symbole de la contre-révolution. Partout, les contre-révolutionnaires remplacent la cocarde
tricolore, devenu national en 1790 puis obligatoire6, par la cocarde blanche. Dans l’ouest de la
France, l’armée catholique et royale possède des drapeaux blancs sur lesquels sont ajoutées
des fleurs de lys d’or ou les armes de France. Dans les armées des émigrés, les soldats
portaient souvent un brassard blanc. Sous la restauration, Louis XVIII abandonne le drapeau
tricolore et établit un drapeau du même type que celui des armées vendéennes 7.
Entre temps, le drapeau blanc uni prend une signification qu’il conserve encore aujourd’hui :
celui de la reddition, de la capitulation ou d’une trêve. Il semble que, dès le Moyen Age, cette
signification est déjà cours.
Enfin, à la fin du XIXème siècle, le blanc devient la couleur représentative de la Sainte Vierge,
mère du Christ, avec la proclamation du dogme de l’immaculée conception.
5 Les tableaux représentant les chefs vendéens, au musée d’histoire de Cholet, portent tous l’échappe blanche en
ceinture.
6 Décret du 8 juillet 1792 rendant le port obligatoire pour tous les hommes, port obligatoire étendu aux femmes
le 21 septembre 1793 par la convention.
7 Le musée du génie expose la réplique du drapeau du 3ème régiment du génie de 1816.
HISTOIRE DES TROIS COULEURS :
LE DRAPEAU TRICOLORE
L’origine du drapeau tricolore date de la révolution française. Néanmoins, l’association du
bleu, du blanc et du rouge est bien antérieure à cette période.
En effet, les gardes français et les gardes suisses de la Maison du roi portaient un uniforme
associant les trois couleurs avec une prépondérance du bleu pour les français et du rouge pour
les suisses. De même, la livrée des serviteurs du roi était composée de ces trois couleurs. Cette
combinaison de couleurs est attestée dès les Valois (Charles V) puis chez les Bourbon.
Ainsi, le 17 juillet 1789, lorsque Louis XVI attache la cocarde bleue et rouge, que lui offre le
maire de Paris Jean-Sylvain BAILLY ou bien le Marquis de Lafayette sur la cocarde blanche
qu’il arbore sur son chapeau, la réunion des trois couleurs ne peut en aucun cas offusquer ce
monarque qui y est habitué 8.
Mais pourquoi le bleu et le rouge ? Saint Denis, martyr, est le saint patron de la ville de Paris.
Sa couleur est le rouge. C’est sans doute pour cette raison que le champ des armes de Paris est
de gueules. Au début du XVème siècle, les armes de France (d’azur semé de fleurs de lys d’or)
font leurs apparitions au chef des armes de Paris. Ainsi, le bleu et le rouge, couleurs de fond
des armoiries 9 de Paris, sont naturellement prises par les révoltés.
Il existe aussi une autre raison.
Dans la deuxième moitié du XVIIIème siècle, le bleu, le blanc et le rouge sont souvent utilisés
par les partisans du changement ou des nouvelles idées. En effet, ces couleurs sont celles du
drapeau de la toute nouvelle république des Etats-Unis d’Amérique, elles-mêmes issues du
drapeau britannique « l’Union Jack ».
Ainsi, lors de la « création » de la cocarde tricolore par Lafayette, celui-ci, héros de la guerre
d’indépendance des Etats d’Amérique, doit certainement songer à la symbolique très forte à
laquelle revoie la combinaison de ces trois couleurs.
Le 28 mars 1790, la Constituante interdit le port de cocardes autre que bleu-blanc-rouge. Le
10 juin, cette cocarde est déclarée « nationale ». Le 14 juillet 1790, lors de la fête de la
Fédération, le Champ de Mars est entièrement pavoisé de bleu, de blanc et de rouge. A cette
date, les trois couleurs combinées symbolisent totalement les idées nouvelles de la
Révolution.
C’est en 1790 que les trois couleurs entrent dans l’histoire militaire de la France. Deux
décrets, datés du 22 et 24 octobre, instituent, d’une part, le remplacement de la cravate
blanche par une cravate tricolore sur les emblèmes des régiments et, d’autre part, un nouveau
pavillon de nationalité pour les bateaux de la Marine. Ce nouvel emblème est blanc avec, au
franc-quartier dextre10, le rouge, le blanc et le bleu disposés en pal 11.
Cette intrusion des trois couleurs sur les emblèmes militaires ne va pas cesser de se renforcer
jusqu’à la fin de l’Empire.
Le 22 avril 1792, une loi institue, dans l’infanterie seulement, un drapeau régimentaire avec
les trois couleurs dans une disposition qui doit varier pour chaque régiment.
Le 15 février 1794 (27 pluviôse, an II), la Convention adopte la position des couleurs : le bleu
à la hampe, le rouge flottant, le blanc entre les deux, le tout en trois bandes verticales de
même largeur. Il semble que seule la Marine ait utilisé ce drapeau à cette date.
8 Il existe un seul tableau, exposé au Château de Versailles, représentant ce roi avec la cocarde tricolore.
9 Le blasonnement des armes de Paris est : de gueules à une nef équipée d’argent voguant sur des ondes du
même, au chef cousu d’azur semé de fleurs de lys d’or.
Sur l’histoire des emblèmes de Paris, lire : les armoiries de la ville de Paris, 1874 par A. de Coëtlogon.
10 Dextre signifie droite. Mais pour celui qui regarde, il est à gauche.
11 En pal c’est-à-dire vertical.

Sous l’Empire, le nombre de formation possédant un emblème augmente. En 1804, Napoléon
1er impose un emblème unique pour toutes les formations de toutes les armes atteignant un
certain effectif. Ce nouveau drapeau est composé d’un carré blanc posé sur une pointe
permettant de former quatre triangles dans les coins dont deux en bleu et deux en rouge.
Enfin, en 1812, l’Empereur reprend la disposition des trois couleurs adoptée par la
Convention en 1794 : trois bandes verticales avec le bleu à la hampe et le rouge flottant.
Dès lors, le drapeau tricolore, pavillon national, ne changera plus de forme. Après son éclipse
durant la Restauration (1815-1830), il n’a plus cessé d’être le symbole de la France.
En 1848, Lamartine proclame : « La France et le drapeau tricolore, c’est une même pensée,
un même prestige, une même terreur au besoin pour nos ennemis ».
Le Second Empire conserve les Trois couleurs et les dispositions préalables.
Sous la troisième République, les trois couleurs ne sont plus contestés et rassemblent, dès lors,
l’immense majorité des Français 12.
La constitution de la Vème République cite nommément, dans l’article 2, les trois couleurs qui
composent le drapeau français et leur positionnement. Cependant la nuance des teintes n’est
pas définie et est laissée à l’appréciation de chacun.
La France possède donc un emblème national se rattachant à sa longue histoire et à une
tradition symbolique très marquée. Elle s’identifie totalement à son drapeau. C’est, peut-être,
la raison pour laquelle la France est le seul pays européen à ne pas posséder d’armoiries. Car
les Français n’en éprouvent, sans doute, pas le besoin ni l’utilité.
Peu de pays et de nations, comme la France, possèdent un symbole aussi puissamment ancré
dans son histoire 13. Chacun peut et doit y puiser des forces pour forger un avenir à notre pays.
Les trois couleurs symbolisent bien la France d’hier, d’aujourd’hui et de demain.
Pour conclure, voici une récitation tirée d’un livre 14 de l’école primaire datant de la fin du
XIXème siècle : les trois couleurs.
Les connais-tu, les trois couleurs,
Les trois couleurs de France,
Celles qui font rêver les coeurs
De gloire et d’espérance :
Bleu céleste, couleur du jour ;
Rouge de sang, couleur d’amour ;
Blanc, franchise et vaillance !
Jusqu’à la mort on le défend
O sublime folie !
Et quand on revient triomphant,
Vers sa loque chérie
Les yeux sont de larmes remplis ;
Car le drapeau garde en ses plis
L’âme de la patrie.
12 Seul le Comte de Chambord, petit-fils de Charles X et prétendant au trône de France, refuse le drapeau
tricolore et désire revenir au drapeau blanc de la Restauration.
13 Le Royaume-Uni et l’Espagne font partis des pays qui possèdent un drapeau dont les symboles sont puisés
aux sources de leur longue histoire.
14 G. GOURDON, Le sang de la France, Savine éditeur.
CDT Pierre de LABAREYRE,
Conservateur du musée du génie
BIBLIOGRAPHIE SOMMAIRE :
- CHARRIE Pierre, Drapeaux et étendards de la Révolution et de l’Empire, édition
Copernic, 1982
- HUYON Alain, Trois couleurs et deux siècles, RHA décembre 1994
- PASTOUREAU Michel, les emblèmes de la France, édition Bonneton, 1998
- PASTOUREAU Michel, une histoire symbolique du Moyen Age occidental, édition du
Seuil, 2004
- Revue Historique des Armées n° 1, 1958
- THIEBAUD Jean-Marie, dictionnaire des termes du blason, 1994
- ZNAMIEROWSKI, l’encyclopédie mondiale des drapeaux, 2004

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Message le Ven 15 Fév 2013 - 22:50 par marcoy

merci André, ces 3 COULEURS méritent cet hommage .

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Message le Sam 16 Fév 2013 - 12:00 par Invité

Merci pour ce rappel de ce que sont nos Trois Couleurs.

En lisant ce document, une question me vient à l'esprit ...

Dans quelles classes, à quelles occasions ceci est enseigné à nos enfants, dans l’École de la République ?

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum