C'ETAIT IL Y A 100 ANS au jour le jour (ou à peu près)

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet

Page 13 sur 14 Précédent  1 ... 8 ... 12, 13, 14  Suivant

Aller en bas

Re: C'ETAIT IL Y A 100 ANS au jour le jour (ou à peu près)

Message par BriseLance13 le Mer 11 Avr 2018 - 16:19

Alors Lang, je suppose que votre question est ;" encore Courcelles! mais ils y étaient quelques jours avant, près de Montdidier".
C'est juste, mais c'est un autre Courcelles. Près de Montdidier, c'est Courcelles Epayelles (Oise), alors que dans l' Aisne,
c'est Courcelles sur Vesle, sur la N31, entre Soissons et Reims.
C'est dans ce village, que le 27 mars 1810, Napoléon (41 ans) rencontre pour la première fois,Marie-Louise d'Autriche (19 ans).
Ce jour là, il pleuvait et l'Empereur, s'était abrité sous le porche de l'église, en compagnie du maréchal Murat.
Mais mon cher Lang, je vois que vous suivez très bien ces récits et je vous en remercie.

BriseLance13
HISTOIRE et MÉMOIRE
HISTOIRE et MÉMOIRE

Messages : 444
Date d'inscription : 06/09/2014

Revenir en haut Aller en bas

Re: C'ETAIT IL Y A 100 ANS au jour le jour (ou à peu près)

Message par LANG le Mer 11 Avr 2018 - 18:21

Merci pour ces précisions BriseLance.
Je vais finir par savoir où se trouve Courcelles !
J'espère qu'il y a une plaque sous le porche de l'église.
Sacré Napoléon !

LANG
EXPERT
EXPERT

Messages : 344
Date d'inscription : 21/12/2017

Revenir en haut Aller en bas

Re: C'ETAIT IL Y A 100 ANS au jour le jour (ou à peu près)

Message par BriseLance13 le Lun 16 Avr 2018 - 10:10


Journal du 1er groupe

16 avril 1918 " Repos à Vauxtin."
17 avril 1918 " Repos à Vauxtin."
18 avril 1918 " Revue, défilé et remise de décorations par le général Renouard,
                     commandant la 22e D.I, à la Ferme Monthussart."
                     13h30, départ des reconnaissances, pour la relève de la 121e D.I.
                     Groupe au Nord de Moussy/Aisne. Relève de la 1ère section à 22 heures."
19 avril 1918 " Relève de la 2e section. Le P.C du groupe est situé à 200m au Nord de
                     Moussy/Aisne.
                     Les batteries sont réparties; la 1ère au Nord de Braye-en-Laonnois,
                                                              la 2e à la sortie Sud de Beaulne-et-Chivy,
                                                              la 3e à l'Est de ce village.
                     Mission de barrage sur la ligne de l'Ailette, entre Courtecon et l'éperon
                     de Warnon.
                     Une pièce par Bie est placée en avant, pour exécuter les tirs de harcèlement."

  Journal de la 6e batterie

16 avril 1918 " Reconnaissance à 13 heures, au Nord de Bourg-et-Comin."
17 avril 1918 " Relève de la 1ère section de la batterie du 205e R.A.C.
                     Réglage à 15h sur Pancy."
18 avril 1918 " Relève de la 2e section. La batterie est en position au Nord de Madagascar,
                     à 1500m Sud-Ouest de Vendresse.
                     Mission; barrage sur les ponts de l'Ailette, entre Pancy et Courtecon,
                     particulièrement la route Pancy  Courtecon."
19 avril 1918 " Quelques réglages sur Pancy  -  Chamouille."


   NB: Et c'est ainsi que le 35e R.A.C se retrouve, une nouvelle fois, au Chemin des Dames.
         Mais, ce n'est que la 3e fois qu'il est présent sur ce secteur.

BriseLance13
HISTOIRE et MÉMOIRE
HISTOIRE et MÉMOIRE

Messages : 444
Date d'inscription : 06/09/2014

Revenir en haut Aller en bas

Re: C'ETAIT IL Y A 100 ANS au jour le jour (ou à peu près)

Message par LANG le Lun 16 Avr 2018 - 21:59

Route de Pancy Courtecon. Une route à éviter...


LANG
EXPERT
EXPERT

Messages : 344
Date d'inscription : 21/12/2017

Revenir en haut Aller en bas

Re: C'ETAIT IL Y A 100 ANS au jour le jour (ou à peu près)

Message par BriseLance13 le Mer 18 Avr 2018 - 9:59


Journal de la 2e batterie

20 avril 1918 " Même position."
21 avril 1918 " Même position. Réglage sur Ecouffaux."
22 avril 1918 " Même position. Le lieutenant Birier* part pour le dépôt de Vannes,
                     comme instructeur de la classe 19..

  Journal de la 3e batterie

20 avril 1918 " Vérification de la surveillance."
21 avril 1918 " Ordre de déplacer la pièce à isoler."
22 avril 1918 " 4h30, la 4e pièce (personnel de la 1ère) va prendre l'emplacement avancé."

  Journal de la 6e batterie

20 au 30 avril 1918 " Quelques réglages sur Pancy   Chamouille."

  * Pour le lieutenant Birier, un retour à Vannes semble être , pour lui, la fin des combats.
     Mais il faut bien des instructeurs pour la formation des nouveaux appelés.
   NB; Pour le moment, tout semble calme, mais, attention, nous sommes au Chemin des Dames,
         et les Allemands, qui semblent piétiner, commencent à s'agacer.

BriseLance13
HISTOIRE et MÉMOIRE
HISTOIRE et MÉMOIRE

Messages : 444
Date d'inscription : 06/09/2014

Revenir en haut Aller en bas

Re: C'ETAIT IL Y A 100 ANS au jour le jour (ou à peu près)

Message par LANG le Mer 18 Avr 2018 - 15:30

- Chamouille, qui en 1914 compte environ 180 habitants, est aux mains des Allemands pendant toute la durée de la guerre. - Les Français ne parviennent pas à s’en emparer après la contre-offensive de la marne, le front se stabilisant sur les hauteurs du Chemin des Dames, près de Cerny-en-Laonnois.
- Chamouille subit donc l’occupation allemande, avec son lot de réquisitions, puis l’évacuation de sa population lorsque l’offensive Nivelle commence à être redoutée. - Le lieu sert de base arrière aux Allemands, zone de repos et de soins.
- Ils y enterrent aussi leurs morts : « Peut-être l’un des plus beaux cimetières était-il celui de Chamouille. Au milieu se trouvait une grande cage d’escalier dans laquelle sur de hauts tableaux les noms de tous les morts étaient inscrits. […] Dans de longues rangées, les camarades, dont beaucoup d’épouses et de mères éplorées attendaient en vain le retour, dormaient là du sommeil éternel. » (Historique du 14e régiment d’artillerie de campagne allemand, 1915, traduit par Yves Fohlen in Lettre du CDD n° 19, page 20) –
-
- Au printemps et à l’été 1917, le village est bombardé dans l’objectif de favoriser l’assaut français, sans succès. - Cependant, la ligne de front se rapproche à proximité après le retrait allemand sur l’Ailette le 2 novembre 1917 (mais le Chemin des Dames devient alors un secteur « calme » du front).



(Site dictionnaire du chemin des Dames)

LANG
EXPERT
EXPERT

Messages : 344
Date d'inscription : 21/12/2017

Revenir en haut Aller en bas

Re: C'ETAIT IL Y A 100 ANS au jour le jour (ou à peu près)

Message par BriseLance13 le Lun 23 Avr 2018 - 12:08

Encore une fois, notre ami Lang, nous fournit ce petit détail qui enrichit énormément le sujet .
N'oublions pas que nous sommes , plus que jamais, dans le Centenaire du conflit.
Nous approchons du dénouement et ...... de l'affreux bilan. Mais, en attendant, lisons la suite.



   Journal de la 2e batterie

23 avril 1918 " Même position. Visite du lieutenant-colonel Chanson, commandant l'AD22."
24 avril 1918 " Même position."
25 avril 1918 " Même position. Reconnaissance d'une position d'échange 30.06."
26 avril 1918 " Même position."

  Journal de la 3e batterie

23 avril 1918 " Réglage. Visite et interrogatoire par le lt-cl Chanson, cdt l'Artillerie de la D.I."
24 avril 1918 " R.d.N."
25 avril 1918 " Recherche, par le commandant de groupe, de la position d'échange, en
                     remplacement de la position 42.01. Reconnaissance de la position pour la  
                     défense de la ligne intermédiaire."
26 avril 1918 " R.d.N."

BriseLance13
HISTOIRE et MÉMOIRE
HISTOIRE et MÉMOIRE

Messages : 444
Date d'inscription : 06/09/2014

Revenir en haut Aller en bas

Re: C'ETAIT IL Y A 100 ANS au jour le jour (ou à peu près)

Message par BriseLance13 le Jeu 26 Avr 2018 - 11:09

Journal de la 2e batterie

27 avril 1918 " Même position."
28 avril 1918 " La position d'échange est occupée par un tiers de l'effectif présent sur
                     la position."
29 avril 1918 " Même position."
30 avril 1918 " Même position."

  Journal de la 3e batterie

27 avril 1918 " Réglage du P.O La chèvre. La pièce isolée rentre à la position principale."
28 avril 1918 " 4h27, tir sur les lisières de Trucy jusqu'à 5 heures; 23 G O.E et 40.O.S N°3.
                     Tir de diversion pour un coup de main du 64e R.A.C."
29 avril 1918 " R.d.N."
30 avril 1918 " Tir sur les lisières O de Chamouille à 15h08 (72 coups)."

BriseLance13
HISTOIRE et MÉMOIRE
HISTOIRE et MÉMOIRE

Messages : 444
Date d'inscription : 06/09/2014

Revenir en haut Aller en bas

Re: C'ETAIT IL Y A 100 ANS au jour le jour (ou à peu près)

Message par LANG le Jeu 26 Avr 2018 - 12:51

Le tir sur les lisières de Trucy a certainement épargné ce qui restait du vieux chêne…

Voila ce qu’écrivait à son propos Alexandre Menu dans son livre « Le chêne colossal » édité en 1927.

Un chêne remarquable. — C'était un arbre de liberté planté en 1792, au milieu d'un espace triangulaire, à un carrefour de chemins à la sortie du village vers Lierval. Avec de l'espace, un bon sol profond et fertile qu'un étang voisin entretenait en humidité favorable, il prospéra.
En 1893, la commune, fière de son chêne pour son origine et sa grosseur, car alors il couvrait toute la place de sa ramure et il fallait cinq hommes les bras étendus pour le ceinturer, fêta dignement le centenaire de sa plantation, et une brochure fut éditée relatant les documents qu'on possédait à son sujet.
Mais Trucy fut occupé pendant la guerre par les allemands en face de ce chemin des Dames où ils eurent maintes déceptions, il était inévitable que leur rage ne se fit sentir sur ce colosse végétal : c'était une curiosité, il fallait qu'elle disparaisse comme devait disparaître le château de Coucy. Avec une tarière ils firent une série de trous, encore visibles à la base sur le pourtour de l'arbre, les bourrèrent d'explosif, puis provoquèrent l'éclatement qui abattit le colosse sur la maison voisine.
Trucy, en mémoire de son vieux chêne, de la paix victorieuse qui nous a fait échapper à l'esclavage nous attendant si nous avions été vaincus, a replanté un jeune chêne près de l'emplacement de l'ancien. Nous souhaitons à sa population de faire, dans cent ans, une nouvelle fête devant un chêne majestueux et de se remémorer les temps terribles que ses ancêtres et le monde entier ont traversés, causés par l'orgueil dément d'un souverain et de son corps d'officiers qu'excitaient des industriels cupides rêvant d'une hégémonie allemande.



LANG
EXPERT
EXPERT

Messages : 344
Date d'inscription : 21/12/2017

Revenir en haut Aller en bas

Re: C'ETAIT IL Y A 100 ANS au jour le jour (ou à peu près)

Message par BriseLance13 le Jeu 26 Avr 2018 - 15:20

A nouveau, merci Lang pour ce détail supplémentaire quant à l'Histoire de nos campagnes malmenées par cet
ennemi impitoyable. Vous êtes vraiment un excellent collaborateur, et c'est très bien.


Et c'est la fin du mois d'avril, aussi voici l'hommage aux soldats du 35e R.A.C tués ou morts suite à leurs blessures.
  ARTILLEURS MORTS POUR LA FRANCE

  COUDRAIS Louis Marie né le 9 septembre 1882 à Bélligné (Loire-Atlantique) Brigadier
                                   tué à l'ennemi le 1 avril 1918 à Le Ployron (Oise)

  MARTIN Victor Henri Émilien né le 7 juillet 1888 à Rocheservière (Vendée) blessé et évacué
                                   mort le 1 avril 1918 à l' Hôpital d'Ognon (Oise)

  BOISSON Alphonse Léon né le 25 juillet 1890 à Rosnay (Vendée) blessé et évacué
                                   mort le 2 avril 1918 à l'Hôpital 16 de Beauvais (Oise)

  BARACH Charles né le 15 janvier 1890 à Plouray (Morbihan) canonnier, blessé,
                                    mort le 4 avril 1918 à l'Ambulance 16/9 à Estrées-St-Denis (Oise)

  KERVODAN Joseph Thomas né le 21 juillet 1889 à Douarnenez (Finistère) blessé et évacué,    
                                   mort le 14 avril 1918 à l'Hôpital 2 de Tours (Indre-et-Loire)  

  LEMAY Vincent Louis Marie né le 11 mai 1893 à Moréac (Morbihan) blessé et évacué,
                                   mort le 30 avril 1918 à l'Ambulance 15/9 à Estrées-St-Denis (Oise)

  BOIDIN François Louis Joseph né le 25 août 1875 à Annequin (Pas-de-Calais) conducteur mobilisé au 27e R.A.C, passé au 35e R.A.C le 22 octobre 1914,renvoyé aux mines de Béthune  pour cause maladie aggravée non imputable au service, mort le 16 avril 1918 à Abbeville (Somme) Non déclaré mort pour la France.
avatar
BriseLance13
HISTOIRE et MÉMOIRE
HISTOIRE et MÉMOIRE

Messages : 444
Points : 19663
Date d'inscription : 06/09/2014
Age : 24

Revenir en haut Aller en bas

Re: C'ETAIT IL Y A 100 ANS au jour le jour (ou à peu près)

Message par BriseLance13 le Mar 1 Mai 2018 - 15:46

Journal de la 2e batterie

1 mai 1918 " Même position."
2, 3 mai 1918 " Même position."
4 mai 1918 " Réglage sur Ecouffaux, de la position 30.06."

Journal de la 3e batterie

1 mai 1918 " R.d.N."
2 mai 1918 " R.d.N."
3 mai 1918 " La batterie est l'objet d'un réglage ennemi, par avion, 240 coups de 210.
                  Résultat; démolition de la cuisine des hommes, et de l'abri des brancardiers.
                  Le réglage et le tir d'efficacité dureront de 8h45 à 17h30."
4 mai 1918 "R.d.N."
avatar
BriseLance13
HISTOIRE et MÉMOIRE
HISTOIRE et MÉMOIRE

Messages : 444
Points : 19663
Date d'inscription : 06/09/2014
Age : 24

Revenir en haut Aller en bas

Re: C'ETAIT IL Y A 100 ANS au jour le jour (ou à peu près)

Message par LANG le Mar 1 Mai 2018 - 16:54

La 3ème batterie, presque 9 heures sous les obus (et peut-être de bombes d'avions) !
Mieux valait être loin des cuisines et pas dans l'abri des brancardiers...
Ci-dessous, bombardier allemand en train d'être chargé.

avatar
LANG
EXPERT
EXPERT

Messages : 344
Points : 7659
Date d'inscription : 21/12/2017
Age : 76

Revenir en haut Aller en bas

Re: C'ETAIT IL Y A 100 ANS au jour le jour (ou à peu près)

Message par BriseLance13 le Ven 4 Mai 2018 - 10:58

Merci Lang pour ce document.
 
 Journal de la 2e batterie

5 mai 1918 " Reconnaissance d'une position de repli."
6 mai 1918 " Départ des travailleurs pour la position de repli.
                  Visite du général Renouard, des lieutenant-colonels Julliard et Chanson."

 Journal de la 3e batterie

5 mai 1918 " Vérification des barrages."
6 mai 1918 " Visite, à 8h15, du général Renouard, cdt la 22e D.I."

 NB. Pour le moment, je ne puis aller plus en avant, le site Mémoire des hommes
       est inaccessible. Désolé (très)
       Ne pas répondre à ce NB, je vais l'effacer si tout s'arrange . Merci
avatar
BriseLance13
HISTOIRE et MÉMOIRE
HISTOIRE et MÉMOIRE

Messages : 444
Points : 19663
Date d'inscription : 06/09/2014
Age : 24

Revenir en haut Aller en bas

Re: C'ETAIT IL Y A 100 ANS au jour le jour (ou à peu près)

Message par BriseLance13 le Mar 8 Mai 2018 - 11:57


Alors, à ce jour, 8 mai, toujours pas d'accès au site, mais j'ai au moins une réponse.



avatar
BriseLance13
HISTOIRE et MÉMOIRE
HISTOIRE et MÉMOIRE

Messages : 444
Points : 19663
Date d'inscription : 06/09/2014
Age : 24

Revenir en haut Aller en bas

Re: C'ETAIT IL Y A 100 ANS au jour le jour (ou à peu près)

Message par Blu le Mar 8 Mai 2018 - 14:06

Bonjour Briselance, j'ai peur qu'on n'arrive pas au 11 novembre...
avatar
Blu
Invité


Revenir en haut Aller en bas

jusqu'au 11 novembre 2018

Message par Arcimboldo_56 le Mar 8 Mai 2018 - 18:40

Ne serait-ce pas là une raison afin que le site perdure ?

Arcimboldo

_________________

avatar
Arcimboldo_56

Messages : 628
Points : 26344
Date d'inscription : 06/11/2011
Age : 70

Revenir en haut Aller en bas

Re: C'ETAIT IL Y A 100 ANS au jour le jour (ou à peu près)

Message par LANG le Mar 8 Mai 2018 - 19:00

Bonne question Arcimboldo.
On serait déjà deux à penser la même chose ?
Et peut-être trois avec Briselance !
avatar
LANG
EXPERT
EXPERT

Messages : 344
Points : 7659
Date d'inscription : 21/12/2017
Age : 76

Revenir en haut Aller en bas

Re: C'ETAIT IL Y A 100 ANS au jour le jour (ou à peu près)

Message par Béghin Bernard le Mer 9 Mai 2018 - 18:38

Triste nouvelle, je viens de répondre à l'annonce de la fermeture de ce forum, auquel j'ai donné
avec plaisir, beaucoup de mon temps, aidé par mon fidèle collaborateur BriseLance .
C'est bête, au moins pour ce sujet qui semble être le plus suivi, à si peu de l'échéance victorieuse.
Merci à ceux qui m'ont suivi et ceux qui m'ont apporté leur aide et commentaires.
Merci à Arcim, Blu et Lang pour votre "sympathique condoléance".

_________________
"Parce qu'un homme sans mémoire est un homme sans vie, un peuple sans mémoire est un peuple sans avenir..."- Maréchal Foch
avatar
Béghin Bernard
TEAM
TEAM

Messages : 892
Points : 19395
Date d'inscription : 05/03/2014
Age : 71

Revenir en haut Aller en bas

Re: C'ETAIT IL Y A 100 ANS au jour le jour (ou à peu près)

Message par BriseLance13 le Mer 9 Mai 2018 - 18:51

Bien sûr que je suis déçu et triste, à six mois de la Victoire.
Avec Bernard , nous avons essayé de porter haut les faits de guerre de ce régiment.
Il le valait bien et le vaut bien. Il existe toujours et des hommes du 35e R.A.P sont actuellement en Opex
un peu partout où la France est présente militairement.
Merci à vous trois pour votre " sympathique condoléance" .
Voilà une triste fin.
Amitiés et respect à tous les militaires et les anciens.
Un jeune qui vous admire.
BriseLance 13
avatar
BriseLance13
HISTOIRE et MÉMOIRE
HISTOIRE et MÉMOIRE

Messages : 444
Points : 19663
Date d'inscription : 06/09/2014
Age : 24

Revenir en haut Aller en bas

Re: C'ETAIT IL Y A 100 ANS au jour le jour (ou à peu près)

Message par BriseLance13 le Mar 15 Mai 2018 - 0:45

Désolé, très désolé, attristé de ne pouvoir reprendre.
Le site est toujours hors d'atteinte. Je ne peux pas être en colère, bien sûr,
mais ce mois de mai était essentiel pour le 35, bien que terrible (27 mai).
avatar
BriseLance13
HISTOIRE et MÉMOIRE
HISTOIRE et MÉMOIRE

Messages : 444
Points : 19663
Date d'inscription : 06/09/2014
Age : 24

Revenir en haut Aller en bas

Re: C'ETAIT IL Y A 100 ANS au jour le jour (ou à peu près)

Message par LANG le Mar 15 Mai 2018 - 12:48

Bonjour Briselance,
Il ne faut pas désespérer tout est encore possible.
Pour le 35, ce n'est pas la même chose...
Afin de "passer le temps", je vais aller faire un tour du côté des anecdotes.
avatar
LANG
EXPERT
EXPERT

Messages : 344
Points : 7659
Date d'inscription : 21/12/2017
Age : 76

Revenir en haut Aller en bas

re c'était il y a 100 ans jour pour jour

Message par otosan le Mar 15 Mai 2018 - 13:45

merci BRISELANCE 13 pour ce travail , j'espère que tu pourras finir dans tes recherches .
au plaisir de te lire .
paramicalement.
avatar
otosan

Messages : 58
Points : 9899
Date d'inscription : 09/02/2016
Age : 67

Revenir en haut Aller en bas

Re: C'ETAIT IL Y A 100 ANS au jour le jour (ou à peu près)

Message par BriseLance13 le Ven 1 Juin 2018 - 10:34

Hello les amis , bonne nouvelle, le site ; Mémoire des hommes est de retour.
Beaucoup de travail, car grand retard, on fera avec.


   Journal de la 6e batterie

1 au 4 mai 1918 " Changement de mission. La batterie a comme mission:
                       1 barrage normal (Quartier C1, Nord de Cerny)
                       4 barrages éventuels (Quartier C2, B2, D1,D2)
                  et des tirs de contre-préparation dans chaque quartier:
                       B2, Nord d'Ailes
                       C1 et C2 Nord de Cerny et Courtecon.
                       D1 et D2 Ouest de Courtecon
                   De plus, des tirs sur points sensibles numérotés.
                   Du 1er au 27 mai , aucun événement important. Réglages, vérifications de barrage,
                   réglages par avions comportant 6 coups par pièce."

5 mai 1918 " Le 35e Régt d'Art est cité à l'ordre de la 3e Armée. Ordre n° 409 d'Avril 18.
                  " Régiment d'élite, dont les récents combats ont affirmé à nouveau le sentiment du
                    devoir et de l'esprit de sacrifice. Engagé dans la bataille, après deux jours de marche
                    forcée, a donné , sous les ordres du lieutenant-colonel Julliard, à l'Infanterie de sa D.I,
                    un concours ardent de tous les instants. A retardé l'avance de l'ennemi dont il a décimé
                    les colonnes serrées, s'est replié par échelons dans un ordre parfait, et, grâce au sang-
                    froid de ses canonniers, avec tout son matériel, après cinq jours de lutte violente en
                    couverture, s'est dégagé en terrain découvert, a subi stoïquement de violents tirs de
                    contre-batterie et brisé, par ses barrages, les assauts de l'ennemi".

                    Cette citation, étant la 2e du régiment lui donne droit au port de la fourragère aux
                    couleurs de la Croix de Guerre.
avatar
BriseLance13
HISTOIRE et MÉMOIRE
HISTOIRE et MÉMOIRE

Messages : 444
Points : 19663
Date d'inscription : 06/09/2014
Age : 24

Revenir en haut Aller en bas

Re: C'ETAIT IL Y A 100 ANS au jour le jour (ou à peu près)

Message par BriseLance13 le Ven 1 Juin 2018 - 11:02

Journal de la 2e batterie

7 mai 1918 " Visite du lt-colonel Roussel, commandant le 212e d'Art, qui prend le
                   commandement du sous-secteur"
8, 9 mai 1918 " Même position."
10 mai 1918 " Le sous-lieutenant Verger, de la 9e batterie, passe à la batterie."
11, 12, 13, 14 mai 1918 " Même position."
15 mai 1918 "Reconnaissance d'un observatoire sur la crête de Madagascar, pour la
                   position de repli."
16 mai 1918 " Même position."
17 mai 1918 " Départ en permission du capitaine Lemarié. Le sous-lieutenant Desratour
                    prend, provisoirement, le commandement de la batterie.

  Journal de la 3e batterie
7 mai 1918 " Visite du lt-cl Roussel commandant le 212e R.A.C, et le groupement Ouest."
8 mai 1918 " R.d.N."
9 mai 1918 " Le capitaine Chalumeau est appelé au P.C Alsace. Les dispositions sont prises
                  pour le départ de la batterie le soir.
                  Remisage et tarage du lot pour un coup de main. A 11h30, contre-ordre."
10 mai 1918 " R.d.N."
11 mai 1918 " A 4 heures, demande de barrage par la 1ère ligne, 220 coups tirés, sans raison.
                  Exercice par le général de tir de CP2 etCP3."
13, 14, 15, 16 17 mai 1918 " R.d.N."

avatar
BriseLance13
HISTOIRE et MÉMOIRE
HISTOIRE et MÉMOIRE

Messages : 444
Points : 19663
Date d'inscription : 06/09/2014
Age : 24

Revenir en haut Aller en bas

Re: C'ETAIT IL Y A 100 ANS au jour le jour (ou à peu près)

Message par BriseLance13 le Ven 1 Juin 2018 - 11:31

Journal de la 3e batterie

18 mai 1918 " Départ du capitaine Chalumeau à Fère-en-Tardenois (directeur cours antenne)
                    Le lieutenant Bressy prend le commandement de la batterie."
19, 20 mai 1918 " R.d.N."
21 mai 1918 " Vers 11h30, barrage spécial sur le vu de fusée rouge (lisière Grandelain-Maval).
                    Coup de main du 19e R.I."
22 mai 1918 " R.d.N."
23 mai 1918 " Reconnaissance par le lieutenant Leblanc , des cantonnements pour période de
                    repos, exercices, éventuelle."
24, 25 mai 1918 " R.d.N."
26 mai 1918 " A 20 heures, la Bie est prévenue que les allemands doivent attaquer le 27 au matin.
                    Tirs de harcèlement sur les carrières de Colligis et sur les pistes."

   NB. L'avertissement du 26 au soir venait, en fait, de deux prisonniers attrapés auparavant.
avatar
BriseLance13
HISTOIRE et MÉMOIRE
HISTOIRE et MÉMOIRE

Messages : 444
Points : 19663
Date d'inscription : 06/09/2014
Age : 24

Revenir en haut Aller en bas

Re: C'ETAIT IL Y A 100 ANS au jour le jour (ou à peu près)

Message par LANG le Ven 1 Juin 2018 - 12:13

ALLELUIA !
Briselance bravo ! Tout peut donc arriver !

Et pour nos batteries tout peut aussi arriver avec ce 26 mai 1918...



Village de Colligis.
avatar
LANG
EXPERT
EXPERT

Messages : 344
Points : 7659
Date d'inscription : 21/12/2017
Age : 76

Revenir en haut Aller en bas

Re: C'ETAIT IL Y A 100 ANS au jour le jour (ou à peu près)

Message par BriseLance13 le Sam 2 Juin 2018 - 9:43

Journal de la 2e batterie

26 mai 1918 " A 20 heures, nous sommes avertis de l'attaque allemande.
                    Tirs de harcèlement toute la nuit. Consommation; 1000 coups environ."
27 mai 1918 " A 1 heure, début du bombardement en toxiques et explosifs. L'infanterie demande le
                    barrage. La batterie exécute le barrage immédiatement et des tirs de C.P alternés.
                    A 2 heures 30, le maréchal des logis Loyen arrive avec 5 caissons de munitions.
                    André Joseph, 2e canonnier conducteur, est tué. Thomas Louis, 2e canonnier conducteur
                    est blessé. La batterie continue le tir.
                    A 5 heures 30, les 2e, 3e et 4e pièces, ainsi que la mitrailleuse, ayant été détruites par
                    le tir ennemi, une partie du personnel part avec le s/lt Verger, qui parvient aux échelons
                    pour donner l'alerte. La première pièce continue à tirer.
                    A 6 heures 30, tir à vue sur l'ennemi.
                    A 7 heures, l'infanterie ennemie descend vers la batterie. La première pièce tire encore,
                    puis la pièce est rendue inutilisable avec une grenade, pendant que les papiers sont brûlés.
                    Le s/lieutenant Desratour, l'aspirant Courcier, les maréchaux des logis Brohan et Le Bec,
                    le brigadier Lavaux, les maître-pointeurs Le Gaus et Le Guiriec, les servants Goyat,
                    Laurent et Le Fort quittent la position à 7 heures 15.
                    Il faut passer devant la 4e pièce, où sont déjà entrés les fantassins boches.
                    En arrivant à l'échelon, qui est rendu à Paars, manquent à l'appel:

                   




                      
                    Samson Alphonse 2e cst, mle 0130, classe 1906 (intoxiqué et évacué).
                    27 mai (suite). Départ de Paars à 16 heures. Les avions jettent des bombes sur la colonne.
                    Allons à Arcy Sainte Restitue. Le premier groupe loge à la ferme de Rugny.
                    On apprend que le commandant Jarno qui commandait, provisoirement, le régiment est tombé
                    aux mains de l'ennemi avec son état-major."
28 mai 1918 " Départ à 4 heures 30. Allons à Cuincy. Le lieutenant-colonel Julliard, rentrant, reprend le
                    commandement du régiment."
29 mai 1918 " Départ à 2 heures, pour Epieds, où nous bivouaquons. A midi, alerte.
                    A 14 heures, départ pour Courboin. La 2e batterie loge à la ferme du Haut-Forêt.
30 mai 1918 " Départ à 7h30. Itinéraire: Viffort, Montmirail, Rieux.
                    Le 1er groupe se trouve à Fontaine-Armée."
31 mai 1918 " Fontaine-Armée. Le capitaine Lemarié rentre de permission."
avatar
BriseLance13
HISTOIRE et MÉMOIRE
HISTOIRE et MÉMOIRE

Messages : 444
Points : 19663
Date d'inscription : 06/09/2014
Age : 24

Revenir en haut Aller en bas

Re: C'ETAIT IL Y A 100 ANS au jour le jour (ou à peu près)

Message par BriseLance13 le Sam 2 Juin 2018 - 16:57

Journal de la 3e batterie

27 mai 1918 " A 1 heure, les allemands déclenche un violent tir, sur zone, en obus toxiques et explosifs.
L'infanterie demande le barrage. Il est effectué immédiatement. Durée: deux heures.
De 4h à 7h, la batterie exécute des tirs sur zone, dans la direction de la zone de barrage.
Aucune communication n'arrivant à la Bie, par suite de la rupture des lignes téléphoniques,
2 téléphonistes sont détachés pour se rendre au groupe, ils n'y arriveront pas.
A 7h20, des colonnes d'infanterie et d'artillerie défilant sur les plateaux, au Nord du Tilleul
de Moussy, sont l'objet d'un tir à vue exécuté par la Bie.
Les guetteurs signalent l'arrivée de fantassins ennemis à la 2e Bie, située à 500 m, en avant
de la 3e, les batteries de notre droite sont occupées par l'ennemi et tournées.
L'ordre est donné, après avoir déclaveté la pièce, d'évacuer la position.
Le personnel présent est rassemblé et dirigé sur la position des échelons.
A Paars, il est procédé à un appel.
Manquent à l'appel les hommes suivants :





Départ de Paars à 16 heures, La colonne est marmitée par des bombes jetées ennemis.
Le groupe cantonne à la ferme de Rugny, près d'Arcy Sainte Restitue."
28 mai 1918 " Départ à 4h30, Cantonnement à Cuincy. Le capitaine Chalumeau rentre à la batterie."
29 mai 1918 " Départ à 2 heures. Bivouac à Epieds. Le lieutenant Bressy prend le commandement de la 7e batterie."
30 mai 1918 " Départ à 7h30. Itinéraire; Courboin, Viffort, Montmirail, Rieux."
avatar
BriseLance13
HISTOIRE et MÉMOIRE
HISTOIRE et MÉMOIRE

Messages : 444
Points : 19663
Date d'inscription : 06/09/2014
Age : 24

Revenir en haut Aller en bas

Re: C'ETAIT IL Y A 100 ANS au jour le jour (ou à peu près)

Message par BriseLance13 le Sam 2 Juin 2018 - 17:01

  ARTILLEURS MORTS POUR LA FRANCE

LE BRUSQ Jean Pierre Marie né le 21 mars 1888 à Pouldergat (Finistère)
                                  mort le 2 mai 1918 à Beauvais (Oise) suite de ses blessures.

ANGUILE Louis Jean Marie né le 24 juillet 1887 à Saint Frichoux (Aude) canonnier servant
                                  mort le 16 mai 1918 à Saint Frichoux (Aude) suite de ses blessures



ANDRÉ Joseph né le 3 mai 1890 à Plougastel-Daoulas (Finistère) 2e canonnier servant
                        tué à l'ennemi le 27 mai 1918 à Courcelles (Aisne).

ANNEZO Louis Marie né le 31 août 1896 à La Chapelle Neuve (Morbihan) canonnier servant
                        tué à l'ennemi le 27 mai 1918 à Vendresse-Beaulne (Aisne)

CABIC François né le 16 décembre 1889 à Plounévez-Lochrist (Finistère) canonnier conducteur
                        tué à l'ennemi le 27 mai 1918 à Moulins (Aisne)

CHRÉTIEN Francis Julien Marie né le 5 juin 1888 à Saint Aubin des Châteaux (Loire Atlantique)
                         disparu, présumé pris le 27 mai 1918 près de Vendresse (Aisne)

DIVERRES Jean Louis Guillaume né le 31 janvier 1892 à Quimper (Finistère) maître-pointeur
                         tué à l'ennemi le 27 mai 1918 à Verneuil (Aisne).

DUTOUR de SALVERT BELLENAVE Marie Joseph Charles Etienne Noé né le 9 août 1897 à
                         Saint-Denis de Cabanne (Loire), lieutenant, Croix de Guerre avec étoile,
                         citation à l'ordre de l'Armée.
                         tué à l'ennemi le 27 mai 1918 à Vendresse- Beaulne (Aisne).
avatar
BriseLance13
HISTOIRE et MÉMOIRE
HISTOIRE et MÉMOIRE

Messages : 444
Points : 19663
Date d'inscription : 06/09/2014
Age : 24

Revenir en haut Aller en bas

Re: C'ETAIT IL Y A 100 ANS au jour le jour (ou à peu près)

Message par BriseLance13 le Sam 2 Juin 2018 - 17:04

.

FAYS Henri Louis né le 25 novembre 1898 à Villefagnan (Charente) canonnier conducteur
                            mort le 27 mai 1918 à Mont Notre-Dame (Aisne)

GAUTHIER Louis Joseph Emile né le 26 mai 1888 à Treize-Vents (Vendée)  
                            Tué à l'ennemi le 27 mai 1918 à Paissy (Aisne)

GUILLERM Jean Louis né le 2 mai 1890 à Trézilidé (Finistère)
                            Tué à l'ennemi le 27 mai 1918 à Paissy (Aisne)

JAFFREZIC Yves Louis né le 13 novembre 1891 à Trégunc (Finistère)
                             Tué à l'ennemi le 27 mai 1918 à Moussy (Aisne)

GAUTHERIN Henri Jules né le 30 septembre 1898 à Montigny en Morvan (Nièvre) maréchal des logis
                             déjà blessé le 6 octobre 1915 à St Hilaire le Gd (Marne),
                                              le 11 mai 1917 à la ferme de Moséon (Marne)
                             disparu le 27 mai 1918 à Vendresse-Beaulne (Aisne)

JARNO Eugène Edmond né le 18 décembre 1875 à Saint-Pierre-Quiberon (Morbihan) chef d'escadron
                             Commandant provisoirement le 35 au moment de l'attaque du 27 mai 1918
                             tué à l 'ennemi le 27 mai 1918 à Paissy (Aisne)

LE CANN Yves   né le 14 février 1892  (département du Finistère)  Brigadier, blessé le 27 et prisonnier?
                             mort le 27 mai 1918 à l'hôpital (allemand?) de Parfondru (Aisne) secteur allemand.

LE MATT Yvon Marie né le 5 juin 1888 à Poullaouen (Finistère) mort le 27 mai 1918 à Vendresse (Aisne)

LÉON Vincent né le 8 novembre 1892 à Poullaouen (Finistère) mort le 27 mai 1918 à Vendresse (Aisne)

LIAIGRE Louis Marie Eugène né le 9 mai 1885 à Saint Mesmin (Vendée) disparu et présumé pris
                                  le 27 mai 1918 à Vendresse (Aisne)

MINAUD Eugène Joseph Aimé né le 18 mars 1894 à Saint Jean de Corcoué (Vendée)
                                 tué à l'ennemi le 27 mai 1918 à Paissy (Aisne)

MOIZAN Pierre Marie né le 1è novembre 1887 à Molac (Morbihan) tué le 27 mai 1918 à Longueval (Aisne)

MORINAUX Gaston Joseph Marie né le 1 juillet 1895 à Peillac (Morbihan) tué le 27 mai 1918 à Moulins (Aisne)

MOULLEC Jean Marie né le 4 décembre 1892 à Berné (Morbihan) tué le 27 mai 1918 à Paissy (Aisne)

PHILIPPE Mathurin Marie né le 10 avril 1892 à Quistinic (Morbihan) tué le 27 mai 1918 à Moulins (Aisne)

STEPHANT Mathieu Pierre né le 25 avril 1890 à Beuzec-Cap-Sizun (Finstère)
                                   tué à l'ennemi le 27 mai 1918 à Paissy (Aisne)

BECK Joseph Henri né le 9 mai 1896 à Ruelisheim (Haut-Rhin) maréchal des logis, disparu le 27 mai
                                   présumé mort, à Moulins (Aisne).

BÉON Corentin Alain né le 29 juin 1889 à Quimerch (Finistère), blessé, évacué,
                                    mort le 27 mai 1918 à Villers en Prayères (Aisne)

LE TROADEC Yvon René né le 25 juin 1892 à Bannalec (Finistère) blessé et évacué ,
                                    mort le 28 mai 1918 à Moulins (Aisne)


  NB Deux canonniers ont été classés présumés prisonniers ce 27 mai.

ROUSSEAU François Marie  né le 5 décembre 1886 à Guérande (Loire-Atlantique)

PERSON Louis Marie né le 3 septembre 1889 à Cast (Finistère)
avatar
BriseLance13
HISTOIRE et MÉMOIRE
HISTOIRE et MÉMOIRE

Messages : 444
Points : 19663
Date d'inscription : 06/09/2014
Age : 24

Revenir en haut Aller en bas

Re: C'ETAIT IL Y A 100 ANS au jour le jour (ou à peu près)

Message par BriseLance13 le Sam 2 Juin 2018 - 17:06

.

Comme c'est tout le XIe Corps d'Armée qui a dégusté face à cette attaque furieuse des Allemands, bien sûr,
la 22e Division étant en première ligne, le 35e en entier a subi d'énormes pertes.



J'ai trouvé aussi le compte rendu des disparus de la 6e batterie (2e groupe) de ce 27 mai 1918







.
avatar
BriseLance13
HISTOIRE et MÉMOIRE
HISTOIRE et MÉMOIRE

Messages : 444
Points : 19663
Date d'inscription : 06/09/2014
Age : 24

Revenir en haut Aller en bas

Re: C'ETAIT IL Y A 100 ANS au jour le jour (ou à peu près)

Message par BriseLance13 le Sam 2 Juin 2018 - 18:27

Journal de la 2e batterie

1 juin 1918 " Fontaine-Armée. Avec le groupe, on doit reconstituer une batterie.
                  La 2e batterie est désignée."

2 juin 1918 " Fontaine-Armée."

3 juin 1918 " Fontaine-Armée. Les caissons et avant-trains partent, à 14h, pour conduire les munitions
                  près de Montmirail. Les munitions ont été reçues deux jours plus tôt.
                  Le groupe devant faire mouvement ce jour-là, les voitures lourdes partent à 15 heures 30,
                  tandis que les les caissons ne partent qu'à 19 heures. Cantonnement à La Noue."

4 juin 1918 " Départ à 5 heures 30. Itinéraire: Sézanne, Chichey, Queudes, Anglure."

5 juin 1918 " Départ à 6 heures 30. Itinéraire: Saint-Just, Romilly, Pars les Romilly, Saint Martin de Bosnay,
                  La Fosse, Saint-loup de Buffigny. Cantonnement.
                  A la sortie de Romilly, le général Renouard regarde le régiment défiler sur la route."

   NB: 3e batterie; du même groupe que la 2e, elle suit le même parcours, aussi , nous suivrons la 6e batterie.
     
  Journal de la 6e batterie

1 juin 1918 " Cantonnement à Rieux."
2 juin 1918 " R.a.S."
3 juin 1918 " 16h départ. Itinéraire: La Noue, Beauvais, Esternay. Arrivée à 22h."
4 juin 1918 " Départ à 6h. Itinéraire; Anglure, Saint-Just-Sauvage*, Romilly, Gélannes, Saint-Loup, ferreux. Cantonnement."

   * Saint-Just-Sauvage; petit village du sud-ouest de la Marne, près de Romilly sur Seine.
     Le maréchal Brune (1763-1815), assassiné en Avignon le 2 août 1815, y a vécu (propriété), parfois,
     entre deux batailles ou commandements. Il y est inhumé, ainsi que son épouse Angélique.
avatar
BriseLance13
HISTOIRE et MÉMOIRE
HISTOIRE et MÉMOIRE

Messages : 444
Points : 19663
Date d'inscription : 06/09/2014
Age : 24

Revenir en haut Aller en bas

Re: C'ETAIT IL Y A 100 ANS au jour le jour (ou à peu près)

Message par LANG le Sam 2 Juin 2018 - 19:36

Cette offensive allemande du 27 mai a fait beaucoup de mal.
Un véritable désastre pour nos batteries...




(Intéressant le détail historique concernant le Maréchal Brune à Saint-Just-Sauvage.)
avatar
LANG
EXPERT
EXPERT

Messages : 344
Points : 7659
Date d'inscription : 21/12/2017
Age : 76

Revenir en haut Aller en bas

Re: C'ETAIT IL Y A 100 ANS au jour le jour (ou à peu près)

Message par BriseLance13 le Mar 5 Juin 2018 - 19:49

Journal du 1er groupe

6 juin 1918 " Repos et réorganisation."
7 juin 1918 " Repos; Le groupe reçoit un renfort de 189 hommes."
8 juin 1918 " Repos."
9 juin 1918 " Repos et entretien."

  Journal de la 5e batterie    (2e groupe)

6 juin 1918 " Repos à Ferreux."
7 juin 1918 " Repos à Ferreux. La batterie reçoit u renfort de 50 hommes, pour la plupart
                  engagés  classe 19( ?)  et de 28 chevaux. Elle touche la majeure partie de son matériel."
8, 9 juin 1918 " Repos à Ferreux."

  Journal du 3e groupe

6 juin 1918 " Repos. Nettoyage dans la batterie."
7 juin 1918 " 112 hommes arrivent en renfort pour le groupe, ils sont répartis dans les batteries."
8 juin 1918 " Repos."
9 juin 1918 " Le s/lt Malval rentre de l'hôpital, il est affecté à la 9e batterie.
                  Le groupe reçoit 6 canons (2 par batterie)."



Dernière édition par BriseLance13 le Mar 5 Juin 2018 - 21:37, édité 2 fois
avatar
BriseLance13
HISTOIRE et MÉMOIRE
HISTOIRE et MÉMOIRE

Messages : 444
Points : 19663
Date d'inscription : 06/09/2014
Age : 24

Revenir en haut Aller en bas

Re: C'ETAIT IL Y A 100 ANS au jour le jour (ou à peu près)

Message par LANG le Mar 5 Juin 2018 - 21:20

A Ferreux pour se "ressourcer", comme on dit aujourd'hui.
L'ambiance doit être pesante.
On se demande comment se passe l'intégration des nouveaux arrivants...
avatar
LANG
EXPERT
EXPERT

Messages : 344
Points : 7659
Date d'inscription : 21/12/2017
Age : 76

Revenir en haut Aller en bas

Re: C'ETAIT IL Y A 100 ANS au jour le jour (ou à peu près)

Message par BriseLance13 le Sam 9 Juin 2018 - 8:11

Journal du 1er groupe
10 juin 1918 " Reprise de l'instruction et d'un peloton d'élèves brigadiers et sous-officiers,
fait par le lieutenant Richard."
11 juin 1918 " Continuation de l'instruction."
12, 13 juin 1918 " Instruction à Saint Loup."

Journal du 3e groupe
10 juin 1918 " Arrivée d'un renfort de 90 chevaux."
11 juin 1918 " Le groupe reçoit 6 autres canons."
12 juin 1918 " Le groupe reçoit du matériel du P.A.D."
13 juin 1918 " Le groupe reçoit le matériel de protection contre les gaz, et des effets.
Arrivée du s/lt Porché, affecté à la 9e batterie.
Arrivée des fourragères."
avatar
BriseLance13
HISTOIRE et MÉMOIRE
HISTOIRE et MÉMOIRE

Messages : 444
Points : 19663
Date d'inscription : 06/09/2014
Age : 24

Revenir en haut Aller en bas

Re: C'ETAIT IL Y A 100 ANS au jour le jour (ou à peu près)

Message par tailliez le Sam 9 Juin 2018 - 13:38

Merci à BriseLance13 pour le travail effectué depuis un bon bout de temps déjà et que j'apprécie particulièrement, ne serait-ce que pour le coté " compte-rendu " en prise directe au jour le jour ( presque l'instant T ), les C R en question n'ont pas pris une ride grâce à leur rédaction particulièrement concise.
avatar
tailliez

Messages : 175
Points : 11236
Date d'inscription : 11/03/2016
Age : 69

Revenir en haut Aller en bas

Re: C'ETAIT IL Y A 100 ANS au jour le jour (ou à peu près)

Message par LANG le Sam 9 Juin 2018 - 14:18

Oui, beau travail Briselance !

… et lui vaut l’honneur de porter la fourragère. (Général Stirling)
… arrivée des fourragères…

Ce devait être un grand jour pour tous et en particulier pour les survivants présents à l'appel de Paars...

La fourragère.
Son origine demeure obscure, mais elle semble trouver sa source dans la corde servant à lier les bottes de plants fourragers. Sous le Premier Empire, la corde à fourragère des dragons autrichiens délaissa son côté utilitaire afin de devenir un accessoire : jaune pour les hussards et rouge pour les artilleurs, souvent agrémentée d'une raquette (grosse tresse plate). Elle fera partie de l'uniforme du soldat français jusqu'en 1871.
La circulaire du 22 février 1918 instaure un système de couleurs de fourragère identifiant le nombre de citations obtenues par le corps :
- 2 à 3 citations : couleurs de la croix de guerre 1914/18 (vert et rouge);
- 4 à 5 citations : couleurs de la médaille militaire (jaune et vert);
- 6 à 8 citations : couleur de la légion d'honneur (rouge);
- 9 à 11 citations : fourragère double aux couleurs de la légion d'honneur et de la croix de guerre 14/18 (seuls le RMLE et le RICM en ont été récipiendaires);
- 12 à 14 citations : fourragères doubles aux couleurs de la Légion d'honneur et de la médaille militaire (jamais attribuée);
- 15 et plus : fourragère double aux couleurs de la Légion d'honneur (jamais attribuée).




(En juin 1918, je pense que le 35ème n'avait pas encore 4 citations)

Article complet sur le site du ministère des Armées :
https://www.defense.gouv.fr/actualites/memoire-et-culture/la-fourragere-a-l-honneur
avatar
LANG
EXPERT
EXPERT

Messages : 344
Points : 7659
Date d'inscription : 21/12/2017
Age : 76

Revenir en haut Aller en bas

Re: C'ETAIT IL Y A 100 ANS au jour le jour (ou à peu près)

Message par BriseLance13 le Jeu 14 Juin 2018 - 9:11

.

Journal du 1er groupe

14 juin 1918 " Préparatifs d'embarquement. La 1ère batterie embarque à Nogent sur Seine à partir de 18h.
Départ du train à 22h30. La 2e batterie embarque à partir de 23h, la 3e batterie à partir de 4h30 (le 15)."
15 juin 1918 " L"E.M du groupe embarque avec la 1ère Bie, a, comme 1ère destination Epinal, à 9h45.
Halte repas à Mirecourt. Arrivée à Epinal à 12 heures. La destination est Saulxures.
Arrivée à 19h. Cantonnement aux Graviers, où la 1ère batterie arrive à 20h30."
16 juin 1918 " La 2e Bie débarque à Saulxures à 22h30. Cantonnement aux Amias.
La 3e Bie débarque à Saulxures à 6h. Cantonnement aux Amias."
17 juin 1918 " Départ de une pièce par section, de chaque batterie, et des reconnaissances à 6h.
Itinéraire: Saulxures, Brâmont, Ventron, Col d'Oderen, Kruth, Wildenstein.
Cantonnement à 10h, à Kruth (1ère Bie- 1er CR), et à Wildenstein (2e et 3e Bies).
A 16h, départ en reconnaissance du cdt du groupe."


Journal du 3e groupe


14 juin 1918 " Embarquement du groupe à Romilly, à 0h, 7e Bie et E.M - à 4h, 8e Bie, puis à 8h, 9e Bie.
Itinéraire: Romilly, Troyes,Bar sur Aube, Neufchâteau, Mirecourt, Epinal, Remiremont, Le Thillot.
La 7e Bie et l'E.M débarquent au Thillot à 19h. Etape Le Thillot, Ramonchamp, Ferdrupt.
Cantonnement du groupe."
15 juin 1918 " La 8e débarque à 5h, au Thillot, la 9e débarque à 6h, à Remiremont."
16 juin 1918 " Visite de matériel."
17 juin 1918 " Départ à 6h30, d'une section par batterie. Ferdrupt, Le Thillot, Bussang, Urbés, Husseren (7e et 9e)
Felleringen (8e)."


NB: Le 35 vient de mettre pied dans une région inconnue de lui , jusqu'à ce jour.
Après avoir traversé le département des Vosges, il est maintenant en Alsace (département du Haut-Rhin).


.
avatar
BriseLance13
HISTOIRE et MÉMOIRE
HISTOIRE et MÉMOIRE

Messages : 444
Points : 19663
Date d'inscription : 06/09/2014
Age : 24

Revenir en haut Aller en bas

Re: C'ETAIT IL Y A 100 ANS au jour le jour (ou à peu près)

Message par LANG le Jeu 14 Juin 2018 - 12:22

Oui, voila le 35 bien dépaysé !
Une carte et une photo pour voir dans quel coin ils sont arrivés...



avatar
LANG
EXPERT
EXPERT

Messages : 344
Points : 7659
Date d'inscription : 21/12/2017
Age : 76

Revenir en haut Aller en bas

Re: C'ETAIT IL Y A 100 ANS au jour le jour (ou à peu près)

Message par tailliez le Jeu 14 Juin 2018 - 18:46

Merci LANG.
Je me doutais bien que pour le 35, c'était " mal plat " par là...
( pas loin de chez moi les collines de l'Artois sont moins hautes mais elles furent particulièrement sanglantes elles aussi ).

www.nordmag.fr/patrimoine/histoire_regionale/premiere_guerre/sites_batailleartois.htm
avatar
tailliez

Messages : 175
Points : 11236
Date d'inscription : 11/03/2016
Age : 69

Revenir en haut Aller en bas

Re: C'ETAIT IL Y A 100 ANS au jour le jour (ou à peu près)

Message par LANG le Jeu 14 Juin 2018 - 21:04

"mal plat" une jolie expression...
Oui, après les collines sanglantes de l'Artois (merci taillez pour le site du "grand nord") voila le 35 en Alsace, dans le "grand Est" !.
Un théâtre d'opération plus calme ?
Rien n'est moins sûr...
En tout cas, nous comptons sur Briselance pour nous donner les dernières nouvelles.
Les dernières nouvelles de demain comme disait Geneviève...
avatar
LANG
EXPERT
EXPERT

Messages : 344
Points : 7659
Date d'inscription : 21/12/2017
Age : 76

Revenir en haut Aller en bas

Re: C'ETAIT IL Y A 100 ANS au jour le jour (ou à peu près)

Message par BriseLance13 le Lun 18 Juin 2018 - 15:01

.

  Journal du 1er groupe

18 juin 1918 " Départ à 6h30 des cdts de groupe et batteries. Arrivée au P.C Payron, à 9h.
                    Le groupe relève le 2e groupe du 6e R.A.C. Relève d'une section dans la nuit du 18 au 19.
19 juin 1918 " Vérification des barrages. Le groupe a son P.C au camp Payron.
                    Le Cdt de groupe  a sous son commandement:
                             L'artillerie du segment Nord, du secteur de Wesserling.
                    Ce segment est limité au Nord, par une ligne allant du Gaschenykopf au Kastzerkopfel
                    (à 800 m au Nord de la Vallée de la Fecht) et au Sud, à l'auberge du Rodelen.
                    Ce segment est divisé en deux sous-secteurs, le s/secteur D, au Sud, le s/secteur E au Nord.
                    Ces deux s/secteurs étant limités par Landeise. A chaque s/secteur correspond un s/groupement
                    d'artillerie. Le sous groupement Nord, placé sous le commandement du capitaine Lemarié, est
                    constitué par la 1ère batterie, la 3e batterie et une batterie de 120, et 95 servie par la 1ère batterie
                    du 8e R.A.P.*
                    Le segment Sud, placé sous le commandement du capitaine Chalumeau, comprend: la 3e batterie,
                    la 8e batterie et deux batteries du 2e Régt d'Art de Montagne.
                    En outre, un groupement d' artillerie lourde, composée de deux batteries de 155 C St Chamond
                    En outre, les batteries sont orientées pour des concentrations de feux sur l' Hilsenfirst, point sensible du
                    secteur D, d'où l'ennemi peut s'infiltrer  jusqu'à la vallée de la Thur, par la ligne des hauteurs du Klintzkopf.
                    Des barrages et contre-préparations sont prévus sur l'Hilsenfirst et en outre, des barrages éventuels dans la vallée de la Fecht de Sondernach.
                    Les Echelons du groupe sont à Kruth (3e et CR) et à Wildenstein (2e et 1ère)."


    Journal du 3e groupe

18 juin 1918 " L'E.M arrive à Ninhausen (?) . Le soir , une section de chaque batterie prend position.
                    Le groupe devient sous groupement et comprend:
                                   9e batterie (plus une section de 95)
                                   7e batterie (1 section)
                                   4e batterie (1 section) (plus une sectionde 95)
                                   6e batterie, 2 sections de 65, plus 1 section de 90, 1 batterie de 65 du 2e R.A.M."
19 juin 1918 " Le capitaine Lacassin est évacué sur Moosch."


       * 8e Régiment d'Artillerie à Pied
avatar
BriseLance13
HISTOIRE et MÉMOIRE
HISTOIRE et MÉMOIRE

Messages : 444
Points : 19663
Date d'inscription : 06/09/2014
Age : 24

Revenir en haut Aller en bas

Re: C'ETAIT IL Y A 100 ANS au jour le jour (ou à peu près)

Message par Blu le Lun 18 Juin 2018 - 16:58

Merci Briselance pour ces nouvelles qui donnent l'impression que le coin est un peu plus calme.

Petite contribution à propos du front des Vosges et de Hilsenfirst.

Hilsenfirst est le point le plus élevé des combats de tranchées de la grande guerre.
Les français utilisaient des section d’équipage canin de l’Alaska pour ravitailler les troupes en montagne.
(Plus de détails sur fichier PDF ci-joint)
Les allemands de leur côté disposaient de téléphériques qui remontaient les approvisionnements à partir des vallées. (Ach, la technique allemande !).




Les personnages célèbres :
De part et d’autre il y eut beaucoup de coups de mains pour faire des prisonniers ou neutraliser une mitrailleuse. Du côté allemand Erwin Rommel futur maréchal participa à ce genre d’opérations.
Par la suite, avec l’arrivée des américains, débarqua un certain Harry Truman futur président des USA qui autorisa le lancement de la bombe atomique…
avatar
Blu
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: C'ETAIT IL Y A 100 ANS au jour le jour (ou à peu près)

Message par tailliez le Mar 19 Juin 2018 - 21:00

à Blu.
Super document, quelle chance pour nous d'avoir eu dans l'armée ces deux officiers d'expérience, ce qu'ils ont réussis à mettre en place sur le front avec ces chiens et ces hommes dédiés est remarquable.   .
avatar
tailliez

Messages : 175
Points : 11236
Date d'inscription : 11/03/2016
Age : 69

Revenir en haut Aller en bas

Re: C'ETAIT IL Y A 100 ANS au jour le jour (ou à peu près)

Message par BriseLance13 le Mer 20 Juin 2018 - 0:05

Merci pour ces compléments d'informations qui apportent toujours plus de poids à ce récit....Notre Histoire est parsemée d'officiers de valeur depuis des siècles... quand à ces chiens, eux aussi ont fait leur preuve...



Ce passage des Vosges en Alsace, par le col de Bussang sur la N66, est encore très usité.
Je l'ai souvent emprunté pour des livraisons, à la bonne époque du textile vosgien et alsacien.


   Journal du 1er groupe

20 juin 1918 " Même position. Même mission. Tirs habituels de réglage et vérification d'accrochage."
21 juin 1918 " Tirs habituels."
22, 23, 24 juin 1918 " Même situation."


   Journal du 3e groupe

20 juin 1918 " Le s/lt Hugonnet du 2e R.A.M le remplace."
21 juin 1918 " Le s/lt Malval passe à l'E.M. Les barrages sont les suivants:
                     Sur le Judenhut; 6e batterie  sur 42.40  à 41.34
                                              4 pièces de 90 et 4 pièces de 65 sur 41.34 à 39.48
                      Sur le Sudel;     9e batterie et 2 pièces de 95 sur 58.15 à 56.11
                                              2 pièces de la 7e Bie, 2 pièces de la 4e bie et 2 pièces de 75 sur 56.11 à 54.06
                                              4 pièces de 65 sur 54.06 à 56.00."
22, 23, 24 juin 1918 " Même mission."

.
avatar
BriseLance13
HISTOIRE et MÉMOIRE
HISTOIRE et MÉMOIRE

Messages : 444
Points : 19663
Date d'inscription : 06/09/2014
Age : 24

Revenir en haut Aller en bas

Re: C'ETAIT IL Y A 100 ANS au jour le jour (ou à peu près)

Message par BriseLance13 le Mer 20 Juin 2018 - 0:10

Il faut savoir, puisque nous sommes en Alsace, un petit secteur certes, mais dés les premiers combats, le général
 Joffre lançait une première offensive, puis une seconde et la région de Thann ( où le 35e combat actuellement), a
 été délivrée au 19 août 1914. C'est assez symbolique, mais les Allemands tenaient toujours le Vieil Armand.
 Et ce sont 5 bataillons de Chasseurs Alpins (Compagnies de Skieurs) qui accomplirent cet exploit.

 Les 21e, 12e, 22e, 30e et 13e BCA ont dévalé les collines (sans les skis, on est en août) et se sont lancés sur l'ennemi.





Le village de Roderen se trouve à 5 kilomètres au sud de Thann.
avatar
BriseLance13
HISTOIRE et MÉMOIRE
HISTOIRE et MÉMOIRE

Messages : 444
Points : 19663
Date d'inscription : 06/09/2014
Age : 24

Revenir en haut Aller en bas

Re: C'ETAIT IL Y A 100 ANS au jour le jour (ou à peu près)

Message par LANG le Mer 20 Juin 2018 - 18:54

Merci Briselance d'avoir évoqué ce village de Roderen.

Sur son site j'ai trouvé deux anecdotes à vous proposer.

Chocolat et plats alsaciens…
…Durant toute la guerre de 1914-1918, Roderen resta village de front. Des unités françaises y cantonnèrent régulièrement, au repos après les durs moments dans les tranchées des premières lignes.
Des canons furent installés aux abords du village; on parle des 420 qui tiraient jusqu'au Hartmannswillerkopf. Un canon dissimulé près de la chapelle détruisit par erreur le clocher de l'église de Cernay.
Pour les habitants de Roderen, ces quatre ans de guerre, malgré tous les malheurs, les bombardements, les morts, furent l'occasion de découvertes de produits nouveaux comme le chocolat qui était quasiment inconnu.
Comme les militaires au repos préféraient la nourriture préparée par les femmes du village à la "roulante", des échanges de recettes permirent aux habitants de faire connaissance avec les mets d'autres régions et aux soldats de goûter les plats traditionnels alsaciens.
Les femmes feront la lessive des combattants au repos. Elles recevront le plus souvent en guise de salaire des vêtements qu'elle retailleront pour les enfants ou des denrées alimentaires…

Rencontres indésirables…
Dès 1914 tous les jeunes gens susceptibles d'être enrôlés dans l'armée allemande en cas de contre-attaque sur les régions déjà occupées par l'armée française seront évacués dans la région lyonnaise et en Ardèche. Ils auront ainsi l'occasion de se familiariser avec la langue française et pour certains d'apprendre un métier.
Plusieurs de ces jeunes s'engageront par la suite dans l'armée française et combattront aux côtés des poilus. Ces jeunes, officiellement de nationalité allemande ne pouvaient pas être enrôlés régulièrement dans l'armée française. Par précaution on francisait leurs noms et certains combattirent en première ligne devant Verdun et au Chemin des Dames.
Quel dilemme pour eux qui risquaient de se trouver en face d'un frère, d'un parent ou d'un ami combattant du côté allemand…


NDLR : rencontrer un "ennemi" qui est de sa propre famille ou un ami ! Un "français" dans l’armée allemande !
Beaucoup de gens ignorent que cela pouvait facilement arriver. L'Alsace et la Lorraine avaient été "Allemandes" depuis la défaite de 1870.
44 ans c'est long...
Pendant la deuxième guerre mondiale, il y eut le même genre de choses avec les « Malgré Nous »…

http://www.roderen.fr/index.php/histoire2/roderen-a-travers-les-siecles
avatar
LANG
EXPERT
EXPERT

Messages : 344
Points : 7659
Date d'inscription : 21/12/2017
Age : 76

Revenir en haut Aller en bas

Re: C'ETAIT IL Y A 100 ANS au jour le jour (ou à peu près)

Message par BriseLance13 le Lun 25 Juin 2018 - 11:14

rencontrer un "ennemi" qui est de sa propre famille ou un ami ! Un "français" dans l’armée allemande !
Beaucoup de gens ignorent que cela pouvait facilement arriver. L'Alsace et la Lorraine avaient été "Allemandes" depuis la défaite de 1870.
44 ans c'est long...
Pendant la deuxième guerre mondiale, il y eut le même genre de choses avec les « Malgré Nous »…

Les cas ont pourtant été très fréquents.... 44 ans : cela représente deux générations, surtout à l'époque ! Ce sont des sujets que l'on se garde bien d'évoquer... tant dans la presse, dans l'histoire officielle, que dans les familles déchirées à jamais pour certaines.

   Journal du 1er groupe

25 juin 1918 " Même situation."
26 juin 1918 " Réglages habituels. Les batteries appuient un coup de main exécuté au Mättle et sur Landersbach,
                    exécuté par la Compagnie des Skieurs."
27 juin 1918 " Ce coup de main exécuté à 1h, ramène deux prisonniers."


   Journal du 2e groupe


25 juin 1918 " Le lieutenant Wallut est nommé capitaine à TT.*
                    Le capitaine Fischer prend le commandement du II/35, ainsi que le commandement de l'ASSB (?)
                    De 19h12 à 22h, coup de main ennemi sur le groupe de combat Boussat, au sud de l'Hartmannswillerkopf,
                    en cer (?)** 7077."

        * Titre Temporaire      ** Je pense que "cer" veut dire coordonnée, c'est la première fois que je vois ce terme "cer".


   Journal du 3e groupe
25 au 27 juin 1918 " R.d.N."

.
avatar
BriseLance13
HISTOIRE et MÉMOIRE
HISTOIRE et MÉMOIRE

Messages : 444
Points : 19663
Date d'inscription : 06/09/2014
Age : 24

Revenir en haut Aller en bas

Re: C'ETAIT IL Y A 100 ANS au jour le jour (ou à peu près)

Message par LANG le Lun 25 Juin 2018 - 17:20

avatar
LANG
EXPERT
EXPERT

Messages : 344
Points : 7659
Date d'inscription : 21/12/2017
Age : 76

Revenir en haut Aller en bas

Re: C'ETAIT IL Y A 100 ANS au jour le jour (ou à peu près)

Message par BriseLance13 le Jeu 28 Juin 2018 - 1:24

Merci Lang pour ce lien que je vais lire avec attention.....


 Journal du 1er groupe

28 juin 1918 " A la suite d'un tir sur le Camp Payron, des représailles sont faites sur le Camp de Langenrüntz
                     (qui, d'après les prisonniers faits la veille, renferme des réserves). 40 coups par Bie.
                     L'ennemi répond sur le Camp Payron. Un nouveau tir de 60 coups par Bie est exécuté, à la
                     suite duquel l'ennemi riposte sur le Camp Boussat."
29 juin 1918 " Même situation."
30 juin 1918 " Même situation."


    Journal de la 7e batterie (3e groupe)


29 juin 1918 " Coup de main ennemi sur l'Hartmannswillerkopf, précédé d'un bombardement violent (600 coups).
                     Barrage de C.P.O de 19h30 à 22h.
                     Consommation; 350 coups de 75, 135 de 90."
30 juin 1918 " R.d.N."


      ARTILLEURS MORTS POUR LA FRANCE


AVRIL Auguste Marie Louis Eugène né le 6 septembre 1893 à Les Essarts (Vendée) canonnier servant
                           mort en captivité le 15 juin 1918 à Giessen (Allemagne).


  ETIENNE Jean Marie Mathurin né le 16 mai 1884 à Plumelec (Morbihan), blessé et prisonnier en Allemagne,
                            mort le 24 juin 1918 à Nuremberg, lazaret du camp.


 CHRISTIEN Joseph Marie né le 16 mai 1886 à Le Faouet (Morbihan) blessé au Chemin des Dames,
                            mort le 27 juin 1918 à Paissy (Aisne).


 MORVAN Louis Marie né le 30 novembre 1888 à (?) Morbihan
                            mort le 13 juin 1918 à (?)


Dernière édition par BriseLance13 le Mar 24 Juil 2018 - 0:14, édité 1 fois
avatar
BriseLance13
HISTOIRE et MÉMOIRE
HISTOIRE et MÉMOIRE

Messages : 444
Points : 19663
Date d'inscription : 06/09/2014
Age : 24

Revenir en haut Aller en bas

Re: C'ETAIT IL Y A 100 ANS au jour le jour (ou à peu près)

Message par LANG le Jeu 28 Juin 2018 - 17:21

En cherchant où se trouvaient tous ces lieux, je suis tombé sur Wattwiller !
Et ce matin, je n’ai pas résisté. J’ai fini par acheter un pack d’eau de Wattwiller ! Ces bouteilles ont un bouchon extraordinaire !

(Le responsable de cet encart publicitaire est Briselance !)



Photo 1922 : Démolition et reconstruction

Situé au pied du champ de bataille du Vieil Armand, Wattwiller sert de base stratégique à l'armée allemande pendant toute la durée des hostilités.
Celle-ci tient également le Hirtzenstein, qui sera d'ailleurs assiégé par les chasseurs alpins à deux reprises. L'état-major occupe les différents bâtiments de l'établissement balnéaire. De ce fait, les positions allemandes, y compris dans le village, deviennent la cible des tirs de l'artillerie française. La population est évacuée vers des villages de la plaine (Ensisheim) dès le mois de décembre 1914.
(Source Wikipédia)
avatar
LANG
EXPERT
EXPERT

Messages : 344
Points : 7659
Date d'inscription : 21/12/2017
Age : 76

Revenir en haut Aller en bas

Re: C'ETAIT IL Y A 100 ANS au jour le jour (ou à peu près)

Message par BriseLance13 le Dim 1 Juil 2018 - 10:58

Alors nous goûterons l'eau minérale de Wattwiller.... en mémoire de nos Poilus !

Journal du 1er groupe

1 juillet 1918 " Tirs habituels de réglage. Même position."
2 juillet 1918 " Tirs ordinaires. Même position."
3 juillet 1918 " Même situation."
4 juillet 1918 " Rien de nouveau."
5 juillet 1918 " Même position, même mission."


Journal du 3e groupe
1 juillet 1918 " A 8h, le nouveau plan d'emploi entre en vigueur.
Les barrages et les C.P.O sont les mêmes."
2 juillet 1918 " Un ordre prescrit la recherche des emplacements pour tirer à O.S sur les nids de position
du Schlusselkopf et de St Anna."
3 juillet 1918 " Le colonel du 62e d'infanterie demande une liaison avec l'infanterie (s/lt Cuer à Hennequin).


Rien n'est écrit pour les 4 et 5 juillet.
avatar
BriseLance13
HISTOIRE et MÉMOIRE
HISTOIRE et MÉMOIRE

Messages : 444
Points : 19663
Date d'inscription : 06/09/2014
Age : 24

Revenir en haut Aller en bas

Re: C'ETAIT IL Y A 100 ANS au jour le jour (ou à peu près)

Message par LANG le Dim 1 Juil 2018 - 12:01

Merci Briselance pour cet apéritif... vivifiant en l'honneur de nos poilus !

Un petit complément sur ces observatoires ou "nids de position" objets de toutes les attentions de artilleurs.






(extraits du site steinbach68)
avatar
LANG
EXPERT
EXPERT

Messages : 344
Points : 7659
Date d'inscription : 21/12/2017
Age : 76

Revenir en haut Aller en bas

Re: C'ETAIT IL Y A 100 ANS au jour le jour (ou à peu près)

Message par BriseLance13 le Jeu 5 Juil 2018 - 11:07

.

Merci à notre ami Lang qui me "file" un sacré coup de main.
Si je suis l'artilleur, il est mon fantassin. Cette carte des observatoires est très complémentaire. Merci encore


  Journal du 1er groupe

6 juillet 1918 " De 19h45 à 21h20, appui d'un coup de main exécuté par une Cnie du 138e Régt d'Infanterie américain
                     sur l'Hilsenfirst. Les Américains ramènent 8 prisonniers et 2 mitrailleuses.
                     Tirs d'encagement par les Bies de 75 et 65 sur la 1ère batterie: 20.99 - 20.02,
                     la 2e batterie: 20.02 - 17.02, le 90 de la 3e batterie de 19.94 à 20.99, la 8e batterie de 20.96 à 20.99,
                     la 7e Bie de Mgne: 19.94 à 20.96, la 8e batterie de Mgne: 17.02 à 14.02.
                     Des tirs de neutralisation sont effectués par les sections de 90 des 1ère et 2e Bies sur les Minen 17.00 et
                     16.00, et sur la croupe du Steinmauer, de 32.06 à 35.00.
                     La 3e batterie fait de la neutralisation sur la croupe du Steinmauer de 32.06 à 35.00, et la 8e Bie, sur la
                     tranchée du col.
                     Les bies de 155 font de la destruction des organisations, avec le 95 et une partie du 120 T.
                     La contre-batterie est faite par une section de 75 de la 2e Bie, sur Bie 4920, une section de la 3e Bie,
                     sur Bie 5012, et le 120 T, sur 4998, à obus spéciaux."
7 juillet 1918 " L' ennemi montre une certaine réaction sur l'Hilsenfirst. Des renseignements font supposer qu'un coup
                     de main est possible dans cette région.
                     A 21 heures, déclenchement d'un tir de C.P.O d'une durée totale de 2 minutes."


   Journal du 3e groupe

6 juillet 1918 " Tir de représailles sur le camp du Schlusselkopf (67.18) 50 coups."
7 juillet 1918 " Le s/lt Malval, avec un brigadier et 4 hommes, part suivre un cours sur la protection contre les gaz, à Nompatelize.*
                     Tir de représailles sur la gare du câble (64.09) 60 coups."


                      * Nompatelize : tout petit village des Vosges, près de Saint Dié
.
avatar
BriseLance13
HISTOIRE et MÉMOIRE
HISTOIRE et MÉMOIRE

Messages : 444
Points : 19663
Date d'inscription : 06/09/2014
Age : 24

Revenir en haut Aller en bas

Re: C'ETAIT IL Y A 100 ANS au jour le jour (ou à peu près)

Message par LANG le Jeu 5 Juil 2018 - 17:03

Pour corriger le tir, bien sympathique, de Briselance, je préciserai que le fantassin est en fait un ancien cavalier
… à qui la marche à pieds ne fait pas peur !


La preuve, voila le Hilsenfirst sous un bombardement !




Vue aérienne du secteur de Hilsenfirst




(Source site hilsenfirst)
avatar
LANG
EXPERT
EXPERT

Messages : 344
Points : 7659
Date d'inscription : 21/12/2017
Age : 76

Revenir en haut Aller en bas

Re: C'ETAIT IL Y A 100 ANS au jour le jour (ou à peu près)

Message par BriseLance13 le Sam 7 Juil 2018 - 11:09

.

Journal du 1er groupe

8 juillet 1918 " Même situation. Même mission que les jours précédents."
9 juillet 1918 " Même situation."
10 juillet 1918 " Même position. Même mission."
11 juillet 1918 " Journée calme. Même mission."


Journal du 3e groupe
Rien n'est écrit pour le 8
9 juillet 1918 " Le capitaine Lacassin part en permission, le commandant Hugennot le remplace."
10 juillet 1918 " Tir de représailles sur 64.09 (30 coups)."
11 juillet 1918 " Une section de 65 et la 6e batterie quittent le sous-groupement, pour prendre
part à un tir de destruction sur l'Hartmannswillerkopf.
Barrage remanié. Le s/lt Lemaistre passe lieutenant à la date du 10 juin 1918.
Le s/lt Malval à Hennequin."

.
avatar
BriseLance13
HISTOIRE et MÉMOIRE
HISTOIRE et MÉMOIRE

Messages : 444
Points : 19663
Date d'inscription : 06/09/2014
Age : 24

Revenir en haut Aller en bas

Re: C'ETAIT IL Y A 100 ANS au jour le jour (ou à peu près)

Message par tailliez le Sam 7 Juil 2018 - 13:34

N'oublions pas que nous sommes en juillet 1918, ça commence à sentir bon...la victoire, je reviens sur un truc " 6 juillet 1918 " De 19h45 à 21h20, appui d'un coup de main exécuté par une Cnie du 138e Régt d'Infanterie américain
                   sur l'Hilsenfirst. Les Américains ramènent 8 prisonniers et 2 mitrailleuses., ça n'a l'air de rien, mais fallait le faire, et il y a des centaines de coups de main similaires qui n'ont jamais été retracés, les guerres sont terribles, à éviter autant que peut se faire, mais elles ont sublimé plus d'un.
avatar
tailliez

Messages : 175
Points : 11236
Date d'inscription : 11/03/2016
Age : 69

Revenir en haut Aller en bas

Page 13 sur 14 Précédent  1 ... 8 ... 12, 13, 14  Suivant

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum