Rechercher
 
 

Résultats par :
 

 


Rechercher Recherche avancée

Like/Tweet/+1
La Mémoire Parachutiste Militaire est importante, Merci de participer en postant des sujets ou en répondant à ceux existants. Nos Régiments actuels et les Militaires d'Aujourd'hui ne le sont pas moins, "les camps parachutistes" donne la parole aux deux.
Flux RSS


Yahoo! 
MSN 
AOL 


22 novembre 1957, Mort au Combat du Sergent-Chef SENTENAC

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet

Aller en bas

22112016

Message 

22 novembre 1957, Mort au Combat du Sergent-Chef SENTENAC




Rescapé de Diên-Biên-Phù... pour mourir sur la sable de Timimoun... pendant ce temps monsieur "je vous ai compris" écrivait.
avatar
PLUCHMAN

Messages : 2
Points : 7684
Date d'inscription : 14/10/2016
Age : 63

Revenir en haut Aller en bas

- Sujets similaires
Partager cet article sur : diggdeliciousredditstumbleuponslashdotyahoogooglelive

22 novembre 1957, Mort au Combat du Sergent-Chef SENTENAC :: Commentaires

avatar

Message le Mar 22 Nov 2016 - 8:08 par charly71

je ne sais plus qui a dit en indo "donnez moi 100 sentenac, et je gagne en indo"
(ou quelques chose d'approchant.... chuis pas trop historien...)

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Message le Mar 22 Nov 2016 - 9:09 par LACITA

c'était une race de Militaire hors du commun, il y avait d'autres SENTENAC à cette époque.
je doute qu'aujourd'hui cela soit encore le cas.
même si nos militaires sont de bons combattants, l'état d’esprit n'est plus le même .

et d'ailleurs, tous ces SOLDATS auraient-ils leur place dans une armée aseptisée COMME CELLE d'aujourd'hui où
l’ambition semble dominer ?

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Message le Mar 22 Nov 2016 - 10:05 par Lothy




".... Il savait bien qu'il avait gagné, et c'est pour cela que son visage apaisé nous paru si beau. Ce qu'il cherchait de l'autre côté de la crête, ce n'était pas une poignée de bédouins et leurs fusils, mais cette chose impossible qui le hantait depuis si longtemps et qui ne se trouve que dans le sacrifice et la mort. Seule elle permet de se confondre avec ce qu'il y a de plus grand, de plus inaccessible. C'était sa manière, à lui Sentenac, de comprendre Dieu.
Et ça, aucune bête au monde ne pourrait le faire....".

Aucune Bête au Monde - Col Bigeard / Marc Flament

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Message le Mar 22 Nov 2016 - 10:06 par charly71

Merci Lothy de ce rappel ...

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Message le Mar 22 Nov 2016 - 10:12 par Lothy

Je ne pense pas qu'il s'agisse de Sentenac... Mais de Vandenberghe - autre grand Soldat, dont de Lattre aurait dit :

"Donnez-moi cent Vandenberghe, et nous vaincrons le Viet-min, l'Indochine sera sauvée...." ! Lui aussi devait mourir au combat le 5 janvier 1952 à 24 ans....

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Message le Mar 22 Nov 2016 - 10:19 par charly71

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] a écrit:Je ne pense pas qu'il s'agisse de Sentenac... Mais de Vandenberghe - autre grand Soldat, dont de Lattre aurait dit :

"Donnez-moi cent Vandenberghe, et nous vaincrons le Viet-min, l'Indochine sera sauvée...." ! Lui aussi devait mourir au combat le 5 janvier 1952 à 24 ans....

Mea Culpa ma Lothy, je crois bien que je me suis mélangé les papattes... y vieillis l'charly !
J'avais un ami , disparu depuis 3 semaines qui avait côtoyé Vandenberghe en indo et qui m'en parlais de temps à autres...
Je n'aurai donc pas du confondre ... heureusement et merci Zorrotte était là Very Happy Very Happy Very Happy Very Happy

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Message le Mar 22 Nov 2016 - 10:26 par Lothy

Les deux étaient de la même trempe ! Si Vanden n'avait pas été "vendu", il aurait probablement continué sur la même lancée....

Il fut assassiné par l'un de ses hommes !....

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Message le Jeu 24 Nov 2016 - 13:19 par Commandoair40.

Bonjour ,

Il me semble que l’adjudant-chef Vandenberghe , n'a pas été tué au combat , mais lâchement assassiné par un rallié Viet .

"Le 5 janvier 1952, le sous-lieutenant Nguien Tinh Khoï, fait prisonnier quelques mois plus tôt alors qu’il servait dans les rangs vietminh avant de rejoindre le commando n°24, assassine l’adjudant-chef Vandenberghe de la plus lâche façon qui soit en lui tirant dessus dans son sommeil."

Le sergent Puel connaîtra également le même sort.

Bien cordialement .

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Message le Jeu 24 Nov 2016 - 13:25 par LOUSTIC

merci commando air

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Message le Jeu 24 Nov 2016 - 13:27 par baltique

Quinze citations et douze blessures, gagnées pendant la guerre d’Indochine : Roger Vandenberghe, surnommé « Vanden », était un des sous-officiers les plus décorés de l’Armée française.

Pupille de l’Assistance publique, il naît en 1927 à Paris. Engagé à 16 ans dans la résistance au Corps franc Pommiès, il est blessé le 10 janvier 1945 par l’explosion d’une mine lors d’une opération de reconnaissance pour laquelle il s’est porté volontaire.

Nommé caporal en 1946, il s’engage avec son frère Albert pour l’Indochine, rejoignant le 2e bataillon de marche du Corps expéditionnaire français en Extrême-Orient. Son frère sera tué à Ha Dong le 6 janvier 1948.

Au printemps 1951, lors de la bataille du Day, il reprend le poste de Ninh Binh (Tonkin) au Viêt Minh et ramène la dépouille de Bernard de Lattre de Tassigny, l’unique fils du commandant en chef des forces française, Jean de Lattre de Tassigny, qui déclarera :

« Que la France me donne cent Vandenberghe, et nous vaincrons le Viêt Minh... »


Meneur d’homme et fin stratège, « Vanden » prend la tête du commando Nord Viêt Nam n°24. Ses troupes comprennent des soldats français, des volontaires vietnamiens restés fidèles à la France et d’anciens soldats du Viêt Minh, recrutés dans les camps de prisonniers. Sa stratégie consiste à se faire passer pour prisonnier de ses propres hommes, grimés de l’uniforme noir des soldats du Viêt Minh, afin de mener des percées dans les lignes adverses.

L’un de ses hommes, le sous-lieutenant Nguien Tinh Khoï, l’assassine pendant son sommeil dans la nuit du 6 janvier 1952. Il meurt, trahi, à vingt-quatre ans.

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Message le Jeu 24 Nov 2016 - 14:46 par Lothy

Commandoair40. a écrit:Bonjour ,

Il me semble que l’adjudant-chef Vandenberghe , n'a pas été tué au combat , mais lâchement assassiné par un rallié Viet .
.

C'est bien ce que je mentionnais à propos de Vanden : Il fut assassiné par l'un de ses hommes !....

Un long sujet a été consacré à l'adjudant-chef Vandenberghe [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Message le Ven 25 Nov 2016 - 12:21 par Béghin Bernard

Merci à tous les intervenants du forum pour un hommage de mémoire à ce soldat exceptionnel qu'était le sergent chef Sentenac. Dommage que ne soit guère rendu un hommage officiel à son sacrifice alors que pour d'autres......

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum